RSS

Archives de Tag: sacrifices

House – Review du 8×19

Image

L’autre jour, je me suis éclaté en lisant l’acte I de l’épisode 8×19, un épisode spécial réalisé par Hugh Laurie. C’est très intéressant de lire le script en se disant que les acteurs ont bossé comme des fous pour réaliser tout ce qui était écrit. Vous savez (ou pas) que j’ai déjà donné mon avis à chaud concernant cet épisode en Mai dernier, mais sans la moindre analyse. Donc je vais tenter de régler ce petit problème cette année…

Grâce à cet épisode, je me suis réconcilié pour de bon avec ma série préférée, c’était l’élément déclencheur. Diffusé en VF sur TF1 le 12 Mars 2013, le 8×19 « The C Word » alias « Double dose » était presque l’épisode que je connais. Pourquoi presque ? A cause de la sale traduction, du manque d’émotion dans les voix de House et de Wilson. Quand House parle tout bas en VO, inutile de hausser la voix en VF, Atkine ! Ou quand Wilson dit « S’il te plait » en VO, on ne doit pas dire « Par pitié » en VF  et j’en passe des erreurs!! Toujours ce manque total du respect de l’épisode, des répliques et de l’émotion. C’était toujours comme ça, la VF ! Voilà pourquoi je la déteste. Regardez l’épisode en VO et vous verrez la différence…

Cet épisode a donc réuni dans cette avant-dernière soirée de House sur TF1 le total de 6.4 millions de téléspectateurs. Savez-vous qu’il y’a trop de pub sur TF1 ? Mon dieu ça m’a saoulé, 3 pubs en une demi-heure ? Je préfère largement regarder l’épisode en VO sur mon ordi, c’est ce que j’ai fait tellement j’étais traumatisé par la « qualité » de la traduction et le manque d’émotion de la VF (double dose pour moi, lol).

Je vous souhaite une bonne lecture de cette review à propos d’un épisode que j’aime beaucoup. Chapeau aux acteurs, aux scénaristes et aux réalisateurs. 3 parties et c’est parti !

I. Double risque

J’ai adoré cet épisode, et je me suis dit que ce serait marrant de faire un clin d’œil au titre de l’épisode en VF. Nous avons assisté à une fin terrible et noire dans l’épisode 8×18 comme vous l’avez constaté, et cette fin n’était en fait que le début de l’arc narratif final auquel on assiste. Cet épisode 8×19 est un maillon dans cette chaîne finale.

Je vais paraphraser un peu pour commencer. Après l’horrible annonce du 8×18, c’est un autre House qu’on voit d’emblée, se souciant de son ami et se montrant tellement sincère que Wilson accepta son soutien. On remarque aussi le chagrin noyé dans l’alcool dès le départ, et c’est House qui boit à la House. On a l’impression que tout roule, que Wilson avait gardé la tête froide en se concentrant sur son traitement, jusqu’à la fameuse scène avec l’oncologue qui a permis House de se poser des questions.

Wilson avait eu une réaction bizarre devant l’oncologue. Même si la scène faisait sourire, c’est quand même intéressant de voir avec le recul que Wilson était le patient, il était face à l’oncologue qu’il était à voir et à entendre ce que ses propres patients avaient vu et entendu de sa part. Un oncologue miroir qui lui envoie donc une image répugnante de lui-même…On apprend que Wilson a environ 75% de chance de survie (tient, salut chiffre 5 ! lol).

Bref, le comportement de Wilson était de plus en plus suspect (rassurez-vous, je paraphrase toujours !) que House avait tenté en le soulant de lui faire changer d’avis afin d’écouter ses médecins, tentative housienne vouée à l’échec devant l’entêtement de Wilson. En fait, ce que House va découvrir, c’est le fait que Wilson avait pris une décision de se soigner chez lui avec une dose si élevée de chimio qu’il risquait sa vie. Cette décision nous rappelle quand même celle de House lors du 7×22 quand il s’est ouvert la jambe chez lui.

Ceci dit, Wilson avait peut-être décidé de prendre un risque pareil tout en sachant que son secret risquait d’être découvert par House. Peut-être qu’au fond de lui, il voulait que House soit son médecin car il pouvait gérer les situations critiques en gardant la tête froide. Il l’avait voulu aussi sans doute parce qu’il était son ami, et que cet ami l’écouterait et ferait de son mieux pour son bien. On peut s’orienter vers cette réflexion. Ou bien, il voulait tout faire secrètement en prenant tous les risques. Mais s’il y’a une conclusion à faire ici, c’est que Wilson était suicidaire dans tous les cas.

En montrant quelques exemples de patients, on comprend la réaction de Wilson. Beaucoup de ses patients avaient des grandes chances de survie, mais ils étaient morts malgré tout. Et montrer des statistiques à un patient ne prouve rien, juste le maintenir en illusion, entouré de mensonges. Wilson connaissait cela vu qu’il était le menteur ou l’illusionniste face aux malades. Il donna 3 exemples de patients décédés et ayant des grandes chances de survie : 70%, 89% et 96%. John Taylor est le patient qui le touche le plus, je noterai pourquoi plus tard. Wilson connaissait tellement ses patients, leurs noms et leurs dates de décès, chaque patient le touche. Vous ne voyez pas pourquoi j’ai étalé les statistiques au grand jour ? Et pourtant c’est une deuxième annonce sous-jacente grâce aux chiffres. Je vous dirai certainement ce que les scénaristes ont voulu passer comme message, mais ce sera dans un prochain épisode. Je tiens quand même à jouer avec les âges et les dates de décès, et observez combien de fois j’ai eu le chiffre 10 : 64 ans (6+4), 10 Octobre (10, 10). Et oui, il y’ a un faux 10 ! Mieux encore,  il y’a l’âge de 52 ans (coucou chiffre 5 xD). Cela ne vous rappelle pas quelque chose dont j’ai pris la peine de souligner dans une précédente review (8×16)? Dans cet épisode 8×19 non seulement on a nos chiffres répétitifs habituels comme le 5 ou le 10 et j’en passe, mais il y’a l’apparition flagrante de chiffres  dont l’un est le chiffre en « hibernation » se répétant implicitement, et dont l’autre se répète lentement dans cette finale et que je le dévoilerai avec toute cette histoire de chiffres ! On a vraiment une histoire…

Bref, Wilson ne voulait pas qu’on lui mente dans un lit d’hôpital, c’est ce qu’il a toujours fait croyant soulager es patients. Et si on fait une petite déduction, Wilson n’était pas fier de prolonger leurs souffrances (il l’a démontré dans le 6×07 si vous vous rappelez…) ce qui veut dire une chose, qu’un message secret concernant Wilson est en train de défiler devant nos yeux. Il a horreur de leur sort, et ne veut surtout pas subir cela. D’ailleurs ce message caché sera assez net dans le 8×21.

Un double risque dans cette première partie ne concerne pas que Wilson, mais également House. Si on se rappelle bien, House ne voulait plus lâcher son ami, et accepta de suivre Wilson jusqu’au bout de sa folie suicidaire avec son opération suicide. House décida que la cure se passe chez lui en prenant tous les risques pour son ami bien qu’il ait traité Wilson d’idiot. Dans sa logique des choses, il le trouva idiot mais décida de l’aider car c’était logique.  Un scénariste qualifia ce geste d’un « geste logique. C’était de l’amour, mais c’était logique ! ». Et c’est vrai que c’est un mélange d’amour et de logique qui montre à quel point Wilson comptait pour House. Même si ce dernier savait que le désespoir aveuglait son ami avec sa décision entêtée, il savait que l’aider à sa manière était la solution la plus logique.

Le suicide qu’on aborde à peine ici sera de plus en plus évoqué dans les prochains épisodes, ça promet !

Bref, Wilson risquait sa vie avec cette chimio et ce, malgré les tentatives de dissuasion de House en trinquant et en décrivant d’une façon qui fait froid au dos comment Wilson vivra cela, mais comme les autres tentatives de House, ce fut un échec et Wilson ne l’écouta pas. De son côté, House risquait gros en étant complice et en dissimulant aux autres ce que comptait faire Wilson. En effet, House risquait sa liberté, lui qui peinait à rester libre, mais il risquait aussi sa réputation de médecin en se sacrifiant au mutisme, le tout fait par amitié. Il prenait tous les risques car il ne voulait surtout pas prendre le risque de perdre cette amitié.

J’ai un peu parlé de chiffres et je ne m’arrêterai pas, mais il faudra que je souligne l’importance de l’amitié pour House, qui s’est révélé un sacré bon ami. Il se sacrifie pour son ami et franchement, j’ai toujours adoré leur amitié ces deux-là. Chacun se sacrifie pour l’autre sans condition, sans hésitation et sans limite. Leur amitié est mise en lumière dans cet épisode, une belle et vraie amitié traitée d’une manière tellement pudique et réaliste par les scénaristes, que les relations amoureuses.

Autre chose à remarquer : House est plutôt raisonnable dans cet épisode, d’un bon conseil, un peu « wilsonnien » en fixant les limites pour son pote, par contre Wilson est un House aveuglé, suicidaire et tourmenté.

C’est en prenant donc ce double risque que House et Wilson n’en firent plus qu’un, se battant seul dans le noir contre soi-même et contre cette maladie. La question qu’on doit se poser est : c’était un double risque payant ou pas ? La réponse était là, depuis le début, mais c’est l’hallucination qu’a eu Wilson qui est vraiment tout un symbole de cette réponse.

Vous vous souvenez de John Taylor auquel j’ai fait allusion il y’a quelques lignes ? John Taylor fut le patient de Wilson, décédé avec 96% de chances de survie, âgé de 8 ans. John Taylor sera l’hallucination de Wilson, un message morbide, un reflet de lui-même dans un futur proche. Oh que si…Voir la mort en face te parler…Tient donc, jouons un peu avec les chiffres : John (4 lettres) Taylor (6 lettres), et comme par hasard l’âge de Wilson est…

Retour à l’âge du gosse : 8 ans. La mort à cet âge-là signifie non seulement l’insistance sur la mort de Wilson mais en plus, c’est encore l’annonce de la fin de la série avec cette répétition (on est à la 8ème saison non ? lol). Je prends ce chiffre 8, symbole de l’échec, et je fouine ! On trouve la répétition du chiffre 8 en répétant le mot « cancer » 8 fois dans l’épisode, tout ce qui a rapport à la mort des termes suivants « death, die, dying, dead » a été répété 8 fois, et tout ce qui a rapport à la tumeur des termes suivants « sick (malade=4 fois), tumor (tumeur=3 fois), Toomy (nom de la tumeur donné par House=1 fois) » donnera le résultat de 8.

Tout cela renforce encore plus l’échec de la cure et la mort annoncée depuis le 8×02 ! Cela devient encore plus inquiétant si on additionne la répétition de « House » (6 fois) à celle de « Wilson » (2 fois) et on obtient encore un 8. Ce n’est ni de l’arithmétique ni des statistiques, c’est une preuve que la mort concerne à la fois House et Wilson !

D’ailleurs, on les retrouve dans le décor noir et ténébreux de l’appartement de House que j’ai comparé à un tombeau dans ma review du 8×18. Double risque voué à l’échec (je n’ai pas parlé de tous les chiffres 8, on a les 8 Vicodin de House desquels il en a donné 2 à Wilson, on a House qui donnait la Vicodin car la morphine était épuisée depuis 8 heures). Des chiffres, des lettres, des visages, des endroits, tout est sombre, tout guidait un message de pessimisme et d’échec.

II. La Pietà

Nous y voilà arrivés à la 2ème partie de mon analyse. Vous le savez, la Pietà est la position qu’avait prise Marie en prenant son fils Jésus mort crucifié et cette position était représentée grâce à des œuvres d’art, peintures, tableaux, gravures, statues et j’en passe. Je vous dis cela car la Pietà est incluse dans le théâtre car la vulnérabilité et la tragédie qui nous sont représentées et dont les expressions de douleur et d’amour se figent sur les visages. Chose qui intéresse le 7ème art bien sûr et tout ce qui est lié au théâtre.

Dans ce 8×19, nous assistons à une position presque parfaite de la Pietà : House, à un moment donné, était agenouillé, son ami mourant se tortillant de douleur était entre ses bras, et malgré un moment aussi terrible, House veillait sereinement sur son ami mais ne pouvant réprimer une tristesse profonde qui lui échappait de son regard. C’était un moment terrible et le plus silencieux face à une chimio qui tournait mal. (Regardez la photo en haut de l’article, la position de House).

C’est beau l’amitié entre ces deux-là, hein…Vous savez, le plus beau c’était le fait que House laissa tomber son masque face à la mort, et c’est avec plaisir qu’on découvre un House aussi attentionné et chaleureux car au fond, il n’était pas si mauvais que ça le gars. Que voulez-vous, j’adore faire allusion à leur amitié.

Vous allez me dire, mais à part la position de House et de Wilson, qu’est-ce que les lie aussi à cette émouvante position d’une mère avec son enfant ? House n’est pourtant pas une mère ! Et Wilson n’est pas l’enfant de House ! Patience…J’explique !

House ressemble beaucoup à la mère de la patiente (une petite fille très mignonne). La mère, qui est également médecin, reflétait House  avec son obsession de vouloir guérir sa fille, à tel point qu’elle a testé un médicament expérimental sur elle-même par amour pour sa fille. House est presque dans le même cas sauf qu’il a tout risqué pour son ami. Les deux ont des proches malades, les deux étaient des médecins mais n’hésitaient pas à se préoccuper du bien-être de ceux qui leur étaient chers.

House a des gestes maternels, doux, pour pouvoir calmer un peu son ami, et comme je l’ai écrit en haut, il veillait au bien de son ami. La souffrance de la Pietà et son amour se lisaient dans un long regard de House adressé à Wilson. Vous l’avez remarqué, je l’ai capturé : voir le haut de l’article.

Qu’est-ce qui lie Wilson à un enfant ? Sa dépendance totale de House à ce moment-là, il lui avait fait une confiance aveugle en mettant sa vie entre ses mains. Vous avez vu aussi comment Wilson marchait à un moment donné à 4 pattes, une ressemblance frappante avec un gosse qui ne peut pas encore marcher. Mais il y’a bien plus que cela qui lie Wilson à un enfant ! Et là, on va plonger un peu en symbolisme.

Il y’a une chose qu’on ne doit jamais esquiver : c’est le patient du jour. Enfin, la patiente qui s’appelle Emily Lawson. Cette dernière et Wilson avaient des tumeurs tous les deux, sauf que pour l’une la tumeur était bénigne, pour l’autre la tumeur était maligne. Emily et Wilson mourront, la patiente sera morte à cause de l’AT (maladie génétique). Bien sûr que la petite fille guérie à la fin grâce à Chase, mais elle est condamnée à cause de ses gènes, tout comme Wilson qui s’en est sorti grâce à son ami de la chimio, il est condamné mais il ne le sait pas encore. Un message noir et triste.

Ici, Chase résout le cas et confirme ainsi sa place de leader héritier dans l’équipe. Futur diagnosticien ? Il en a l’étoffe ! En tout cas, c’est lui qui avait récupéré le flambeau délaissé par House. Il était le digne successeur de House annoncé implicitement depuis son retour dans le 8×05.

Retour à la petite patiente (et la dernière patiente de cette série), un vrai cas-miroir de Wilson. Une enfant innocente qui sera crucifiée à cause de ses gènes, un médecin incarnant la douceur et la gentillesse crucifié à cause de sa maladie. La mort était couchée sur leurs poitrines.

Ce qui fait également penser à Wilson, c’est le nom même de la petite « Lawson », à l’exception d’une seule lettre tout le reste est approximativement le nom de Wilson, en méli-mélo !

Le petit mort John était également un miroir de Wilson. Cela nous donne une idée sur l’avenir de Wilson qui sera à l’opposé de ce qu’il avait toujours fait : protéger House comme son enfant. C’est House qui va dorénavant le protéger et s’en occuper.

L’idée de la mère et de son enfant est assez claire je crois ! Retour à la Pietà, et à notre couple d’amis dans leur position. C’est un moment douloureux le plus indescriptible de tout l’épisode, qui est lié à cette fameuse promesse. En toute intimité, on nous dévoile cette amitié mise en évidence entre House et Wilson. La masque je-m’en-foutiste de House tombe, il ne fuit pas bien au contraire, un masque laissant découvrir un humain qui ne cache pas ses émotions face à la mort.

On ne pourra jamais dissocier la Pietà de la Promesse, et quelle promesse !

La promesse est un grand moment d’émotion dans cet épisode, c’est également là que House fit tomber son masque rigide pour de bon. En prenant la position de la Pietà, les deux acteurs étaient sérieusement époustouflants !

On découvre deux amis et non un docteur et son patient, deux amis dont chacun avait besoin de l’autre, et dont chacun s’accrochait à l’autre comme une bouée de sauvetage.

Non, aucune limite. Il n’y a absolument aucune limite entre eux. Ils se touchent, aucune gêne, House s’implique. On sait qu’il déteste voir ou toucher ses patients mais avec Wilson, il n’était que l’ami sur lequel on pouvait compter, même s’il s’est beaucoup retenu de craquer.

Wilson avait pleuré comme jamais dans ce moment, plus que lors de l’hallu où il avait pleuré par culpabilité. Voir son ami aussi vulnérable avait beaucoup ému House, qui promit à son ami de ne pas l’emmener à l’hôpital, et ce, malgré tous les risques.

Il est vrai que House était d’une fidélité inouïe, en respectant la décision et la demande de son ami à un moment qui est le plus fort de tout l’épisode. C’est après avoir visionné ce moment-là en Mai dernier que je me suis dit « House fera tout pour Wilson ! ».

Mais j’ajouterai volontiers autre chose. Vous vous rappelez ce qu’a dit John Taylor dans l’hallu? « Vous m’avez promis que je rentrerai chez moi, Dr Wilson ». Cette promesse que Wilson n’avait pas tenu face à John Taylor, à son tour, Wilson voulait que House le promettait et le sortait, il voulait que son ami applique sa promesse, car Wilson à ce moment-là n’était que John Taylor lui-même qui se reconnait en lui, face à House au regard très attendri et compatissant. Miroir entre passé et présent…

Autre miroir du passé, lié à la promesse de House à Wilson. J’ai même crée une fanvid comparative entre ces épisodes. On a beaucoup d’allusions au 7×22 dans cet épisode comme le démontre l’exemple de l’amie de Thirteen qui lui fit promettre de ne pas l’emmener à l’hôpital. Thirteen la soigna sur son canapé et elle resta aux petits soins de son amie. Le parallèle est net avec Wilson qui fit promettre à House de ne pas l’emmener à l’hôpital, il a été soigné sur le canapé de House qui a veillé sur lui durant des jours.

Rares sont les fois où on voit House et Wilson si émus, si proches car en fait, c’était ça leur amitié et ça fait plaisir de les voir aussi bien pour le meilleur que pour le pire.

III. Un chemin pour deux

Ce serait dommage d’avoir regardé cet épisode sans fouiner, vous savez. Regarder terre-à-terre l’épisode peut être sympa, mais cela reste néanmoins insuffisant. J’ai choisi « Un chemin pour deux », un titre assez simple et évocateur de la suite. J’espère que cette partie sera la plus courte car rien avec les deux premières parties, ça fait beaucoup de chemin à lire ! lol

Je commence avec la notion du tiraillement. Durant tout ce final, tout le monde sera tiraillé ! Dans ce 8×19, je donne un parallèle de tiraillement entre House, la mère et la patiente. On verra ou cela va mener…

Ici, House est tiraillé entre aider son ami en tant que médecin ou en tant qu’ami. C’est lorsque Wilson lui demanda de lui promettre de ne pas l’emmener à l’hôpital, que House avait pris sa décision de rester en tant qu’ami aux côtés de Wilson. Ce dernier sera tiraillé bientôt.

Concernant le cas de la mère, elle est tiraillée entre son rôle de médecin et son rôle de mère. C’est un personnage tiers qui aida dans les diagnostiques et ajouta un nouveau souffle dynamique à l’équipe. Vers la fin, elle décida d’être la mère aux côtés de sa fille malade et de son ex-mari.

La patiente est tiraillée entre ses parents qui ont une vision complètement différente de son bonheur. (Au passage, chapeau bas à la petite actrice !). La mère tente de la faire vivre plus longtemps, en l’étudiant scientifiquement, en faisant tous les tests possibles. Le père est loin de cette vision scientifique froide, il veille au bien-être de sa fille comme il l’entend, il connait ses amis, ses enseignants, l’emmène pour s’amuser…La patiente voyait la mort comme salvatrice, pas pour elle mais pour ses parents qu’elle voulait les voir réunis.

Mais cette petite et jolie fille est-elle une patiente seulement ? Ou peut-on dire qu’étant le seul lien réel et stable entre ses parents, elle symbolise aussi une belle amitié qui lie un couple aussi différent que House et Wilson ? Je prends le pari que c’est bien le cas.

On est en train de passer de la technique du tiraillement et du cas au Hilson. Dans cette transition, il faudra alors noter le choc technique avec la variation et le tiraillement de l’obscurité chez House à la lumière de l’hôpital. Cette lumière n’est pas une lumière optimiste ou durable, mais que je qualifie de « lumière noire ». C’est la mort qui a gagné ici !

Regardez à ce propos combien de fois le chiffre 5 était présent : « médicament dans 5 ans », « 75% de chance de survie », « 5 avis médicaux », « 500 globules blancs » et j’en passe…La répétition anormale du chiffre maudit trace une triple fin : celle de House, celle de Wilson et celle de la série puisqu’on est dans les 5 épisodes finaux !

C’est toujours dans les épisodes les plus tristes et obscurs qu’on trouve les moments les plus touchants et les plus émouvants. L’amitié Hilson mise en évidence dans cet épisode est le fil rouge de la série et en particulier de la saison 8.

Qu’est-ce que l’amitié ici ? Qu’est-ce que le sacrifice ? Qu’est-ce que le partage ? House nous donne une leçon à ce propos.

Wilson avait mal, très mal. House avait mal aussi. Il partagea sa Vicodin avec son pote pour le soulager de ses douleurs, se sacrifia pour sentir ce que son pote sentait en donnant tout ce qu’il avait comme analgésiques, et passèrent des jours ensemble à huis clos où House avait pris des risques énormes pour protéger son ami. Ils partagèrent les antidouleurs et les douleurs, c’était très frappant. Mais le mal de Wilson s’était amplifié par la suite, le poussant à crier sa douleur, crier sa rage et crier l’injustice dont il était victime. Wilson à terre, il en voulait à Dieu, à lui-même, à tout le monde et à House qui fut blessé par les propos de Wilson (qui avait dit du genre « je méritais le cancer si j’étais comme toi, un salopard manipulateur narcissique qui n’attire que les malheurs aux autres ! »), certes c’est la douleur qui le poussa à dire cela, mais c’est également ce qu’il se dit réellement, au fond de son subconscient.

House accusa le coup et s’occupa de son ami malade jusqu’à ce qu’il récupéra quelques forces et s’en sort indemne. Les deux avaient deux têtes d’enterrement MDR.

J’adore les regards à la fin entre eux. Wilson lit dans les yeux de son ami un regard de reproche auquel il répondit directement par un long regard d’excuse et de regret, sans un mot. Ces deux-là pouvaient dialoguer sans un mot. Leurs moments étaient inédits, et à revoir encore et encore. House et Wilson nous montrent à quel point leur amitié était vraie, forte, profonde, sincère et extrêmement émouvante et belle. Des émotions qui font passer le téléspectateur des larmes au rire, des émotions qui nous font admirer une telle amitié dans cet épisode où House était prêt à tout faire sans rien demander pour son pote.

On observait de la tendresse et de la douceur entre les deux, surtout de la part de House qui volait au secours de son ami, à le border, à veiller sur lui, et après l’hallucination qui s’est dissipée House était la figure maternelle rassurante, l’ami sur lequel on pouvait compter, dont la main était posée sur l’épaule de Wilson et qui en disait long, du genre « je suis là, ne t’inquiète pas ».

On retient aussi le moment où House relevait Wilson pour l’emmener aux toilettes vers la fin, et qui semblait être bien plus qu’une accolade amicale, plutôt une étreinte.  Franchement, bravo aux deux acteurs ! Les paroles étaient extra (j’analyse toujours à partir de la VO, jamais l’horreur de la VF !).

Un chemin pour deux c’est le chemin symbolique qu’ont pris House et Wilson, chacun accroché à l’autre, marchant droit devant sans regarder en arrière. Cela nous rappelle certainement à nous, qui connaissons la fin, la symbolique de cette allure-là dans le 8×22 ! Cette marche du duo dans ce chemin nous rappelle également le 7×22 (beaucoup de clins d’œil au 7×22 !) quand on se rappelle à la fin, comment House avait Wilson comme appui et comme canne, lorsque sa jambe était charcutée. Dans le 8×19, c’est un spectacle à l’envers ! C’est Wilson qui s’appuyait sur House, il avait besoin de lui, House était devenu la canne de Wilson.

La fin du 8×19 était inattendue et agréablement surprenante. On assiste à une explosion de couleurs avec une explosion de joie et de fou rire le tout accompagné d’une musique vivante et folle. Le meilleur cadeau de House était resté pour la fin : offrir à son ami le sourire, après les dures épreuves qu’il avait enduré dans une ambiance morbide, après les larmes et les souffrances.

House est un excellent ami, il savait exactement ce dont Wilson avait besoin et lui a offert le sourire. « He make him smile ! » (Il le fait sourire !) s’écria une fan US excitée. Le bonheur de Wilson est bien House et vice-versa. Seul House pouvait le faire sourire, et lui faire oublier des jours pénibles. Le rire de Wilson est un rire communicatif qui ne laisse personne de marbre, en tout cas, j’ai adoré la scène ! Beau geste touchant de la part de House, et on sort de l’épisode chargé en émotions et en symboles avec un nouveau regard sur l’amitié entre House et Wilson, et ce dont est capable House en tant qu’ami. La répétition du chiffre 2 n’est pas anodine dans ce contexte du 8×19, un vrai tournant comme l’avait qualifié Hugh Laurie. C’est la disparition du masque…

Un épisode vraiment magnifique nous montrant ce qu’est l’amitié et ce qui est l’amour d’autrui. J’ai beaucoup adoré le regarder durant 10 mois avant de vous l’analyser. J’espère que ce n’est pas trop long lol. Je vous remercie de votre lecture et chapeau si vous avez lu ma plus longue review ! Vos commentaires sont les bienvenus.

Ps : cette photo ci-dessous est un remerciement de Hugh Laurie aux fans qui avaient participé au succès de l’épisode qu’il avait réalisé, à savoir le 8×19 « The C Word ».

Image

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×09

Image

Avec la soirée du 5 Février 2013, on s’approche très vite de la mi-saison 8 déjà ! C’est en loupant l’épisode 8×09 « Oubli de soi » en VF que je vais l’analyser selon mon point de vue. Plus tard, ce sera au tour du 8×10.

L’épisode 8×09 avait récolté une audience correcte de 7.2 millions de téléspectateurs. Petit leader certes, mais leader quand même !^^

Quand je vous dis que la VF est pathétique ! à part les erreurs commises de la traduction, est-ce que quelqu’un d’entre vous pourrait trouver une explication à l’étrange traduction du dernier mot du 8×09 ? Vous avez entendu House sur TF1 disant à Foreman après lui avoir renversé ses crayons : « c’est pas fait exprès ! », une magnifique phrase qui illustre la créativité des traducteurs. En version originale, House avait dit : « Oups ! », comme quoi il y’a des mots très durs à traduire !

Je n’avais pas hésité pour regarder les épisodes deux jours avant leur diffusion française, ayant la flemme d’écrire (doigts congelés !) j’étais même passé au visionnage des épisodes du 12 Février. Mea culpa, j’ai oublié de parler du 5ème générique ! Mais là ce sera trop spoilant, je vais donc parler du 8×09, visionné en VO.

Episode capital où il y’a un tournant important qui arrive dans cette saison 8. L’épisode 8×09 se divise en trois parties.

I. Crise identitaire

Qui suis-je ? Telle était la question posée par la plupart. Suis-je vraiment le contraire de ce que j’ai cru que j’étais ? Le cas présent dans cet épisode est le meilleur exemple !

En effet, le patient est atteint de la maladie d’Alzheimer, et souffre de symptômes inquiétants. On sent que l’Alzheimer était beaucoup plus mis en lumière que le cas, avec des effets techniques comme des flashs illustrant à peu près l’état du patient. Il faudra souligner à ce propos deux trucs assez intéressants liés à Alzheimer : d’un côté, on n’a jamais eu dans la série un patient atteint de cette maladie (me corriger si je me trompe) et d’un autre côté, l’Alzheimer sera évoqué dans un autre épisode (8×20) de cette même saison 8. Ne croyez surtout pas que ce n’est qu’une coïncidence ! Quand un mot se répète ça a un sens. L’oubli de soi. Le néant et l’anéantissement. Un trouble d’identité voire le rejet de soi. Il suffit de lier ce cas à des aspects du 8×20 pour comprendre la tragédie humaine.

Retour à nos moutons : dans le 8×09, nous avons un patient atteint d’Alzheimer (donc double tragédie à savoir que c’est une maladie incurable) qui souffre de crise identitaire. Il passe à l’état enragé en deux secondes, et redevient inoffensif rien qu’en écoutant sa femme.

 La souffrance de ce patient touche sa femme, qui a eu un œil au beurre noir de la part de son mari. La souffrance de cette femme touchera tout le monde et même son mari. Ce dernier, brésilien d’origine, était un entraineur de foot avant d’être atteint par Alzheimer, ce qui fait une double identité. A-t-il uniquement une double identité ?  Le trouble identitaire et les multi identités nous rappellent le 8×07 avec le cas de la gamine.  On a l’entraîneur sportif, on a le patient inoffensif, on a le patient enragé et on a surtout une sorte de « retour aux sources » le concernant, redevenir ce brésilien qu’elle avait connu. Il ne savait pas ce qu’il faisait endurer à sa femme et sa question à la fin résume tout.

Ce patient est un vrai cas miroir. Son impact fut très net sur Foreman, Chase et House d’une part, et sur la femme du patient d’une autre part. Ce qui est intéressant, c’est que tous les quatre avaient le mot « culpabilité » écrit en gros sur le front.  Abandon, infidélité, et j’en passe …C’est la rédemption pour tous. C’est aussi un effet miroir des consult, mais on y reviendra plus tard. C’est aussi le terrible miroir du suicide housien que ce dernier criera sur Taub (le 8×21 plus exactement), plus on creuse le patient, plus c’est sombre et on trouve des indices morbides guidant vers la fin.

Toujours dans cette thématique de la quête de soi, vers la fin, House traduit ce que le patient disait en portugais à sa femme, un vrai geste touchant, humain et altruiste envers quelqu’un qui avait perdu son passé et vit dans l’inexistence.

Face à ce cas très sombre, on avait assisté à la consultation de Wilson assez drôle. Face à un couple d’asexués vivant ensemble sans faire l’amour depuis 10 ans, Wilson en parla à House car il savait que House sera intrigué par cette romance chaste plus qu’autre chose et d’ailleurs cela a marché. Malin, ce Wilson ! Il voulait faire intervenir la logique de House et son analyse de ce couple afin de trouver une explication scientifique et raisonnable. House n’était pas naïf non plus et se rendit compte du plan de Wilson, en tout cas, encore une fois personne ne peut être à la hauteur de House et le connaître si bien que Wilson. Les deux acolytes et amis avaient résolu le cas ensemble.

Ce deuxième cas est un reflet du premier cas. Il s’agit ici aussi d’une crise identitaire, puisque le patient pensait qu’il était né ainsi, avec cette orientation sexuelle, la science intervient pour démontrer le contraire. Ce qui laisse Wilson s’auto-culpabiliser, en disant qu’à cause d’eux un couple était devenu malheureux. Pour House : la vérité est au dessus de tout mensonge ! J’ai adoré le Hilson qui finit en fumant des cigares, ils se contredisent mais ils sont satisfaits. Très belle amitié et quelle complicité !

II. Sacrifices

La notion du sacrifice est très importante dans cet épisode. Tout le monde s’est sacrifié, ou va se sacrifier. Ainsi, par exemple, nous retrouvons le sacrifice par amour dans les deux cas. Il y’a un parallèle entre le cas et la consult. Les femmes des maris malades portent un sacré fardeau. Le premier cas, celui du patient atteint d’Alzheimer, est très touchant. On trouve sa femme qui est restée avec lui des années à lui répéter ce qu’il allait faire ou bien où il allait. Elle le connait en étant malade plus que celui qu’elle avait connu, en bonne santé. La question de la fidélité se pose à ce propos, lorsque le « très bon ami » de la femme était apparu, une femme qui a trouvé son appui sur quelqu’un mais qui finit par tromper son mari. Pour House, l’infidélité n’est pas un crime. Et c’est là qu’Adams entre en action avec un triple zéro de ma part, en faisant la morale à House et en prônant la fidélité  comme base solide de toute relation. C’est clair, la miss ne regardait que son parcours personnel, et sans réfléchir, elle s’immisce dans les cas entrainant avec elle ses conseils à la Cameron. Enfin…Adams est bien pire que Cameron, car elle croit vraiment que le ciel est bleu et les oiseaux chantent ! D’ailleurs vous trouverez partout sur le net des critiques acerbes concernant Adams.

Les maladies incurables et longues, personne ne peut les supporter seul. On pourrait dire que le mensonge est vraiment la base de toute relation stable. La preuve : le deuxième cas des asexués vivant ensemble depuis une décennie sans faire l’amour ! Qui a fait le sacrifice ? La femme, par amour aussi ! Sacrifier dix ans de sa vie ainsi en se passant pour une asexuée juste pour vivre aux côtés de quelqu’un qui lui plait, ne peut-on pas déduire que c’est une preuve assez tangible ?

Autre type de sacrifice qu’on peut sentir c’est le sacrifice par amitié. Souvenez-vous de ce que House avait dit à propos de l’infidélité. Pourtant, House est l’ami le plus fidèle qu’on puisse imaginer ! Il est très fidèle à ses promesses et à ceux qui tiennent à lui). Je parle de ce couple d’amis qu’on appelle « Hilson » car le cas n°1 nous rappelle étrangement le couple House-Wilson et ce qu’il affrontera surtout dans le 8×19 (prendre des risques par amitié), le 8×21 (acceptance) ou même le 8×22 (l’épisode du Sacrifice par excellence !!). Si la maladie de l’oubli est rejetée dans le 8×09, elle apparaîtra comme une bénédiction dans un certain 8×20.

Le deuxième cas du couple des asexués confirme un peu ma vision paranoïaque avec la découverte de cette tumeur. Si on lie le terme « tumeur » au destin noir du cas n°1, on a « tragédie » comme résultat !

Troisième catégorie de sacrifices, il s’agit des sacrifices familiaux. Alors là, on apprend des trucs sur Chase qui avait sacrifié les années de son adolescence à jouer le rôle du père dans une famille complètement vouée à elle-même, avec un père irresponsable et une mère alcoolique. Mais la plus grande nouvelle c’est qu’on apprend que Chase avait une petite sœur de qui il s’était occupé, pour être haïs et rejeté par la suite. C’est là qu’on peut se dire qu’en fin de compte, on ne connait pas vraiment le personnage de Chase qui s’est révélé très discret. On voit que le cas l’a touché jusqu’à ce qu’il décide de briser la glace qui le sépare de sa sœur en lui passant un coup de fil. Cette culpabilité d’avoir abandonné un parent est partagée par Foreman, dont la mère était atteinte d’Alzheimer et fut décédée. Cette culpabilité poussa Foreman à s’impliquer dans ce cas.

III. Une nouvelle vision du monde

Je me suis dit que c’était le titre le plus adéquat après un changement. Cet épisode 8×09 marque un tournant important dans toute la saison 8. En effet, c’est là où House se débarrasse de son bracelet électronique et semble redevenir un homme libre. Le fait de la suppression totale d’un passé pesant qui lui enchaînait le pied symbolise la fin de l’ère « House enchaîné » et le début d’une nouvelle ère de liberté à laquelle House a toujours aspiré. Mais est-ce que c’est aussi facile de devenir quelqu’un de libre ou bien l’épée de Damoclès suspendue au-dessus de sa tête était devenue invisible et plus dangereuse ?  Ce qui est sûr, c’est que House aura une vision beaucoup plus différente du monde.

Cette libération est due grâce à Foreman. Ce dernier a eu aussi une nouvelle vision du monde, en affirmant son autorité en tant que doyen de PPTH. Il avait étudié le cas miroir qui l’avait touché et intéressé, prétextant le fait que Taub était absent et que House avait besoin d’un coup de main. Le long de l’épisode, on se rend compte que le ex-larbin de House était bien le boss. Sa démarche était housienne et foremanienne ! lol. Contre toute attente, c’était lui qui avait résolu le cas au lieu de House, rien qu’en observant une plante ! Trop fort notre Foreman !

J’ai adoré la manière dont était traitée la relation House-Foreman en parallèle avec la relation House-Wilson. Plus on avance dans la saison, plus la relation entre ces trois-là est très spéciale. Dans cet épisode, la relation House-Foreman arriva à supprimer les chaînes de House et à imposer le respect mutuel entre les deux.

Il en est de même avec Wilson qui changera d’avis en fumant un cigare avec son meilleur pote. Ces deux-là partagent la même vision et la même philosophie du monde malgré tout ce qui les différencie. Ils donnèrent une nouvelle vision du monde à un couple d’asexués qui est en réalité hétéro. La vérité n’est pas si mal en fin de compte ! Écœurante mais satisfaisante !

Pour le cas, j’ai déjà mentionné le fait que le patient avait parlé en portugais et perdit son anglais, et c’est grâce à la traduction de House qu’il y’a eu une réelle connexion mentale et psychique entre le couple. Et même si c’était illusoire et temporaire, même si son mari avait reprit l’anglais en ayant tout oublié, on sent que la femme n’a plus le même regard envers son mari. Ses yeux brillaient lorsque son mari a remué les quelques souvenirs qui lui restaient d’elle. La disparition du petit ami à la fin de l’épisode peut être le symbole de la fin d’une relation extraconjugale.

En général, le changement n’est pas si mal. Disons que la plupart l’a bien vécu.

Vers la fin, on pourra noter la répétition du chiffre 5 « 5 ans » car comme je l’ai précédemment expliqué, durant la saison 8 on note une répétition pas du tout innocente du chiffre 5 et pour ceux qui connaissent toute la saison, ils sauront de quoi je parle. En finissant l’épisode 8×09 avec ce chiffre-là, cela confirme que cet épisode est plus sombre et tragique qu’il en a l’air. Ça craint !

Chiffre maudit dans House M.D, mais un chiffre porte-bonheur chez nous, lol. Allez, merci de m’avoir lu et surtout vos commentaires sont les bienvenus.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,