RSS

Archives de Tag: VF

X-Files – Liste des épisodes du 25/2 sur M6

XFILESFRANCEcan54m10 (1)

Le 25 Février 2016 sera un jeudi pas comme les autres sur M6, puisque X-Files sera de retour avec deux épisodes inédits de sa 10ème saison et une rediffusion de certains épisodes sélectionnés durant toute la nuit. Voici la liste des épisodes de jeudi soir,aux insomniaques! :

20h55: « La vérité est ailleurs » (My Struggle I) 10×01
21h45: « Les enfants du chaos » (Founders Mutation) 10×02
22h40: Nous ne sommes pas seuls (Pilote)
23h30: Gorge Profonde
00h25: Compressions
01h10: Projet arctique
02h00: Le message
02h50: Les hybrides
03h30: L’hôte
04h20: Duane Barry
05h00: Faux frères siamois
05h45: Voyance par procuration

Sans commentaire concernant les titres français de la saison 10.

Merci à x-files memories!

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

DBZ: Review de l’OAV « Fusions »

Image

Amis du soir, bonsoir, vu l’heure durant laquelle je tape ma petite analyse à propos d’un OAV de Dragon Ball Z intitulé « Fusion » (en vf c’était plutôt « Fusions »).  Pour ceux qui me connaissent, ils ont une petite idée de la longueur d’un résumé/une analyse.

Je sais que plusieurs lecteurs et habitués de mon blog vont me huer « dis-donc ! tu délire là » penseront-ils en voyant que je vais analyser un dessin animé plutôt que de m’occuper de certaines « véritables » séries comme Les Experts. C’est vrai que c’est bizarre, mais je me suis dit qu’une petite pause ne ferait pas de mal, en plus je n’ai jamais critiqué un manga animé. Rassurez-vous, je ne vais pas avoir une crinière jaune, mais je vais fusionner à mon tour avec mon clavier !

On va donc s’éloigner de l’univers morbide des Experts pour se concentrer sur « Fusions » ou « La fusion » (un très sympathique titre sur lequel  je suis tombé en tentant de regarder cet OAV). Fusions est, entre-nous, mon troisième film de Dragon Ball Z que je regarde. Le premier film que j’ai regardé datait il y’a des années, et en plus je l’ai regardé en version polonaise pour couronner le tout. Je me suis dit que regarder ce film n°3 serait mieux en version française, l’erreur fatale ! Bref, j’ai entendu parler d’une fusion entre Goku et Végéta je voulais savoir à quoi ça ressemblait loin de l’animé.

Ah oui, avant de commencer la dissection, pourquoi j’ai choisi « Fusions » pour l’analyser ? J’aurais pu choisir n’importe quel autre film, mais quand j’ai regardé ce film, j’ai eu la sensation de manger un truc doux-amer. Vous allez comprendre pourquoi en lisant mes lignes…Maintenant, trêve de bavardage !

Après avoir lu le synopsis de l’OAV – un résumé plein de fautes d’orthographe – je me suis lancé dans mon troisième film. Tout commence par le royaume des morts (génial, je me suis éloigné des morts des Experts pour me retrouver devant le royaume des morts dans DBZ !!) où le maître des kaïohs assistait au tournoi entre les guerriers (morts bien sûr !). Le maître supportait Goku, donc il était mort ! à force de vivre et de mourir, je n’ai pas su au début le pourquoi. Goku, représentant de la galaxie nord, était entrain de gagner la demi-finale d’une aisance incroyable.

Image

Arrivé en finale, Goku rencontra son adversaire Païkuhan (je me passe des dialogues inutiles des kais qui m’ennuient profondément) et là je me suis dit : « tient, ça va bouger déjà ? » vu le niveau intéressant des deux combattants. Ah oui, il y’a même un grand public. En gros rien n’a changé par rapport au monde des vivants.  C’est là qu’on entendit une voix-off qui gâche tout, nous prévenant d’un futur danger.

Image

Soudain, c’est le générique. Attendez, on a écrit « Première époque » comme titre, mais de quelle époque on parle ? Comme si le téléspectateur est censé tout connaître. Passons…En parlant du générique, c’est super de le réentendre (les polonais ont gardé le même générique) même si j’ai une préférence pour le générique en arabe qui fait plus « guerrier ». L’autre jour, je suis tombé de haut quand j’ai écouté le générique français de DBZ, un générique bien immonde que même un gosse de 3 ans ne l’écouterait pas.

Image

Après ce bon vieux générique japonais, on se demande de quelle menace la voix-off en avait parlé. On assiste à la représentation à la fois comique et ironique des âmes classées les unes au paradis, les autres en enfer. En empruntant le chemin vers l’enfer, il fallait « libérer les consciences » en se dirigeant vers la machine à laver les esprits. Je me suis tapé un fou rire : sacré Toriyama !!! En voilà une machine qui sera utile pour Lucifer dans les Experts…C’est vrai que la France a zappé la partie la plus importante de la saison 14 des Experts looool.

Image

Celui donc qui s’occupe de la machine était un ado, les écouteurs dans les oreilles. A cause de sa négligence, la salle des machines a explosé. J’avoue que cette introduction m’a tapé sur les nerfs car le combat de Goku et de Païkuhan fut occulté.

Image

Soudain, et on ne sait pas pourquoi, l’ado se métamorphosa en une grosse baudruche jaune digne d’un gros Pikachu bien gras. La métamorphose fit effet très vite puisque le gros sac de patates s’est révélé un méchant garçon, c’est vilain de chambouler le quotidien du monde des morts !

Image

En le regardant, mon cerveau a tilté. Une grosse baudruche avec des trous dans le corps qui se révèle méchante…ça m’a rappelé quelque chose. La baudruche jaune contenait les forces du mal qui ont été gardées dans la machine à laver les esprits. Ah oui ça craint pour les fesses du dieu suprême…

Janemba (c’est le nom de la baudruche jaune) ne savait dire que « je n’aime pas » dans la VF, une version qui reflète la traduction conforme et le respect des noms comme toujours. Janemba était une sorte de gros bébé géant portant sa couche-culotte paralysant tout sur son passage avec son emprise sur le poste frontière principal, renvoyant les zombies, les fantômes et les ennemis de la terre au monde des vivants, alors que Goku et Païkuhan se battaient toujours devant le public. Au monde des vivants, on a assisté au retour d’un fantôme sur sa tombe, de Juliette face à son vieux Roméo (c’était hilarant d’entendre Juliette dire « tu es vieux ») et de Dracula qui voulait boire du sang humain.

Image

Image

Pendant ce temps, on découvre Gohan et Goten avalant tout comme deux ogres. Videl reçut un appel au secours car les forces du mal envahissaient les rues. Dans le royaume des morts, Païkuhan refusa de continuer le combat contrairement à Goku qui n’a rien vu venir et qui voulait continuer à se battre. Finalement, c’est le dieu suprême qui décida de reprendre le combat une autre fois, après que Goku et Païkuhan aient vérifié ce qui se passait. Ce n’est pas trop tôt !

Image

Image

Le poste frontière était couvert d’une barrière invisible, emprisonnant les gardes à l’intérieur et interdisant l’accès à n’importe qui provenant de l’extérieur. Goku et Païkuhan essayèrent de briser la barrière avec quelques boules d’énergie, en vain. Sur le toit, la baudruche jaune répétait comme un perroquet  « je n’aime pas » mais je pense qu’en VO il disait son nom, Janemba. Il renvoya d’un seul coup de main Païkuhan au tapis, alors Goku s’exclama « je n’ai jamais senti une telle énergie depuis mon combat contre Cell ». Ce film situe Goku et ses amis après la fin de Cell, mais pas celle de Buu. Pourtant, ce film regorge de clins d’œil à la saga Buu plus qu’à la saga Cell. Un monstre gros et indestructible, crée grâce à une machine, la présence de Goten est certainement liée à celle de Trunks, la présence de Videl, l’histoire de Great saiyan man, la mort de Goku au début de la saga Buu et je me passe d’autres petits détails qui sont liés à cette importante saga.

Image

Revenons donc à nos moutons, euh…à notre baudruche jaune. Goku, tout excité, voulait combattre le monstre tout seul. Il demanda à Païkuhan d’aller aider les prisonniers de la barrière. J’ouvre une parenthèse ici pour vous faire remarquer qu’en VF Goku appelait Païkuhan « Paul » non mais je rêve…La VF est le cauchemar concrétisé ! Pourquoi pas Jean-Paul tant qu’on y est ? -_-

Au départ, Païkuhan (alias Paul en VF XD) ne voulut pas écouter Goku : ah non ! hors de question de laisser Goku s’amuser tout seul !! mais ce dernier réussit à le convaincre de libérer les prisonniers, alors qu’il détournait l’attention du méchant graisseux jaune. Le plan de Goku marcha en réussissant à faire diversion et à attirer la grosse baudruche là où il allait, laissant Païkuhan pour s’occuper de la libération des pauvres gardes.

Image

Image

Digne d’un monde onirique plein de bonbons multicolores, le royaume des morts était complètement métamorphosé. Goku passa à l’enfer et remarqua la même métamorphose qu’au paradis…

Mais l’enfer commence justement par Janemba qui, par la paume de sa main, réussit à transformer des petits rochers en des mini-Janemba, de véritables répliques prêtes à tuer. Tous à l’assaut ! mais Goku fut plus fort en pulvérisant en un rien de temps les mini-Janemba. Remarquez que Janemba, comme Buu, peut transformer des choses en d’autres choses…La ressemblance est troublante.

Image

Alors que son père se battait en enfer, Gohan se battait dans son costume ridicule de Great saiyan man, une saga apparut après la fin de Cell. De toutes les sagas, j’ai trouvé la saga du Great saiyan man la plus exécrable. Peut-être ma haine contre superman, batman, et plein d’autres avait favorisé mon avis actuel. Je n’ai jamais compris le but d’une saga pareille qui pourrissait la série DBZ. C’était tellement stupide d’avoir pendu un bide pareil (du genre « il a battu Cell, maintenant il a droit à son masque préférée »).

Videl aussi combattait aux côtés de son cher et tendre. Ah zut, elle a oublié son masque. Soudain, ils remarquèrent Freezer sur le toit d’un immeuble. Il n’était plus ce tas de ferraille coupé en deux par le Trunks du futur, il était redevenu comme avant. Piquant une colère, le superman ridicule acheva Freezer par un seul coup de poing. Comme c’est lamentable. Quand on pense à ce que Goku et Vegeta ont bavé à cause de Freezer dans DBZ, ce fut une saga détonante et digne de respect, même si elle n’est pas ma préférée. Encore mieux, dans Dragon Ball GT, Goku a eu affaire à Freezer et à Cell, et le combat avait duré plus que le petit coup de poing ridicule de Gohan dans Fusions.

J’aurais bien aimé que Cell apparaisse au lieu de Freezer pour emmener Gohan en enfer *niark niark*

Image

Image

Image

Attention, voilà Satan qui apparaît enfin, entrain de donner des baffes à des zombies qui le suivaient. Satan est courageux pour une fois, mais demeure incorrigible et sans intérêt pour une fois. A quoi j’ai pensé quand j’ai vu les zombies suivant Satan ? à Thriller, vous la connaissez cette chanson mondiale de Michael Jackson, avec plein de zombies…

Image

J’ai trouvé le contour noir des objets et des personnages grossièrement utilisé, ce fut le plus gros point noir de cet OAV !! D’ailleurs, je ne pouvais plus m’empêcher de scruter le contour dans chaque scène de Fusions. Ok, je ne vais pas dramatiser, mais il faut faire attention quand même !

Pendant ce temps, loin de la danse ô que ridicule de Gohan, il y’avait deux gamins qui ne chômaient pas : en effet, Goten et Trunks réussirent grâce au radar de Bulma à trouver la 7ème boule de cristal. Bulma demanda à Gohan (qui portait toujours ses lunettes de soleil comme Horatio Caine) d’appeler Shenron grâce aux 7 boules de cristal, pourquoi Gohan ? Passons. Shenron apparut pour exaucer 3 vœux, rétablir la paix sur terre ? Impossible ! tout était lié au poste frontière emprisonné par Janemba, la baudruche jaune.

Image

Image

En parlant du poste frontière, voilà Païkuhan tentant de pulvériser la barrière invisible avec ses boules d’énergie, une fois que Janemba ait disparu avec Goku. Païkuhan piqua une colère et insulta la barrière, ce qui la fit fissurer d’un coup. Une barrière sensible aux insultes ? Hilarant ! D’un coup, Païkuhan comprit ce qu’il devait faire pour libérer autrui : insulter et insulter la barrière.

Image

Pendant ce temps, Goku passait un sale quart d’heure avec Janemba qui le fit voir de toutes les couleurs en se déplaçant très vite malgré son apparence gros bébé et en lui donnant des coups. Pauvre Goku, on dirait qu’il ne s’amusait pas trop avec sa diversion !

Goku n’a pas réussi à faire une seule petite égratignure même avec son fameux kaméhaméha. Là, je me suis demandé si on ne s’est pas trompé de titre car je suis dans la 21ème minute et toujours aucune fusion. Bien entendu, quand je parle de fusion, c’est celle de Goku et de Végéta qui m’intéresse. Mais où est Végéta ? Ils ne vont pas le faire apparaître que pour la fusion quand même, ce serait trop nul !

Image

Image

Retournons au combat entre Goku et Janemba qui a tout l’air d’un combat inégal et que Goku apparaissait comme un petit insecte devant un être contenant toutes les forces du mal, même le combat était plutôt décevant vu le niveau de puissance de Janemba et de Goku. Ce dernier se mit en colère et passa enfin au niveau de ss1, alors que Janemba sortit sa grosse artillerie en mitraillant Goku de boules d’énergie, tout cela finit par une grosse explosion en enfer, alors que de son côté, Païkuhan était à deux doigts de craquer. Goku hurla (il faudra considérer comme « normal » les saiyans et les semi-saiyans qui hurlent en métamorphosant) et passa au stade de ss2 pour passer directement à celui de ss3 (pour ceux qui n’ont jamais regardé ce film, je les conseille de se boucher les oreilles à ce moment-là !) Goku : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! et moi : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! Sauf que moi, je n’ai pas eu de crinière sur la tête ! Mais tu vas t’arrêter de hurler, oui ?

L’air menaçant, Goku s’attaqua à l’horrible monstre. Sauf que ce dernier se transforma en un petit monstre chétif avec une queue et des cornes de bélier. Je sens que la grosse baudruche jaune va me manquer…

Image

Image

Image

Image

Pendant que Goku et Janemba jouaient aux transformations, sur terre se préparait une armée de méchants avec des chars non-stop. Goten et Trunks tentèrent de les arrêter, mais des obus leur revenaient à la figure. Attention, Goten et Trunks viennent de se transformer en ss1 !

En enfer, Goku n’était plus aussi enthousiaste qu’au début. Son duel face au monstre s’avérait plus difficile qu’il ne le croyait, sans doute à cause de l’apparence inoffensive et enfantine de Janemba. Ce dernier, après sa transformation, ne disait plus « Je n’aime pas » ou « Janemba » (rhaa, la version française !).

Image

Le combat fut encore plus dur, Janemba fut extrêmement rapide, agile, et en plus il était capable de se dissoudre en l’air facilement pour se recomposer très vite ailleurs. L’allure satanique était digne de Janemba qui avait plus de pouvoirs que Goku ss3. A part sa longue crinière, Goku n’avait aucune utilité. Janemba gagnait aisément du terrain et lança une vague déferlante de sa bouche vers un Goku dans une très mauvaise posture. Il risquait de finir comme une brochette à ce rythme !

Image

Image

Son adversaire Païkuhan n’était pas intervenu au secours de son copain. De toutes les façons, il avait  plus important à faire. Il craqua « moi aussi je veux me battre ! » mais bien sûr, surtout s’il veut finir comme étant une brochette comme son copain.

Le combat fit rage entre Goku et Janemba qui avait l’avantage. Rôti, Goku finit par être blessé par une longue épée que Janemba avait crée à partir d’un objet. Tu vois Païkuhan que tu avais bien fait de ne pas venir ! Janemba usa de son épée, laissant tomber Goku dans une sorte de lave gélatineuse. Goku, ayant perdu ses pouvoirs de ss, était tout simplement à la merci de Janemba et de son épée qui découpait la lave comme du beurre. C’est lorsque Janemba allait donner le coup de grâce à Goku que quelqu’un le sauva d’une mort certaine (parce qu’on meurt dans le royaume des morts, et si on meurt on disparaît pour de bon sans aucune chance de retour. C’est surtout une explication logique aux quelques fans des experts qui me lisent…)

Celui qui avait sauvé Goku n’était que Végéta, dieu merci enfin le voilà qui vient d’apparaître à la 29ème minute du film ! Alors la fusion est imminente sans doute.

Image

Image

Image

Donc j’ai sauté au plafond dans la 29ème minute car je suis un fervent admirateur de l’amitié entre les deux compères. Souvenez-vous de l’animé et surtout de la saga Buu, où leur amitié s’était illustrée pour de bon jusqu’à ce qu’ils vainquirent ensemble le combat face au méchant Buu.

Dans ce film, ils ont l’air assez proche malgré le fait que ce film se passe après la saga de Cell, et non celle de Buu. Têtu comme une mule, Végéta décida d’affronter seul Janemba, le temps que Goku récupère. Ça me rappelle ce qu’il a fait contre Buu pour que Goku puisse se reposer. Mais bon, ici on parle de Janemba ! Attention…chronomètre en main, c’est parti ! le combat entre Végéta et Janemba n’avait duré que 41 secondes, étrange pour  quelqu’un qui trouvait que le combat allait être comme « une promenade ». Blessé, étranglé, Végéta avait perdu toute son énergie et c’est Goku qui vola cette fois à son secours, lui sauvant la vie du charmant endroit dans lequel Janemba l’avait balancé…

Image

Image

Image

Bon, on se focalise sur le plus intéressant : Goku et Végéta. Toujours aussi orgueilleux et fier, Végéta refusa toute aide de la part de Goku. Ce dernier lui proposa amicalement de fusionner avec lui (dans la saga Buu, la fusion était très à la mode par rapport à n’importe quelle autre saga de Dragon Ball), Végéta refusa encore mais se trouva contraint de fusionner avec Goku.

Image

Image

Végéta ne connaissait pas la fusion (dans l’animé, saga Buu, il refusa la fusion d’abord mais il n’avait pas le choix, et Végéto naquit !) et la trouva ridicule et surtout humiliante pour son ego. Janemba les attaqua et ils furent blessés, mais c’est surtout Végéta qui fut blessé dans son ego. Pour lui, c’en était trop : même dans le monde des morts, Goku était plus fort que lui. Sa rage devint subitement des larmes, et il resta à pleurer par terre. Il n’y a pas eu beaucoup de moments où on voyait Végéta pleurer, et s’il y a réellement un moment qui m’a marqué, c’était dans la saga de Freezer où Végéta était extrêmement touchant avant de mourir.

Image

Image

Image

Dans cet OAV, certains n’ont pas apprécié le fait que Végéta pleure. Bah…au moins on sait qu’il est capable de pleurer malgré sa carapace d’impitoyable prince égocentrique. Je ne trouve pas ce moment nul, tant que Végéta admettait sa faiblesse, son infériorité et sa peine, pour moi c’est un instant très intéressant qui permet de voir le personnage sous un autre angle.

Goku, assistant à ce moment, eut lui aussi de la peine. Les fois où Végéta avait versé ses larmes, c’était toujours face à Goku. Ce dernier s’en voulut et s’excusa pour la peine qu’il causé pour son ami. Végéta accepta enfin de fusionner en rappelant à Goku qu’il le méprisait face à ses « manières amicales » et à son « air condescendant ». Ce bon vieux Végéta ajouta à Goku « nous sommes des ennemis, rappelle-toi ». Des ennemis ? Ça fait réfléchir surtout quand on se rappelle que Végéta avait avoué à Goku qu’il était heureux de le retrouver. A moins d’interpréter ce qu’il avait dit ainsi « j’accepte de fusionner avec toi car tu es mon meilleur ami ». Je crois que l’antiphrase utilisée par Végéta refoulait beaucoup de non-dit. En tout cas, ça c’est du Végéta !

Image

Image

On s’en fout de Païkuhan tant qu’on a ce duo sous le microscope. J’adore chaque moment Goku/Végéta que ce soit dans la série ou dans les films. Mais trêve de sentiment ! Janemba donna le clap de la fin de la discussion en détruisant la cachette de Goku et de Végéta. Les dieux étaient entrain de suivre se qui se passait, ils ont le câble au moins ! pas comme les pauvres gardes au poste frontière dont 99% d’eux furent paralysés.

Image

Retournons donc à Goku et à Végéta, cachés. Sur l’un des cubes (je me suis demandé si Janemba était cubiste), Goku donna une leçon concernant la fusion à Végéta. Ce n’est pas la fusion avec les potalas comme fut le cas dans Dragon Ball Z l’animé (rappelez-vous de Végéto), mais la fusion ressemble trait pour trait à celle employée par Goten et Trunks dans la saga Buu : effectuer une danse difficile et bien tendre les deux index. Cette méthode fut employée plus tard dans Dragon Ball GT par Végéta et Goku, pour créer le fameux Gogeta ss4.

Image

Image

Comme je savais tout ce qui s’est passé avec les fusions dans l’animé, du coup la fusion dans ce film était le but que je me suis fixé : à quoi ils vont ressembler ? Beaucoup de fans n’avaient pas apprécié le Gogeta du film, oui il s’appelle Gogeta (aucun rapport avec celui de DBGT) même si son nom n’a pas été évoqué dans la VF ce que je trouve d’une incroyable imbécillité.

Végéta vit rouge. « Je ne suis pas une ballerine ! » cria t-il en découvrant l’horreur et l’humiliation qui l’attendaient. Goku prit les choses en main car de toutes les façons, Végéta n’avait plus le choix. Pendant ce temps, Janemba poussa un hennissement de cheval enragé qui vous fait mourir de rire. De son côté, Païkuhan continuait à insulter la barrière de tous les noms, alors que sur terre Goten et Trunks étaient toujours mitraillés par des obus de l’armée des ténèbres. La qualité de l’image était effrayante.

Image

Image

Image

Retour au plus important : la fusion entre Goku et Végéta. Première étape : il faut que les forces spirituelles atteignent le même niveau. Deuxième étape : la danse. Cependant, Végéta avait gardé le poing fermé ce qui a laissé Goku et Végéta fusionner en un petit être rond et grassouillet dans une situation absolument comique. D’après mes magazines manga, cette fusion ratée a laissé place à un dénommé Vékuh. Dans le film, on ne saura jamais comment il s’appelle par exemple !

Image

Vékuh ne pouvait esquiver les coups de Janemba qu’avec grand-peine, il lui a surtout servi de punching-ball alors que les dieux rigolaient : il suffisait que l’erreur ne se reproduisait plus et qu’attendre la fin de la fusion serait la meilleure chose à faire. Vékuh réussit péniblement à se cacher vu son corps d’un sumo à la retraite, mais il fut rapidement découvert par Janemba qui avait failli le tuer, sauf que la fusion prit fin au bon moment laissant Végéta et Goku attaquant au même moment Janemba.

Végéta et Goku retentèrent la fusion, mais Janemba les interrompit. C’est là que Païkuhan entra en scène (enfin !) pour faire diversion afin que le duo malchanceux puisse fusionner. D’ailleurs cette séquence m’a étrangement rappelé Oméga (le 7ème dragon noir dans Dragon Ball GT) qui essaya d’empêcher Végéta et Goku de fusionner, sauf que Trunks et les autres étaient intervenus pour faire diversion. Ce film regorge de clins d’œil à certaines sagas et à toute l’histoire de Dragon Ball. Beaucoup de références à Dragon Ball GT malgré le fait que c’est un OAV de Dragon Ball Z.

Image

Alors que Païkuhan s’amusait comme un fou (bah oui, vu sa tête XD), Goku et Végéta réussirent enfin à fusionner dans la 42ème minute du film, rhooo ce n’est pas trop tôt quand même !

Notes à propos de cette fusion que je vois pour la première fois dans ce film : d’abord les vêtements de Gogeta (à ne pas confondre avec le Gogeta de l’animé DBGT) ressemblent étrangement à ceux de Gotenks. Ensuite, l’allure générale de cette fusion fait presque penser à un Goku en ss2, sauf qu’il est entouré de flammes au lieu des éclairs, j’ajoute aussi la présence de la très sympathique mèche de cheveux qui était présente à l’état de ss3. Côté allure, c’est la fusion que je préfère le moins face à Végéto ou l’imposant Gogeta ss4.  Je note aussi qu’en VF on avait occulté le nom de la fusion.

Image

Pendant ce temps, sur terre, Goten et Trunks ressentirent l’énergie de leurs pères, et fusionnent à leur tour pour faire de la place à Gotenks afin de faire face aux forces du mal qui se battaient contre eux. En un clin d’œil, Gotenks créa son armée de fantômes suicidaires et fit le ménage sur terre. C’est top de voir Gogeta et Gotenks menant un combat parallèle !

Image

De son côté, Gogeta combattait Janemba. Contre toute attente, le combat fut extrêmement court vu que Janemba fut exterminé rien qu’en donnant un coup de poing à Gogeta. Trop fort ce Gogeta ! Le monstre disparut, et l’ado aux écouteurs apparut, s’enfuyant à la vue de Gogeta.

Image

Image

Image

La scène finale de cette première partie était plutôt intense et attachante entre Végéta et Goku. Ok ça n’a duré que quelques secondes mais j’ai beaucoup aimé leur complicité. Végéta souriait (c’est rare de le voir sourire, et la plupart des fois il ne sourit qu’à Goku) et semblait très détendu. C’était une sorte d’adieu entre les deux potes car chacun allait retourner à sa place. Végéta disparut en enfer avec tous les autres condamnés.

Image

Image

Bref, voilà en gros la première partie de ce film que j’ai trouvée correcte malgré certaines erreurs techniques et scénaristiques. Quel dommage de n’avoir vu Gogeta que 1 minute 49 secondes (si, j’ai chronométré tout !) je n’ai pas vu grand-chose car la fusion que j’ai tellement attendu n’a même pas duré 2 minutes. Je n’ai pas trouvé ridicule cette fusion même si elle n’est pas ma préférée, mais elle est néanmoins intéressante. Encore une fois, l’amitié Goku/Végéta était mise en lumière dans cette première partie où tout le monde avait fusionné (on a été gâté par 3 fusions : Vékuh, Gogeta et Gotenks !!). C’était correct mais j’aurais bien aimé voir plus d’action et un vrai combat plus long entre Janemba et Gogeta de DBZ. Sinon c’était passionnant !

La première partie s’achève avec Shenron le dragon, attendant toujours le deuxième vœu.

Attention, je vais être plutôt bref concernant la deuxième époque ou la deuxième partie du film, qui n’a aucun lien avec la première partie que j’ai disséquée. La deuxième époque est une partie qui  m’a beaucoup ennuyé. Partie musicale, elle s’intitule « L’attaque du dragon ». Je me suis demandé s’il y’avait une ou des fusions dedans, mais on ne peut rien savoir !

Image

Le générique du début de la deuxième partie n’existe pas, mais on nous mentionne que Toriyama  était également l’auteur de la deuxième époque. Bon, tout commence par une course poursuite  entre la police et 3 brigands (on est passé directement du royaume des morts à celui des vivants, le choc !!) sauf que le Great saiyan man les arrêta et leur tint tête avec Videl, portant son masque. Ce que je déteste leur accoutrement et leur stupide danse victorieuse.

Image

Un vieux sorcier tout rouge décida de jouer un numéro à des fins louches, alors il fit mine de vouloir se suicider en se jetant dans le vide du haut d’une tour, mais il voulait parler à nos deux comiques de Tapion, le champion de la galaxie sud, et du fait qu’il voulait le faire sortir d’une boîte à musique. Videl resta réticente face au vieux alors que Gohan débordait d’un enthousiasme naïf. Le vieux réussit rapidement à les convaincre de libérer Tapion de la boîte à musique sinon un malheur s’abattrait sur la terre, mais la manivelle ne voulait pas tourner. Toujours aussi réticente, Videl s’éloigna avec Gohan alors le sorcier abattit la carte de Shenron le dragon afin de libérer Tapion.

Image

Rendez-vous dans Capsule Corp, avec Gohan, Goku, Goten, Krilin, Trunks, Videl, Bulma et le sorcier. Bulma ne put rien détecter, Goku eut du mal avec la manivelle coincée, quant à Krilin il a eu la même réaction jemenfoutiste que Videl. Goku demanda à ses amis de réunir les 7 boules de cristal et ils appelèrent Shenron pour ouvrir la boîte. Comment peut-on être aussi naïf pour ne douter de rien…

Image

Shenron dit « vous avez le droit à un seul vœu » c’est curieux,  car dans la première époque il avait dit 3 vœux. C’est vraiment à tirer par les cheveux, cette histoire du nombre exact des vœux !

Comme vous vous en doutez, le vœu était d’ouvrir une boîte de musique (je n’ai jamais entendu un vœu aussi stupide) ce qui était fait. Tapion sortit de la boîte en utilisant une flûte. Il n’était pas content le Tapion d’avoir été réveillé après un sommeil de 1000 ans. Il se prit au vieux sorcier car il était le seul à le connaître, devant les yeux ébahis et étonnés de Goku et de ses amis.

Image

Tapion se réfugia dans un bâtiment abandonné, mais Trunks était tellement fasciné par Tapion qu’il le suivit, talonné de Goten. Tapion jeta un regard courroucé à Trunks qui s’éloigna et revint avec des brochettes pour que Tapion mange. 1000 ans sans rien manger et le repas était 3 brochettes provenant de Trunks et volées par Goten (avec la petite aide de Goku).

Image

Pendant ce temps, le bas d’un monstre se promenait en ville, parsemant le chaos. Inutile de l’imaginer avec une tête sinon tout le monde risque de finir comme les petites brochettes offertes par Trunks.

Inutile de réfléchir concernant le garçon qui avait battu le record de la belle au bois dormant : ça se voyait qu’il cachait un secret monstrueux, ou je devais dire un monstre. S’il a rejeté les enfants aussi durement c’est surtout en essayant de les protéger.

Gohan et Videl (dans leur accoutrement stupide) tombèrent sur le monstre sans tête et essayèrent de l’impressionner par…un numéro plus que stupide au lieu de s’attaquer directement à lui. Bravo ! Malgré tous les efforts de Gohan, ce fut un échec. Soudain, Videl entendit la mélodie de Tapion et le monstre disparut comme par enchantement. A noter que des immeubles ont été détruits, et qui furent vides comme par hasard. Les gens travaillent dans les rues, j’en conclu donc. N’oubliez jamais que si un héros démolit un immeuble dans DBZ, il n’y a jamais de victimes (comme le cas ici) mais si c’est un méchant qui démolit un immeuble, toute la populace est morte comme si des milliards vivaient dans un seul immeuble. Regardez un seul épisode de DBZ (et DBGT aussi) pour vous en rendre compte ! je n’exagère pas !

Image

Image

Image

Après le presque carnage qui finit par une joyeuse mélodie, on se demande si ce gars n’est pas bon pour la Star Ac’ vu qu’il utilise bien sa flûte intergalactique, à moins qu’il existe un Star Ac’ spécial galaxies.

Pendant ce temps, Trunks n’arrête pas de ramener de la nourriture à Tapion malgré la froideur apparente de ce dernier. La nuit, un monstre avec une tête sans le bas sortit de Tapion lorsqu’il s’est assoupi, et c’est grâce à sa flûte magique qu’il réussit à l’absorber. Le lendemain, Trunks apporta le petit-déjeuner. Mais il est bien serviable et gentil le petit Trunks, on l’a vu surtout préparant des coups foireux dans l’animé.

Image

Image

1H 7 minutes et toujours pas de combat, j’étais ravi de voir certains personnages que je n’ai vu que sur mes magazines manga, mais je commençais sérieusement à m’ennuyer,  avec cette musique, l’attitude de Trunks et le vieux sorcier.

Le gosse apporte de la nourriture à un étranger et sa mère se fit de souci car il sort la nuit dans les ruines. Ah oui, j’admire Bulma et sa responsabilité à quat ‘sous. Pendant qu’on y est, ça se voit que l’histoire se concentre de plus en plus sur Trunks, on a vu sa mère mais à ce propos, où est passé son père Végéta ?

On apprend plus dans cette deuxième partie sur le quotidien des personnages et leurs relations entre eux.

Trunks apporta le dîner, mais le sorcier débarqua et tenta de voler la flûte à Tapion, la flûte tomba par terre et Trunks s’empara d’elle. Le sorcier et Tapion le supplièrent de leur donner la flûte, c’est là que Trunks décida de donner la flûte à Tapion. Le sorcier disparut, et Tapion se lia d’amitié avec Trunks. Ce dernier lui montra ses jouets, ravi, alors que Tapion scruta un robot coupé en deux comme s’il lui rappelait quelque chose.

Image

Image

Image

Image

Trunks parla de sa solitude comme étant enfant unique et s’endormit en écoutant Tapion lui parler de son passé et du désastre qui avait détruit sa planète. Tapion voyait dans Trunks le reflet de son petit frère tué par le sorcier.

Rencontrant Bulma, il lui raconta l’histoire du monstre qui sommeille en lui : un monstre dont la magie noire lui a donné vie, détruit la planète mais un prêtre coupa le monstre en deux par une épée alors que Tapion et son jeune frère jouaient de la flûte. La partie supérieure du monstre fut emprisonnée dans le corps de Tapion, alors que la partie inférieure fut emprisonnée dans le corps de son frère. Grâce à cette méthode, la paix revint sur la planète de Tapion qui était devenu un grand super héros aux yeux de plusieurs. Sauf que son frère perdit la vie, ce qui fit libérer la partie inférieure du monstre, et depuis qu’on l’avait fait sortir de la boîte de musique, Tapion sentait les deux parties du monstre se rapprocher de plus en plus.

Image

Image

Bulma créa une grande boîte spéciale pour Tapion, afin qu’il puisse y dormir. Cependant, la partie inférieure retrouva Tapion et explosa le caisson. Goku vint avec Gohan et Goten pour examiner les lieux, rhooo dommage d’avoir mis Goku et les autres en arrière-plan dans cette partie ! Le monstre revint plus fort, de manière à ce que Tapion ne puisse même plus utiliser sa flûte. Trop tard ! les deux parties du monstre se retrouvèrent, au nez de Tapion et les autres, avec la bénédiction du sorcier.

Image

Image

Le monstre ne s’arrêta même pas lorsque Tapion réussit à utiliser sa flûte, et découpa avec sa queue la maison de Bulma en deux (je me demande où est Végéta ? Sa maison a été détruite et sa famille était en danger). Goku et Goten attaquèrent le monstre, et c’est Goku qui prit une sacrée raclée en se retrouvant la tête en bas. Encore une fois, Goku et ses fils attaquèrent le monstre : Goku fut projeté sur ce qui restait des débris de la maison de Végéta, alors que Gohan ne savait plus quoi faire face au monstre, vu qu’il était en danger, soudain une boule d’énergie le libéra des griffes du monstre. C’était Végéta.

Image

Image

Assistant au spectacle, Végéta mit toute sa rage dans son énergie. Il fallait attendre les dernières minutes pour qu’il apparaisse celui-là, mais tant mieux puisque j’étais à deux doigts de craquer à cause du flûtiste intergalactique. Végéta fut projeté comme Goku. Trunks proposa la fusion à Goten, et voilà une fusion dans ce film de fous. Même si, on peut considérer Tapion comme étant fusionné en quelques sortes avec la moitié d’un monstre.

Image

Image

Gotenks apparut, en ss3. En très peu de temps, il réussit à rendre le monstre sous forme de coquille creuse. Soudain, la coquille se fissura et tomba pour laisser place à un monstre ayant des ailes cette fois. Le monstre projeta violemment Gotenks par terre ce qui arrêta l’effet de la fusion. Elle n’a pas duré longtemps, cette fusion !

Image

Image

Image

Gohan et Videl, aussi, furent projetés contre un mur. Tout le monde est inconscient là…Goku se releva et fut encore projeté par terre, il était inconscient à son tour.

Tapion utilisa sa flûte une énième fois, et absorba le monstre en entier (on peut considérer ça comme une sorte de fusion, non ?). Trunks, qui s’était levé, vit Tapion lui tendre son épée et lui demanda de le tuer. Cependant, le monstre sortit de Tapion car ce dernier n’avait pas assez d’énergie pour contenir les deux parties du monstre.

Image

Alors que le monstre grognait, Goku se transforma en ss3. Alors que le monstre esquivait un coup de Goku, c’est Trunks qui coupa la queue du monstre avec l’épée de Tapion (clin d’oeil au prêtre?). Goku se concentra sur le point faible du monstre, la zone de démarcation entre les deux parties de son corps, puis donna le coup du dragon (c’est le coup de grâce) ce qui pulvérisa le monstre une bonne fois pour toutes.

Image

Image

Image

Bulma fit monter Tapion dans la machine à remonter le temps pour rejoindre les siens et il donna son épée comme souvenir à Trunks. Pour les victimes du monstre : aucun problème ! il suffisait de chercher les 7 boules de cristal et d’appeler Shenron pour les ressusciter. Mais que pouvait-on faire sans ces boules de cristal…

Image

Image

Au revoir Tapion ! Ainsi s’achève la deuxième époque et le film avec. La deuxième partie du film m’a moins marqué que la première, c’est sûr, vu que le héros était un enfant de 8 ans, moins d’action, moins de fusion, les scénarios ne collent pas trop comme l’absence bizarre de Végéta, ou le fait d’avoir classé Goku et les guerriers dans le second plan. La flûte m’a gonflé aussi, et le héros s’est avéré champion en flûtisme. Autre chose, je n’ai toujours pas compris pourquoi Gotenks ss3 n’avait pas eu une résistance semblable à celle de Goku ss3. Peut-être une manière détournée de Toriyama pour insister que côté expérience, résistance et puissance Goku ss3 dominera toujours Gotenks ss3.

Le générique de la fin n’a aucun rapport avec la série ou l’univers de Dragon Ball, je n’ai jamais entendu un générique pareil. Ce fut un OAV méritant du temps pour le regarder et ce fut par plaisir si je l’ai disséqué. Je me suis attardé dans la première partie car c’est celle que je préfère, et d’une manière générale, je m’attarde sur tout ce qui me plait.

Merci à vous tous pour votre lecture, voici donc mon hommage à DBZ en disséquant un OAV et en l’illustrant avec quelques-unes de mes captures. Vos commentaires sont les bienvenus !!

 
2 Commentaires

Publié par le mai 12, 2014 dans Général, Manga animé

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Vidéo

FreakyLinks: Episode 12 « Police Siren »

Voici donc l’avant-dernier épisode de FreakyLinks « Police Siren », intitulé en VF « Coma ». Superbe épisode que je vous conseille de regarder. Bon visionnage les freaks! 😉

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les Experts sur TF1: dates de diffusion de la saison 14 en Avril!

????????????????????????????

Et c’est parti pour la suite de la saison 14 en VF sur TF1 en Avril! Voici donc les dates de diffusion:

Mercredi 2 Avril (20h50) : Suite de la saison 14, admirez l’ordre des épisodes XD

– 14×06 : Coups de chance / Passed Pawns (Inédit)
– 14×08 : Dans sa bulle / Helpless (Inédit)
– 14×03 : Retour de flammes / Torch Song (Inédit)
– 12×07 : Le cerveau de la bande / Brain Doe (Rediffusion)

Mercredi 9 Avril (20h50)

– 14×05 : Fantôme du passé / Frame by Frame (Inédit – 300ème épisode)
– 14×04 : Dégustation à l’aveugle / Last Supper (Inédit)
– 14×09 : Chambre maudite / Check In and Check Out (Inédit)
– 12×10 : Origines / Genetic Disorder (Rediffusion)

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×21

Image

Situation privée oblige, je me suis éloigné du net pour plusieurs causes sombres, hélas. Je vous ai certes promis de poster « lentement » ma 21ème review, mais j’ai eu des problèmes qui m’ont encore ralenti, déconcentré, déboussolé et démoralisé. D’ordinaire, je ne cris pas mes ennuis sur les toits mais je voulais juste vous informer car ça me met mal à l’aise de retarder encore et encore la review.

Trêve de bavardage, passons à un sujet beaucoup plus intéressant. La mort régnant sur notre pentacle ! Les cinq derniers chapitres tragiques de l’Odyssée housienne prennent forme, avec l’annonce dans le 8×18, le traitement dans le 8×19 et la fuite dans le 8×20. Il reste 2 épisodes desquels je n’ai toujours pas parlé : l’avant-dernier 8×21 « Holding On » alias « Cinq mois sur terre » que je vais tenter d’analyser, et le 8×22 qui boucle la boucle de toute la série House M.D.

Mais avant que je n’évoque l’épisode 8×21, visé à être analysé dans cette review, j’aimerais faire un clin d’œil à l’épisode précédant à savoir le 8×20, l’épisode de la fuite. On avait assisté à la diversion durant tout un épisode, nouveaux paysages, autres personnages…La diversion est un remède pour contrôler une âme affligée, elle peut servir à calmer, à faire oublier une peine qui passe et qui ne revient pas. Est-ce que la diversion peut nous guérir et nous aider à ne pas craindre la mort ? La réponse est non bien sûr car on ne peut pas oublier sa propre mort. Wilson n’a pas réussi à oublier, n’a pas réussi à se calmer, sa peine était une plaie ouverte qui s’agrandissait le long du 8×20, il pleurait dans le bus et ne cachait plus sa peine. Certes, la fuite régularise l’émotion et contrôle son intensité, enfin c’est ce qu’on a ressenti devant l’impassibilité de Wilson au début du 8×20. Mais sa réaction dans le bus est une réaction complètement humaine. Le masque tombe.

Retour alors à notre épisode 8×21 « Holding On » alias « Cinq mois sur terre », mon épisode favori de cette saison 8. C’est donc l’avant-dernier épisode, et dans la dernière soirée de House sur TF1 diffusée le 19 Mars 2013, cet épisode 8×21 était non seulement à la tête de la soirée « spéciale House », mais également à la tête de tous les programmes télé des autres chaines de cette soirée-là avec 7.8 millions de téléspectateurs. Très belles audiences pour un avant-dernier épisode, les américains ont attendu le dernier épisode le 21 Mai dernier pour faire monter en flèche les audiences ! Concernant mes commentaires à propos de la VF, ils ne changeront jamais. J’ai été choqué par le changement complet du sens de certaines répliques dans le 8×22 (que j’ai oublié malheureusement !), ou une traduction pourrie dans le 8×21 du genre Wilson qui, au lieu de dire « S’il te plait », dira en VF « Merci ». Même si on croit que le sens est proche, je trouve scandaleux de ne pas être précis concernant les détails de la traduction. Pire encore, les voix VF. Surtout celles des deux nouvelles. Je préférais que celle qui gueulait à la place de Park ferme son bec ! Insupportable !

Audiences chic, voix VF mauvaises, tons mauvais, traduction pourrie…Tout cela m’a poussé vers le visionnage du 8×21 en VO même si j’ai en tête chaque parole et chaque mouvement (normal pour quelqu’un qui regarde cet épisode obsessionnellement depuis 10 mois !!)…TF1 était LE cauchemar qui, arrivé au pic des émotions du 8×21, vint tout broyer avec sa satanée pub ! Il fallait la VO, au moins quand tu regardes un truc à toi, que tu as téléchargé, sans pub, c’est la garantie de la paix sur terre !

Voilà ma petite intro à propos d’un des meilleurs épisodes de la série House M.D et certainement, le 8×21 appartient à la sphère des épisodes les plus sombres et les plus émouvants de la série. Bonne lecture d’avance de ce que je vais noter et tenter d’analyser sur cinq étapes cette fois.

I. J’ai besoin de toi

Affalé sur son canapé, le pauvre téléspectateur assiste à la fin calamiteuse du 8×20, avec ce long regard sombre et perdu que jetait House vers la caméra ensuite vers Wilson. On ne nous a pas montré la réaction de Wilson car c’était déjà la fin de l’épisode. Rendez-vous le 19 ! Et c’est parti avec le fameux 8×21 qui commence avec l’heure en premier plan, joli clin d’œil à la fin proche de la série surtout qu’on est déjà en avant-dernier épisode ! Se tortillant dans son lit, Wilson avait tout l’air d’avoir passé une triste nuit blanche, son regard en disait d’emblée les résultats du scanner. Il se rendit plus tard chez House, sur le seuil de sa porte. Voyez déjà comment leur amitié est traitée, il n’y avait pas eu un coup de fil à House lui annonçant la décision, pour Wilson c’était important que House le regarda en face pour comprendre qu’il était sérieux. C’était franc, direct, intime. Wilson annonça qu’il arrêtait la chimio après une longue réflexion. Il ne franchit pas le seuil de la porte de House car il connaissait trop ce dernier, et chacun campa sur ses positions comme si le seuil était un fossé séparant les deux amis qui se sont avoué d’un regard qu’ils ne pouvaient pas se séparer dans le 8×20 avec le fameux « je ne peux pas vivre sans toi » implicite ! On apprend qu’il ne reste à Wilson que 5 mois à vivre sur terre s’il refuse la chimio qui prolongerait sa vie.

Je poursuis House. Dès l’annonce de Wilson, toute l’atmosphère était en vrac, tout était lourd, sombre, pesant, triste. Un épisode plus centré sur le Hilson que jamais…Ce qui est intéressant dans cet épisode, c’est surtout les conséquences de la décision de Wilson sur House que je vais étudier surtout dans cette première partie. Plus on avance dans l’épisode, plus tout devient lourd, une lourdeur on ne sait pas quand elle implosera ! Foreman offrit des tickets de hockey en signe de sympathie et de compassion à House, c’était intéressant également de voir comment on traite la relation Foreman-House. Mais House rejeta froidement Foreman, notre docteur grincheux était dans un état pire que celui des autres épisodes !

Refusant la décision de son ami, House usa de stratégies et de plans pour dissuader Wilson. Ce qui est intéressant, c’est qu’il y’a eu 5 tentatives de la part de House (je ne suis pour rien pour le 5 ! XD). Tentatives mises en lumière, liant les deux amis et les répercussions de la décision de Wilson sur eux et surtout sur House.

La première tentative de House était « tentative propofol ». La fiole du propofol disparue dans le 8×20 réapparait dans cet épisode ! Alors avec cette première tentative, c’était plutôt physique et chimique. Après avoir drogué son ami (lol, méthode housienne), il le mit sous propofol. Le propofol ou l’expérience du néant, c’est quoi la mort ? House rejeta la religion, les croyances et entama une étude scientifique de la mort. Wilson comprit que son ami lui en voulait car il s’était résigné et que discuter de la mort avec House c’était comme parler à un mur. House continua ses théories, à la manière des stoïciens curieux qui voulaient connaître la mort en l’étudiant. Cette première tentative de House était vouée à l’échec, avec un Wilson essayant d’expliquer comment ses propres patients lui avaient ouvert les yeux. Cela donnera une idée au docteur boiteux renvoyé du bureau de son ami, ce qui va conduire direct à la 2ème tentative…

« Le coup de la cafét’ » était la 2ème tentative de House. Machiavéliquement menée, cette tentative était plus douce et tendre avec Wilson. Après une première tentative qui opposa directement House à Wilson, la méthode change. House fit monter un coup plus grand que le premier, moins brutal : il ramena à la cafétéria de PPTH tellement du monde pour que Wilson ne trouve aucune place, apprit à un gamin et à tous ceux qui étaient présents chacun son texte, chacun son rôle, en se passant pour des anciens patients que Wilson leur avait sauvé la vie. Sans compter la petite touche « applaudissements » pour émouvoir le bon téléspectateur…pardon, Wilson. Avouez que vous avez couru ! loooool. Bon, j’avoue que me concernant, j’ai trouvé cela tellement faux et américain que je n’y ai pas cru une seconde. Le but était de faire aimer la vie à Wilson, j’ai trouvé cela très sympa de la part de House. C’était un coup housien, certes tout était faux mais c’était le geste qui compte. Ici, House voulait convaincre son ami de vivre. Pour House, son ami était suicidaire et cela lui était surréel, choquant que son pote se résigne de cette manière. Hors de question ! Dans son coup de la cafét’, Wilson versa sa petite larme devant ses prétendus ex-patients qui lui applaudissaient, mais se rendit vite compte de la supercherie de House et quitta la cafétéria en colère. House tout comme Wilson, refusèrent de changer d’avis. On peut nommer cette « séparation » comme étant une rupture entre les deux, car ils s’évitèrent de se rencontrer ou même, de prononcer le nom de l’un d’eux (Surtout Wilson). Malgré tout, il y’aura une 3ème tentative de la part de House.

La 3ème tentative est la plus brève et la plus traditionnelle, puisqu’il s’agissait du harcèlement téléphonique. Face à cette rupture, House se tourna vers les parents de Wilson en essayant vainement de les contacter. On voit qu’il se soucie énormément de Wilson, qu’il prend soin de rappeler les parents de Wilson en leur laissant ses messages sans réponse, que son ami lui manquait. Il parlait tout le temps de lui plus que dans n’importe quel autre épisode. Cette amitié compte plus pour lui que le boulot, que le cas, que tout. House est vraiment touchant et attachant aussi en affirmant indirectement que c’était lui et lui seul qui se souciait vraiment de Wilson. Personne n’y prêtait attention, y compris les parents de ce dernier. Auparavant, quand House marchait avec ses larbins, il était concentré sur les détails du cas, mais là, il avait l’esprit complètement ailleurs.

Celui  qui va conduire House à la 4ème tentative, c’était Thirteen. Son retour était annoncé implicitement depuis le 8×20. Là vous vous demandez qu’est-ce que c’est que ce résumé à la noix que je fais, relax il s’agit seulement de la 1ère partie ! J’adore Thirteen ici, et je parlerai plus tard d’elle. Après les échecs des 3 tentatives précédentes, House procéda cette fois différemment en faisant une approche réconciliante avec Wilson. Ce dernier, sur ses gardes, méfiant, regarda House qui posa doucement un copieux appât, mi-honnête, mi-machiavélique, au nom de l’amitié qui les réunissait. C’était un appât gobé par Wilson pour la plus grande (et l’ultime ?) tentative de House.

La 5ème et dernière tentative était liée à la réussite de la 4ème tentative alias l’appât. Alors la dernière et cinquième tentative était celle du fameux dîner cauchemardesque vers 8 heures du soir (et zut ! un 8 signifie l’échec !). Après avoir invité Wilson à un dîner tête-à-tête, c’était au départ des moments de nostalgie entre les deux amis, le geste amical de House concernant les oreos symbolisant leur amitié, les éclats de rire (le moment du dîner est le plus joyeux dans cet épisode noir), puis on découvre en même temps que Wilson que c’était un coup monté de la part de House pour embobiner Wilson et l’obliger doucement à accepter la chimio afin de vivre pour lui plus longtemps. On voit quand même à quel point Wilson connait House ! L’année dernière, je ne me suis pas concentré sur l’épisode. « Ah tient, c’est cool ça de passer une soirée sans manipulation pour une fois ! » la honte, c’est comme si je n’avais pas regardé l’épisode !!

House décida de jouer cartes sur table et d’être franc avec Wilson en avouant à ce dernier qu’il avait besoin de lui. On appelle ça une révélation pure et simple. Mais le pire est à venir, Wilson s’emporta et quitta la table après avoir crié comme jamais sur son meilleur ami qui resta seul, le regard perdu comme un chien blessé. La 5ème tentative de House était couronnée par un échec et ses conséquences furent énormes par rapport aux autres tentatives !

Et à ce moment précis, TF1 coupa pour la pub ! Les boules ! Le coup de gueule que j’ai fait !!

II. Un amour gravé dans la mort

Cette deuxième partie transmet l’amour gravé dans la mort entre les deux amis, avec la célèbre scène si intense, si tendre et si riche en émotions dans la voiture.

Wilson finit par fondre en larmes devant son copain dans la voiture. Alors là, cette scène déchire le cœur tellement elle était poignante, je dirais que c’est la scène clef de tout l’épisode. C’est l’implosion de Wilson, criant sa détresse et son désespoir, sa peine et sa colère, sa tristesse et sa frustration face à cette réalité si obscure et sombre qu’il affrontait. Le regard horrifié et terrassé de House face au désespoir de son ami en disait long, c’était un pur moment hilsonnien terriblement triste mais tellement beau. La dualité ombre (voiture) et lumière (dîner) est très intéressante ici, on passe d’une humeur à une autre, d’un état à son paradoxe. Les effets techniques ont un réel succès, alors que dire du figement de la caméra sur les traits du visage de Wilson nous transmettant sa peine, partagée par House avec son mutisme et son regard perdu ?

C’était un excellent photogramme et une excellente scène chargée d’amour et de frustration. Wilson était peiné de voir que c’était déjà la fin de sa vie, il était peiné de voir que c’était aussi la fin d’une si belle amitié qui le liait à House, il pleurait toute sa rage face à cette séparation entre lui et la personne qu’il chérissait le plus à cause de sa décision, mais aussi face à la fatalité humaine, l’injustice et la cruauté du destin. Dans cette scène intense et saisissante, il avoua à House son grand besoin de lui (note : Wilson a répété « j’ai besoin » 5 fois !) mais bien plus, qu’il l’aimait (en demandant à House de lui dire qu’il l’aimait car il en avait besoin cela veut dire qu’il aimait House à son tour !). Cette scène met en lumière l’être humain écartelé entre son sort et ce qu’il aime. Bref, une très très belle relation d’amitié qu’on voit à l’état pur, telle qu’elle est. Sur-le-champ, les yeux de House étaient devenus larmoyants et rouges et, ému, bouleversé, il s’était retenu difficilement de pleurer à son tour. Les deux amis, fusionnés dans le 8×20, souffraient tous les deux. Sensibles et fragiles, sans masque dans le 8×21, c’est très rare qu’on nous montre House avec Wilson dans des pareilles situations ! Vraiment, chapeau à Hugh Laurie et à Robert Sean Leonard pour une si belle prestation…

Autre chose que j’aimerais souligner, c’est que House était sorti de la voiture en signe de refus de la résignation et de la décision de son pote. C’était un grand moment qui ne l’avait pas laissé si indifférent que ça…même s’il avait refusé de dire « je t’aime », il avait failli le dire !

J’ajoute un petit commentaire concernant la symbolique de la voiture de Wilson. Si dans l’épisode précédent la voiture flambant neuve de Wilson filait à toute vitesse symbolisant toute une fuite, ici c’est la voiture de Wilson grise, sombre et en arrêt. Ce figement symbolise la résignation de Wilson, l’attente de la mort. Mieux encore, la voiture de Wilson n’est pas ici une décapotable, mais plutôt un espace fermé ce qui indique plus d’intimité (même si ça me rappelle le fameux corbillard du 8×20). La scène de la voiture est une scène d’une extrême intimité entre les deux amis, qui a été traitée avec une grande pudeur scénaristique. Si on conclut une chose, c’est que House et Wilson ont chacun leur côté stoïque, refusant le malheur. La fuite n’est pas le bonheur, même si elle est une réaction instinctive. Et si Wilson renonce à la fuite, c’est parce qu’elle ne le protège pas et qu’elle est nulle. En fin de compte, la confrontation à la mort reste la seule option, et la force de l’être humain face à la mort c’est d’avouer sa faiblesse, sa peur devant la mort. C’est ce qu’on a vu provenant de Wilson.

Bref, la dernière tentative de House (le dîner) qui finit par la scène de la voiture laissera des grosses répercussions sur les deux amis puisque chacun d’eux se posera des questions sur l’attitude de l’autre et auront besoin de réponses. Chacun d’eux étant face à l’autre, mais le seuil de la porte les séparait. Chacun était d’un côté.

III. Six pour un

Venons maintenant au jeu infernal des chiffres qu’on remarque depuis le début de la saison 8. Il n’y a pas un seul épisode sans une petite allusion à certains chiffres qui se répètent tout le temps, j’ai d’ailleurs parlé de ça juste un peu dans ma review du 8×16. Dans cette ancienne review, j’ai noté la répétition des chiffres suivants : 2, 5, 8, 10 mais il y’avait deux autres chiffres d’une grande importance. Il s’agissait des chiffres 1 et 20. Oh que si ! Si le 1 était dans la symbolique de la solitude, d’une chance, d’un patient, le chiffre 20 alias « le chiffre en hibernation » était présent depuis le 8×01. Si vous vous rappelez du titre du 8×01 en VO, c’était « Twenty Vicodin » et ce même chiffre sera répété à chaque fois que House regardera ses pilules (répété par la suite surtout dans la grande finale, à 3 reprises dans le 8×20 et de même dans le 8×21). Le chiffre 20 est intimement lié non seulement à la carrière de Wilson, mais il symbolise sa vie et son amitié avec House. Le fait de répéter le 20 trois fois signifie que c’est la fin de tout. Quant au chiffre 10, il pouvait être le symbole de Chase dans un épisode à la Chase, mais si on le retrouve dans un épisode complètement Hilson alors ce 10 n’est pas un 10, peut-être un certain 6+4 ? Vous connaissez bien entendu les chiffres 8 et 5, connus sous « les chiffres maudits » en particulier le 5, chiffre de la mort, qui s’est répété entre 8 et 10 fois rien que dans cet épisode du 8×21. A ce propos, j’ai remarqué un truc de ouf concernant la répétition des noms de House et de Wilson. En fait, plus ils s’éloignaient l’un de l’autre, plus leurs noms revenaient en force. Face à la mort, ce couple est plus qu’attachant : la répétition du nom de House est du même nombre que celui de Wilson, à savoir 16 fois !! Ce n’est pas fini : on additionne les deux 16 et on tombe sur un 32. Ou bien…3+2=5. Voyez comment le chiffre 5 s‘infiltre partout ! La répétition du chiffre 2 symbolise une fin à deux, une symbiose entre deux personnages..

Je vous ai promis de parler de chiffres, alors…Additionnez tous les chiffres que je vous ai donné c’est-à-dire 1+2+5+8+10+20 et je vous laisse deviner sur quoi vous allez tomber ! C’est 46, l’âge de Wilson annoncé dès le début de cet épisode avec House. Et oui, l’âge de Wilson se répétait implicitement grâce à ces 6 chiffres, je suis tombé dessus en analysant les épisodes précédant le 8×16. Regardez l’âge de Wilson se répétant d’une autre manière dans ce 8×21 : le mot « friend » (ami) s’est répété 6 fois et le mot « friends » (amis) s’est répété 4 fois. Je vous laisse jouer ! Cette insistance sur l’amitié nous montre que ce qui se passe est une épreuve pour le Hilson, une vérification de la résistance de leur amitié et de sa solidité face à la mort..

A vrai dire, je comptais vous parler du chiffre 46 surtout lors du 8×19, mais je voulais tout laisser pour cet épisode qui dévoile tout ! L’âge de Wilson s’est répété à 2 reprises dans le 8×19, la première fois en annonçant l’âge d’une patiente (64 ans, je vous laisse inverser !), la deuxième fois en annonçant les statistiques de survie, vous vous en rappelez ? Il suffit d’ajouter la petite chance 1% avec les statistiques manquantes : 70% (il manque 30%), 89% (il manque 11%) et 96% (il manque 4%) et je vous laisse calculer pour tomber sur un chiffre familier !

La plupart des chiffres se mêlent avec les évènements des derniers épisodes surtout, permettant ainsi de mettre l’accent sur ce côté noir et tragique de la fin de la série.

Entre chiffres et émotions, le Hilson touche non seulement House et Wilson, mais PPTH et le cas !

IV. Deux frères

Sacrées 3 premières parties parsemées par la répétition du chiffre 5 ! Je vais bien entendu évoquer d’autres points dans cette 4ème partie, mais il faudra souligner le fait que cette partie dédiée au cas commence aussi par la répétition du chiffre 5 ! D’emblée, on commence par l’entrainement du patient où les chiffres se répétaient à 5 reprises !

Le patient, un jeune homme d’une vingtaine d’années, fut admis à l’hôpital pour vertiges et saignement du nez inexpliqués. Comme d’habitude dans ce final, c’était Foreman qui avait chargé l’équipe de House de ce cas afin de continuer le plus normalement possible. Le seul hic, c’est que House s’en foutait royalement, ne parlant que de Wilson et ne pensant qu’à lui, tout le long de l’épisode, un épisode ayant une atmosphère tendue chargée en émotions, lourde et profonde…

Alors, avec ce cas très symbolique, on aborde la thématique de la fraternité de très près, une thématique déjà abordée durant la saison 8, mais on peut dire que cet épisode est l’apothéose en quelques sortes ! Souffrant de ne pas avoir fait le deuil de son frère (ça me rappelle le 8×07 avec la fille qui n’a pas pu faire le deuil de son père), Derrick n’est pas vraiment un jeune lié à la vie. Le fait qu’il entend la voix de Christopher, son défunt frère, dans sa tête était sa seule raison de vivre. Très vite, toute l’équipe était intéressée par cette histoire de voix qu’écoutait le patient. Malgré les tensions que suscitait le Hilson au sein même de l’hôpital, seul Taub réussit à stabiliser l’équipe pour se concentrer sur le patient. Le cas pour Taub était primordial que les problèmes privés de House, chose qui est plutôt intéressante ! On a un nouveau Taub, le 8×16 a drôlement de l’effet…

Le cas relatait l’histoire du Hilson, on voit bien le parallèle du cas avec ce qu’endurait notre tandem de choc, si je prends l’exemple de la thématique de l’oreille. Si on se rappelle bien, House avait déjà fait un clin d’œil à une oreille coupée lors du 8×20. Cette thématique de l’oreille atteint le summum dans le 8×21 « Holding On », avec la voix qu’entendait le patient qui s’était avérée celle de son frère décédé il y’a 10 ans, Christopher. Voilà ce qui lui était resté de son frère, vu que la mère avait fait disparaitre tout ce qui pouvait lui rappeler Christopher.

Le long de l’épisode, la concentration sur la voix et l’oreille se renforce. Mais qu’est-ce que cela voudrait dire ? Encore plus, on assiste à la répétition de « brother » (frère) à 9 reprises dans cet épisode ce qui insiste encore plus sur cette thématique de la fraternité, et s’il y’a une chose plus troublante c’est la répétition de « Christopher » à 5 reprises, ce qui peut nous rappeler le 8×20 dans lequel « Wilson » s’est répété 5 fois. Ce cas est donc, un cas-miroir de House, de Wilson, du Hilson, et bien sûr du patient ! (le C de Christopher peut renvoyer au cancer, le D de Derrick à la mort « Death »).

Le cas est un reflet de toute la vie de Wilson qui défile, quand je dis « vie » je vise la vie professionnelle de Wilson, sa carrière, avec cette répétition sous-jacente du chiffre 20 (propofol-Wilson-Foreman). C’est également la longévité de cette amitié entre les deux hommes. Le bouquet, c’est que Derrick tenta le suicide à la fin, de quoi mettre House hors de lui ! Assister à la décision du « suicide » de son ami c’était déjà pénible à supporter, alors que dire de ce patient qui est tout un symbole de Wilson refusant à son tour la vie ! Ce patient reflète les idées suicidaires des deux amis.  Je m’étalerai plus tard concernant House. Deuxième fois dans l’épisode que le mot suicide réapparait, coïncidence ? Pas vraiment…C’est encore une référence au suicide plus nette qu’au 8×19 et au 8×20.

Retour à cette histoire d’oreille et plus précisément de voix. Si Derrick, le patient limite schizophrène, pouvait entendre une voix dans sa tête depuis la mort de son frère, ne peut-on pas dire qu’il en est de même pour le Hilson ? On sait depuis longtemps que Wilson a été toujours la conscience de House, et ce dernier l’écoutait toujours…Cependant, dans cet épisode, House refusa d’écouter Wilson ce qui laissa une ambiance électrique et houleuse non seulement entre les deux, mais dans l’hôpital. House se retrouva plus qu’impliqué dans un cas duquel il s’était désintéressé. Ce désaccord déchirant est le plus violent dans toute l’histoire du Hilson, basée sur l’accord et l’acceptation de l’autre tel qu’il est. Dans le 8×20, Wilson n’écoutait pas House, ici c’est l’effet inverse.

Derrick symbolise House aussi, avec son grand « NON » face à sa séparation de son « frère », Derrick et House ne voulaient surtout pas perdre des êtres chers. En fait, à l’image de sa mère, le patient n’avait pas fait le deuil de son frère Christopher. Alors il s’agrippe à une vieille photo et à des symptômes tentant de nouer un lien avec son frère disparu. C’est triste et peinant de voir ce cas où les souffrances psychologiques se mélangent avec les souffrances physiques.  Derrick qui écoutait son frère reflétait House qui écoutait son « frère ». Et c’est vrai qu’on peut considérer Wilson comme frère de House, ne sont-ils pas des « frères siamois » ?

A vrai dire, les thématiques de l’oreille et du chiffre 5 ne sont pas vraiment nouvelles ! En réalité, ces deux thématiques étaient déjà présentes lors du final de la saison 4. On se rappelle très bien cette oreille ensanglantée de House le long du 4×15 et on se demande pourquoi avoir choisi l’oreille droite ? Quel était le sens ? En fait, le véritable sens de l’oreille ensanglantée de House dans le 4×15 c’était qu’il refusait d’écouter son subconscient. Le chiffre 5 était présent timidement, mais le plus flagrant était l’oreille. Dans le 8×21, on retrouve l’oreille droite même si les symptômes avaient changé, avec l’oreille du patient, son cerveau qui entend une voix, et House qui refuse d’écouter son ami, sa conscience, pour la première fois. Dans le 8×20, Wilson refusa d’écouter House alias son subconscient. J’ai jugé intéressant de m’immiscer un peu dans cette histoire d’oreille…

Bref, la mère et le patient sont symbolisés par House. C’est House qui n’accepte pas la décision de Wilson, c’est House qui souffre à l’idée de la fin, c’est House qui veut que son frère reste avec lui, refusant l’idée de la mort. Wilson compte beaucoup pour lui plus qu’il ne le pensait. Le duo mère/patient est le reflet de l’acceptation et de la résignation de House et de Wilson face au sort, même si Wilson était déjà résigné depuis le début de cet épisode. Vers la fin de l’épisode, Derrick et sa mère feront le deuil de Christopher en regardant les photos qui restent de lui. Presqu’au même moment, House admettait sa résignation face à la mort évidente, par amitié pour Wilson. Beaucoup se sont posé des questions du genre : Mais que va-t-il rester comme souvenir à House ? Des photos, je ne le pense pas, de l’amour, beaucoup !

V. Le seuil de la vérité

Face à la confrontation symbolique entre les deux frères siamois House et Wilson, une confrontation par amour, une confrontation que menait Wilson vis-à-vis de la mort, vis-à-vis de soi-même et vis-à-vis de House, les autres personnages ne sont pas restés les bras croisés devant la souffrance du Hilson qui formait le nombril de cet épisode. A vrai dire, le Hilson était le fil rouge de la série et en particulier de cette dernière saison 8. On sent que toute la saison 8 était destinée à ce grand final !

L’année dernière, j’avais parlé dans un commentaire à chaud du rôle des « missionnaires ». Je vais aborder encore ce point peut-être plus profondément.

La confrontation avec la fatalité ne regarde pas uniquement Wilson, mais aussi House. Ce tandem de choc libère des ondes nucléaires autour de lui, plus que les relations avec les femmes ! Bref, se trouvant devant ce duo écartelé entre s’éviter la souffrance et éviter de faire souffrir l’autre, l’équipe de House ainsi que Foreman et Thirteen furent d’un grand secours en apportant leurs conseils et leurs avis. (5 missionnaires, j’adore ce 5 harceleur MDR)

Ce fut Adams qui ouvrit le bal avec son conseil à deux balles, à savoir de laisser mourir son pote dans la dignité. House n’avait jamais trouvé la mort digne, mais plutôt indigne et cruelle et ce, quoi que fussent les circonstances de la mort. C’était donc facile pour House de rejeter les propos absurdes de la missionnaire Adams.

Park eut plus de chance qu’Adams puisqu’elle donna à son boss un bon coup de canne au crâne (clin d’œil au 8×02 quand elle avoua avoir frappé son patron !) lorsqu’il tenta de tuer son patient. Pour elle, la quête de la vérité peut n’aboutir à rien, elle peut être nulle. La VF est une horreur, je ne vous fais pas de dessin concernant la voix VF de Park qui meuglait sans la moindre émotion. Les propos de Park trouvèrent écho dans House qui entama lentement et silencieusement une remise en question le concernant ainsi que Wilson. La canne ici avait un rôle capital !

Son retour était annoncé implicitement depuis le 8×20, il s’agit du retour de « la fille prodigue » comme l’annonça Thirteen en souriant, devant House. Alors Thirteen a eu une double mission, ayant pour but de réconcilier House et Wilson. Ces derniers avaient besoin que quelqu’un les écoute. Elle discuta avec Wilson dans un resto loin de PPTH (et donc de House). Beaucoup, mais beaucoup de fans ont apprécié son retour mais se disent déçus car ils croyaient que Thirteen était venue pour boucler la boucle de son histoire. Pourquoi tant d’acharnement et d’incompréhension surtout que le personnage de Thirteen avait bouclé son histoire lors du 8×03 ? Pourquoi ne pas se rendre compte que le retour de Thirteen dans un final Halone-Hilson était lié à cette querelle « amoureuse » que personne ne pouvait surmonter ? Thirteen apparait épanouie, dommage pour les cheveux (lol) et son retour était comme étant une « missionnaire » mais aussi, comme une amie, un pont entre la vie et la mort, un réconfort. Wilson, essayant de noyer son chagrin dans l’alcool, parla de la vie et de la mort avec Thirteen. Il tentait aussi de sonder Thirteen car elle était également condamnée. « Quand ça va s’arrêter d’être surréel ? » lui demanda t-il. La réponse de Thirteen sous la forme de blague, voulait dire qu’on ne s’habituera jamais à cette situation. Mais dès qu’elle parla de House implicitement, Wilson s’empressa de mettre une bouteille de bière dans la bouche pour éviter de parler de lui, le regard courroucé et noir. Ouille ! Ça c’est mauvais signe !

Thirteen retrouva House devant une suite de chimio dans laquelle un patient était dans un sale état. Le regard fixe de House sur le patient devint étonné devant une Thirteen malade certes, mais épanouie. Elle révéla qu’elle avait parlé avec Wilson, et entama une discussion avec House à propos de l’amitié, de la loyauté, du respect, de la générosité et de l’amour. C’était intéressant de voir comment Thirteen comprenait le raisonnement de son ex-patron, et lui donna suffisamment d’arguments pour qu’il décide de se rapprocher de son meilleur ami.

Après le passage de Thirteen, vint celui du missionnaire Taub ! J’adore Taub particulièrement dans cet épisode, il avait assuré en devenant presqu’un chef vu les circonstances. Il ne s’est pas arrêté de répéter à House qu’il ne fallait pas abandonner Wilson, ensuite il courut dans les couloirs de l’hôpital en répétant encore et encore la décision de Wilson d’en finir avec la souffrance. House, remonté et frustré explosa ! Alors là on assiste à la formidable scène de « life is pain ! » (La vie est douleur !), c’est une explosion de la peine de House, de toute sa frustration cumulée le long de l’épisode. C’était vraiment un grand et saisissant moment clouant le téléspectateur dans son canapé, voir House démuni comme ça, hurlant toute sa douleur et toute sa souffrance dans les couloirs de PPTH face à Taub. Il fit même une allusion au suicide et avoue qu’il avait envisagé de mettre fin à ses jours, bref c’était un moment inouï, sublime ! Le regard de compassion de Taub, chargé en émotions en disait long en regardant son patron s’éloigner après avoir crié sa détresse et son désarroi. Juste ciel, comme j’adore cette scène ! Je dois souligner que les phrases hachées de House face à Taub étaient du nombre de 5 ! (ce chiffre vous dit certainement quelque chose…). Cette scène rejoint la scène de la voiture côté intensité. Ça va Taub ? La décharge n’était pas énorme ? Et quelle décharge !

Le cinquième et dernier « missionnaire » était Foreman, mais il avait discuté uniquement avec Wilson. J’adore Foreman dans ce final ! Wilson, face à Foreman, lui dit que House n’était pas son enfant (tient, la thématique de la paternité !) et qu’il ne pouvait pas être responsable de son bonheur. Pourtant, Wilson savait que ce qu’il disait était erroné. House et Wilson se complètent et chacun fait le bonheur de l’autre ! Foreman l’aida à ouvrir les yeux sur l’importance de cette amitié pour House en insistant que la vie est sacrifices pour ceux qu’on aime. Cette réplique de Foreman laissera Wilson se remettre en question.

Inutile de dire qu’avec des missionnaires pareils, ça va crever le plafond ! Entre chaque missionnaire, la tension avait monté d’un cran, et l’implosion que redoutait Taub le pessimiste était au rendez-vous ! Juste au moment même où Wilson était en pleurs dans sa voiture, accompagné de House. On voit le parallèle ici. En fait, l’implosion de Wilson dans sa voiture était accompagnée de l’implosion de House d’une autre manière très symbolique : il s’agit de l’effondrement du plafond sur la machine d’IRM ainsi que sur Park, Adams et le patient. C’était un déluge de colère et de larmes qui s’était abattu sur eux, mais pourquoi dans cet endroit précisément (machine d’IRM) ?

La machine d’IRM est tout un symbole dans la saison 8. Si vous avez regardé par exemple le fameux 8×02, où les deux amis en froid s’étaient réunis près de cette machine, où House avoua cash à Wilson qu’il tenait à lui comme une déclaration d’amour sous-jacente. Pourquoi Wilson lui ferait subir des telles souffrances s’il l’aimait ?

Pour les nouvelles, c’était comme un baptême. Elles furent baptisées à la manière housienne face à l’humeur de leur patron. Les répercussions de la décision de Wilson sur House furent grandioses ! La lourdeur présente dans l’épisode fut comme un abcès doublement crevé.

Pourtant, le fait d’avoir crié sa peine sur Taub, saboter la plomberie de l’hôpital avec des tickets de hockey pour avoir comme résultat un joli trou dans le plafond, ne suffisait pas à House. Après avoir guéri le patient, il apprit de la part de Park que Derrick avait tenté de se suicider, c’est là que House était devenu furax, et tenta de tuer le patient pour de vrai (House avait complètement pété les plombs). Pourquoi cette manie de suicide ? Voyant Wilson symbolisé par le patient, House l’étrangla en lui criant dessus : « Reste en vie ! », j’ai bien dit « criant », Atkine ! Mais qu’est-ce que c’est que ce ton que tu as choisi ? Hugh Laurie hurlait, Atkine ! C’était une scène superbe gâchée par ce mauvais ton que tu as utilisé.

Très belle scène où on nous dévoile un House mis à nu, vulnérable, sensible, blessé, perdu, sans le moindre repère, gérant très mal sa douleur. C’était extrêmement triste de constater le degré de désespoir qu’avait atteint House. Le fait de refouler la douleur n’a fait qu’empirer la souffrance pour House qui trouva dans la plomberie un exutoire cathartique de ce qu’il ressentait. Il goba de la Vicodin pour masquer sa douleur en vain…Bref, le point culminant de cet épisode était cette souffrance et cet amour, une souffrance reflétée par les notes tristes du piano et les gros plans sur House et Wilson, chacun voué à lui-même, séparés, ce qui augmente encore plus l’intensité dramatique avec le Halone. La dualité du couple mort /amour est très flagrante avec les regards, les silences chargés, et certaines répétitions. Par exemple, on note la répétition du mot « amour » 2 fois et celle du champ lexical de la mort 13 fois. Voici le chiffre 13 qui se répète pour la 2ème fois après le 8×20, mais ici il désigne directement la mort et incarne le stéréotype du « chiffre maudit ».  Je pense qu’on a assez de preuves qui font de cet épisode l’épisode le plus noir et le plus pessimiste.

L’explosion et l’implosion de House ainsi que le défilé des « missionnaires » en particulier Park, firent House réfléchir, se remettre en question. D’ailleurs on peut interpréter cette remise en question comme un clin d’œil à la plus grande introspection de House lors du 8×22.

Au même moment, Wilson, toujours en colère, faisait le point sur ce qu’il avait dit, pesa le pour et le contre depuis la réplique de Foreman. C’est lorsque son regard tomba sur les oreos, symbole de son amitié avec House, que sa colère se dissipa en une fraction de seconde !

Vint le moment où Wilson se retrouve pour la 2ème fois sur le seuil de la porte de House, face-à-face à ce dernier, et lui annonça qu’il avait décidé de changer d’avis pour lui. House, extrêmement apaisé et serein, refusa. Il avança des arguments suffisamment nets et convaincants démontrant qu’il était résigné à la première décision de son ami et qu’il était lucide et clair. Les échanges après entre les deux furent beaucoup plus silencieux, doux, intimes et beaucoup plus détendus, chacun acceptait l’autre tel qu’il était, avec la chute finale « je ne vais pas te dire « je t’aime » » de la part de House (ce qui veut dire un grand « je t’aime » !). J’aime bien le jeu scénaristique du seuil de la porte de House ! Au début de l’épisode, il n’a pas été franchi par Wilson, c’était le seuil qui séparait les deux amis. A la fin, Wilson franchit symboliquement le seuil comme un retour à leur amitié après la résignation et l’acceptation de House. On peut interpréter cette résignation comme un sacrifice pour l’amitié. Et concernant le seuil de House, il était à la fois signe de la discorde et de la réunion. Réunis dans leur amitié, l’appartement de House était devenu symbole de l’amitié et du partage entre les deux. On peut conclure que le sentiment de lourdeur de l’épisode était dû au non-dit et à la frustration refoulée.

Le problème avec tout cela, c’est que le bon téléspectateur est tellement tourmenté et accaparé par le Hilson et sa souffrance qu’il oublie un truc : les conséquences de la bêtise de House lors de son implosion, vu qu’il avait très mal géré la situation douloureuse. Il fallait, comme d’habitude, une douche froide ! Cette douche s’appelait « l’huissier de l’hôpital » qui interrompit les « frères siamois » qui cherchaient sur le net un lieu d’excursion à eux seuls. Mais tomber sur une montagne de 8000 pieds (chiffre 8, ça c’est moche à moins que ce soit une métaphore de toute la série) et sur un huissier accompagné de Foreman ayant une tête d’enterrement, il y’a de quoi flipper !

Et VLAN ! Jolie gifle au téléspectateur qui ne se doutait pas que la thématique de la liberté allait revenir de plein fouet, la prison, 6 mois, House se retrouve enchaîné de nouveau, juste au moment où son copain avait besoin de lui. Les deux amis choqués s’échangèrent les regards à 5 reprises dans un silence morbide. J’avoue que je ne m’attendais pas à l’époque à un coup pareil ! Notre couple « d’amants maudits » rencontre des obstacles pour rester ensemble. Le jeu de ces deux acteurs est vraiment époustouflant, qui met l’alchimie de House et de Wilson en lumière…Cette dernière séquence de l’épisode est une transition vers le dernier épisode de la série : le 8×22.

Voilà donc ma review du 8×21. J’étais super content du retour du piano (triste, j’adore !), de la qualité de cet épisode, de la présence de toutes les thématiques abordées dans la saison 8 et surtout la thématique du tiraillement, tous les chiffres, dans cet épisode du chiffre 5 par excellence ! N’hésitez pas à me laisser des commentaires pour ma plus longue review et merci de votre lecture.

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Audiences: Final en beauté pour Dr House

Image

Hier soir, mardi 19 mars 2013, Dr House achevait sa carrière su TF1. La série américaine portée par Hugh Laurie a fait le plein de téléspectateurs puisqu’ils étaient 7,8 millions devant le premier épisode et en moyenne 7,6 millions jusqu’à la fin. La Une est donc largement en tête avec ce score.

À la deuxième place, Famille d’accueil, sur France 3 a recueilli 3,6 millions de téléspectateurs. Mais M6, qui proposait un prime de ses Scènes de ménages, n’est pas loin derrière. La série a en effet recueilli 3,2 millions de téléspectateurs et se retrouve devant France 3 en termes de part d’audience (15,6 % contre 13,1 % pour la Trois) en raison de la durée exceptionnelle du programme.

À la quatrième place, la fiction de France 2 ne fait pas le poids. Drumont, histoire d’un antisémite français, avec Denis Podalydès dans le rôle titre, n’a recueilli que 1,3 million de téléspectateurs (soit 5 % de PDA seulement). Ce qui la place juste devant TMC qui est en tête de la TNT avec 1,2 million de téléspectateurs pour le magazine 90’enquêtes.

Les audiences de première partie de soirée :

Dr House (TF1) : 7,8 millions de téléspectateurs en moyenne (28,2 % de part d’audience)

Famille d’accueil (France 3) : 3,6 millions de téléspectateurs (13,1 % de part d’audience)

Scènes de ménages : ils en font tout un prime (M6) : 3,2 millions de téléspectateurs (15,6 % de part d’audience)

Drumont, histoire d’un antisémite français (France 2) : 1,3 million de téléspectateurs (5 % de part d’audience)

90’enquêtes (TMC) : 1,2 million de téléspectateurs (4,9 % de part d’audience)

O’Brother (D8) : 1 million de téléspectateurs (3,9 % de part d’audience)

Ennemis rapprochés (NRJ 12) : 855 000 téléspectateurs (3,3 % de part d’audience)

Argentine, les 5 000 bébés volés de la dictature (France 5) : 820 000 téléspectateurs (3 % de part d’audience)

Will Hunting (W9) : 575 000 téléspectateurs (2,3 % de part d’audience)

Tonnerre roulant sur Bagdad (Arte) : 500 000 téléspectateurs (1,8 % de part d’audience)

15 Ans et demi (NT1) : 490 000 téléspectateurs (1,9 % de part d’audience)

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Dernière soirée de House sur TF1

Attention, le programme est super pour ce soir: on aura la diffusion du 8×21, du 8×22, du 4×01, du 4×15 et du 4×16 pour clore cette soirée! En somme, une grande soirée House attend les fans sur TF1, comme un grand au revoir à la série. Bons épisodes choisis. Voici le programme tv:

Image

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,