RSS

Archives de Tag: Hugh Laurie

Quand Ross rencontre House !

Quand Ross rencontre House ! ça sonne bizarre mais c’est vrai !

Le 2 Février 2016, une info étrange sur le site TVLine attira mon attention : George Clooney et Hugh Laurie réunis pour le sketch « Reunion » pour Urgences, dans l’émission nocturne de Jimmy Kimmel.

Le docteur Ross commence seul le sketch, Jimmy Kimmel joue le rôle du patient. Ross ne trouva personne pour l’aider à sauver le patient alors il lui demanda s’il savait quelque chose à propos de Julianna Margulies (Carol Hathaway) mais elle était occupée avec le tournage de The Good Wife. Ross demanda des nouvelles à propos de Noah Wyle (John Carter) mais il était occupé avec le « Taco Tuesday » quand à Eriq La Salle, il était occupé avec un truc juridique.

Bref, personne n’était là du casting d’Urgences à part Clooney, puisque tout le monde était occupé. Jimmy ajouta qu’il avait trouvé un gars pour les remplacer, puis Hugh Laurie fit irruption portant une blouse blanche et une canne, tout en boitant. « Voici Hugh Laurie d’Urgences ! » annonça Jimmy à Clooney qui fit la tête et Laurie commenta : « en fait non, je faisais partie de House ! » et le public devient fou.

Ensemble, le duo va employer de nouvelles techniques pour sauver la vie du patient.

Vous serez contents de savoir qu’ils lui ont sauvé la vie grâce à la technique de « Rapper’s Delight », chorégraphiée par House et appliquée par Ross.

Voici la vidéo, un sketch plutôt sympa mais il manque du piquant housien comme « idiot » et « ce n’est pas un lupus » ! (évidemment, « every body lies » ! lol)

Publicités
 
 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

La grande mascarade de Hugh Laurie

Le 18 Janvier 2014 Hugh Laurie posta 3 tweets sur son compte twitter dans une mascarade du plus mauvais goût.

A la suite des déclarations du président russe Vladimir Poutine concernant les homos, Superman réagit sur son petit compte twitter avec quelques messages hostiles face à un pays aussi grand et imposant que la Russie, en écrivant «Je boycotte les marchandises russes si je pouvais penser à une seule chose qu’ils ont fait au monde mis à part le déprimer » c’est drôle, il a chanté en Russie et il crache dans la soupe après, loooooool !! Tient, un autre tweet : « La vodka russe est bonne pour nettoyer le four, pour boire, il y a la vodka polonaise. » Je pari qu’il a consommé parmi ses breuvages de la Vodka, posée sur son piano lors des concerts de blues…MDR Mais de qui il se fiche ?

L’artiste de blues a visiblement le blues puisqu’il incite à boycotter un grand pays qui est la Russie, incitant les fans à la haine sans la moindre réflexion. De toutes les façons, pour les raides dingues des yeux de Laurie ou pour les fous de House, Hugh Laurie a toujours raison, il ne faut jamais remettre en question ce qu’il dit, il ne ment jamais. Un terme exact pour les qualifier ? Idiots. Un terme exact pour qualifier Hugh Laurie ? Le dernier des imbéciles, ou « idiot » comme je l’ai gentiment posté à Hugh avant de me désabonner de son compte twitter.

Laurie a dit qu’il réagissait après avoir lu les commentaires de Poutine vendredi faisant état que les homosexuels devraient «laisser les enfants seuls». La Russie a interdit les homosexuels de “propagande” pour les mineurs.

Alors, de quel droit un simple artiste s’immisce dans les affaires intérieures d’un pays qui avait élu démocratiquement son président ? De quel droit un simple artiste ose dicter aux russes ce qu’ils doivent faire ou non ? L’affaire est politisée et personne ne fait cela sauf s’il était un anglais ultra-lèche des américains. L’incitation à la haine de la part de ce si cher et idiot Hugh Laurie montre qu’il sait très bien ce qu’il dit, et que rien de tout cela n’est lié à l’art, mais à la politique.

Cela m’a suffit pour l’éliminer de mes artistes préférés, en me désabonnant de son compte. L’utilisation des médias pour guider de tels messages est tout simplement une méthode pathétique et irrespectueuse pour semer la haine. Ce type de messages s’appelle une incitation à la haine.

Croyant que les fans de House lui diront Amen pour tout, Hugh Laurie se trompe et a perdu tout mon estime, moi, qui suis un grand fan de House. Il a vraiment attrapé la grosse tête, mais de quoi il se mêle… ??

Les européens critiquent les russes car ces derniers tiennent à leur pays, à son union et à sa solidarité avec Poutine le grand des grands, qui avait rendu la Russie un pays imposant, fort et libre, là où on chante le nationalisme russe et on est fier d’être russe. Un boycott ? C’est trop marrant venant d’une Angleterre au bord de la faillite politico-économique, un minuscule îlot froid qui n’a à dire que « oui oui », le petit caniche des américains en faillite. Tout le symbole de l’Europe.

J’aime beaucoup les réactions russes où on note de l’humour et des sarcasmes:

“Je voudrais envoyer Hugh Laurie en enfer avec son opinion sur nos produits et ses plans pour les boycotter», écrit le blogueur très connu Ilya Varlamov.

“Hugh a appelé à un boycott de tous les produits fabriqués en Russie, en  insultant l’une des principales marques de notre pays, la vodka russe,” a écrit le journaliste sportif Stepan Chaushyan a écrit sur le site Web de l’hebdomadaire très lu la Argumenty i Fakty.

“Hugh a oublié une chose: l’argent russe pourrait très facilement le boycotter,” a-t-il ajouté, soulignant que Laurie a donné de nombreux concerts de blues en Russie.

“C’est vrai, aller de l’avant et nous boycotter, mais vous auriez dû commencer par le gaz, et non pas la vodka», écrit un commentateur, Savva Mirosh, sur le site de la chaîne de télévision d’Etat NTV.

Inutile de re-dire que je suis contre les propos de HL qui a dépassé les bornes. Ces propos peuvent coûter cher à sa carrière. Morale : lorsque le corbeau ouvre le bec, il doit s‘attendre à la chute de son cher morceau de fromage.

 

Étiquettes : , , ,

Hugh Laurie enflamme le Grand Studio RTL

Image

Vous connaissez tous Hugh Laurie sous le personnage de Gregory House. Mais connaissez-vous Hugh Laurie chanteur de blues ? Il sera en concert dans le Grand Studio sur RTL ce samedi dès 15 heures.

Chaque samedi à partir de 15 heures, Eric Jean-Jean présente sur RTL, le Grand Studio. Cette semaine, l’animateur vous proposera de passer une heure en compagnie du Dr House alias Hugh Laurie connu aussi pour son talent de chanteur de blues.

C’est lors de son passage à Paris il y a quelques semaines que l’acteur britannique a participé à l’émission. Il a donc enregistré l’émission à l’occasion de la sortie de son nouvel album intitulé «Didn’t it Rain » devant un public venu en masse pour assister à ce moment musical.

C’est avec son groupe composé de sept musiciens, dont deux choristes, que Hugh Laurie a enflammé le Grand Studio de la rue Bayard. Ce samedi vous pourrez découvrir quatre nouveaux titres issus de son deuxième album de blues dont « You don’t Know My Mind« .

Pour la petite anecdote Hugh Laurie aurait même déjeuné à la cantine de la station en toute simplicité après avoir répété le matin.

Pour rappel, son premier album, « Let Them Talk » s’était vendu à plus d’un million d’exemplaire dans le monde et plus de 200 000 en France.

Pour son deuxième opus, le succès semble encore sourire à Hugh Laurie puisqu’il est arrivé en 3ème place des ventes la semaine dernière.

A 53 ans, Hugh Laurie sera en concert le 9 juillet prochain au Grand Rex à Paris puis il participera au Strabourg Jazz le 10 juillet.

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Audiences: Final en beauté pour Dr House

Image

Hier soir, mardi 19 mars 2013, Dr House achevait sa carrière su TF1. La série américaine portée par Hugh Laurie a fait le plein de téléspectateurs puisqu’ils étaient 7,8 millions devant le premier épisode et en moyenne 7,6 millions jusqu’à la fin. La Une est donc largement en tête avec ce score.

À la deuxième place, Famille d’accueil, sur France 3 a recueilli 3,6 millions de téléspectateurs. Mais M6, qui proposait un prime de ses Scènes de ménages, n’est pas loin derrière. La série a en effet recueilli 3,2 millions de téléspectateurs et se retrouve devant France 3 en termes de part d’audience (15,6 % contre 13,1 % pour la Trois) en raison de la durée exceptionnelle du programme.

À la quatrième place, la fiction de France 2 ne fait pas le poids. Drumont, histoire d’un antisémite français, avec Denis Podalydès dans le rôle titre, n’a recueilli que 1,3 million de téléspectateurs (soit 5 % de PDA seulement). Ce qui la place juste devant TMC qui est en tête de la TNT avec 1,2 million de téléspectateurs pour le magazine 90’enquêtes.

Les audiences de première partie de soirée :

Dr House (TF1) : 7,8 millions de téléspectateurs en moyenne (28,2 % de part d’audience)

Famille d’accueil (France 3) : 3,6 millions de téléspectateurs (13,1 % de part d’audience)

Scènes de ménages : ils en font tout un prime (M6) : 3,2 millions de téléspectateurs (15,6 % de part d’audience)

Drumont, histoire d’un antisémite français (France 2) : 1,3 million de téléspectateurs (5 % de part d’audience)

90’enquêtes (TMC) : 1,2 million de téléspectateurs (4,9 % de part d’audience)

O’Brother (D8) : 1 million de téléspectateurs (3,9 % de part d’audience)

Ennemis rapprochés (NRJ 12) : 855 000 téléspectateurs (3,3 % de part d’audience)

Argentine, les 5 000 bébés volés de la dictature (France 5) : 820 000 téléspectateurs (3 % de part d’audience)

Will Hunting (W9) : 575 000 téléspectateurs (2,3 % de part d’audience)

Tonnerre roulant sur Bagdad (Arte) : 500 000 téléspectateurs (1,8 % de part d’audience)

15 Ans et demi (NT1) : 490 000 téléspectateurs (1,9 % de part d’audience)

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Olivia Wilde à propos des tatouages et de Hugh Laurie chez Ferguson

Olivia Wilde dans l’émission de Ferguson.

Olivia Wilde: J’allais dire que lorsque j’étais en tournage de la série House M.D, un fan me montra son bras avec le visage de Hugh tatoué dessus et j’en ai pris une photo et je l’ai montrée d’un air excité à Hugh en disant: « Regardez! Regardez! » et il me répondit: « C’est la chose la plus monstrueuse que j’ai vu. J’ai perdu tout espoir en l’humanité ».

Craig Ferguson: Oui, mais pour être honnête je connais Hugh depuis 25 ans et il a perdu espoir en l’humanité depuis très très longtemps.

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 17, 2013 dans House MD, Séries Médicales

 

Étiquettes : , , , , ,

House – Review du 8×19

Image

L’autre jour, je me suis éclaté en lisant l’acte I de l’épisode 8×19, un épisode spécial réalisé par Hugh Laurie. C’est très intéressant de lire le script en se disant que les acteurs ont bossé comme des fous pour réaliser tout ce qui était écrit. Vous savez (ou pas) que j’ai déjà donné mon avis à chaud concernant cet épisode en Mai dernier, mais sans la moindre analyse. Donc je vais tenter de régler ce petit problème cette année…

Grâce à cet épisode, je me suis réconcilié pour de bon avec ma série préférée, c’était l’élément déclencheur. Diffusé en VF sur TF1 le 12 Mars 2013, le 8×19 « The C Word » alias « Double dose » était presque l’épisode que je connais. Pourquoi presque ? A cause de la sale traduction, du manque d’émotion dans les voix de House et de Wilson. Quand House parle tout bas en VO, inutile de hausser la voix en VF, Atkine ! Ou quand Wilson dit « S’il te plait » en VO, on ne doit pas dire « Par pitié » en VF  et j’en passe des erreurs!! Toujours ce manque total du respect de l’épisode, des répliques et de l’émotion. C’était toujours comme ça, la VF ! Voilà pourquoi je la déteste. Regardez l’épisode en VO et vous verrez la différence…

Cet épisode a donc réuni dans cette avant-dernière soirée de House sur TF1 le total de 6.4 millions de téléspectateurs. Savez-vous qu’il y’a trop de pub sur TF1 ? Mon dieu ça m’a saoulé, 3 pubs en une demi-heure ? Je préfère largement regarder l’épisode en VO sur mon ordi, c’est ce que j’ai fait tellement j’étais traumatisé par la « qualité » de la traduction et le manque d’émotion de la VF (double dose pour moi, lol).

Je vous souhaite une bonne lecture de cette review à propos d’un épisode que j’aime beaucoup. Chapeau aux acteurs, aux scénaristes et aux réalisateurs. 3 parties et c’est parti !

I. Double risque

J’ai adoré cet épisode, et je me suis dit que ce serait marrant de faire un clin d’œil au titre de l’épisode en VF. Nous avons assisté à une fin terrible et noire dans l’épisode 8×18 comme vous l’avez constaté, et cette fin n’était en fait que le début de l’arc narratif final auquel on assiste. Cet épisode 8×19 est un maillon dans cette chaîne finale.

Je vais paraphraser un peu pour commencer. Après l’horrible annonce du 8×18, c’est un autre House qu’on voit d’emblée, se souciant de son ami et se montrant tellement sincère que Wilson accepta son soutien. On remarque aussi le chagrin noyé dans l’alcool dès le départ, et c’est House qui boit à la House. On a l’impression que tout roule, que Wilson avait gardé la tête froide en se concentrant sur son traitement, jusqu’à la fameuse scène avec l’oncologue qui a permis House de se poser des questions.

Wilson avait eu une réaction bizarre devant l’oncologue. Même si la scène faisait sourire, c’est quand même intéressant de voir avec le recul que Wilson était le patient, il était face à l’oncologue qu’il était à voir et à entendre ce que ses propres patients avaient vu et entendu de sa part. Un oncologue miroir qui lui envoie donc une image répugnante de lui-même…On apprend que Wilson a environ 75% de chance de survie (tient, salut chiffre 5 ! lol).

Bref, le comportement de Wilson était de plus en plus suspect (rassurez-vous, je paraphrase toujours !) que House avait tenté en le soulant de lui faire changer d’avis afin d’écouter ses médecins, tentative housienne vouée à l’échec devant l’entêtement de Wilson. En fait, ce que House va découvrir, c’est le fait que Wilson avait pris une décision de se soigner chez lui avec une dose si élevée de chimio qu’il risquait sa vie. Cette décision nous rappelle quand même celle de House lors du 7×22 quand il s’est ouvert la jambe chez lui.

Ceci dit, Wilson avait peut-être décidé de prendre un risque pareil tout en sachant que son secret risquait d’être découvert par House. Peut-être qu’au fond de lui, il voulait que House soit son médecin car il pouvait gérer les situations critiques en gardant la tête froide. Il l’avait voulu aussi sans doute parce qu’il était son ami, et que cet ami l’écouterait et ferait de son mieux pour son bien. On peut s’orienter vers cette réflexion. Ou bien, il voulait tout faire secrètement en prenant tous les risques. Mais s’il y’a une conclusion à faire ici, c’est que Wilson était suicidaire dans tous les cas.

En montrant quelques exemples de patients, on comprend la réaction de Wilson. Beaucoup de ses patients avaient des grandes chances de survie, mais ils étaient morts malgré tout. Et montrer des statistiques à un patient ne prouve rien, juste le maintenir en illusion, entouré de mensonges. Wilson connaissait cela vu qu’il était le menteur ou l’illusionniste face aux malades. Il donna 3 exemples de patients décédés et ayant des grandes chances de survie : 70%, 89% et 96%. John Taylor est le patient qui le touche le plus, je noterai pourquoi plus tard. Wilson connaissait tellement ses patients, leurs noms et leurs dates de décès, chaque patient le touche. Vous ne voyez pas pourquoi j’ai étalé les statistiques au grand jour ? Et pourtant c’est une deuxième annonce sous-jacente grâce aux chiffres. Je vous dirai certainement ce que les scénaristes ont voulu passer comme message, mais ce sera dans un prochain épisode. Je tiens quand même à jouer avec les âges et les dates de décès, et observez combien de fois j’ai eu le chiffre 10 : 64 ans (6+4), 10 Octobre (10, 10). Et oui, il y’ a un faux 10 ! Mieux encore,  il y’a l’âge de 52 ans (coucou chiffre 5 xD). Cela ne vous rappelle pas quelque chose dont j’ai pris la peine de souligner dans une précédente review (8×16)? Dans cet épisode 8×19 non seulement on a nos chiffres répétitifs habituels comme le 5 ou le 10 et j’en passe, mais il y’a l’apparition flagrante de chiffres  dont l’un est le chiffre en « hibernation » se répétant implicitement, et dont l’autre se répète lentement dans cette finale et que je le dévoilerai avec toute cette histoire de chiffres ! On a vraiment une histoire…

Bref, Wilson ne voulait pas qu’on lui mente dans un lit d’hôpital, c’est ce qu’il a toujours fait croyant soulager es patients. Et si on fait une petite déduction, Wilson n’était pas fier de prolonger leurs souffrances (il l’a démontré dans le 6×07 si vous vous rappelez…) ce qui veut dire une chose, qu’un message secret concernant Wilson est en train de défiler devant nos yeux. Il a horreur de leur sort, et ne veut surtout pas subir cela. D’ailleurs ce message caché sera assez net dans le 8×21.

Un double risque dans cette première partie ne concerne pas que Wilson, mais également House. Si on se rappelle bien, House ne voulait plus lâcher son ami, et accepta de suivre Wilson jusqu’au bout de sa folie suicidaire avec son opération suicide. House décida que la cure se passe chez lui en prenant tous les risques pour son ami bien qu’il ait traité Wilson d’idiot. Dans sa logique des choses, il le trouva idiot mais décida de l’aider car c’était logique.  Un scénariste qualifia ce geste d’un « geste logique. C’était de l’amour, mais c’était logique ! ». Et c’est vrai que c’est un mélange d’amour et de logique qui montre à quel point Wilson comptait pour House. Même si ce dernier savait que le désespoir aveuglait son ami avec sa décision entêtée, il savait que l’aider à sa manière était la solution la plus logique.

Le suicide qu’on aborde à peine ici sera de plus en plus évoqué dans les prochains épisodes, ça promet !

Bref, Wilson risquait sa vie avec cette chimio et ce, malgré les tentatives de dissuasion de House en trinquant et en décrivant d’une façon qui fait froid au dos comment Wilson vivra cela, mais comme les autres tentatives de House, ce fut un échec et Wilson ne l’écouta pas. De son côté, House risquait gros en étant complice et en dissimulant aux autres ce que comptait faire Wilson. En effet, House risquait sa liberté, lui qui peinait à rester libre, mais il risquait aussi sa réputation de médecin en se sacrifiant au mutisme, le tout fait par amitié. Il prenait tous les risques car il ne voulait surtout pas prendre le risque de perdre cette amitié.

J’ai un peu parlé de chiffres et je ne m’arrêterai pas, mais il faudra que je souligne l’importance de l’amitié pour House, qui s’est révélé un sacré bon ami. Il se sacrifie pour son ami et franchement, j’ai toujours adoré leur amitié ces deux-là. Chacun se sacrifie pour l’autre sans condition, sans hésitation et sans limite. Leur amitié est mise en lumière dans cet épisode, une belle et vraie amitié traitée d’une manière tellement pudique et réaliste par les scénaristes, que les relations amoureuses.

Autre chose à remarquer : House est plutôt raisonnable dans cet épisode, d’un bon conseil, un peu « wilsonnien » en fixant les limites pour son pote, par contre Wilson est un House aveuglé, suicidaire et tourmenté.

C’est en prenant donc ce double risque que House et Wilson n’en firent plus qu’un, se battant seul dans le noir contre soi-même et contre cette maladie. La question qu’on doit se poser est : c’était un double risque payant ou pas ? La réponse était là, depuis le début, mais c’est l’hallucination qu’a eu Wilson qui est vraiment tout un symbole de cette réponse.

Vous vous souvenez de John Taylor auquel j’ai fait allusion il y’a quelques lignes ? John Taylor fut le patient de Wilson, décédé avec 96% de chances de survie, âgé de 8 ans. John Taylor sera l’hallucination de Wilson, un message morbide, un reflet de lui-même dans un futur proche. Oh que si…Voir la mort en face te parler…Tient donc, jouons un peu avec les chiffres : John (4 lettres) Taylor (6 lettres), et comme par hasard l’âge de Wilson est…

Retour à l’âge du gosse : 8 ans. La mort à cet âge-là signifie non seulement l’insistance sur la mort de Wilson mais en plus, c’est encore l’annonce de la fin de la série avec cette répétition (on est à la 8ème saison non ? lol). Je prends ce chiffre 8, symbole de l’échec, et je fouine ! On trouve la répétition du chiffre 8 en répétant le mot « cancer » 8 fois dans l’épisode, tout ce qui a rapport à la mort des termes suivants « death, die, dying, dead » a été répété 8 fois, et tout ce qui a rapport à la tumeur des termes suivants « sick (malade=4 fois), tumor (tumeur=3 fois), Toomy (nom de la tumeur donné par House=1 fois) » donnera le résultat de 8.

Tout cela renforce encore plus l’échec de la cure et la mort annoncée depuis le 8×02 ! Cela devient encore plus inquiétant si on additionne la répétition de « House » (6 fois) à celle de « Wilson » (2 fois) et on obtient encore un 8. Ce n’est ni de l’arithmétique ni des statistiques, c’est une preuve que la mort concerne à la fois House et Wilson !

D’ailleurs, on les retrouve dans le décor noir et ténébreux de l’appartement de House que j’ai comparé à un tombeau dans ma review du 8×18. Double risque voué à l’échec (je n’ai pas parlé de tous les chiffres 8, on a les 8 Vicodin de House desquels il en a donné 2 à Wilson, on a House qui donnait la Vicodin car la morphine était épuisée depuis 8 heures). Des chiffres, des lettres, des visages, des endroits, tout est sombre, tout guidait un message de pessimisme et d’échec.

II. La Pietà

Nous y voilà arrivés à la 2ème partie de mon analyse. Vous le savez, la Pietà est la position qu’avait prise Marie en prenant son fils Jésus mort crucifié et cette position était représentée grâce à des œuvres d’art, peintures, tableaux, gravures, statues et j’en passe. Je vous dis cela car la Pietà est incluse dans le théâtre car la vulnérabilité et la tragédie qui nous sont représentées et dont les expressions de douleur et d’amour se figent sur les visages. Chose qui intéresse le 7ème art bien sûr et tout ce qui est lié au théâtre.

Dans ce 8×19, nous assistons à une position presque parfaite de la Pietà : House, à un moment donné, était agenouillé, son ami mourant se tortillant de douleur était entre ses bras, et malgré un moment aussi terrible, House veillait sereinement sur son ami mais ne pouvant réprimer une tristesse profonde qui lui échappait de son regard. C’était un moment terrible et le plus silencieux face à une chimio qui tournait mal. (Regardez la photo en haut de l’article, la position de House).

C’est beau l’amitié entre ces deux-là, hein…Vous savez, le plus beau c’était le fait que House laissa tomber son masque face à la mort, et c’est avec plaisir qu’on découvre un House aussi attentionné et chaleureux car au fond, il n’était pas si mauvais que ça le gars. Que voulez-vous, j’adore faire allusion à leur amitié.

Vous allez me dire, mais à part la position de House et de Wilson, qu’est-ce que les lie aussi à cette émouvante position d’une mère avec son enfant ? House n’est pourtant pas une mère ! Et Wilson n’est pas l’enfant de House ! Patience…J’explique !

House ressemble beaucoup à la mère de la patiente (une petite fille très mignonne). La mère, qui est également médecin, reflétait House  avec son obsession de vouloir guérir sa fille, à tel point qu’elle a testé un médicament expérimental sur elle-même par amour pour sa fille. House est presque dans le même cas sauf qu’il a tout risqué pour son ami. Les deux ont des proches malades, les deux étaient des médecins mais n’hésitaient pas à se préoccuper du bien-être de ceux qui leur étaient chers.

House a des gestes maternels, doux, pour pouvoir calmer un peu son ami, et comme je l’ai écrit en haut, il veillait au bien de son ami. La souffrance de la Pietà et son amour se lisaient dans un long regard de House adressé à Wilson. Vous l’avez remarqué, je l’ai capturé : voir le haut de l’article.

Qu’est-ce qui lie Wilson à un enfant ? Sa dépendance totale de House à ce moment-là, il lui avait fait une confiance aveugle en mettant sa vie entre ses mains. Vous avez vu aussi comment Wilson marchait à un moment donné à 4 pattes, une ressemblance frappante avec un gosse qui ne peut pas encore marcher. Mais il y’a bien plus que cela qui lie Wilson à un enfant ! Et là, on va plonger un peu en symbolisme.

Il y’a une chose qu’on ne doit jamais esquiver : c’est le patient du jour. Enfin, la patiente qui s’appelle Emily Lawson. Cette dernière et Wilson avaient des tumeurs tous les deux, sauf que pour l’une la tumeur était bénigne, pour l’autre la tumeur était maligne. Emily et Wilson mourront, la patiente sera morte à cause de l’AT (maladie génétique). Bien sûr que la petite fille guérie à la fin grâce à Chase, mais elle est condamnée à cause de ses gènes, tout comme Wilson qui s’en est sorti grâce à son ami de la chimio, il est condamné mais il ne le sait pas encore. Un message noir et triste.

Ici, Chase résout le cas et confirme ainsi sa place de leader héritier dans l’équipe. Futur diagnosticien ? Il en a l’étoffe ! En tout cas, c’est lui qui avait récupéré le flambeau délaissé par House. Il était le digne successeur de House annoncé implicitement depuis son retour dans le 8×05.

Retour à la petite patiente (et la dernière patiente de cette série), un vrai cas-miroir de Wilson. Une enfant innocente qui sera crucifiée à cause de ses gènes, un médecin incarnant la douceur et la gentillesse crucifié à cause de sa maladie. La mort était couchée sur leurs poitrines.

Ce qui fait également penser à Wilson, c’est le nom même de la petite « Lawson », à l’exception d’une seule lettre tout le reste est approximativement le nom de Wilson, en méli-mélo !

Le petit mort John était également un miroir de Wilson. Cela nous donne une idée sur l’avenir de Wilson qui sera à l’opposé de ce qu’il avait toujours fait : protéger House comme son enfant. C’est House qui va dorénavant le protéger et s’en occuper.

L’idée de la mère et de son enfant est assez claire je crois ! Retour à la Pietà, et à notre couple d’amis dans leur position. C’est un moment douloureux le plus indescriptible de tout l’épisode, qui est lié à cette fameuse promesse. En toute intimité, on nous dévoile cette amitié mise en évidence entre House et Wilson. La masque je-m’en-foutiste de House tombe, il ne fuit pas bien au contraire, un masque laissant découvrir un humain qui ne cache pas ses émotions face à la mort.

On ne pourra jamais dissocier la Pietà de la Promesse, et quelle promesse !

La promesse est un grand moment d’émotion dans cet épisode, c’est également là que House fit tomber son masque rigide pour de bon. En prenant la position de la Pietà, les deux acteurs étaient sérieusement époustouflants !

On découvre deux amis et non un docteur et son patient, deux amis dont chacun avait besoin de l’autre, et dont chacun s’accrochait à l’autre comme une bouée de sauvetage.

Non, aucune limite. Il n’y a absolument aucune limite entre eux. Ils se touchent, aucune gêne, House s’implique. On sait qu’il déteste voir ou toucher ses patients mais avec Wilson, il n’était que l’ami sur lequel on pouvait compter, même s’il s’est beaucoup retenu de craquer.

Wilson avait pleuré comme jamais dans ce moment, plus que lors de l’hallu où il avait pleuré par culpabilité. Voir son ami aussi vulnérable avait beaucoup ému House, qui promit à son ami de ne pas l’emmener à l’hôpital, et ce, malgré tous les risques.

Il est vrai que House était d’une fidélité inouïe, en respectant la décision et la demande de son ami à un moment qui est le plus fort de tout l’épisode. C’est après avoir visionné ce moment-là en Mai dernier que je me suis dit « House fera tout pour Wilson ! ».

Mais j’ajouterai volontiers autre chose. Vous vous rappelez ce qu’a dit John Taylor dans l’hallu? « Vous m’avez promis que je rentrerai chez moi, Dr Wilson ». Cette promesse que Wilson n’avait pas tenu face à John Taylor, à son tour, Wilson voulait que House le promettait et le sortait, il voulait que son ami applique sa promesse, car Wilson à ce moment-là n’était que John Taylor lui-même qui se reconnait en lui, face à House au regard très attendri et compatissant. Miroir entre passé et présent…

Autre miroir du passé, lié à la promesse de House à Wilson. J’ai même crée une fanvid comparative entre ces épisodes. On a beaucoup d’allusions au 7×22 dans cet épisode comme le démontre l’exemple de l’amie de Thirteen qui lui fit promettre de ne pas l’emmener à l’hôpital. Thirteen la soigna sur son canapé et elle resta aux petits soins de son amie. Le parallèle est net avec Wilson qui fit promettre à House de ne pas l’emmener à l’hôpital, il a été soigné sur le canapé de House qui a veillé sur lui durant des jours.

Rares sont les fois où on voit House et Wilson si émus, si proches car en fait, c’était ça leur amitié et ça fait plaisir de les voir aussi bien pour le meilleur que pour le pire.

III. Un chemin pour deux

Ce serait dommage d’avoir regardé cet épisode sans fouiner, vous savez. Regarder terre-à-terre l’épisode peut être sympa, mais cela reste néanmoins insuffisant. J’ai choisi « Un chemin pour deux », un titre assez simple et évocateur de la suite. J’espère que cette partie sera la plus courte car rien avec les deux premières parties, ça fait beaucoup de chemin à lire ! lol

Je commence avec la notion du tiraillement. Durant tout ce final, tout le monde sera tiraillé ! Dans ce 8×19, je donne un parallèle de tiraillement entre House, la mère et la patiente. On verra ou cela va mener…

Ici, House est tiraillé entre aider son ami en tant que médecin ou en tant qu’ami. C’est lorsque Wilson lui demanda de lui promettre de ne pas l’emmener à l’hôpital, que House avait pris sa décision de rester en tant qu’ami aux côtés de Wilson. Ce dernier sera tiraillé bientôt.

Concernant le cas de la mère, elle est tiraillée entre son rôle de médecin et son rôle de mère. C’est un personnage tiers qui aida dans les diagnostiques et ajouta un nouveau souffle dynamique à l’équipe. Vers la fin, elle décida d’être la mère aux côtés de sa fille malade et de son ex-mari.

La patiente est tiraillée entre ses parents qui ont une vision complètement différente de son bonheur. (Au passage, chapeau bas à la petite actrice !). La mère tente de la faire vivre plus longtemps, en l’étudiant scientifiquement, en faisant tous les tests possibles. Le père est loin de cette vision scientifique froide, il veille au bien-être de sa fille comme il l’entend, il connait ses amis, ses enseignants, l’emmène pour s’amuser…La patiente voyait la mort comme salvatrice, pas pour elle mais pour ses parents qu’elle voulait les voir réunis.

Mais cette petite et jolie fille est-elle une patiente seulement ? Ou peut-on dire qu’étant le seul lien réel et stable entre ses parents, elle symbolise aussi une belle amitié qui lie un couple aussi différent que House et Wilson ? Je prends le pari que c’est bien le cas.

On est en train de passer de la technique du tiraillement et du cas au Hilson. Dans cette transition, il faudra alors noter le choc technique avec la variation et le tiraillement de l’obscurité chez House à la lumière de l’hôpital. Cette lumière n’est pas une lumière optimiste ou durable, mais que je qualifie de « lumière noire ». C’est la mort qui a gagné ici !

Regardez à ce propos combien de fois le chiffre 5 était présent : « médicament dans 5 ans », « 75% de chance de survie », « 5 avis médicaux », « 500 globules blancs » et j’en passe…La répétition anormale du chiffre maudit trace une triple fin : celle de House, celle de Wilson et celle de la série puisqu’on est dans les 5 épisodes finaux !

C’est toujours dans les épisodes les plus tristes et obscurs qu’on trouve les moments les plus touchants et les plus émouvants. L’amitié Hilson mise en évidence dans cet épisode est le fil rouge de la série et en particulier de la saison 8.

Qu’est-ce que l’amitié ici ? Qu’est-ce que le sacrifice ? Qu’est-ce que le partage ? House nous donne une leçon à ce propos.

Wilson avait mal, très mal. House avait mal aussi. Il partagea sa Vicodin avec son pote pour le soulager de ses douleurs, se sacrifia pour sentir ce que son pote sentait en donnant tout ce qu’il avait comme analgésiques, et passèrent des jours ensemble à huis clos où House avait pris des risques énormes pour protéger son ami. Ils partagèrent les antidouleurs et les douleurs, c’était très frappant. Mais le mal de Wilson s’était amplifié par la suite, le poussant à crier sa douleur, crier sa rage et crier l’injustice dont il était victime. Wilson à terre, il en voulait à Dieu, à lui-même, à tout le monde et à House qui fut blessé par les propos de Wilson (qui avait dit du genre « je méritais le cancer si j’étais comme toi, un salopard manipulateur narcissique qui n’attire que les malheurs aux autres ! »), certes c’est la douleur qui le poussa à dire cela, mais c’est également ce qu’il se dit réellement, au fond de son subconscient.

House accusa le coup et s’occupa de son ami malade jusqu’à ce qu’il récupéra quelques forces et s’en sort indemne. Les deux avaient deux têtes d’enterrement MDR.

J’adore les regards à la fin entre eux. Wilson lit dans les yeux de son ami un regard de reproche auquel il répondit directement par un long regard d’excuse et de regret, sans un mot. Ces deux-là pouvaient dialoguer sans un mot. Leurs moments étaient inédits, et à revoir encore et encore. House et Wilson nous montrent à quel point leur amitié était vraie, forte, profonde, sincère et extrêmement émouvante et belle. Des émotions qui font passer le téléspectateur des larmes au rire, des émotions qui nous font admirer une telle amitié dans cet épisode où House était prêt à tout faire sans rien demander pour son pote.

On observait de la tendresse et de la douceur entre les deux, surtout de la part de House qui volait au secours de son ami, à le border, à veiller sur lui, et après l’hallucination qui s’est dissipée House était la figure maternelle rassurante, l’ami sur lequel on pouvait compter, dont la main était posée sur l’épaule de Wilson et qui en disait long, du genre « je suis là, ne t’inquiète pas ».

On retient aussi le moment où House relevait Wilson pour l’emmener aux toilettes vers la fin, et qui semblait être bien plus qu’une accolade amicale, plutôt une étreinte.  Franchement, bravo aux deux acteurs ! Les paroles étaient extra (j’analyse toujours à partir de la VO, jamais l’horreur de la VF !).

Un chemin pour deux c’est le chemin symbolique qu’ont pris House et Wilson, chacun accroché à l’autre, marchant droit devant sans regarder en arrière. Cela nous rappelle certainement à nous, qui connaissons la fin, la symbolique de cette allure-là dans le 8×22 ! Cette marche du duo dans ce chemin nous rappelle également le 7×22 (beaucoup de clins d’œil au 7×22 !) quand on se rappelle à la fin, comment House avait Wilson comme appui et comme canne, lorsque sa jambe était charcutée. Dans le 8×19, c’est un spectacle à l’envers ! C’est Wilson qui s’appuyait sur House, il avait besoin de lui, House était devenu la canne de Wilson.

La fin du 8×19 était inattendue et agréablement surprenante. On assiste à une explosion de couleurs avec une explosion de joie et de fou rire le tout accompagné d’une musique vivante et folle. Le meilleur cadeau de House était resté pour la fin : offrir à son ami le sourire, après les dures épreuves qu’il avait enduré dans une ambiance morbide, après les larmes et les souffrances.

House est un excellent ami, il savait exactement ce dont Wilson avait besoin et lui a offert le sourire. « He make him smile ! » (Il le fait sourire !) s’écria une fan US excitée. Le bonheur de Wilson est bien House et vice-versa. Seul House pouvait le faire sourire, et lui faire oublier des jours pénibles. Le rire de Wilson est un rire communicatif qui ne laisse personne de marbre, en tout cas, j’ai adoré la scène ! Beau geste touchant de la part de House, et on sort de l’épisode chargé en émotions et en symboles avec un nouveau regard sur l’amitié entre House et Wilson, et ce dont est capable House en tant qu’ami. La répétition du chiffre 2 n’est pas anodine dans ce contexte du 8×19, un vrai tournant comme l’avait qualifié Hugh Laurie. C’est la disparition du masque…

Un épisode vraiment magnifique nous montrant ce qu’est l’amitié et ce qui est l’amour d’autrui. J’ai beaucoup adoré le regarder durant 10 mois avant de vous l’analyser. J’espère que ce n’est pas trop long lol. Je vous remercie de votre lecture et chapeau si vous avez lu ma plus longue review ! Vos commentaires sont les bienvenus.

Ps : cette photo ci-dessous est un remerciement de Hugh Laurie aux fans qui avaient participé au succès de l’épisode qu’il avait réalisé, à savoir le 8×19 « The C Word ».

Image

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,