RSS

Archives de Tag: maladie

X-Files – Un mot après la finale du 10×06…[Spoilers]

ScreenShot2721

ScreenShot2723

Chamboulant, surprenant, avec OVNI, personnages, what the fuck? et aussi: la vache! purée de chez purée! le meilleur épisode. Ils ont gardé le meilleur pour la fin…et je pèse mes mots! La review complète du 10×06 « My Struggle II » sera postée le week-end! Quel cliffhanger! et quelle fin!

Parenthèse spoiler: Reyes en mode bad girl, le fumeur est vivant, Mulder entre la vie et la mort et le seul capable de le sauver est William, Scully qui est enlevée avec Miller et Mulder par un OVNI qui a couvert tout Washington…De quoi vous couper la respiration!

Mais au fait, képassa? (sans entrer dans les détails)

* L’épisode s’ouvre par le monologue de Scully racontant sa vie et l’histoire de l’ADN extraterrestre.
* Lorsque Scully est allée au bureau de Mulder et que ce dernier n’était pas là, elle s’est vite rendue compte qu’il avait regardé Tad O’Malley – dont le site web était de retour sur le net. O’Malley a affirmé quelque chose d’énorme (chaque citoyen américain a une sorte d’ADN extraterrestre)… et Scully a paniqué.
* Après avoir pris un peu du sang de l’agent Einstein, Scully s’est rendue compte que les soldats et les membres de l’armée ont commencé à montrer des signes d’infection par l’anthrax. Dans un saut vraiment mulderesque, elle a estimé que cela signifiait que la fin des temps était proche et a commencé à faire des déclarations comme: « Nous assistons à ce qui pourrait être l’avènement d’une contagion mondiale. »
* Quand Monica Reyes l’a contactée et a dit qu’il y avait un « virus Spartan » à l’intérieur de nous tous qui sera la fin de l’humanité, Scully émit l’hypothèse que l’ADN qu’elle pensait mauvais était vraiment bon; en fait, selon Reyes, le matériel génétique qui a fait Scully est le plus extraordinaire de tous (grâce à son enlèvement) et il allait la sauver. Reyes est le bras droit de CSM / le fumeur…
* Impressionnant, non? Sauf quand Scully est allée faire un antidote à partir de son ADN, la substance étrange avait disparu. Comme par magie.
* Pendant ce temps, Mulder repoussait l’un des hommes de main du fumeur, puis arrive en Caroline du Sud pour pointer une arme sur le salopard cancéreux. Mais Mulder était déjà malade au moment où il a affronté son ennemi – et a refusé l’offre de CSM pour vivre dans la nouvelle classe dirigeante.
* L’agent Miller est entré dans la maison de CSM et a sauvé Mulder, puis plus tard Einstein tomba malade à son tour, mais Scully a été en mesure de faire une cure et de guérir le jeune agent avant qu’il ne soit trop tard.(Elle a du bol!)
* Malgré la circulation infernale (panique collective), Scully fait la même cure à Miller et à Mulder. Mais Fox Mulder était si mal en point que Scully conclut qu’il avait besoin de cellules souches de William pour une greffe de moelle osseuse. Pendant que Miller et Scully se disaient qu’ils ne savaient pas où William était, un OVNI est apparu au-dessus d’eux et … voilà.

Un autre mot: la saison 11, tout de suite!!!! Merci!

TVLine a toujours son dernier mot à dire, après la fin de la saison, ils se sont précipités vers Chris Carter et lors de l’interview, on lui demanda s’il était d’accord avec le fait que ce soit la fin de la série. Carter répondit que les audiences de la série ainsi que la manière dont est fini le dernier épisode sans parler d’un « appétit » de la Fox (en parlant du PDG de la Fox, Dana Walden), tout cela laisse une chance pour une future saison!

TVLINE | Let’s say the planets don’t align and there are no movies and no more seasons — are you OK with ending the series on that note?
I can tell you this: Fox owns this show. I can’t imagine, with the ratings that we’ve got and the way we ended this season, that there won’t be more X-Files. They will find a way to get that done. Because I spoke about it briefly with [Fox CEO] Dana Walden today, so there’s an appetite there and… a chance certainly to find how we’re gonna get ourselves off this precipice.

Mot de Gillian Anderson qui cache à peine une future saison 11!

ScreenShot2728

David Duchovny remercie les fans:

ScreenShot2722

X-Files est dans le top 5 le plus utilisé ce soir sur Twitter, je n’ose pas imaginer les audiences!

ScreenShot2724

Quelques captures-spoilers!

ScreenShot2726ScreenShot2725ScreenShot2727ScreenShot2729ScreenShot2730

Publicités
 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Fort Boyard en deuil: Décès d’Yves Marchesseau alias La Boule

YVESLABOULERIP10675517_10152816295134095_8866932063503955209_n

La triste annonce ce matin de son décès eut l’effet d’une bombe pour sa famille, ses amis et les fans de Fort Boyard. En effet, Yves Marchesseau surnommé La Boule, un personnage emblématique de Fort Boyard, atteint d’un cancer d’œsophage, fut décédé prématurément cette nuit entre  le 28 et le 29 Septembre 2014 à l’âge de 62 ans.

Yves Marchesseau avait incarné le personnage de La Boule dans Fort Boyard durant 20 ans. Sa fille Stéphanie, expliqua qu’il avait eu une enfance malheureuse et que son parcours avec Fort Boyard était « une revanche sur la vie » selon Yves.

Son décès provoqua l’émoi de tout le monde et ses amis, collègues ainsi que certains candidats lui rendirent hommage. Merci Yves, bon voyage et toutes mes condoléances à ta famille.

Anthony Laborde (alias Passe-Muraille) fut parmi les premiers à avoir lui rendre hommage, en ami :

« La Boule, c’était un ami. C’était même plus qu’un ami, je le considérais comme quelqu’un de ma famille. Malheureusement, il nous a quittés, mais il restera longtemps gravé dans nos mémoires ». Emu, le comédien a poursuivi : « L’émission a démarré il y a vingt-cinq ans. La Boule est arrivé il y a vingt ans et moi il y a quinze ans. J’étais le petit dernier de la famille qu’il a pris tout de suite sous son aile et c’est comme ça qu’est née une grande amitié. »

Dans la vie de tous les jours, le gaillard était « comme [on le voyait] à la télé : il dormait toujours, il râlait toujours mais c’est comme ça qu’on l’aimait, c’était pas un méchant. Il était là quand on avait besoin de lui. »

Anthony Laborde révèle également les souffrances qu’avait enduré Yves Marchesseau lorsqu’il était enfant : « Quand il était petit il était très malheureux parce que tout le monde se moquait de lui à l’école, parce qu’il était chauve et qu’il était gros. Le fait de passer à la télé, ça l’a renforcé. »

Anthony Laborde, annonçant ce matin le décès de La Boule :

ScreenShot615

Un mot de la part d’Olivier Minne, très ému :

ScreenShot618

Patrice Laffont:

« Triste nouvelle. Yves était arrivé en 1994 dans le programme. C’est la production qui l’avait repéré. J’ai rapidement créé des liens de sympathie avec lui. Il était un représentant de « La Boule Obut ». Et comme moi, je suis un joueur de pétanque assez « sérieux », nous avons vite pris l’habitude de jouer aux boules ensemble après le tournage, se souvient l’animateur. Pour le reste, Yves avait su très vite s’affirmer comme l’une des personnalités fortes du programme, et surtout, et, malgré, le côté supposément « méchant » de son personnage s’attirer les sympathies de tous les enfants ! »

Père Fouras:

« Mes amis, C’est une bien triste jour­née pour la grande famille Fort Boyard. Notre geôlier et sonneur de gong préféré nous a quit­tés mais nous ne l’oublie­rons pas. Toutes nos pensées vont vers sa famille, et notam­ment sa mère, sa fille, ses petits-enfants et ses proches.« 

Willy Rovelli :

ScreenShot616

Delphine Wespiser (alias la juge Blanche)

ScreenShot621

Teheiura :

ScreenShot617

Communiqué d’ALP:

ScreenShot619

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Grégory Lemarchal, une voix d’ange depuis 10 ans

HOMMAGE A GREGORY LEMARCHAL

La veille, samedi soir le 16 Août 2014, TF1 diffusa en prime time environ deux heures de pure émotion qui nous replongea directement 7 ans en arrière. 

C’est à 20H55 que la chaine TF1 diffusa une émission hommage au regretté Grégory Lemarchal:

« Grégory Lemarchal, une voix d’ange depuis 10 ans »

Sur la scène du Zénith de Paris les plus grands artistes français  étaient réunis autour de Nikos Aliagas pour un vibrant hommage à Grégory et sa trop courte carrière. Animée par Nikos, l’émission avait été enregistrée le 11 Juin 2014 au Zénith, où le public avait massivement répondu présent. La présence des parents de Grégory [Laurence et Pierre Lemarchal] était extrêmement émouvante comme le prouve ce passage à l’inauguration de l’émission. Séquence très bouleversante d’une soirée où rires et larmes se sont mélangés.

A propos de l’émotion, Nikos avait avoué dans une interview qu’il fallut faire le montage à chaque fois qu’il pleurait, chapeau aussi au professionnalisme de Nikos qui avait connu de près Grégory Lemarchal avant de devenir son ami et plus tard, le parrain de l’association Grégory Lemarchal.

Des artistes, il y’en avait beaucoup: Pascal Obispo, Calogero, Yannick Noah, Tina Arena, Vincent Niclo, Patrick Fiori, Patrick Bruel, Roch Voisine, Nolwenn Leroy ainsi que les 8 demi-finalistes de la 3ème saison de l’émission « The Voice« 

Ils ont repris les plus grands tubes de Grégory Lemarchal mais également les chansons les plus marquantes de ses passages dans l’émission « Star Academy »

Pascal Obispo a interprété un de ses plus grands succès «L’important c’est d’aimer»

TF1 rendait hommage à Grégory Lemarchal, ce samedi 16 août, à l’occasion d’une soirée exceptionnelle baptisée Une voix d’ange depuis 10 ans. Son ami Nikos Aliagas a joué les maîtres de cérémonie, passant la parole à de nombreuses reprises à Karine Ferri, qui était la petite amie du jeune chanteur, mais aussi aux parents de ce dernier : Laurence et Pierre Lemarchal, présidents de l’Association Grégory Lemarchal.

Lors de leurs nombreuses prises de parole, l’émotion était palpable, de même que la tristesse d’avoir perdu un être si cher et si prématuément. A commencer par celle de Laurence Lemarchal qui a informé le grand public de l’épreuve que représentent les soins quotidiens administrés à un malade la mucoviscidose. « Il faut que vous compreniez ce qu’est la souffrance d’un jeune atteint de la mucoviscidose. C’est une maladie invisible. Il faut savoir que, quand tout va bien, c’est au minimum deux heures de soins par jour. Et en période de surinfection, c’est au moins six heures de soin par jour« , indique la maman du regretté chanteur. Submergée par l’émotion, elle ajoute : « Je suis désolée, j’aimerais ne pas être émue, mais c’est impossible. J’ai du mal à trouver les mots parce que c’est indescriptible. On a besoin de vous !« 

>>Voir la séquence vidéo de l’émotion de Laurence Lemarchal.

Pierre Lemarchal, reconnaissant du formidable élan de solidarité que représente cette grande soirée hommage associée à un appel aux dons massif, a tenu à expliquer comment ont été dépensé les différents dons récoltés par l’Association Grégory Lemarchal, depuis sa création. « C’est important que vous sachiez ce qu’on fait de votre argent. En sept ans, c’est 2,5 millions d’euros consacré à la recherche scientifique notamment sur la transplantation pulmonaire, c’est également 2,5 millions d’euros dédiés aux malades et à la réhabilitation des centres de ressources et de compétences de la mucoviscidose dans les services de pneumologie. C’est aussi 700 000 euros pour sensibiliser au don d’organes. Et encore 2,5 millions d’euros consacrés à des projets en cours. Prendre position sur le don d’organes, c’est respecter un devoir civique« , explique-t-il, avant d’être acclamé par le public.

Plus tôt dans la soirée, Karine Ferri avait elle aussi pris la parole, visiblement très émue : « Y a beaucoup de jeunes qui souffrent encore de cette maladie. Ce qu’on essaie de faire avec l’association, c’est d’être là pour eux, et leur dire que tout est possible. Nous sommes encore là ce soir après sept ans car nous avons encore besoin de vous pour la recherche et aider le quotidien des malades.« 

Pour faire un don à l’Association Grégory Lemarchal, rendez-vous sur www.association-gregorylemarchal.org, ou adressez votre don à : Association Grégory Lemarchal – BP 90124 – 73 001 Chambéry Cedex.

Beaucoup d’internautes et des téléspectateurs étaient émus par ce vibrant hommage qui plaça TF1 en tête d’audience avec 4.1 millions de téléspectateurs, mais il y’a eu des langues de bois, des méchancetés dites sur le net, or il fallait pour ces personnes un esprit plus ouvert car ce n’est pas uniquement un simple hommage, c’est la rage de vivre, c’est une sensibilisation à une maladie mortelle, du financement pour les recherches, un appel au don d’organes, même s’il est aussi un rendez-vous annuel entre ceux qui ont connu Grégory Lemarchal de près ou de loin, un rendez-vous musical aussi mais une sorte de pub pour certains chanteurs ou d’apprenti-chanteurs…L’important est que tout le monde se réunit pour une seule cause, chose qui s’est déroulée la veille avec une superbe émission qui fut à la fois un divertissement, une compagne de sensibilisation et un hommage à un vrai génie.

Pour soutenir l’association : http://www.association-gregorylemarchal.org/faire_un_don.php

TF1 proposa aux internautes de rendre hommage à l’artiste avec un mur des tweets. En postant leurs messages sur Twitter avec le hashtag #HommageAGregory, les internautes avaient témoigné de leurs plus beaux souvenirs de Grégory Lemarchal et avaient soutenu l’association qui porte son nom. 

Soirée admirable, géniale, riche en émotions et qui mérite amplement d’être regardée encore et encore. Merci à tous pour ce samedi marquant où, j’y ai préféré regarder TF1 que France 2 (Fort Boyard). Merci Nikos!

Crédit photos © Frédéric Berthet – TF1.

L'HOMMAGE A GREGORY LEMARCHAL

HOMMAGE A GREGORY LEMARCHAL

HOMMAGE A GREGORY LEMARCHAL

HOMMAGE A GREGORY LEMARCHAL

HOMMAGE A GREGORY LEMARCHAL

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×19

Image

L’autre jour, je me suis éclaté en lisant l’acte I de l’épisode 8×19, un épisode spécial réalisé par Hugh Laurie. C’est très intéressant de lire le script en se disant que les acteurs ont bossé comme des fous pour réaliser tout ce qui était écrit. Vous savez (ou pas) que j’ai déjà donné mon avis à chaud concernant cet épisode en Mai dernier, mais sans la moindre analyse. Donc je vais tenter de régler ce petit problème cette année…

Grâce à cet épisode, je me suis réconcilié pour de bon avec ma série préférée, c’était l’élément déclencheur. Diffusé en VF sur TF1 le 12 Mars 2013, le 8×19 « The C Word » alias « Double dose » était presque l’épisode que je connais. Pourquoi presque ? A cause de la sale traduction, du manque d’émotion dans les voix de House et de Wilson. Quand House parle tout bas en VO, inutile de hausser la voix en VF, Atkine ! Ou quand Wilson dit « S’il te plait » en VO, on ne doit pas dire « Par pitié » en VF  et j’en passe des erreurs!! Toujours ce manque total du respect de l’épisode, des répliques et de l’émotion. C’était toujours comme ça, la VF ! Voilà pourquoi je la déteste. Regardez l’épisode en VO et vous verrez la différence…

Cet épisode a donc réuni dans cette avant-dernière soirée de House sur TF1 le total de 6.4 millions de téléspectateurs. Savez-vous qu’il y’a trop de pub sur TF1 ? Mon dieu ça m’a saoulé, 3 pubs en une demi-heure ? Je préfère largement regarder l’épisode en VO sur mon ordi, c’est ce que j’ai fait tellement j’étais traumatisé par la « qualité » de la traduction et le manque d’émotion de la VF (double dose pour moi, lol).

Je vous souhaite une bonne lecture de cette review à propos d’un épisode que j’aime beaucoup. Chapeau aux acteurs, aux scénaristes et aux réalisateurs. 3 parties et c’est parti !

I. Double risque

J’ai adoré cet épisode, et je me suis dit que ce serait marrant de faire un clin d’œil au titre de l’épisode en VF. Nous avons assisté à une fin terrible et noire dans l’épisode 8×18 comme vous l’avez constaté, et cette fin n’était en fait que le début de l’arc narratif final auquel on assiste. Cet épisode 8×19 est un maillon dans cette chaîne finale.

Je vais paraphraser un peu pour commencer. Après l’horrible annonce du 8×18, c’est un autre House qu’on voit d’emblée, se souciant de son ami et se montrant tellement sincère que Wilson accepta son soutien. On remarque aussi le chagrin noyé dans l’alcool dès le départ, et c’est House qui boit à la House. On a l’impression que tout roule, que Wilson avait gardé la tête froide en se concentrant sur son traitement, jusqu’à la fameuse scène avec l’oncologue qui a permis House de se poser des questions.

Wilson avait eu une réaction bizarre devant l’oncologue. Même si la scène faisait sourire, c’est quand même intéressant de voir avec le recul que Wilson était le patient, il était face à l’oncologue qu’il était à voir et à entendre ce que ses propres patients avaient vu et entendu de sa part. Un oncologue miroir qui lui envoie donc une image répugnante de lui-même…On apprend que Wilson a environ 75% de chance de survie (tient, salut chiffre 5 ! lol).

Bref, le comportement de Wilson était de plus en plus suspect (rassurez-vous, je paraphrase toujours !) que House avait tenté en le soulant de lui faire changer d’avis afin d’écouter ses médecins, tentative housienne vouée à l’échec devant l’entêtement de Wilson. En fait, ce que House va découvrir, c’est le fait que Wilson avait pris une décision de se soigner chez lui avec une dose si élevée de chimio qu’il risquait sa vie. Cette décision nous rappelle quand même celle de House lors du 7×22 quand il s’est ouvert la jambe chez lui.

Ceci dit, Wilson avait peut-être décidé de prendre un risque pareil tout en sachant que son secret risquait d’être découvert par House. Peut-être qu’au fond de lui, il voulait que House soit son médecin car il pouvait gérer les situations critiques en gardant la tête froide. Il l’avait voulu aussi sans doute parce qu’il était son ami, et que cet ami l’écouterait et ferait de son mieux pour son bien. On peut s’orienter vers cette réflexion. Ou bien, il voulait tout faire secrètement en prenant tous les risques. Mais s’il y’a une conclusion à faire ici, c’est que Wilson était suicidaire dans tous les cas.

En montrant quelques exemples de patients, on comprend la réaction de Wilson. Beaucoup de ses patients avaient des grandes chances de survie, mais ils étaient morts malgré tout. Et montrer des statistiques à un patient ne prouve rien, juste le maintenir en illusion, entouré de mensonges. Wilson connaissait cela vu qu’il était le menteur ou l’illusionniste face aux malades. Il donna 3 exemples de patients décédés et ayant des grandes chances de survie : 70%, 89% et 96%. John Taylor est le patient qui le touche le plus, je noterai pourquoi plus tard. Wilson connaissait tellement ses patients, leurs noms et leurs dates de décès, chaque patient le touche. Vous ne voyez pas pourquoi j’ai étalé les statistiques au grand jour ? Et pourtant c’est une deuxième annonce sous-jacente grâce aux chiffres. Je vous dirai certainement ce que les scénaristes ont voulu passer comme message, mais ce sera dans un prochain épisode. Je tiens quand même à jouer avec les âges et les dates de décès, et observez combien de fois j’ai eu le chiffre 10 : 64 ans (6+4), 10 Octobre (10, 10). Et oui, il y’ a un faux 10 ! Mieux encore,  il y’a l’âge de 52 ans (coucou chiffre 5 xD). Cela ne vous rappelle pas quelque chose dont j’ai pris la peine de souligner dans une précédente review (8×16)? Dans cet épisode 8×19 non seulement on a nos chiffres répétitifs habituels comme le 5 ou le 10 et j’en passe, mais il y’a l’apparition flagrante de chiffres  dont l’un est le chiffre en « hibernation » se répétant implicitement, et dont l’autre se répète lentement dans cette finale et que je le dévoilerai avec toute cette histoire de chiffres ! On a vraiment une histoire…

Bref, Wilson ne voulait pas qu’on lui mente dans un lit d’hôpital, c’est ce qu’il a toujours fait croyant soulager es patients. Et si on fait une petite déduction, Wilson n’était pas fier de prolonger leurs souffrances (il l’a démontré dans le 6×07 si vous vous rappelez…) ce qui veut dire une chose, qu’un message secret concernant Wilson est en train de défiler devant nos yeux. Il a horreur de leur sort, et ne veut surtout pas subir cela. D’ailleurs ce message caché sera assez net dans le 8×21.

Un double risque dans cette première partie ne concerne pas que Wilson, mais également House. Si on se rappelle bien, House ne voulait plus lâcher son ami, et accepta de suivre Wilson jusqu’au bout de sa folie suicidaire avec son opération suicide. House décida que la cure se passe chez lui en prenant tous les risques pour son ami bien qu’il ait traité Wilson d’idiot. Dans sa logique des choses, il le trouva idiot mais décida de l’aider car c’était logique.  Un scénariste qualifia ce geste d’un « geste logique. C’était de l’amour, mais c’était logique ! ». Et c’est vrai que c’est un mélange d’amour et de logique qui montre à quel point Wilson comptait pour House. Même si ce dernier savait que le désespoir aveuglait son ami avec sa décision entêtée, il savait que l’aider à sa manière était la solution la plus logique.

Le suicide qu’on aborde à peine ici sera de plus en plus évoqué dans les prochains épisodes, ça promet !

Bref, Wilson risquait sa vie avec cette chimio et ce, malgré les tentatives de dissuasion de House en trinquant et en décrivant d’une façon qui fait froid au dos comment Wilson vivra cela, mais comme les autres tentatives de House, ce fut un échec et Wilson ne l’écouta pas. De son côté, House risquait gros en étant complice et en dissimulant aux autres ce que comptait faire Wilson. En effet, House risquait sa liberté, lui qui peinait à rester libre, mais il risquait aussi sa réputation de médecin en se sacrifiant au mutisme, le tout fait par amitié. Il prenait tous les risques car il ne voulait surtout pas prendre le risque de perdre cette amitié.

J’ai un peu parlé de chiffres et je ne m’arrêterai pas, mais il faudra que je souligne l’importance de l’amitié pour House, qui s’est révélé un sacré bon ami. Il se sacrifie pour son ami et franchement, j’ai toujours adoré leur amitié ces deux-là. Chacun se sacrifie pour l’autre sans condition, sans hésitation et sans limite. Leur amitié est mise en lumière dans cet épisode, une belle et vraie amitié traitée d’une manière tellement pudique et réaliste par les scénaristes, que les relations amoureuses.

Autre chose à remarquer : House est plutôt raisonnable dans cet épisode, d’un bon conseil, un peu « wilsonnien » en fixant les limites pour son pote, par contre Wilson est un House aveuglé, suicidaire et tourmenté.

C’est en prenant donc ce double risque que House et Wilson n’en firent plus qu’un, se battant seul dans le noir contre soi-même et contre cette maladie. La question qu’on doit se poser est : c’était un double risque payant ou pas ? La réponse était là, depuis le début, mais c’est l’hallucination qu’a eu Wilson qui est vraiment tout un symbole de cette réponse.

Vous vous souvenez de John Taylor auquel j’ai fait allusion il y’a quelques lignes ? John Taylor fut le patient de Wilson, décédé avec 96% de chances de survie, âgé de 8 ans. John Taylor sera l’hallucination de Wilson, un message morbide, un reflet de lui-même dans un futur proche. Oh que si…Voir la mort en face te parler…Tient donc, jouons un peu avec les chiffres : John (4 lettres) Taylor (6 lettres), et comme par hasard l’âge de Wilson est…

Retour à l’âge du gosse : 8 ans. La mort à cet âge-là signifie non seulement l’insistance sur la mort de Wilson mais en plus, c’est encore l’annonce de la fin de la série avec cette répétition (on est à la 8ème saison non ? lol). Je prends ce chiffre 8, symbole de l’échec, et je fouine ! On trouve la répétition du chiffre 8 en répétant le mot « cancer » 8 fois dans l’épisode, tout ce qui a rapport à la mort des termes suivants « death, die, dying, dead » a été répété 8 fois, et tout ce qui a rapport à la tumeur des termes suivants « sick (malade=4 fois), tumor (tumeur=3 fois), Toomy (nom de la tumeur donné par House=1 fois) » donnera le résultat de 8.

Tout cela renforce encore plus l’échec de la cure et la mort annoncée depuis le 8×02 ! Cela devient encore plus inquiétant si on additionne la répétition de « House » (6 fois) à celle de « Wilson » (2 fois) et on obtient encore un 8. Ce n’est ni de l’arithmétique ni des statistiques, c’est une preuve que la mort concerne à la fois House et Wilson !

D’ailleurs, on les retrouve dans le décor noir et ténébreux de l’appartement de House que j’ai comparé à un tombeau dans ma review du 8×18. Double risque voué à l’échec (je n’ai pas parlé de tous les chiffres 8, on a les 8 Vicodin de House desquels il en a donné 2 à Wilson, on a House qui donnait la Vicodin car la morphine était épuisée depuis 8 heures). Des chiffres, des lettres, des visages, des endroits, tout est sombre, tout guidait un message de pessimisme et d’échec.

II. La Pietà

Nous y voilà arrivés à la 2ème partie de mon analyse. Vous le savez, la Pietà est la position qu’avait prise Marie en prenant son fils Jésus mort crucifié et cette position était représentée grâce à des œuvres d’art, peintures, tableaux, gravures, statues et j’en passe. Je vous dis cela car la Pietà est incluse dans le théâtre car la vulnérabilité et la tragédie qui nous sont représentées et dont les expressions de douleur et d’amour se figent sur les visages. Chose qui intéresse le 7ème art bien sûr et tout ce qui est lié au théâtre.

Dans ce 8×19, nous assistons à une position presque parfaite de la Pietà : House, à un moment donné, était agenouillé, son ami mourant se tortillant de douleur était entre ses bras, et malgré un moment aussi terrible, House veillait sereinement sur son ami mais ne pouvant réprimer une tristesse profonde qui lui échappait de son regard. C’était un moment terrible et le plus silencieux face à une chimio qui tournait mal. (Regardez la photo en haut de l’article, la position de House).

C’est beau l’amitié entre ces deux-là, hein…Vous savez, le plus beau c’était le fait que House laissa tomber son masque face à la mort, et c’est avec plaisir qu’on découvre un House aussi attentionné et chaleureux car au fond, il n’était pas si mauvais que ça le gars. Que voulez-vous, j’adore faire allusion à leur amitié.

Vous allez me dire, mais à part la position de House et de Wilson, qu’est-ce que les lie aussi à cette émouvante position d’une mère avec son enfant ? House n’est pourtant pas une mère ! Et Wilson n’est pas l’enfant de House ! Patience…J’explique !

House ressemble beaucoup à la mère de la patiente (une petite fille très mignonne). La mère, qui est également médecin, reflétait House  avec son obsession de vouloir guérir sa fille, à tel point qu’elle a testé un médicament expérimental sur elle-même par amour pour sa fille. House est presque dans le même cas sauf qu’il a tout risqué pour son ami. Les deux ont des proches malades, les deux étaient des médecins mais n’hésitaient pas à se préoccuper du bien-être de ceux qui leur étaient chers.

House a des gestes maternels, doux, pour pouvoir calmer un peu son ami, et comme je l’ai écrit en haut, il veillait au bien de son ami. La souffrance de la Pietà et son amour se lisaient dans un long regard de House adressé à Wilson. Vous l’avez remarqué, je l’ai capturé : voir le haut de l’article.

Qu’est-ce qui lie Wilson à un enfant ? Sa dépendance totale de House à ce moment-là, il lui avait fait une confiance aveugle en mettant sa vie entre ses mains. Vous avez vu aussi comment Wilson marchait à un moment donné à 4 pattes, une ressemblance frappante avec un gosse qui ne peut pas encore marcher. Mais il y’a bien plus que cela qui lie Wilson à un enfant ! Et là, on va plonger un peu en symbolisme.

Il y’a une chose qu’on ne doit jamais esquiver : c’est le patient du jour. Enfin, la patiente qui s’appelle Emily Lawson. Cette dernière et Wilson avaient des tumeurs tous les deux, sauf que pour l’une la tumeur était bénigne, pour l’autre la tumeur était maligne. Emily et Wilson mourront, la patiente sera morte à cause de l’AT (maladie génétique). Bien sûr que la petite fille guérie à la fin grâce à Chase, mais elle est condamnée à cause de ses gènes, tout comme Wilson qui s’en est sorti grâce à son ami de la chimio, il est condamné mais il ne le sait pas encore. Un message noir et triste.

Ici, Chase résout le cas et confirme ainsi sa place de leader héritier dans l’équipe. Futur diagnosticien ? Il en a l’étoffe ! En tout cas, c’est lui qui avait récupéré le flambeau délaissé par House. Il était le digne successeur de House annoncé implicitement depuis son retour dans le 8×05.

Retour à la petite patiente (et la dernière patiente de cette série), un vrai cas-miroir de Wilson. Une enfant innocente qui sera crucifiée à cause de ses gènes, un médecin incarnant la douceur et la gentillesse crucifié à cause de sa maladie. La mort était couchée sur leurs poitrines.

Ce qui fait également penser à Wilson, c’est le nom même de la petite « Lawson », à l’exception d’une seule lettre tout le reste est approximativement le nom de Wilson, en méli-mélo !

Le petit mort John était également un miroir de Wilson. Cela nous donne une idée sur l’avenir de Wilson qui sera à l’opposé de ce qu’il avait toujours fait : protéger House comme son enfant. C’est House qui va dorénavant le protéger et s’en occuper.

L’idée de la mère et de son enfant est assez claire je crois ! Retour à la Pietà, et à notre couple d’amis dans leur position. C’est un moment douloureux le plus indescriptible de tout l’épisode, qui est lié à cette fameuse promesse. En toute intimité, on nous dévoile cette amitié mise en évidence entre House et Wilson. La masque je-m’en-foutiste de House tombe, il ne fuit pas bien au contraire, un masque laissant découvrir un humain qui ne cache pas ses émotions face à la mort.

On ne pourra jamais dissocier la Pietà de la Promesse, et quelle promesse !

La promesse est un grand moment d’émotion dans cet épisode, c’est également là que House fit tomber son masque rigide pour de bon. En prenant la position de la Pietà, les deux acteurs étaient sérieusement époustouflants !

On découvre deux amis et non un docteur et son patient, deux amis dont chacun avait besoin de l’autre, et dont chacun s’accrochait à l’autre comme une bouée de sauvetage.

Non, aucune limite. Il n’y a absolument aucune limite entre eux. Ils se touchent, aucune gêne, House s’implique. On sait qu’il déteste voir ou toucher ses patients mais avec Wilson, il n’était que l’ami sur lequel on pouvait compter, même s’il s’est beaucoup retenu de craquer.

Wilson avait pleuré comme jamais dans ce moment, plus que lors de l’hallu où il avait pleuré par culpabilité. Voir son ami aussi vulnérable avait beaucoup ému House, qui promit à son ami de ne pas l’emmener à l’hôpital, et ce, malgré tous les risques.

Il est vrai que House était d’une fidélité inouïe, en respectant la décision et la demande de son ami à un moment qui est le plus fort de tout l’épisode. C’est après avoir visionné ce moment-là en Mai dernier que je me suis dit « House fera tout pour Wilson ! ».

Mais j’ajouterai volontiers autre chose. Vous vous rappelez ce qu’a dit John Taylor dans l’hallu? « Vous m’avez promis que je rentrerai chez moi, Dr Wilson ». Cette promesse que Wilson n’avait pas tenu face à John Taylor, à son tour, Wilson voulait que House le promettait et le sortait, il voulait que son ami applique sa promesse, car Wilson à ce moment-là n’était que John Taylor lui-même qui se reconnait en lui, face à House au regard très attendri et compatissant. Miroir entre passé et présent…

Autre miroir du passé, lié à la promesse de House à Wilson. J’ai même crée une fanvid comparative entre ces épisodes. On a beaucoup d’allusions au 7×22 dans cet épisode comme le démontre l’exemple de l’amie de Thirteen qui lui fit promettre de ne pas l’emmener à l’hôpital. Thirteen la soigna sur son canapé et elle resta aux petits soins de son amie. Le parallèle est net avec Wilson qui fit promettre à House de ne pas l’emmener à l’hôpital, il a été soigné sur le canapé de House qui a veillé sur lui durant des jours.

Rares sont les fois où on voit House et Wilson si émus, si proches car en fait, c’était ça leur amitié et ça fait plaisir de les voir aussi bien pour le meilleur que pour le pire.

III. Un chemin pour deux

Ce serait dommage d’avoir regardé cet épisode sans fouiner, vous savez. Regarder terre-à-terre l’épisode peut être sympa, mais cela reste néanmoins insuffisant. J’ai choisi « Un chemin pour deux », un titre assez simple et évocateur de la suite. J’espère que cette partie sera la plus courte car rien avec les deux premières parties, ça fait beaucoup de chemin à lire ! lol

Je commence avec la notion du tiraillement. Durant tout ce final, tout le monde sera tiraillé ! Dans ce 8×19, je donne un parallèle de tiraillement entre House, la mère et la patiente. On verra ou cela va mener…

Ici, House est tiraillé entre aider son ami en tant que médecin ou en tant qu’ami. C’est lorsque Wilson lui demanda de lui promettre de ne pas l’emmener à l’hôpital, que House avait pris sa décision de rester en tant qu’ami aux côtés de Wilson. Ce dernier sera tiraillé bientôt.

Concernant le cas de la mère, elle est tiraillée entre son rôle de médecin et son rôle de mère. C’est un personnage tiers qui aida dans les diagnostiques et ajouta un nouveau souffle dynamique à l’équipe. Vers la fin, elle décida d’être la mère aux côtés de sa fille malade et de son ex-mari.

La patiente est tiraillée entre ses parents qui ont une vision complètement différente de son bonheur. (Au passage, chapeau bas à la petite actrice !). La mère tente de la faire vivre plus longtemps, en l’étudiant scientifiquement, en faisant tous les tests possibles. Le père est loin de cette vision scientifique froide, il veille au bien-être de sa fille comme il l’entend, il connait ses amis, ses enseignants, l’emmène pour s’amuser…La patiente voyait la mort comme salvatrice, pas pour elle mais pour ses parents qu’elle voulait les voir réunis.

Mais cette petite et jolie fille est-elle une patiente seulement ? Ou peut-on dire qu’étant le seul lien réel et stable entre ses parents, elle symbolise aussi une belle amitié qui lie un couple aussi différent que House et Wilson ? Je prends le pari que c’est bien le cas.

On est en train de passer de la technique du tiraillement et du cas au Hilson. Dans cette transition, il faudra alors noter le choc technique avec la variation et le tiraillement de l’obscurité chez House à la lumière de l’hôpital. Cette lumière n’est pas une lumière optimiste ou durable, mais que je qualifie de « lumière noire ». C’est la mort qui a gagné ici !

Regardez à ce propos combien de fois le chiffre 5 était présent : « médicament dans 5 ans », « 75% de chance de survie », « 5 avis médicaux », « 500 globules blancs » et j’en passe…La répétition anormale du chiffre maudit trace une triple fin : celle de House, celle de Wilson et celle de la série puisqu’on est dans les 5 épisodes finaux !

C’est toujours dans les épisodes les plus tristes et obscurs qu’on trouve les moments les plus touchants et les plus émouvants. L’amitié Hilson mise en évidence dans cet épisode est le fil rouge de la série et en particulier de la saison 8.

Qu’est-ce que l’amitié ici ? Qu’est-ce que le sacrifice ? Qu’est-ce que le partage ? House nous donne une leçon à ce propos.

Wilson avait mal, très mal. House avait mal aussi. Il partagea sa Vicodin avec son pote pour le soulager de ses douleurs, se sacrifia pour sentir ce que son pote sentait en donnant tout ce qu’il avait comme analgésiques, et passèrent des jours ensemble à huis clos où House avait pris des risques énormes pour protéger son ami. Ils partagèrent les antidouleurs et les douleurs, c’était très frappant. Mais le mal de Wilson s’était amplifié par la suite, le poussant à crier sa douleur, crier sa rage et crier l’injustice dont il était victime. Wilson à terre, il en voulait à Dieu, à lui-même, à tout le monde et à House qui fut blessé par les propos de Wilson (qui avait dit du genre « je méritais le cancer si j’étais comme toi, un salopard manipulateur narcissique qui n’attire que les malheurs aux autres ! »), certes c’est la douleur qui le poussa à dire cela, mais c’est également ce qu’il se dit réellement, au fond de son subconscient.

House accusa le coup et s’occupa de son ami malade jusqu’à ce qu’il récupéra quelques forces et s’en sort indemne. Les deux avaient deux têtes d’enterrement MDR.

J’adore les regards à la fin entre eux. Wilson lit dans les yeux de son ami un regard de reproche auquel il répondit directement par un long regard d’excuse et de regret, sans un mot. Ces deux-là pouvaient dialoguer sans un mot. Leurs moments étaient inédits, et à revoir encore et encore. House et Wilson nous montrent à quel point leur amitié était vraie, forte, profonde, sincère et extrêmement émouvante et belle. Des émotions qui font passer le téléspectateur des larmes au rire, des émotions qui nous font admirer une telle amitié dans cet épisode où House était prêt à tout faire sans rien demander pour son pote.

On observait de la tendresse et de la douceur entre les deux, surtout de la part de House qui volait au secours de son ami, à le border, à veiller sur lui, et après l’hallucination qui s’est dissipée House était la figure maternelle rassurante, l’ami sur lequel on pouvait compter, dont la main était posée sur l’épaule de Wilson et qui en disait long, du genre « je suis là, ne t’inquiète pas ».

On retient aussi le moment où House relevait Wilson pour l’emmener aux toilettes vers la fin, et qui semblait être bien plus qu’une accolade amicale, plutôt une étreinte.  Franchement, bravo aux deux acteurs ! Les paroles étaient extra (j’analyse toujours à partir de la VO, jamais l’horreur de la VF !).

Un chemin pour deux c’est le chemin symbolique qu’ont pris House et Wilson, chacun accroché à l’autre, marchant droit devant sans regarder en arrière. Cela nous rappelle certainement à nous, qui connaissons la fin, la symbolique de cette allure-là dans le 8×22 ! Cette marche du duo dans ce chemin nous rappelle également le 7×22 (beaucoup de clins d’œil au 7×22 !) quand on se rappelle à la fin, comment House avait Wilson comme appui et comme canne, lorsque sa jambe était charcutée. Dans le 8×19, c’est un spectacle à l’envers ! C’est Wilson qui s’appuyait sur House, il avait besoin de lui, House était devenu la canne de Wilson.

La fin du 8×19 était inattendue et agréablement surprenante. On assiste à une explosion de couleurs avec une explosion de joie et de fou rire le tout accompagné d’une musique vivante et folle. Le meilleur cadeau de House était resté pour la fin : offrir à son ami le sourire, après les dures épreuves qu’il avait enduré dans une ambiance morbide, après les larmes et les souffrances.

House est un excellent ami, il savait exactement ce dont Wilson avait besoin et lui a offert le sourire. « He make him smile ! » (Il le fait sourire !) s’écria une fan US excitée. Le bonheur de Wilson est bien House et vice-versa. Seul House pouvait le faire sourire, et lui faire oublier des jours pénibles. Le rire de Wilson est un rire communicatif qui ne laisse personne de marbre, en tout cas, j’ai adoré la scène ! Beau geste touchant de la part de House, et on sort de l’épisode chargé en émotions et en symboles avec un nouveau regard sur l’amitié entre House et Wilson, et ce dont est capable House en tant qu’ami. La répétition du chiffre 2 n’est pas anodine dans ce contexte du 8×19, un vrai tournant comme l’avait qualifié Hugh Laurie. C’est la disparition du masque…

Un épisode vraiment magnifique nous montrant ce qu’est l’amitié et ce qui est l’amour d’autrui. J’ai beaucoup adoré le regarder durant 10 mois avant de vous l’analyser. J’espère que ce n’est pas trop long lol. Je vous remercie de votre lecture et chapeau si vous avez lu ma plus longue review ! Vos commentaires sont les bienvenus.

Ps : cette photo ci-dessous est un remerciement de Hugh Laurie aux fans qui avaient participé au succès de l’épisode qu’il avait réalisé, à savoir le 8×19 « The C Word ».

Image

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×15

Image

C’est avec des yeux clos que j’entame ma 15ème review de House. Hyper fatigué aujourd’hui, je n’ai pas trouvé une minute pour moi ! Je n’ai cependant pas oublié le docteur boiteux à mon arrivée, et j’ai enchainé avec 4 épisodes de la saison 7 pour déstresser (c’était la première saison sur laquelle je suis tombé en plus). Pas évident d’écrire une review les yeux clos, je tâcherai de faire le minimum de fautes linguistiques.

Sur le rythme effréné de Bu Gece, je commence cette review en notant que l’épisode 8×15 « Blowing the whistle » alias « Pour l’honneur » a été diffusé sur TF1 le 26/2/2013 totalisant une audience de 6.3 millions de téléspectateurs.

Souvenirs souvenirs ! Quand je me rappelle avoir regardé cet épisode pour la première fois l’année dernière,  je l’avais directement classé dans une de mes catégories…En le revoyant en VO (je précise que je regarde en VO et non en VF la plupart des épisodes de cette saison !) j’étais convaincu que je ne me suis pas trompé la première fois, même si je n’ai jamais posté un seul commentaire.

Bref, voici ma modeste analyse de cet épisode. Merci d’avance pour  la lecture et pour vos commentaires !

I. Dénoncer ou ne pas dénoncer…

…Telle est la question ! Cette partie porte plus sur la team de House que sur le patient. Le long de l’épisode, toute l’équipe avait l’esprit occupé par une idée autre que d’assister aux différentiels ! Alors, le patron présente tous les symptômes inquiétants d’une maladie au foie. Absent, faible réaction, absence de toute obsession pour le cas, perd un jeu face à Taub, sans parler qu’il soit piégé facilement par Taub afin d’analyser son urine pour en avoir le cœur net.

Pour ma part, même si je trouvais ça assez sympa, ça m’a déçu quand même ! Je n’ai pas cru à la maladie de House dès le départ comme la plupart des fans. D’ailleurs, je pense que les scénaristes auraient dû nous pondre une idée nouvelle, je ne sais pas, House malade pour de vrai par exemple ! Là c’est du déjà vu, comme je l’ai pensé jusqu’à l’obsession : du remplissage ou du réchauffé !

En effet, si on se rappelle par exemple du fameux 3×15, House y avait simulé être atteint d’un cancer. Tout ça par ennui, parce qu’il trouvait les gens chiants et parce qu’il voulait sentir des sensations nouvelles plus fortes que ce que les drogues et les médocs apportaient.

Alors quelle est la différence entre le 3×15 et le 8×15 ? Dans le 8×15, la simulation a un autre objectif : traitement du patient par une simulation de maladie, ce qui est une autre épreuve pour l’équipe qui s’ajoute à 3 autres épreuves. Diagnostiquer la vraie maladie au lieu de traiter les symptômes cachés ou pas, hésiter entre dénoncer ou couvrir House et défendre son point de vue médical avant tout.

Mais c’est surtout avec sa similitude du déjà vu que House testait son équipe pour le dénoncer, alors qui osera le faire ? Les réactions des membres de l’équipe qui se sont fait avoir diffèrent, mais chacun d’eux respectait profondément House.

Commençons par celle qui avait allumé la torche ! Adams, la Wonder woman  de l’équipe et qui devrait se mettre en couple avec Foreman tellement ils sont chiants ! Sauf qu’Adams était chiante ET idiote. Celle-là s’est fait avoir comme une gourde et au lieu de marcher dans le plan de House, elle a couru ! Croyant que House était malade parce qu’il avait feint de ne pas faire des remarques sur son comportement quand il lui avait volé ses pilules, ou sur ses vêtements qu’elle portait deux jours de suite ! Ah oui, House et les téléspectateurs sont malades rien qu’en te voyant ! Adams avait piqué le mug de House pour l’analyser comme une grande (c’est sûr que House t’a laissé le voler pour mieux tomber dans le panneau !), ça sent quand même un commencement d’apprentissage (le vol du mug).

La contagion fut rapide lorsqu’elle en parla aux membres de l’équipe. Taub, qui n’a rien vu venir ce qui m’a étonné après son exploit dans le 8×13, se lança la tête la première dans le diagnostique de l’état de House, sans aller aussi loin qu’Adams, en apparence ! Taub était l’auteur du coup des toilettes hors-service afin de piéger House et récupérer son urine. Il s’est fait avoir comme un bleu, le Taub !

Park ne monta aucun coup, mais elle se souciait de House et ses remarques alimentaient surtout Taub et Adams. On peut croire que Park est celle qui restée le plus en retrait, mais non ! Celui qui détient le titre du retrait est Chase. Dans cet épisode, il incarne la sagesse, il se rendit compte de la supercherie de House  le premier et au début, il n’avait pas cru House (puisqu’il connaissait très bien les tours de son boss), pensant à un coup monté ce qui était le cas. Plus tard, son avis passa du statut jemenfoutiste à celui du scientifique qui se fie aveuglement aux résultats et non aux spéculations. Sans se poser des questions, et à la suite des analyses pratiquées, il retombe en beauté dans le même piège par lequel il était passé 5 ans auparavant.

Toute l’équipe lança un débat : dénoncer House auprès de Foreman ou pas ?

House, tu es vraiment fort…MDR

La contagion se propagea à Wilson, qui, malgré le fait qu’il connaissait House mieux que n’importe qui, tomba facilement dans le piège et ne dénonça jamais son pote.

Mais en fin du compte, il y’avait un qui avait dénoncé House. Accusant Wilson de trahison, ce dernier lui répondit innocemment qu’il ne lui avait rien fait. C’est en mettant la pression sur son équipe que Taub, Adams et Chase s’auto-accusèrent d’avoir dénoncé House, Park resta silencieuse car elle avait peur pour son travail. Grâce à sa fine déduction, House conclut que le rat était Chase, car il n’avait aucune raison de le dire à Foreman. Adams  avait avoué pour protéger Taub, ce dernier mentit aussi pour protéger le patient.

Ce tour joué par House concernant la trahison/dénonciation est lié parallèlement au cas autour duquel les avis divergent. Park trouvait que c’était une trahison, je n’étais pas du tout d’accord ! Le militaire a fait ce qui lui semblait juste. En parlant de militaire, je vais passer à la deuxième partie.

II. L’honneur

Et voici la partie consacrée au patient ! Et sur le rythme infernal de Timeless, j’ai carrément la tête ailleurs ! C’est super dur d’écrire sans penser une seule seconde au final de House qui commencera mardi prochain.

Le patient est un cas miroir de House, ce qui est démontré par non seulement certains de ses symptômes, mais par sa manière de réfléchir et d’agir. Ce n’est pas par hasard si les scénaristes avaient choisi un militaire comme patient, puisqu’il nous fait penser au père de House qui était un militaire, non ?

L’obsession du patient avec l’illusion de l’héroïsme de son père est irritable, n’empêche qu’il peut rappeler House en quelques sortes avec son obsession de résoudre les énigmes médicales et de tout savoir sur tout le monde. Encore mieux, les caillots qui se sont formé dans la jambe du patient rappellent le caillot qui s’est formé dans la jambe de House, qui fut un tournant dans sa vie.

Il faudra admettre qu’il y’a quelques points de convergence et de similitude entre les deux. Mais ce que le patient est chiant ! Il est complètement bouché et ne veut rien entendre, vivant dans son petit monde chimérique. Il y’a un détail bizarre : comment, chers scénaristes, un gosse de 10 ans est « trop jeune » pour voir ce que son cher papa en est capable ? (le chiffre 10 se répète encore !) Si on commence à développer sa mémoire dès l’âge de 4 ans, que dire de 10 ans ? C’est un détail qui ne collait pas du tout à l’histoire.

Persuadé que son père est mort en « héros » (mdr les américains et leurs foutues guerres), le militaire se cramponne à cette idée fixe n’écoutant même pas son frère. Faire honneur à son paternel en faisant la guerre comme s’il tentait de nouer un lien avec lui, en préférant dénoncer son pays au profit de « l’ennemi » car il croyait faire ce qui était juste, bref tout ce qu’il faisait le rejetait sur son père.

Un autre point commun avec House : prendre le risque de risquer sa liberté. Le militaire était détenu pour avoir trahi son pays et n’avait pas tenté de s’échapper ou de suicider. Chose qui peut nous rappeler House qui avait risqué sa liberté en défonçant la baraque de Cuddy dans le 7×23 et ne tenta pas de s’échapper surtout qu’il n’avait accepté aucun avocat pour le défendre ! (le 8×01 si vous avez raté cette info). House a failli retourner en prison mais son ami Wilson avait sauvé la mise (le 8×07) auprès de Foreman. House grommela : « c’est un idiot » à propos du patient comme s’il se traitait ainsi à voix haute. Lol.

On aborde plus les valeurs éthiques que le cas lui-même dans cet épisode. Par exemple, qu’est-ce qui peut expliquer l’acte de trahison du patient ? House trouva une explication rationnelle et médicale à cela : à cause de sa maladie, le patient était psychologiquement atteint en postant la vidéo ce qui pose des questions à propos de son état mental.

Le patient trouvait qu’il faisait honneur à son père en faisant ce qui lui semblait juste, et  c’est là que les questions se posent : mais qu’est-ce que l’honneur ? La vérité ? Tuer ? Violer ? Fierté ? Égoïsme ? Mort ? S’en foutre ? Quelle est la véritable définition du mot « honneur » selon le code social ?

House s’en fout des codes sociaux, et encore plus de l’honneur, enfin c’est ce qu’il feint ! Je le trouve très sarcastique envers le patient en parlant de son père, « mon père » disait House de son père adoptif, ça se voit qu’il le considérait toujours comme son vrai père après le 8×14. Il évoque la thématique de la paternité  ainsi et la définition de l’honneur chez John House (interrompre quelqu’un qui lit n’est pas honorable). Le message ici est chacun dans cette société peut modeler à son gré la définition de l’honneur.

Quelle est la définition qu’on peut deviner de l’honneur selon House ? En fait, ce sont les actes qui comptent, par exemple tenir une promesse. Le patient a-t-il respecté le serment qu’il avait prêté pour son pays ? Absolument pas. House est quelqu’un de hautement moral, ne pas tenir une promesse est un acte de lâcheté pour lui, même si c’est Park qui avait dit cela. Elle dit tout haut ce que les autres pensent tout bas, en particulier House.

House est quelqu’un qui tient ses promesses, malgré tous ses défauts. Il suffit de se rappeler sa promesse envers le père de Chase (1×13) ou sa promesse envers son ami Wilson (8×19).

Bref, cet épisode pose des questions à propos de la traitrise et la vérité : quelles sont les frontières qui les séparent ? Où s’arrête l’un et où commence l’autre ?

On l’a compris, House se fiche de l’honneur, mais ceci dit, on dirait que « son fils » Chase lui a fait honneur en étant à la hauteur ! Si on se rappelle bien du dialogue final entre House et Chase qui était intéressant, on remarque de plus en plus cet affichage du lien père/fils plus que celui du prof/disciple, avec la fameuse réplique de Chase qui confirme cela : « Vous voulez vous assurer que quelqu’un sera là quand ça arrivera » concernant la perte de l’intelligence de House. De toutes les façons, Chase assure ! C’est le « rat », le plus manipulateur de toute l’équipe. Il avait dénoncé House auprès de Foreman car House voulait qu’il le fasse et ainsi voir si son héritier est à la hauteur.

Chase savait que toute cette manipulation traditionnelle de House visait à vérifier si l’un des larbins, et en particulier lui, arriverait à la hauteur. Dénoncer pour vérifier, très intéressant. Cela montre que le lien ombilical House-Chase est mis en lumière, et que c’est devenu une évidence !

Il y’a un autre lien plus important auquel j’ai laissé la dernière partie…

III. Dévouement

On peut dire, arrivé à ce stade, que les frères militaires reflètent quelques parts deux « frères », deux amis auxquels j’ai préféré en parler dans cette troisième partie. Comment peuvent-ils se ressembler ? La surprotection par exemple !

Pour protéger son jeune frère d’un choc, d’un traumatisme lorsqu’il était jeune et fragile, le grand frère avait opté pour le mensonge à propos de la véritable cause de la mort du père. Résultat : le jeune finit par faire une bêtise et un déshonneur non seulement pour son pays, mais surtout pour sa famille et son grand frère en tête.

Wilson surprotège House par amitié et ne trahit pas sa confiance. House l’admire et le respecte pour tant de dévouement même s’il ne le montre pas, ou presque…

House dira à Wilson une réplique assez touchante : « Je ne peux pas me débarrasser de toi ». Avis aux fous de ce couple : Hilsoooooooon ! Je les adore ces deux-là.  L’amitié est également quelque chose qui compte beaucoup au patient, puisqu’il avait le choix entre l’amitié ou la trahison de son pays. Son choix était vite fait et il paya le prix!

J’aime bien comment ils ont introduit l’importance de l’amitié pour House et pour Wilson grâce à ce cas. Si l’honneur relève de l’ordre de l’éthique, l’amitié est également basée sur l’éthique.

J’aime beaucoup les scènes Hilson car elles sont les seules qui m’ont fait sourire, et elles sont parties à partir de deux consultations hilarantes de House (le patient drogué et le « chanteur » bourré !). Ceci dit, on a aussi une consultation marrante de Wilson (on remarque que depuis quelques temps, on assiste aux consultations de House ET de Wilson, intéressant non ?). Dérangé par Adams, Wilson essaya de la calmer en lui disant que ce n’était rien, mais aussitôt partie, Wilson sauta d’horreur ! Le pauvre s’est beaucoup soucié et inquiété à propos de la santé de son ami. A la découverte du pot-aux-roses, Wilson ne pouvait pas s’empêcher de dire un truc familier du genre : « you’re an ass ! » j’adore cette réplique qui me rappelle certains épisodes au début de la saison 8 dans lesquels elle s’est beaucoup manifestée.

Le frère mourant avec son frère assis à son chevet veillant sur lui est une image qui ne passe pas inaperçue, en nous rappelant une autre image dans le futur, celle miroitée dans le 8×19 avec Wilson et House où ce dernier prenait soin de son « frère » mourant ! Le 8×15 comporte plus de choses à analyser qu’à regarder. Le coup du frère malade était ici un véritable indice.

Bref, on commence doucement à se re-concentrer  sur le Hilson à partir de ce 8×15, une concentration qui sera de plus en plus forte pour une amitié forte entre les deux hommes, au fil des prochains épisodes. On peut se dire que quelques parts, House testait cette amitié et son ami avec son plan. J’ai adoré comment l’amitié et la fraternité se rejoignent pour n’en faire qu’un.

Après les histoires de la team, de Dominika, des parents de House, on revient petit à petit à l’essence même de la saison 8 fondée sur l’amitié, la fidélité et la complicité entre les deux hommes qui forment le pilier de la saison par excellence, et de la série en général.

Une amitié mise en lumière dès le 8×02 (surtout) et qui devient de plus en plus attachante lors des épisodes qui vont se succéder. Les deux amis sont tellement dévoués l’un à l’autre, dévoués à leur amitié.

Avec ce 8×15, malgré un cas plutôt moyen et une impression du déjà vu, c’est surtout le Hilson qui sauve les meubles ! En général, c’est un épisode assez sympa qui comporte des indices, j’adore les indices !^^. Toutes les thématiques principales y sont présentes, ce n’est pas un hasard !

C’est avec des yeux clos que je vous remercie d’avance pour vos commentaires. Voilà, c’était ma 15ème review…Je file bouffer ! Chapeau si vous avez tout lu !

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

En passant

Image

Jean-Luc Delarue au siège de France Télévisions le 2/12/2011

Selon le site de MorandiniJean-Luc Delarue est décédé cette nuit à l’hôpital, après un long combat contre le cancer. Ces deux dernières années, Jean-Luc Delarue a été détruit psychologiquement et physiquement, le scandale de son addiction à la cocaïne, le procès, et surtout la belle France Télévisions qui l’avait mis sur la touche, le privant d’exercer son métier d’animateur.

Selon nos informations provenant de Morandini, Jean-Luc Delarue est décédé cette nuit, à l’hôpitâl, à l’âge de 48 ans, des suites d’une longue maladie.

L’animateur de télévision avait annoncé en décembre 2011, qu’il était atteint d’un cancer de l’estomac et du péritoine . Âgée de 48 ans, la vedette, visiblement très émue, s’exprimait au siège de France Télévisions devant une trentaine de journalistes.

Il a expliqué que la maladie avait été diagnostiquée après un passage aux urgences.

« Ça a commencé par des douleurs terribles à l’estomac« , avait-il raconté. « Aucun autre organe n’est touché, il n’y a pas de métastases« , a poursuivi l’animateur qui a déjà entamé une chimiothérapie.

Une source de France 2 a assuré que Jean-Luc Delarue avait « appris que quelqu’un avait volé son dossier médical et s’apprêtait à le monnayer. C’est ce qui l’a décidé à faire cette annonce ».

Moins de trois mois seulement après son retour à la télévision, France 2 avait annoncé  qu’à la suite de son hospitalisation , l’animateur allait arrêter l’émission « Réunion de famille » qu’il animait depuis septembre sur la chaîne.

C’est dans l’agence DDB que Jean-Luc Delarue fait ses armes comme concepteur-rédacteur, à partir de 1986, année où il découvre la télévision en apparaissant dans l’émission Une page de pub de TV6.

Jean-Luc est engagé par Europe 1 en 1987, il y reste jusqu’en 1995, anime le Top 50 puis Mon oeil et l’Equipe du Matin.

Parallèlement, il officie sur Canal + pour La Grande Famille dès 1991, puis crée Réservoir Prod lorsqu’il quitte la chaîne à péage pour France 2. Sa boîte de production sera derrière Ça se discute, son émission phare, qu’il animera pendant 15 ans.

Aussi au palmarès du Jean-Luc Delarue version service public :  Déjà dimanche et Déjà le retour, puis Jour après jour à partir de 1998, show qui lui vaut un Sept d’or (il en a eu trois).

Reservoir Prod lance aussi « C’est mon choix« . En 2006, Delarue crée « Toute une histoire« , découvre Stéphane Plaza et lance les programmes de recherche de logements de M6, et sa compagne Elisabeth Bost accouche d’un fils Jean.

Jean-Luc Delarue a rencontré Anissa Khel, sa compagne depuis février 2011, qu’il a épousée le 12 mai 2012.

France Télévisions a décidé de lui rendre hommage mardi soir.

France 2 proposera une émission spéciale en prime-time.

Au programme de cette soirée, des images, ainsi que des témoignages en direct. De même, Christophe Beaugrand a annoncé sur twitter qu’il y’aura un hommage à Jean-Luc Dimanche sur nt1tv.

L’animateur de télévision avait annoncé en décembre 2011, qu’il était atteint d’un cancer de l’estomac et du péritoine . Âgée de 48 ans, la vedette, visiblement très émue, s’exprimait au siège de France Télévisions devant une trentaine de journalistes.

Il a expliqué que la maladie avait été diagnostiquée après un passage aux urgences.

« Ça a commencé par des douleurs terribles à l’estomac« , avait-il raconté. « Aucun autre organe n’est touché, il n’y a pas de métastases« , a poursuivi l’animateur qui a déjà entamé une chimiothérapie.

Les réactions émues des confrères de Delarue et des téléspectateurs se passent de tout commentaire. On peut surtout retenir le témoignage émouvant de Kad Merad concernant Delarue qui l’avait aidé à l’époque avec Olivier pour lancer leur carrière, ou le témoignage de Laurence Boccolini sur twitter: « Je me souviens de JLD. Il y a 25 ans Arrives ts 2 le meme jour a E1.😏 Souvenez vous de lui.Pas de ce qu’on a dit de lui…Il aurait aimé ça« .

Condoléances à la famille d’un animateur qui nous a touché avec son brillant talent.

Décès de Jean-Luc Delarue

 

Étiquettes : , , , ,