RSS

Archives de Tag: noir

X-Files et CSI: tournage en noir et en blanc!

Quelques photos des deux séries mythiques ont circulé ces jours sur le net, je vais poster une photo pour chacune d’elle!

CSI: Les acteurs Wallace Langham, William Petersen et l’actrice Jorja Fox, en noir et blanc!

CSIWPJCLgt5_ZUsAEPcOh

X-Files: c’est surtout David Duchovny et Mitch Pileggi qui ont profité!

ScreenShot1748

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

CSI : review du 15×09 – Le cercle noir du passé

CSILV15X09

Let’s make a deal est le 15×09 qui fut diffusé le 7/12/2014. Néanmoins, je ne l’ai regardé que bien plus tard. J’avoue que je fus un peu déçu par les 8 premiers épisodes de cette saison qui furent tous bons sans plus, je ne dis pas nuls car j’adore cette saison mais on aurait pu mieux faire je trouve. Cependant, 8 épisodes peuvent cacher d’autres épisodes bien meilleurs ! ce qui fut le cas de cet épisode bouleversant auquel j’attribue sans hésiter un 9/10. (10/10 pour les 6 dernières minutes !)

J’ai intitulé ma review « Le cercle noir du passé » car dans cette saison, tout est obscur. Alors que dire d’un terrible passé qui remonte !

Le crime s’est passé dans une prison, donc les suspects étaient d’emblée les détenus. L’enquête s’est déroulée dans un huis-clos, une prison sombre reflétant une sorte de symbole de la vie d’un criminel qui était la victime réelle (il fut violé à l’âge de 9 ans par un « gentil concierge » et le rencontre à la prison 20 ans plus tard, faute de paperasse).

Le plus poignant avec cette histoire sordide qui se dévoile dans les 6 dernières minutes de l’épisode, ce fut la réaction de Nick juste à la fin, avec Russell (les 2 dernières minutes). Stokes dévoile indirectement quelque chose à propos de son passé visiblement aussi noir que le criminel (Nick a été également violé par sa nounou si je me rappelle). La réalité du détenu est trop proche de la sienne, ce qui laisse sous-entendre plusieurs sens à l’émotion et au silence de Nick, devant un Russell qui donnait quelques conseils à propos du boulot. Admirez le jeu de Ted Danson et de George Eads! J’adore cette scène super touchante!

L’histoire du 15×09 marque la moitié d’une saison 15 sombre, touchante et pleine de rebondissements. La réaction de Nick fut humaine et surtout, montre qu’on peut craquer à tout moment surtout si on se reconnait dans l’autre. C’est la dernière saison pour Nick Stokes, aura-t-on plus d’infos sur un Nick qui tente d’oublier à tout prix son passé? C’est fort de constater l’effet miroir entre Nick et Pete (le criminel).

Cet épisode était progressif dans ses événements plus que dans n’importe quel autre épisode et les scénaristes ont su comment introduire le drame au bon moment. Chapeau bas !

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

CSI: 14×11 – La véritable victime de Noël

????????????????????????????

Voici donc le dernier épisode de la première partie de la saison 14, le 14×11, qui fut diffusé le 11 décembre 2013. Ils ont fait exprès de choisir le chiffre 11, vous allez me dire…Je n’en sais rien ! Par contre, ce fut le seul épisode inédit de CSI diffusé en Décembre, certainement pour la période de Noël. Et oui, les experts fêtent Noël aussi…à leur façon !

Un regard général sur l’ensemble de l’épisode avant que je n’entame quoi que ce soit : c’est un bon épisode, mais il n’est pas un épisode génial  comme le 14×01 ou le 14×05 ou surtout le 14×09. Un épisode spécial Noël à Las Vegas qui mit des personnages en avant. Petite remarque : Sara est absente dans cet épisode. L’épisode hivernal s’est révélé intéressant, c’est parti pour un petit paragraphe le concernant avant de passer à FreakyLinks, une série vraiment géniale. Enfin bref, le 14×11 valait le coup d’être regardé plus qu’une fois. Pour ma part, il vaut un joli 8/10 !

Après 15 jours d’attente entre le 14×10 et le 14×11, on était enfin servi. CBS s’est contentée d’une rediffusion durant l’attente, alors que sur twitter les acteurs de CSI, les scénaristes et les fans se souhaitaient des bonnes fêtes. Evitant les spoilers, j’ai commencé à regarder l’épisode 14×11 « The lost reindeer » (le renne perdu), on sent bien que c’est un titre pour un conte d’enfants.  L’épisode commence par une voix-off d’une mystérieuse femme racontant l’histoire d’un renne et simultanément, on voyait un renne taché de sang errant dans les rues de Las Vegas devant les gens émerveillés. On passe directement sans transition vers un autre lieu, un jardin rempli de neige où le cadavre du père Noël gisait près de son traineau. Joyeuses fêtes à vous aussi, CSI !

????????????????????????????

????????????????????????????

Brass, D.B et David furent les premiers à se rendre sur la scène du crime. Brass résuma la situation et finit par son humour noir, adressé à D.B : « Joyeuses fêtes » devant le massacre. David trouva une carte qui identifiait la victime comme Brad Fante, « l’informaticien sympa ». Le pauvre s’est vidé de son sang à cause de la section de ses artères fémorales. D.B conclut vite que le traîneau était le coupable, vu ses rails ensanglantés. Un renne avait laissé des traces dans la neige, c’est le même renne qui errait dans les rues de Las Vegas et qu’on avait réussi à attraper. Mais David remarqua quelque chose dans le dos de la victime, et D.B conclut que c’étaient des coups de poignard ante-mortem (5 coups) qui furent la cause de la mort de Fante qui s’accrocha au traîneau qui finit le travail de l’assassin. C’est bien de mettre D.B en avant, un père de deux familles, tout un symbole !

????????????????????????????

On envoya sur les lieux Morgan et Greg, qui remarquèrent la neige entrain de fondre emportant la scène du crime dans les flots. Que faire ? Greg remarqua qu’il fallait certains ingrédients, Morgan décida de demander à Hodges de venir avec de quoi sauvegarder la scène du crime. Pendant ce temps et contre toute attente, ce n’était pas Brass qui interrogeait le propriétaire de la maison où le crime s’était passé dans le jardin, mais bel et bien D.B Russell qui ne suspecta pas un mec qui avait le cadavre d’un autre mec dans le jardin !!! l’homme paraissait touché et peiné par le crime, surtout que la victime n’avait pas d’histoire. Par contre, D.B découvrit que le propriétaire était un veuf éppleuré qui avait perdu sa femme il y’a 6 ans, lui laissant un gamin, Blake. D.B compatit et sortit, mais où va le monde ?

????????????????????????????

Dans le jardin, Greg collecta un échantillon du sang qui se trouvait sur la fourrure du renne. Plus tard, Hodges était arrivé avec son matériel et fit équipe avec Morgan. En versant de la cire sur une empreinte, Hodges réussit facilement à préserver une empreinte très nette de chaussure avec un « voilà ! » assez marrant.  Morgan préleva une bonne quantité de neige ensanglantée pour analyse ADN. Quant au pauvre téléspectateur qui regarde, il ne lui manque plus que de faire la pom-pom girl devant les experts « ouah vous êtes trop forts…Eh-Oh ! ho ho ho ! » de l’ADN conservé, cela dépasse un mammouth congelé ! Qu’est-ce qu’on peut faire sans les experts ? LOL.

????????????????????????????

Hodges ne cacha pas son désintérêt de Noël à cause de son père scientifique, encore une autre facette de la vie de Hodges qui fut dévoilée par ce dernier, la dernière fois qu’il avait parlé de son enfance et de son père fut dans la saison 13, face à Elisabetta. Pendant que Morgan parlait, Hodges leva la tête et regarda quelque chose avec intérêt. Etonnée de son silence, Morgan regarda Hodges puis leva la tête à son tour : un enfant leur faisait coucou avec la main. Enchantée, Morgan lui fit coucou et décida d’aller l’interroger avec Hodges. Mais si tout le monde fait des interrogatoires à la place de Brass, où est passé ce dernier !!! c’est le monde à l’envers, enfin passons.

????????????????????????????

A la morgue, le doc s’éclatait à tourner la victime, qui avait tout d’un mannequin en plastique mal fait qu’une appartenance humaine ! Nick entre, posa des questions brèves alors que son regard se posait sur une boîte qu’il s’est empressé d’ouvrir. De la tisane offerte pour le doc.. mais de la part de qui ? Nick pensa que ça doit provenir de Russell, mais place au sérieux ! on a un cadavre ! il ne manquait qu’un lait-de-poule à ce duo pour faire la fête dans la morgue XD.  Le doc trouva dans une plaie du visage de la victime une fibre synthétique, et dévoila le charmant contenu de l’estomac : du lait et des cookies. Une information assez intéressante !

????????????????????????????

Retour à Morgan et Hodges, cette fois en compagnie de l’enfant qui regardait sur un écran sa mère lui lisant l’histoire du renne perdu, mais elle n’ira pas jusqu’au bout car le téléphone l’avait interrompue. Morgan était très à l’aise avec l’enfant, elle était assise à ses côtés, et discuta avec lui. Dans le plan, Hodges paraissait mal à l’aise avec l’enfant, il avait pris ses distances et demeura silencieux.

????????????????????????????

C’est lors d’un passage bizarre que l’enfant raconta que Hodges réagit. L’enfant était témoin d’un renne qui, selon ses dires,  était sur les escaliers, donnant des coups de sabot au sol. Hodges trouva cela complètement absurde et se lança dans une explication scientifique pour tenter de trouver une explication rationnelle aux dires de l’enfant, qui était selon lui dans un rêve paradoxal qui ferait que tout ce que l’enfant a pu voir n’était pas réel. Il ne s’aperçut pas de son délire devant l’enfant et Morgan qui le suivirent, les yeux ronds ! Blake, n’ayant rien compris sauf la dernière phrase, demanda si le père Noël existait, et c’est Morgan qui cloua le bec de Hodges en mentant à l’enfant devant un Hodges dont les yeux crièrent « Nooon ! il n’existe pas ! » Sans le savoir, Hodges suivait les traces de son père qu’il avait critiqué et avait failli détruire un mythe auquel croyait Blake.

????????????????????????????

????????????????????????????

Au labo, c’est Greg le maestro ! il prenait des échantillons de sang dans la glace prélevée par Morgan et Hodges, il découvrit dans la neige fondue des restes d’un poisson avec de la cocaïne et que la trace de la chaussure appartenait à un certain type de chaussure. Trop fort ce Greg ! rien ne lui échappe !

De son côté, D.B nous fit découvrir la partie la plus hilarante de l’épisode, en entrant dans le labo de Hodges. Ce dernier portait des cornes de renne sur la tête, D.B resta sans voix avant de dire « ça te va bien » lol. Hodges résout l’histoire de l’enfant et la fibre du doc : c’était un être humain qui portait un costume de renne, y compris un sabot avec lequel il avait donné un coup au visage de la victime. Russell n’en revenait pas, alors que Morgan trouva une lentille de contact sur l’escalier indiqué par l’enfant, ce qui confirma la version de l’enfant et l’explication de Hodges. Le numéro de série indiquait une femme, plus précisément une strip-teaseuse « Mademoiselle Renne 2013 » découverte par D.B et Morgan, et qui fut interrogée par Brass dans un passage hilarant XD.

????????????????????????????

????????????????????????????

Embauchée par Fante, elle lui donna un coup de sabot quand il voulut aller plus loin. « Pourquoi ? » demanda Brass, et elle lui expliqua qu’elle n’était pas une pute. Elle avait un solide alibi, celui qui la filmait l’avait accompagnée après son altercation avec le père Noël. D.B Russell et Finn trouvèrent que les caméras de surveillance confirmaient les propos de Rachel la strip-teaseuse, donc retour au point du départ. Durant la conversation, D.B remarqua un nouveau bracelet au poignet de Finn qui avait cru que D.B le lui avait offert, et D.B finit par lâcher : « Je déteste Noël » lol.

????????????????????????????

De son côté, Nick découvrit dans une vidéo deux pères Noël : l’un des deux avait bu du vin. Les déductions de Nick et de D.B étaient que le véritable visé était le père Noël buveur, et non l’informaticien sympa. Une autre vidéo montra que le mystérieux père Noël était l’éleveur des rennes et le fournisseur de neige qui était présent lors de la fête. Greg apparait pour informer Russell et Morgan que l’éleveur des rennes était un passeur de drogue. Un mauvais père Noël selon Morgan, mais qu’il fallait trouver avant qu’il ne soit tué par le tueur. C’est Brass qui s’en chargea en l’arrêtant.

????????????????????????????

On découvre plus tard des messages échangés entre Jason Walt (le faux père Noël) avec un prisonnier un dénommé Gary Lee Walt, un dealer, et c’était le grand frère de Jason Walt. Gary avait tué la femme du propriétaire de la maison, le père du petit Blake. Admis à l’hôpital pour insuffisance rénale, Gary expliqua à Nick que son frère était compatible avec lui et qu’il allait lui donner un rein. Les deux frères étaient arrivés à un accord pour que Jason sort grâce à une caution, Gary voulait avoir un rein coûte que coûte pour avoir un magnifique Noël en enchaînant avec un « ho ho ho », j’adore cet acteur qui avait joué en guest dans House, avec plus de cheveux sur le crâne ! Même avec le crâne rasé, il a une vraie tête à claque !!

????????????????????????????

Bref, le tueur était quelqu’un qui voulait détruire le rein de Jason pour priver Gary de vivre, selon l’hypothèse de Nick. La seule personne à suspecter était le veuf éppleuré que D.B n’avait pas suspecté au début ! Brass enfonça la porte de la maison et ne trouva pas son propriétaire, mais trouva en revanche Blake, son fils, caché. Ce dernier les informa que son père a été enlevé par des personnes. Plus tard, Brass apprend à Nick que l’enfant ne voulait parler qu’à une seule personne, qui n’était autre que Hodges, très surpris d’ailleurs. Morgan essaya de le mettre à l’aise et lui donna un chocolat pour l’enfant.

????????????????????????????

????????????????????????????

C’est une scène mignonne je trouve, dans laquelle était apparu Hodges très mal à l’aise mais qui sourit à l’enfant qui lui souriait. Scène très silencieuse, où Hodges prit son courage à deux mains et s’assit face à l’enfant, là je me suis exclamé : « Ha ! la scène du miroir ! ». Blake était allergique au chocolat comme Hodges, bizarre comme similitude. Sentant tout le poids de l’enquête sur lui, Hodges tenta de faire parler Blake en le complimentant sur sa montre, mais l’enfant fut très direct avec Hodges : « tu es un scientifique, tu connais des grands mots ? » Hodges acquiesça. Lol.

????????????????????????????

????????????????????????????

????????????????????????????????

????????????????????????????

L’enfant avait entendu un mot « grand » lorsqu’on était entrain d’enlever son père, un mot qu’il avait essayé de répéter correctement à Hodges mais en vain. Hodges devina le mot et remit l’enfant dans le contexte : l’enfant, curieux, lui posa des questions et Hodges lui répondit. L’histoire tournait autour du camion qui était là depuis le début de l’épisode. L’information était capitale, et Blake demanda à Hodges si son père va bien, et c’est un Hodges admiratif qui sut employer des mots touchants : « tant qu’il sait quel adorable, intelligent fils qu’il a, il va se porter très bien. C’est un papa très chanceux ». Un lien spécial était crée entre « l’homme scientifique rigolo » et l’enfant. Bref j’adore cette scène !!

????????????????????????????

????????????????????????????

L’interrogatoire de Blake par Hodges lança Finn et Greg sur une nouvelle piste : la source d’eau d’où provenait toute cette glace artificielle. Les ravisseurs auraient besoin d’un lieu isolé pour torturer le père de Blake (je déteste citer tous les noms des suspects ou des victimes XD) et grâce à Super Greg, on localisa très vite le camion. Hola ! ça va trop vite ! la fusée Greg bat le record de la rapidité de l’analyse de l’eau (moins d’une minute) et bien entendu, la police arrive toujours au bon moment grâce à nos experts et empêcha ainsi le petit frère de Gary Lee Walt de démembrer le père de Blake. Brass, qui était sur les lieux, arrêta Jason Walt sans un seul coup de feu, malgré les supplications du père de l’enfant à Brass de le venger en tuant Jason Walt. Le complice de Jason fut abattu sur-le-champ, et c’est Brass qui se chargea d’une double arrestation : celle du père de Blake qui avait commis un meurtre par erreur croyant tuer Jason, or il avait tué Fante. La deuxième arrestation était celle de Jason Walt, qui avait enlevé et tenté de tuer le père de Blake, sans parler du fait qu’il dealait de la drogue.

????????????????????????????

????????????????????????????

On retrouve D.B Russell et Brass entrain de discuter des deux arrêtés. L’homme qui était le plus à plaindre selon Brass, était Ryan le père de Blake, qui n’était qu’une victime. On sent l’amertume dans le ton employé par Brass qui regrettait au fond de ne pas avoir appuyé sur la détente en disant : « perdre ta femme comme ça… » très ému, Brass ne finit pas sa phrase, alors que D.B resta silencieux par respect, surtout que cette tragédie rappela à Brass sa propre tragédie vécue lors du 14×01. Ce dernier dit à Russell que lors de la garde de Walt, il y’a eu une interversion de bracelets et le petit frère a pris le mauvais bus, loin de Las Vegas. Tragédie pour Gary Lee Walt qui sera mort avant même de retrouver son plus proche parent sur lequel il comptait pour survivre grâce au don d’un rein.

????????????????????????????

Mais le plus tragique dans tout l’épisode, c’est qu’un enfant innocent finit seul, sans parents, dans les fêtes de Noël. C’est la véritable victime, qui souffrait déjà du manque de l’amour maternel, et qui venait de perdre l’amour paternel avec un père qui ne pouvait vivre que dans le passé, et dont toutes ses pensées et ses sentiments furent consacrés à la haine et le désir de la vengeance. Blake se retrouva seul, mais Hodges ne le lâcha pas et s’assit près de lui en lui expliquant que « des gentilles personnes » l’emmèneront chez ses grands-parents, le petit lui demanda s’il avait lu l’histoire du renne perdu, Hodges répondit qu’il avait entendu la première partie, Blake décida de passer directement à la lecture de la fin. Finalement, Hodges s’en sort à merveille avec le gamin !

????????????????????????????

????????????????????????????

Au début de l’épisode, on avait la voix-off d’une mystérieuse femme qui lisait le début de l’histoire, on conclut que cette voix-off n’est autre que celle de la mère morte de Blake. C’est la voix-off de ce dernier lisant la fin de l’histoire à Hodges qui termine l’épisode, avec l’équipe de CSI fêtant Noël. La toute dernière scène qui clôt l’épisode pour de bon fut une grande pancarte de Las Vegas dans un joli globe que Hodges tenait en main et contemplait. Un papier accompagnait ce cadeau pour Hodges, où on pouvait lire « David, tu es mon héros. Ton père Noël secret, Morgan ». Un très grand sourire se dessina sur les lèvres de Hodges en lisant le mot…

????????????????????????????

????????????????????????????

????????????????????????????

????????????????????????????

????????????????????????????

Bref, c’était un épisode fort sympathique. J’ai aimé le fait qu’on mette Hodges en avant, ainsi que D.B, ou même la référence au 14×01 concernant Brass. J’aime bien quand l’équipe se réunit, et je crois que c’est une première de les voir tous entrain de fêter Noël (à l’exception de Sara et de Hodges qui a sa propre conception de Noël). Personne ne resta seul, même le petit Blake qui ne fut pas abandonné par le scientifique rigolo. Chapeau aux scénaristes pour cet épisode ! J’ai adoré la musique de fond et la méthode technique avec laquelle commence l’épisode et se termine !

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

CSI: Bref, j’ai regardé la saison 13 des Experts…

Bref, j’ai  regardé la saison 13 des experts. C’est une première pour moi d’écrire un bilan à propos d’une des saisons de CSI, une série mondialement connue ! En tout cas, l’idée du bilan me trottait en tête depuis quelques jours, surtout depuis que j’ai terminé la saison 13 et que j’ai commencé la saison 14. C’est parti pour un week-end complètement CSI !

Pour la plupart de ceux qui vont lire cela, il s’avère que TF1 n’a toujours pas diffusé cette saison (et je me demande bien quand lorsque je me rappelle des retards avec House !). TF1 restera toujours en retard..Il faudra avoir regardé au moins la fin de la saison 12 pour pouvoir comprendre le premier épisode de la saison 13.

Il s’agit à mon avis d’une saison 13 fort sympathique, touchante, belle, où il y’a eu plusieurs tournants pour plusieurs personnages. J’ai adoré la regarder et avaler ses épisodes ! J’espère que vous aurez le même plaisir…

La saison 13 se différencie des autres saisons de CSI, car c’est une saison centrée sur la vie personnelle et intime des personnages, on a eu des épisodes centrés sur un personnage ou sur une relation. Après une agréable saison 12, les scénaristes nous ont encore surpris par ce nouveau cocktail inhabituel des personnages mis en avant. Cela dit, on n’avait pas abandonné les enquêtes, je ne peux absolument pas comparer CSI à ce qui s’est passé dans House où les histoires perso avaient pris le dessus. Dans CSI, on s’est intéressé aux vies privées des personnages, sans lâcher les enquêtes.

Dans la saison 13, nous avons eu affaire à un retour de Warrick Brown, décédé depuis des années, reste à savoir de quelle manière il était de retour. On a eu des clins d’œil au passé tout en avançant vers le futur. La saison 13 comporte des zones d’ombres, elle porte très bien son chiffre, lol. On l’avait commencé par une disparition dans la nuit et on la finit par une disparition dans la nuit…

L’étude microscopique des personnages était très intéressante dans une saison qui commence brutalement par une sacrée deuxième partie suite au final de la saison 12 (12×22). On avait assisté à la création des nouveaux ships, chose qui n’échappa pas aux fans de la série dont beaucoup d’entre eux avaient apprécié cette tournure, d’autres fans restèrent mitigés face au tournant de la saison 13 et les avis divergent d’un côté, et convergent de l’autre. On aime CSI à sa façon et puis c’est tout…

Personnellement, je me suis orienté vers les ships, car je voulais un peu de changement après les années de House. Je n’ai jamais shippé dans House, je shippe Booth et Brennan dans Bones (félicitations pour le mariage lol). C’est assez amusant de shipper et de ne pas savoir où ça va mener, c’est amusant et intriguant. Je ne suis pas encore fan de CSI, mais j’apprécie beaucoup cette série. La saison 13 était passionnante pour moi !

Voici quelques notes à propos de quelques épisodes assez intéressants :

– 13×01 : Niveau intensité dramatique et émotions, nous sommes bien servis ! Mc Keen, l’assassin de Warrick Brown, fit kidnapper Katie la nièce de D.B Russell. Il donna l’ordre de tirer sur Ecklie, qu’on avait laissé dans l’ambulance dans le 12×22. Kruncho, le coéquipier de Moreno, tenta d’attirer pendant ce moment Finn dans un piège, mais elle n’était pas dupe. Russell était dans tous ses états, du jamais vu dans la saison 12 où on avait l’habitude de le voir plus apaisé et souriant. Cet épisode est une perle, il faut vraiment le regarder !! Nick, saoul, se contenta d’ignorer les coups de fils de Sara en buvant des bouteilles de bière et en cherchant la bagarre après sa démission. Brass, quant à lui, faillit étrangler Mc Keen. Encore plus, Morgan embrassa soudainement Hodges, ceci est le premier arc crée dans la série.

Nick descend un suspect, ça m’a rappelé Pulp Fiction. Russell retrouva sa nièce, mais il fut durement touché et les conséquences seront plus nettes sur sa famille. Un épisode extra vraiment, Mc Keen était un salopard de première…Bref tout le monde a eu son compte dans cet épisode. Très belle prestation de tous les acteurs en particulier Ted Danson et du guest Connor O’Farrell.

– 13×02 : Cet épisode comporte les conséquences du 13×01 sur Russell d’abord, dont la famille secouée préféra rentrer à Seattle. Ecklie se remet déjà de ses blessures, quant à Hodges il était très embarrassé et bafouait devant Morgan en parlant d’Ecklie, or on sait bien qu’il n’était pas impassible devant le baiser de Morgan dans le 13×01. La situation était devenue comique devant un Greg ne comprenant pas ce qui arrivait à Hodges. Enquête : meurtres dans un restaurant où les policiers avaient l’habitude de s’y rendre. Bizarrement, au lieu de suspecter le propriétaire qui était le seul survivant caché dans son frigo ; on s’est acharné sur cette pourriture de Basderic, Sara la première. L’épisode est superbe en général, mais moins bon que le 13×01 où il y’avait tellement d’intensité !

– 13×03 : J’adore cet épisode si bouleversant. Centré sur la victime muette vivante, cet épisode mis en avant Morgan qui s’est vite attachée à elle. En fait, je dirais plus un cas miroir : Morgan s’est vue dans l’image de cette jeune fille abandonnée, réduite au silence. Morgan ira jusqu’à parler d’elle-même et de ce qu’elle pensait de Hodges. Facile de parler avec des inconnus tant qu’ils sont muets ! La quête du père les liait, mais ce fut un choc pour Morgan de découvrir que le père de la victime était son propre tortionnaire. On parle de prison, d’esclavage sexuel…Un clin d’œil au final de la saison 13 peut-être et au début de la saison 14 ? Episode intéressant et émouvant, il faut vraiment le regarder.

– 13×05 : Ce qui m’a intéressé c’était le duo Morgan-Hodges et non Nick et le chien. Ne supportant plus la gêne qui subsiste entre lui et Morgan, Hodges voulut parler du baiser du 13×01, mais Morgan refusa. Finn observa l’embarras entre les deux et eut un sourire coquin. Elle alla droit au but en interrogeant Morgan si cette dernière couchait avec Hodges…LOL Finn !! Elle sera la seule à qui Morgan se confiera concernant ce qui s’est passé entre elle et Hodges. J’aime beaucoup la manière dont cette relation bizarre a été traitée par les scénaristes. J’aime aussi Finn, depuis sa première apparition dans l’équipe en 2012. C’est un personnage plutôt cool.

 13×06 : Un épisode centré sur le fils de Russell et par conséquent, Russell qui avait suspecté son fils. L’enquête était intéressante, le coup du vieux ballon du basket je ne m’y attendais pas ! Un très bon épisode où vie professionnelle se mélange malgré tout avec la vie personnelle de D.B Russell.

– 13×07 : On a le passé qui revient en force : un cadavre d’un révérend retrouvé sur la tombe de Warrick Brown. Tina, l’ex-femme de Warrick, claqua sa porte au nez de Nick qui venait de revoir le fils de Warrick, Elie. Sara et Nick furent les plus mis en avant, ce qui est tout à fait normal quand on sait qu’ils ont côtoyé énormément Warrick. L’histoire de la famille de Warrick Brown permit à tous les nouveaux de le connaître mieux, mais elle permit le rapprochement entre Tina, Elie, Nick et Sara. Cela a permis aussi au téléspectateur de voir Elie plus grand. Ce fut un superbe clin d’œil au passé (Warrick) et à l’avenir qu’Elie représente. J’ai trouvé cet épisode tout simplement génial.

– 13×12 : Le tennis, ça fait mal ! L’enquête était passionnante, avec le passé qui jaillit, et une joueuse de tennis qui finit par tuer son adversaire et surtout sa rivale par un coup de raquette.  C’est fou ce que cette enquête reflète le triangle amoureux Hodges-Morgan-Elisabetta. Cette dernière fit sa première entrée fracassante avec une scène de ménage avec Hodges en différentes langues ! La situation était vraiment comique. La robe moulante rouge et sexy d’Elisabetta pouvait être le symbole de plusieurs choses, au départ j’ai pensé au duel amour/mort car le rouge pouvait les symboliser, mais par la suite j’ai pensé à l’échec. L’échec n’a aucune couleur, peut-être que la couleur de la robe d’Elisabetta était prémonitoire. J’ai beaucoup adoré cet épisode que je classe sur le podium de mes épisodes préférés de cette saison 13. Chapeau à Catrinel, chapeau aux scénaristes !

Morgan ne put cacher sa jalousie vis-à-vis d’Elisabetta, la bombe atomique italienne qui avait tout pour plaire. Morgan tenta de dissuader Hodges, mais il le prit très mal et parut extrêmement sérieux pour un futur projet de mariage. On a l’impression que Hodges essaye de se convaincre lui-même avant de convaincre autrui. Vers la fin de l’épisode, Morgan se déclara forfait en tentant de se convaincre que Hodges était son ami. Elle l’aida avec le service d’immigration, chose qui avait touché Hodges et remercie Morgan avec une grande étreinte. Deux arcs sont nés : le premier était lors du 13×01 et qui dure toujours Hodges-Morgan ou Horgan si vous le shippez ! le deuxième est le triangle amoureux Hodges-Morgan-Elisabetta qui parut dans ce 13×12. Hodges se retrouva dans une situation pareille que celle d’une balle de tennis, qui aura Hodges en fin de compte ? Ou bien laquelle de ces deux belles femmes lui plait plus que l’autre ? Episode admirable pour les fans  et les non-fans !

– 13×13 : Après le bisou d’Elisabetta à couper le souffle dans le 13×12, c’est parti pour une nouvelle histoire avec le vin et l’arrivée soudaine de Mac Taylor, froidement accueilli par Hodges mdr. Et comme je m’en foutais complètement de Taylor et de ses problèmes, je me suis concentré sur l’enquête du Château Rattel, une enquête qui nous montre le véritable assassin dès le début, hésitant. Mais avant d’arriver au véritable meurtrier, on soupçonna un français à qui la marque du vin français appartenait. Le dialogue entre lui et Brass était marrant à propos de l’honneur. C’était agréable de voir Hodges et Morgan en plein pique-nique complètement détendus. Un pique-nique avec un Château Rattel au menu, ce n’est pas n’importe quel pique-nique ! On croyait voir deux amoureux en plein travail coupés du monde extérieur. Episode sympa mais je n’ai pas aimé le côté cross-over avec CSI :Manhattan. La suite de l’épisode se trouve dans une série que je déteste.

– 13×14 : Je me concentre sur la relation Hodges-Morgan toujours superbement traitée. Ainsi, on assiste à l’apparition d’Ecklie qui était furax après Hodges. Ecklie attendait Hodges dans son lieu de travail, et tenta de faire comprendre à Hodges que tout était sérieux et qu’il fallait prendre conscience de ses actes (l’engagement précipité, la barrière de la langue…). Ecklie essaie de protéger sa fille et le fit entendre pour qu’il prenne conscience de la responsabilité qu’il avait concernant Morgan qui ne refusera rien au monde pour Hodges. On a eu une scène avec le duo Hodges-Morgan en pleine alchimie. Par rapport au 13×01, leurs rapports étaient devenus plus profonds, plus alchimiques. Hodges fut extrêmement tendre et gentil avec Morgan souriante, mais le sourire de Hodges était faux puisqu’il se dissipa dès que Morgan quitta la pièce, comme s’il s’en voulait.

– 13×16 : Episode insolite ; arme de crime insolite et l’univers est magie et poker ! L’enquête était très intéressante. Ecklie devint sheriff, Morgan abat pour la première fois quelqu’un : la meurtrière !

 13×17 : épisode centré sur l’assistant du Doc, David Philips. J’ai beaucoup adoré la morte qui parle à David, un véritable dialogue hilarant entre lui et son subconscient. Retour dans le passé 15 ans en arrière…Une vieille bombe, un cadavre qui parle, des bulles ensanglantées, le lycée cauchemardesque et la naissance du petit Joshua Philips. C’est David qui trouvera la solution grâce aux remarques pertinentes de Hodges et du Doc. L’exclamation de Hodges à l’hôpital concernant la chance est à analyser. C’était super chou de voir le Doc portant Joshua. Cet épisode n’était pas mal de tout, on apprend un peu sur David. J’ai aimé la relation de David avec Hodges et le Doc.

– 13×19 : Très bel épisode. La grand-mère meurtrière, résultat : une fillette orpheline. Dans cette tragédie, D.B Russell s’est impliqué personnellement sans doute parce que la fillette lui rappelait sa nièce. J’ai adoré comment les scénaristes ont traité la relation entre Russell et la fillette, c’est vraiment super. En parallèle avec cette enquête, Morgan retrouva le badge d’une femme que Hodges reconnut aussitôt, dans une voiture brûlée renfermant un cadavre calciné. On assiste à deux enquêtes différentes dont l’une était hilarante. J’ai aimé le fait que la femme décrit sa relation avec l’homme brûlé comme la relation Hodges-Morgan. C’était hilarant de comparer le chien à Ecklie lol.

– 13×20 : Elisabetta de retour ! elle s’est amélioré en langue, et reproche à Hodges d’être distant. J’ai bien aimé le fait qu’on apprend plus sur Elisabetta, et qu’on apprend plus sur Hodges qui finit par avouer sa peur. Quand on avoue nos faiblesses, on appelle ça du courage. J’ai beaucoup apprécié Morgan dans le rôle du conseiller conjugal, lol. L’enquête était très touchante, une femme malade seule face à la mort et qui avait tout perdu..Mais dont le courage se lisait dans ses yeux, respect ! Sara se voyait dans cette femme, côté solitude. Je crois que la malade lui avait apporté un peu du courage. J’aime beaucoup cet épisode, Elisabetta est une chic fille. Le cas est de tonnerre !

– 13×21 : les fantômes du passé…Un épisode très noir et chargé en meurtres, centré sur Greg. Le médaillon était une idée géniale ! J’ai été mort de rire devant les scènes Hodges-Henry en plein noir, un tandem de choc ! Cet épisode était prémonitoire et symbolique.

– 13×22 : ah ah, le final ! nous voilà enfin arrivés au dernier épisode qui n’est que la première partie d’un double épisode très intéressant. Il y’a des meurtres touchant des prostituées, et c’est en tombant sur une liste du tueur que la police se rend compte qu’Ellie Brass faisait partie de la liste. Brass passa le reste de l’épisode à se mortifier avec son ex-femme. Le tueur laissait des signatures multiples et bizarres derrière lui, incluant des cercles. D.B Russell était le premier à se rendre compte de l’omniprésence des cercles après une remarque pertinente de la part d’un journaliste. Une clef USB arrive à Brass et c’est D.B qui regarda son contenu avec les parents  d’Ellie, horrifiés devant leur fille criant ses péchés et on entend des gifles. Cet épisode est très symbolique et dans lequel l’équipe n’arrive à aucune issue. Morgan « se sacrifie » (mais pourquoi ?) en se passant pour une prostituée, mais elle disparut. L’épisode est très bon pour un season finale, laissant tout le monde inquiet quant au sort de Morgan et d’Ellie, kidnappées toutes les deux. Chapeau aux acteurs et aux scénaristes ! Je n’ai pas pu patienter et je suis passé directement à la saison 14 pour regarder la deuxième partie.

En somme, c’est une superbe saison 13, à voir et à revoir !

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

CSI: 14×01 – Une saison qui démarre tout en noirceur et en beauté

Image

Image

Hi ! Quelques minutes après mon visionnage du final de la saison 13, je suis passé directement à la saison 14, diffusée actuellement aux US, pour regarder la deuxième partie de l’histoire de fous qui avait commencé au 13×22. On avait eu un double épisode lors du final de la saison 12 et début de la saison 13, il y’a eu aussi ce type de double épisode fin saison 10 et début saison 11, mais qui n’avait pas la même intensité.

Maintenant, je vous le dis à chaud : Purée ! J’adore ce 14×01 ! Je l’ai dévoré tellement il était super, chargé de drame, de tragédie, d’intensité à couper le souffle et de surprise de taille. Les personnages assistent, déboussolés, à des évènements qui peuvent changer leur regard envers la vie, envers leurs carrières…

Contrairement au 13×01 qui finit une fin heureuse avec le sauvetage de la petite-fille de D.B Russell, ce 14×01 est extrêmement noir et finit par une tragédie : il y’a eu quelqu’un qui est mort. Oser commencer la saison 14 par des funérailles c’est assez insolite. Je tire mon chapeau aux scénaristes qui arrivent à nous surprendre 14 saisons plus tard….

Je prends mon temps à pianoter, cet épisode est extra. J’ai regardé ce dimanche « spécial CSI » et dans lequel je n’ai pas regardé n’importe quels épisodes. Il faut de la patience pour analyser, avec cette chaleur…Il fait très chaud ! J’ai pensé aux détails de CSI en nageant cet après-midi. Bon, assez bavardé ! Passons aux détails et aux remarques.

– Une histoire de choix : choisir une nouvelle voie dans la vie, choisir une des deux filles (Ellie ou Morgan), assumer son propre choix d’avoir accepté d’envoyer un membre de la police scientifique en infiltration…C’est surtout D.B Russell et Brass qui se sont sentis les plus concernés. Ecklie était dans un état enragé. Inutile de deviner qu’il s’en voulait à mort d’avoir accepté la décision de Morgan dans le 13×22.

– La répétition du chiffre 6 trois fois n’est pas anodine au début du 14×01, tout était relié à Ellie : Elle avait 6 ans lorsque ses parents étaient divorcés, à savoir Brass et Nancy. Encore mieux, le mariage de Brass n’avait duré que 6 ans, et plus tard, Morgan s’adresse à la police scientifique leur demandant de faire un choix dans un délai de 6 heures. Admettez que la répétition du chiffre 6 ainsi met la puce à l’oreille…Dans tout l’épisode, la thématique diabolique était omniprésente.

– Toute l’équipe était concernée par ce qui arrivait à Brass et à Ecklie, il y’a beaucoup de frustration, de sentiment d’incapacité face à un tueur professionnel qui les nargue.

– Très intéressante, l’histoire de Dante et des 9 cercles de l’enfer. On sentait qu’il y’avait comme un compte à rebours, qu’on ne savait pas qui serait la prochaine victime. Arrivé à la 7ème victime, il ne restait plus que les 2 filles sur la sellette. Beaucoup de cadavres et surtout beaucoup de pression qui pèse lourd sur les épaules de D.B Russell, le chef de l’équipe.

Image

-Tiens, on a Hodges avec 2 apparitions très intéressantes : au début du 14×01, où il tenait tête à Russell et le rendant coupable de ce qui pourrait arriver à Morgan (que fait une scientifique en infiltration ?).

Image

Une attention scénaristique pas anodine quand on sait à quel point Morgan compte pour Hodges. Après que Morgan fut hospitalisée, Hodges finit son travail le plus rapidement possible pour lui rendre visite. Il sera absent lors des funérailles de Nancy. (Je ne l’ai pas vu !)

Image

Dans sa deuxième et plus longue apparition, il était le premier à mettre le doigt sur le tir insensé d’Ellie. C’est grâce à cette observation que Sara eut la puce à l’oreille, ensuite les indices s’accumulèrent désignant la véritable coupable : Ellie Brass. (bonne comédienne !) Sara demanda à Hodges d’aller à l’hôpital et courut avertir les autres, Brass était en danger.

–  Retour de Sara dans ce 14×01 après une petite absence. Remarquons qu’elle n’apparait toujours que lors des calamités qui frappent l’équipe de plein fouet (la mort de Holly Gribbs, la mort de Warrick Brown, la disparition de Morgan..) lol c’est assez bizarre je trouve XD.

– Cet épisode est le 296ème épisode de la série. J’ai adoré, tout était admirablement ficelé. Le journaliste était ici en quelque sorte la conscience de D.B Russell.

– Ellie Brass qui tire sur son copain et le tue, qui tire sur Morgan la laissant pour morte, qui tue sa mère Nancy d’un sang froid…Bad girl lol. Pauvre Brass, vraiment aucune chance ! Terrible quand il demanda à sa fille de le tuer car il se considérait mort. On ne sait pas quelles seront les conséquences de tous ces massacres sur l’équipe plus tard. Wallace Langham, farceur, rajouta une couche concernant Ellie sur le net: « Mais comment ne voulez-vous pas qu’elle tire aussi bien ? Son papa est flic ».

Image

Image

Image

– Brass et sa fille, quel face à face… On a eu un grand moment de Brass, qui a pu désarmer sa fille sans le moindre coup de feu. Énorme jeu d’acteurs.Il faut regarder de ses propres yeux et admirer le jeu des acteurs, bravo sérieux ! et quelle fin ténébreuse. On n’a pas revécu cela depuis la mort de Warrick dans le 9×01. Si Grissom fondait en larmes en parlant de Warrick, dans le 14×01 c’est juste le silence de Brass qui en disait long. Il avait tout perdu. Beaucoup d’émotions…

Image

– Elisabeth Harnois (Morgan Brody) avait expliqué sur twitter, que l’endroit où elle avait joué étant captive, était une véritable maison abandonnée.

Image

Image

– Celle qui avait le contrôle depuis le début était Ellie Brass.

– Apparitions brèves de Henry entrain d’analyser. Beaucoup d’analyses menèrent à une voie sans issue : un individu de sexe indéterminé !

– D.B Russell déchiffrait les meurtres qui se déroulaient sous ses yeux. C’est lui qui trouvera le secret des frères Thébaine « Barb…thee…thorns » gravé sous la peau d’un des cadavres.

Image

– Le 13×01 on avait Ecklie à l’hôpital. Dans le 14×01 c’est sa fille. C’est une tradition familiale ou quoi ? N’empêche, ils ont la peau dure à CSI. Morgan ne mourra pas, surtout avec le contrat que l’actrice avait signé….lol

Image

On touche le fond de la noirceur avec cet épisode obscur et tragique. Le scénario était génial. Cette deuxième partie est mieux que la première partie car elle comporte plus de déchiffrage, c’est là que le masque tombe.  Les personnages toujours au top, ils ont été tous chamboulés. Chacun a eu sa claque ! L’éclairage, le choix des endroits, bref vous voyez le tableau. Ce fut un épisode très intéressant et très intense que j’ai beaucoup adoré. C’est dans la noirceur la plus totale que se révèle la poésie de la beauté…Bravo aux acteurs, aux scénaristes, je ne me remets toujours pas d’un épisode pareil. Ils ont commencé fort ! Je pense que je vais regarder cet épisode à multiples reprises ! J’adore j’adore j’adoooooooooore !!!!!!!!!! Ils sont malades !

Pour les fans de TF1, je crois qu’avec un peu de chance vous verrez cet épisode en 2015…à moins que vous envisagiez le net ! Rock yeah ! À bientôt pour le bilan de la saison 13 de CSI !

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×11

Image

Mardi 12 Février 2013 fut diffusé l’épisode 8×11 « No body’s fault » alias « La faute de personne » sur TF1 qui a été suivi par 6,4 millions de téléspectateurs, c’est la pire audience de la saison. Un épisode qui se trouve juste à mi-saison, cet épisode 8×11 sonne la fin de la première partie de la saison 8, et le début de la deuxième et dernière partie de la saison 8. Comme nous l’avons remarqué, la première moitié de la saison c’est une reconstruction et une longue reconquête. Nous avons découvert les personnages mis en route. Beaucoup de fans se sont ennuyé « Je me suis ennuyé ! » concernant la première moitié de cette saison 8, pourtant c’est une partie très intéressante marquant les bases de l’environnement de House, qui détermine les personnages, une reconstruction de l’ancien avec du nouveau ce qui a donné un certain charme à cette saison.

Voilà, nous sommes en plein milieu avec ce 8×11, et c’est un épisode atypique à vrai dire. Jusqu’ici, c’est l’épisode le plus noir des 11 épisodes diffusés sur TF1. C’est un épisode très attachant et dévoilant plusieurs choses. Le générique ici est très court (5 secondes) et c’est le 5ème et dernier générique diffusé ainsi dans cette saison (remarquez encore la répétition du chiffre 5 !). J’adore l’image de fond qui nous montre la scène de crime, sur laquelle est écrit le titre de la série House M.D.

J’ai choisi d’analyser cet épisode en le divisant en 3 parties, bonne lecture !

I. Relation House-Chase

Inutile de faire un dessin pour dire que cet épisode est celui de Chase par excellence. D’ailleurs, je me demande pourquoi les scénaristes ont attribué le titre « Chase » au 8×12 et non le 8×11. Mais je ne vais pas m’y attarder car cet épisode met à nu la relation entre House et Chase.

Je me suis dit de commencer par ça dans ma review, car c’est très important de le noter dans cette saison, et parce que je connais les faits. Cet épisode fut l’épisode d’une erreur médicale sans précédent, mais qui a mis en lumière cette relation patron/employé.

Un incident qui devait arriver, a littéralement explosé ! Un patient enseignant la chimie, fit une crise de paranoïa en poignardant Chase et en blessant Adams au bras. Cette erreur médicale devait arriver d’une manière ou d’une autre, avec les méthodes suicidaires et folles de House. Notons que lors de l’épisode 2×08 « Erreur médicale » Chase était responsable de cette erreur, et House avec puisqu’il est chef du service. Comme quoi, il y’a une sorte de clin d’œil à cet épisode (que j’ai revu grâce à cette occasion !).

Chase est le plus ancien collaborateur et collègue de House parmi tous les autres larbins. Depuis 10 ans, il a tout appris à la House, il anticipe les faits, il prend des risques, désobéit aux ordres et il lit même dans les pensées de son patron. C’est le disciple de House par excellence, et c’est en appliquant un raisonnement housien qu’il a failli mourir.

Mais pourquoi Chase ? Le « fils prodigue » de House était pointé du doigt dès son retour lors du 8×05. Il était le plus expérimenté, le plus professionnel, et on sentait qu’il y’avait un profond respect mutuel entre lui et House. Ils étaient non seulement des collègues et des amis, mais ils avaient aussi une sorte de lien spécial presque paternel-filial entre père (House) et fils (Chase) en parallèle avec le lien prof (House) et élève (Chase). Un indice peut-être désignant Chase comme l’héritier ?

Ce n’est pas par hasard si on choisit Chase comme victime, car cette expérience quoiqu’horrible, va le mûrir davantage et va le propulser plus loin dans le monde de la science et de la médecine.

Le fait d’avoir effleuré la mort dans cet épisode avait un sens pour Chase et House. Ils regarderont la vie différemment et plus particulièrement, Chase.

Les farces et les coups foireux entre les deux hommes montrent une grande complicité. MDR le coup de la Vicondin ! J’étais plié de rire concernant la vengeance de Chase avec le gaz démasqué par House, et ce sont ces deux personnages qui seront les plus touchés par le drame. House tient à Chase plus qu’il ne pense, et on a remarqué sa culpabilité et sa perplexité face à ce qui est arrivé.

L’humour dans le 8×11 est presqu’imperceptible dans une atmosphère sinistre est glauque. La blague des cheveux roux peut nous mener à un indice, c’est le fait que le rouge dans cet épisode a un sens noir et obscur tout comme le rouge vif dans le 8×20. Derrière une couleur vive, on trouve le masque hideux de la mort.

House attire et foudroie son entourage en les rendant aussi misérables que lui, aussi seuls et sombres. Pas de chance ! Le pauvre Chase a eu un problème aux jambes, un reflet calamiteux de son patron boiteux.  Une chose est sûre : cette histoire aura des grandes répercussions sur leur relation, sur Chase, sur House et j’en passe. Je vais être plus précis dans les parties restantes de cette review.

II. Le reflet de House

Si j’ai parlé de Chase dans la première partie et sa relation avec son patron, cette 2ème partie sera consacrée au patient ou à l’agresseur si vous voulez. La relation entre House et le patient est spéciale. Le patient est un prof de chimie qui s’est mis en danger à cause de ses propres expériences, c’est vraiment un cas miroir de House qui s’est mis en danger en faillant perdre un collègue et sa liberté à peine obtenue.

Il faudra noter un détail technique : ce patient n’existe que grâce aux flash back de toute l’équipe. Chaque membre de l’équipe prenait le relais  pendant que la caméra tournait sur des rails contournant la table sous laquelle se cachait un acteur en attendant son tour. J’aime bien cette prouesse technique.

Retournons à cette histoire de reflet : le patient avait blessé Adams et avait poignardé Chase en plein cœur. Le patient a failli se tuer à cause de ses expériences qui avaient accéléré un cancer dont il était atteint et c’est à la fin que House lui sauvera la vie et ainsi, sauvera les meubles (sinon ce serait une deuxième erreur médicale et tout le monde meurt !). Juste une parenthèse, on a eu 2 épisodes très noirs et bien structurés dans ces 11 épisodes, et c’est le 8×07 et le 8×11 qui sont les épisodes les plus noirs et qui, comme par hasard, finissent par le même diagnostique : cancer. Il ne faut jamais croire aux coïncidences avec House ! Indice pour la suite, ça j’en suis sûr ! Le 8×02 reste mon préféré dans ces 11 épisodes, malgré tout…

On est d’accord sur la question du miroir House-patient. House a blessé beaucoup de monde, bousillé des vies au nom de la vérité pour satisfaire son égo, et n’oublions pas qu’il est autodestructeur. House peut être considéré comme un prof, on l’a vu à l’œuvre avec ses larbins et avec les étudiants en médecine notamment lors du fameux cours du 1×21. C’est un excellent prof.

Mais le patient reflète également quelqu’un qui n’était pas présent dans cet épisode, quelqu’un auquel House tient beaucoup, qui n’est autre que Wilson. A vrai dire, l’absence de Wilson dans cet épisode était un vrai trou noir, cela fait poser des questions car c’est bizarre, mais cela peut avoir des explications.

En fait, j’ai pensé à Wilson en prenant des notes. Wilson nous montrera son côté autodestructeur plus tard (ses petites tentatives dans les autres saisons ne sont rien à côté de ce que vous allez voir), nous assisterons aussi à un Wilson blessant House (si si ! et c’est pire qu’avec la lame d’un couteau !) et la maladie du patient de House ne peut pas passer sous silence non plus. A chacun son point de vue !

III. Culpabilité

La variation technique entre lumière et obscurité souligne la division de cet épisode entre passé et présent. Un présent truffé de culpabilité ne peut être que sombre. Le noir présent nous rappelle le 6×21 où House répondait aux questions de Nolan dans une ambiance à huis clos, terne, sombre, qui reflète celle du 8×11. Le noir peut symboliser aussi le crime et l’enquête policière ! C’est un épisode marquant où règne le noir policier lors du conseil qui a réuni tous les protagonistes sauf Wilson.

En général, l’obscurité est le reflet intérieur d’un House seul et mélancolique. On retrouve House dans un huis clos, face à Cofield l’ami de Foreman, essayant d’arracher des aveux de sa part, car c’est Cofield qui décide du sort de House comme il lui a dit. Ce duo a eu une approche différente de ce qui s’est passé. Cofield arrive très bien à cerner House, mais c’est l’arrivée de la femme du patient qui dévoilera sa couardise et son incapacité à aller jusqu’au bout de ses actes. Devant la couardise d’un « juge » qui avait menacé de couper les ailes de House ensuite change des propos, House était fou de colère. L’accusé House se concentrait sur les faits et le délire paranoïaque du patient.

House se comportait un peu à la Holmes, comme son passage à la scène du crime (ça fait bizarre sans Watson, hein !!) pour inspecter les lieux. Le souci du détail et l’opiniâtreté (qui nous rappellent son insistance et son entêtement dans le 8×07 ou le 4×15 !) de House pour poursuivre son enquête fut choquant pour autrui, y compris Cofield. La thématique de la liberté fut remise en question dans cet épisode, et c’est la deuxième fois que House se retrouve menacé d’emprisonnement. Et comme on dit, jamais deux sans trois ! Mais je n’ai rien dit, hein…

Ceci est un épisode de la culpabilité par excellence, alors qui est le véritable coupable ? On note le recours aux effets techniques tels que les flash back, le flou, les imaginations…C’est grâce à ces effets additionnés aux témoignages des membres de l’équipe, de House et de Foreman que le téléspectateur se trouve attiré par cette enquête énigmatique (on associe le noir aux énigmes aussi) qui constitue l’épisode comme un puzzle.

Pour la question de la culpabilité, tout le monde s’est culpabilisé et tout le monde a couvert et défendu House malgré ce qui s’est passé, y compris Chase. Taub et Adams furent ceux qui ont secouru Chase, avaient des avis différents. Pour Taub, c’est Chase le coupable puisqu’il n’avait pas fait attention en amenant un scalpel. Pour Adams, qui a été agressée avec Chase et blessée avec le scalpel, elle se considérait comme étant la fautive. Dans cet épisode, on voit bien qu’elle est choquée et émue. Adams est supportable dans cet épisode (enfin !) et a eu l’intelligence de sauver la vie de Chase. En effet, le drame auquel elle a assisté aurait pu finir en tragédie si elle n’était pas là.

On remarque que tout le monde se culpabilisait, et on se demande si House était conscient de ce qui était arrivé pour qu’il garde ainsi la tête froide en se concentrant sur le patient, en faisant le différentiel lors de l’opération de Chase. Il montrait son attachement et sa culpabilité en feignant l’indifférence, et pourtant c’est House qui a été le plus touché.

Le fait que Chase fut poignardé a tout chamboulé et a bouleversé tout le monde ainsi que le diagnostique du patient. Et après le verdict « c’est la faute de personne » on remarque que tout le monde était soulagé sauf House. Le regard sombre de ce dernier en dit long, lui le coupable innocenté, restait et se sentait coupable. Car même si House n’était pas là ou l’un de ses équipiers lui aurait désobéi, il est le chef du service de diagnostique et il est responsable de ce que ses larbins font, il est également responsable puisque Chase a utilisé une méthode housienne. House est le fautif au premier degré, et non personne !

D’ailleurs, il reconnaîtra sa faute en s’excusant auprès de Chase à sa manière silencieuse. J’aime les regards échangés sans un mot après « ils ont dit que c’est la faute de personne », ce sont deux complices qui se connaissent très bien.

Cet épisode ouvre la porte concernant des incidents de ce type qui arrivent, et soit on trouve un bouc émissaire pour la faute, soit on ne trouve aucun responsable de ce qui s’st passé. Chouette épisode en général marquant un grand tournant pour la série, pour House et pour Chase.

Merci de m’avoir lu et tous vos commentaires sont les bienvenus !

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×07

Image

Le 29 Janvier 2013 fut diffusé l’épisode 8×07 de House « Dead and buried » alias « Remuer la poussière » sur TF1. Un épisode assez spécial et émouvant que j’ai regardé en VO bien avant la diffusion française, pour être moins traumatisé par les voix en VF. Ce qui est curieux, c’est que je regardais l’épisode en français, mais j’entendais la VO dans ma tête. C’était assez bizarre…mais ça a marché ! Je n’ai pas été aussi traumatisé que la semaine dernière. OUF.

Les audiences de l’épisode 8×07 demeurent en baisse avec 7.2 millions de téléspectateurs, mais House reste toujours leader de la soirée !

Dès le début de l’épisode, on a House qui tient à résoudre une énigme médicale d’un patient décédé pour fuir « les vrais cas », et on a Foreman qui lui tient tête pour résoudre une autre énigme médicale d’un patient vivant. Deux cas à la CSI, ça s’annonçait un épisode assez singulier. En plus, c’est l’épisode duquel je fais la dernière review de ce mois de Janvier, le 8×08 sera pour Février !

Savez-vous que la saison 8 de House qui a débuté un 8 Janvier sur TF1 avait un autre truc particulier ? Si on fait le calcul des mois depuis la fin de House aux US (le 21 Mai 2012) on découvre que le mois de Janvier est le 8ème mois après la fin de House. Je serai étonné si Janvier a été choisi par hasard. Visiblement, TF1 adore le chiffre 8 !

Je souhaite à ceux qui découvrent cette dernière saison un bon visionnage. J’ai regardé cette saison à plusieurs reprises et j’éprouve toujours de l’enthousiasme. Je ne vais pas faire durer le suspense et je vous laisse lire ma 7ème review de House. Enjoy !

J’ai beaucoup réfléchi à la répartition des parties, et j’ai enfin décidé de diviser l’épisode en 3 parties.

I. Cinq ans après…

J’ai choisi ce titre pour cette partie car il s’agit du cas d’un petit garçon de 4 ans décédé depuis 5 ans. C’est avant tout une partie extrêmement sombre, on relève du côté technique un bon choix de la musique de fond qui accompagne les actes et les émotions.

On relève également les couleurs ternes qui caractérisent ce cas morbide où règnent désespoir, perte et solitude. C’est sous le signe de la mort que House se retrouve seul, à combattre le noir pour dévoiler la vérité avec une obsession housienne qu’on connait depuis des saisons et qu’on a surtout connu et vu dans certains épisodes comme dans le 4×15.

Désobéissant à Foreman, House donna le cas du patient vivant à ses larbins afin qu’ils puissent le couvrir, pendant qu’il arpentait une autre direction vers la voie du cas du patient décédé il y’a 5 ans. On assiste à la division House/équipe pour une raison inconnue. Oui, pourquoi insister sur le cas d’un enfant mort ? Qu’est-ce qu’il a de si spécial ? Ne devrait-il pas écouter la logique de Foreman, celle où les patients vivants sont prioritaires ? Pourquoi tant d’opiniâtreté de la part de House ????

Beaucoup de questions se posent en regardant House, seul, avec un dossier médical. S’il ne s’agissait que d’un cas banal, il l’aurait laissé dans les oubliettes. Mais House n’agit de cette façon que s’il est touché de près par ce cas. Et c’est là que la thématique de la mort réapparait encore : House est un personnage curieux, il veut des réponses, il est également fasciné par la mort. House trouve l’enfant beaucoup plus intéressant en étant mort. Les vivants ? Ils mentent tout le temps et sont si chiants…

Pourtant, on remarque qu’il avait harcelé le père endeuillé qui n’a pas réussi à tourner la page, contrairement à son ex-femme. Et là, on sent de l’empathie de la part de House envers ce père, on sent également une tristesse profonde se dégager de ses regards. Beaucoup de silence dans ce cas, un silence morbide et très chargé en émotion. Nous retrouvons House le mélancolique, qui ne se cache pas derrière le masque facétieux et ludique. Mais pourquoi tant d’intérêt à un père qui a perdu son fils depuis 5 ans ? Tout simplement parce que House s’est vu dans cet homme dévoré par le chagrin, seul, alcoolique, ayant tout perdu. Toujours cette thématique de la paternité…

House fera connaissance avec la mort en exhumant l’enfant après avoir arraché un « oui » du père. Craintif, il ouvrit le cercueil en essayant d’y trouver des réponses. On note dans une ambiance grise-noirâtre que House avait examiné délicatement la dépouille.

On verra que sa vieille obsession de tout résoudre prendra le dessus, il s’acharnera pour trouver la solution en faillant se retrouver en prison. House prit tous les risques au détriment même de sa propre liberté. J’ai adoré cet épisode et surtout voir House en action, sur le terrain, frôlant les dangers. Le père endeuillé était émouvant, la mère (vers la fin), House était touché (et nous avec). Du pur Halone…Il y’a aussi le Hilson.

Dans ce cas déjà délicat, on note aussi la délicatesse de la position de Wilson qui s’est retrouvé entre Foreman et House. Il défendra House afin que ce dernier continue, tout en lui rappelant qu’il devait obéir à Foreman. C’est en tant qu’ami, guide et conscience que Wilson donna ses conseils.

Dans cet épisode, House reçut une gifle de la part de la mère, une belle droite de la part de son mari, bref une vraie tête à claque ! Mais ces rencontres « violentes » lui donneront la solution ! Sinon, beaucoup de coups dans cette saison 8. LOL. C’est grâce à Wilson qu’il découvre ce qui clochait et résout un cas très délicat après une sorte d’ambiance à la Holmes, où House avait joué le détective et c’est Watson…enfin, Wilson qui l’aidera. L’ambiance était noire également symbolisant ce noir policier énigmatique et non seulement la mort et la tristesse.

Que faire sans l’aide de Wilson ? Ah, celui-là était toujours là pour son ami et ses questions qui demeurent sans réponses, une sorte de « torche électrique » dans le noir énigmatique. Je vais aller loin avec Wilson en disant que le chiffre 5 a été évoqué dans cet épisode, et ce chiffre symbolise la mort dans cette saison 8 où un chiffre pareil se répète explicitement et implicitement. Quel est le lien du chiffre 5 avec Wilson ? Je préfère vous laisser nager dans un noir énigmatique xD Bien entendu je peux être parano avec le 5, mais rien n’est hasardeux dans cette saison !

Le père est un miroir de House, on se rappelle de House plus sombre dans les derniers épisodes de la saison 8, on se rappelle d’un grand désespoir et d’une grande solitude, d’une grande incompréhension et de son alcoolisme flagrant dans le 8×19. Cas sinistre qui nous montre dans ce 8×07, comment House avait décelé la maladie génétique du gamin décédé pour sauver la vie de son petit frère. Encore la thématique de la fraternité qui frappe, mais d’une manière plus saillante qui nous dévoile deux frères, l’un d’eux est mort, l’autre survivra grâce à lui. Ne me dites pas que vous n’avez pas encore deviné ce que je veux dire…Le tableau est complet.

Bref, ce cas est moins chiant que House le pensait, la preuve c’est qu’il s’est accroché à ce cas jusqu’au bout ! Contrairement au 2ème cas, le cas n°1 (patient mort) est riche côté technique-scénaristique et plus riche en émotions.

II. Douze ans après…

Après « Cinq ans après », voilà « Douze ans après », titre de la deuxième partie et qui nous fait penser directement au 2×17 « Douze ans après ». J’ai choisi ce titre parce que c’est vraiment le cas, tout se passe 12 ans plus tard, après le décès  d’un proche. Bien entendu, le 2×17 m’a inspiré pour le titre, mais bon on s’en fout. LOL.

J’adore la répartition des tâches dans cet épisode : House confronté seul à une voie qu’il avait emprunté, Wilson qui se retrouve entre House et Foreman comme il le fut toujours avec Cuddy et House, Foreman qui veut gérer House et ne rencontre que désobéissance, l’équipe occupée à diagnostiquer le cas n°2.

Dans le cas n°2 ou plutôt « cas parallèle », on a une jeune patiente de 14 ans, qui souffre de symptômes aussi loufoques les uns que les autres. La patiente reflète une telle sensibilité, une grande fragilité, elle symbolise l’innocence. Son cas est vraiment le miroir du cas n°1, on a l’impression que ce sont deux cas en un, et que chacun d’eux reflète l’autre comme un miroir.

Non seulement les deux cas se joignent dans la question de la parenté (qui est refoulée dans le cas 2), mais aussi dans la question de la mort d’un proche. Dans le cas de la patiente, on découvre son traumatisme de petite fille assistant au décès de son père devant ses yeux, et c’est grâce à Chase si une partie du mystère a été dévoilée. C’est grâce à l’hypnose que certains fragments insensés ont eu un sens dans la mémoire de la patiente. (Remarque : ce n’est pas la première fois que Chase utilise l’hypnose, rappelez-vous du 4×15 où il avait hypnotisé House).

Bref, le cas de la fille qui a perdu son père se complète et se reflète dans le cas du père qui a perdu son fils. Dans les deux cas c’est très fort psychologiquement et émotionnellement. Mais c’est le cas de la patiente qui remporte la palme d’or concernant la question du remord et de la honte. Beaucoup de reproches étaient explicites dès l’hypnose après avoir été implicites.

On peut noter une certaine dimension insolite, fantastique dans ce cas. La patiente se rappelle de tout or elle n’avait que 2 ans, et on sent qu’elle était emprisonnée dans une sorte de spirale sans pouvoir s’en sortir.

Le cas de cette patiente est intéressant, elle a perdu son père. Je parle du symbole de cette histoire, à savoir House qui avait perdu son père adoptif et pourtant, on dirait qu’il n’arrive toujours pas à se remettre. Encore un indice implicite concernant House et son père ? Hum, on verra !^^

Beaucoup d’émotions dans ce cas aussi, et l’hypnose n’a fait qu’accentuer la douleur cachée. Dans l’ambiance glauque de cet épisode noir, les scénaristes ont essayé d’alléger les évènements avec l’histoire de Chase, devenu la risée de ses collègues après son apparition dans la télé australienne en parlant d’une série médicale dans laquelle il a joué, après avoir dîné avec une productrice de tv. Son air soigné (épilation des sourcils, manucure) et ses retards ont été remarqués par tous, et il est devenu la cible idéale de toutes sortes de commentaires hilarants et de moqueries.

On est plein dedans ! Quoi de plus ironique que de regarder une série médicale appelée « House » dans laquelle Chase joue un rôle dans une série médicale ? Cela pourrait être aussi un clin d’œil à Chase, et ce qu’il va se produire le concernant à la fin de la série. Rien n’est laissé au hasard !

La torture psychologique du passé s’ajoute à la torture physique, on a un dédoublement de la personnalité, hémorragie, être enceinte sans l’être, allergie à la fraise sans l’être, trouble de vue et toutes sortes de symptômes assez bizarres.

Le plus fou dans ce cas, c’est que c’est une boule magique qui a déclenché tout cela. House a la même boule magique sur son bureau (au passage, Jarod dans Le caméléon est dingue de cette boule !) La boule était refoulée dans ses souvenirs lorsque son père était mort, la boule magique était dans la voiture. Encore la couleur noire…et encore un cas miroir non seulement à House, mais aussi à l’autre cas.

Résultat : Non seulement les reproches refoulés étaient les provocateurs d’un tas de symptômes psychologiques chez la patiente, mais en plus c’est House qui découvre qu’elle est atteinte d’un cancer curable. Cancer…Chiffre maudit…Mélancolie, ce n’est pas un bon présage, ça ! House mettra Adams et Chase sur la bonne voie pour déduire grâce à ses métaphores.

On retient de cet épisode aussi le fait qu’il n’y a pas eu des effets en 3D pour les explications housiennes concernant ces deux cas. Ce qui est un peu dommage, mais on peut s’en passer ^^. Finalement, House s’en sort bien avec deux cas en même temps en sauvant deux vies !

Il y’a ceux qui trouveront inimaginable le fait qu’une petite fille de 2 ans se souvienne d’un accident, mais en fait dans des guerres par exemple, combien de petites filles de 2 ans ont assisté à la mort d’un proche qui les ont traumatisé à vie. La mort du père de la patiente était traumatisante pour une fille sensible et fragile.

J’ai beaucoup aimé le jeu des acteurs et actrices dans les deux cas, même si j’ai une préférence pour le cas de House. Les deux cas étaient touchants et attachants.

III. Délivrance

Et nous voilà arrivé à la dernière partie intitulée « Délivrance ». La délivrance clos, en effet, un très bon épisode qui se positionne derrière le 8×02. (C’est un classement temporaire !)

On ne peut pas parler des cas, de House, de son entourage ou de la team sans parler d’une thématique qui était là, dès le début de la saison 8, dès le début du 8×07. Ici, la thématique de la liberté revient plus forte que jamais. Voyons ça de près !

Si on se rappelle bien, House avait choisi le cas de l’enfant décédé et avait défendu bec et ongles son choix. J’ai écrit en haut que la mort fascinait House, qu’il voulait fuir Foreman etc. C’est à cause d’Adams qui n’a pas su la fermer qu’il s’est pris 2 cas en pleine figure ! Mais je peux ajouter le fait que House était si attaché à la liberté qu’il défendait sa liberté de choix !

Revenons en arrière dans cette thématique de liberté et plus précisément au tout début de l’épisode que j’analyse. On voit en premier plan la cheville droite de House entourée d’un bracelet électronique signalant que House est dans une liberté conditionnelle. Toujours dans le même plan, la main droite touche la cheville et plus particulièrement le bracelet électronique qui empêche House de faire ce qu’il veut, d’aller où il veut. On voit clairement que le poignet droit porte un bracelet fabriqué manuellement par House lorsqu’il était en prison. Ce bracelet ne sera jamais enlevé, comme s’il faisait partie de la vie de House. Les deux bracelets symbolisent et rappellent la prison. J’ai moi-même un bracelet fabriqué par mes soins, lol. Le regard sombre de House en dit long…

La dimension fantastico-énigmatique des deux cas s’achève par une délivrance. Prisonniers de leurs passé, les personnages des deux cas n’ont jamais pu tourner la page. House, en arrivant à résoudre les deux cas, délivra un père qui, enfin, peut faire le deuil de son fils. House délivra aussi la mère du garçon décédé, une mère restée muette, refoulant tous ses sentiments et son émotion depuis 5 ans. Elle laissa ses larmes balayant ce passé douloureux qu’elle n’a jamais pleuré.

Non seulement grâce à la vérité dévoilée par House que deux parents étaient délivrés de leur passé, mais c’est en résolvant le deuxième cas que House a pu délivrer une gamine de 14 ans d’un lourd passé morbide qu’elle avait gardé en tête inconsciemment pour qu’elle fasse le deuil de son père en hurlant sa culpabilité.

Bref, une délivrance du passé et des souffrances refoulées qui a acquiert le pathos et une dimension tragique dans cet épisode chargé en émotions, c’est là où House montre tout son côté humain, altruiste et toute sa compassion envers des inconnus qui lui sont familiers.

Cependant, même si House les a tous libéré, il reste le seul qui a besoin qu’on le délivre de son passé carcéral, de ces menottes sous forme de bracelet électronique qui l’empêchent d’être libre dans un monde d’hypocrites et de menteurs. House les a délivré de leur passé, mais il reste prisonnier, et la voiture de la police qui est venue le chercher en dit long comme symbole carcéral. House est-il satisfait ? Non ! Son regard triste dans la voiture disait  « rien ne change pour moi, quoi que je fasse ».

House est altéré de liberté, il avait détourné l’attention de Foreman pour avoir 45 minutes de liberté durant lesquelles il était allé examiner le cadavre du garçon décédé, et ça fait du bien de le voir bouger à la quête de la vérité !

A la fin de l’épisode, il était vraiment menacé d’un retour imminent à la prison, mais Wilson tient tête à Foreman et défend farouchement son pote en indiquant à Foreman comment travailler avec House et quel serait son rôle, un véritable avocat ce Wilson! Le dévouement illimité de Wilson pour House est touchant, mais révélateur d’une sorte de mea culpa, la rédemption et les reproches de Wilson qu’il s’est fait à lui-même car il s’en veut d’avoir abandonné son ami durant tout ce temps en prison, et il savait que jamais il ne se pardonnerait si ce dernier retourne en prison. Leur échange de regards complices fait du bien, on sent quand même que leur amitié est plus forte que jamais. C’est grâce à Wilson que House assista à sa propre délivrance d’un retour à la prison. Mais il ne pourra pas échapper aux 30 heures de consult’ que Foreman les lui a donné.

House a failli tout perdre, c’était moins un ! J’adore le Hilson et les passages Hilson !!

Voilà en gros, ma review ! Merci de m’avoir lu et tous vos commentaires sont les bienvenus.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,