RSS

Archives de Tag: Dominika

CSI – Chips…Ships et certaines réactions de quelques fans xD

Savez-vous que les fans shippeurs des couples Greg – Morgan et Hodges – Morgan sont actuellement les pires fans shippeurs ? On est arrivé jusqu’aux insultes sur certains sites. Je ne vais pas parler de Sara et de Grissom car ce couple-là a plusieurs « ennemis » XD.

Eric (Greg) n’a pas laissé la gente féminine insensible qui le trouve beau, sexy, joli visage enfantin, bref on ne doit surtout pas toucher à leur Greg ! Ce jeune (faux) blond devrait avoir une deuxième moitié aussi jolie que lui. Morgan arriva dans l’équipe dès la saison 12, elle est belle, jeune, la parfaite moitié que les fans de Greg – Morgan addict voulaient pour leur chéri lol.
Mais la belle Morgan refusa de flirter avec Greg (dont les yeux allaient sortir de leurs orbites) et elle lui dit clairement qu’elle ne voulait pas de relation au travail, et que son boulot comptait beaucoup pour elle.

Mais le plus choquant et le plus frustrant pour les fans Greg – Morgan addict ce n’était pas le rapprochement de Morgan vers Hodges, le rat de labo, c’était le fait que la saison 13 soit inaugurée par un baiser qu’elle lui avait donné.

Les fans Hodges – Morgan apparaissent pour de bon en défendant leur couple favori ! Face à cela, les fans Greg – Morgan addict ne cachèrent pas leur choc et leur amertume, avec des réactions souvent enragées. Je vous donne quelques réactions…
« Greg et Morgan sont fait pour être ensemble ! », « Hodges est un vieux moche, Greg est beau et compatible avec Morgan », « Hodges m’écoeure, il devait avoir au moins dix ans de plus que Morgan, c’est une sorte de grand frère pour elle», « Hé ! vous avez vu les cheveux gris de Hodges ??? », « Pour l’amour du ciel, quelle mouche avait piqué Morgan ? J’aurais tant aimé qu’elle embrasse Greg en premier ! », « Honte à toi Hodges ! c’est dégueulasse ! », « Hodges a son Elisabetta, alors inutile de flirter avec la jeune Morgan ! »

Je ne vais pas m’éterniser là-dessus mais la plupart des réactions des shippeurs Greg – Morgan furent ainsi, et j’en passe !
Une citation avait attiré mon attention (la dernière) et qui m’avait fait sourire malgré tout. Les amoureuses de Hodges, Morgan et Elisabetta, ne font pas vraiment leur âge. On ne connait certainement pas leur âge exact dans la série mais dans la vraie vie, on a tout les concernant.

Langham (Wally) qui joue le rôle de Hodges : il a 48 ans, d’où les cheveux gris lol. Je me rappelle qu’on lui avait dit qu’il avait battu le record des kiss dans la série, casanova quoi XD il avait répondit que c’est ce qu’il lui plaisait dans son boulot ! MDR. Quant à Elisabeth Harnois (Morgan Brody) elle a 34 ans ; concernant l’actrice brune qui joue le rôle d’une italienne, elle est en vérité roumaine, mannequin du nom de Catrinel Manghia qu’elle avait changé à Catrinel Marlon (ah la célébrité lol). Pour un mannequin roumain, elle parle l’italien assez bien et ce n’est pas étonnant vu son mariage avec un ex-footballeur italien. Agée de 28 ans, Catrinel a 20 ans d’écart avec Langham cependant elle ne les fait pas.
Elle m’a rappelé dès la première fois que je l’ai vue certains traits de Dominika dans House, le nez en particulier. Enfin…il y’a un truc de ressemblance.

Wait and see pour l’histoire ! la réponse se trouve dans cette saison 14 bien prometteuse ! (shippeurs ou pas, on l’adorera !!).

CSICatrinelScreenShot1431
CAPWScreenShot1434

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×17

Image

Après des jours et des jours, me voilà de retour ! Certes, le moral n’est toujours pas au beau fixe, mais je voulais bien écrire une chose à propos de l’épisode 8×17 « We need the eggs ». Ce qui m’a aidé pour le retour était un visionnage multiple de deux épisodes, à partir desquels je suis reparti sur les symboles pour m’occuper l’esprit. Pas fun d’avoir le moral aussi bas, hein…

Avant de vous parler un peu du 8×17, je fais un petit détour par le 8×16. Je vous ai bien emmerdé avec les chiffres dans cet épisode, lol. En fait, je compte quand même vous dire deux indices que j’ai oublié de citer dans ma précédente review, ensuite promis juré ce sera le retour au 8×17 !

Dans le 8×16, un truc est assez flagrant et net qui peut aisément nous rappeler Wilson, il s’agit du nouveau prénom de l’acteur « Wendel ». Il y’a cette lettre W qui lie les deux, comme s’il s’agissait d’un jeu de piste. Mieux encore, « Duncan » qui était le prénom utilisé par l’acteur est assez frappant. En VF on ne pourra pas deviner certaines choses, mais si le D de « Duncan » était inscrit dans la même lignée des indices, un D comme « Death » (mort) par exemple ! On aura un « Death » et  « Wilson » le tout accompagné par le fameux chiffre 5 dans la même phrase.

Ce qui annonce une noirceur et un pessimisme dégagés de ces deux prénoms et d’un chiffre. Et si on insiste sombrement sur Wilson, on retrouve le fameux  5 B qui signifie un autre chiffre : 52 ! Et si on se rappelle bien, en 2012 House était âgé de 52 ans. Il y’a aussi une certaine insistance sur House, avec ces chiffres.

On insiste implicitement grâce à tous les indices retrouvés dans le 8×16 sur House et Wilson, une insistance inquiétante et sombre. Un message glauque de la part du 8×16 !

Comme promis, retour au 8×17 « We need the eggs » alias « Poupées d’amour » diffusé sur TF1 le 5 Mars 2013, cet épisode avait récolté 6.7 millions de téléspectateurs qui avaient assisté à une histoire de fous. J’ai regardé la VF, inutile de vous dire que c’était scandaleux.

Quand Park dit en VO à Taub : « Je te casserai la gueule », on ne doit JAMAIS dire en VF « Je te casserai les genoux » ! Pitié ouvrez un dictionnaire anglais-français si vous êtes aussi incompétents !

Les voix des nouvelles en VF me sont insupportables, si seulement on sentait le minimum d’émotion ! On dirait des robots. Ma position reste la même qu’au 8×05. Vive la VO !!

Bon, je passe à l’analyse de ce 8×17. Il m’a fallu le regarder 3 fois, la première fois c’était en VF et je n’ai pas apprécié les voix et la traduction pourrie, la deuxième fois c’était en VO mais j’avais le moral en chute libre, la 3ème fois c’était en VO pour plus de concentration devant tout ce découragement.

I. Blocage

On aborde la thématique des relations humaines et surtout amoureuses dans cet épisode. Les répercussions du cas furent différentes sur les membres de l’équipe. Je vais commencer par Adams et Chase qui n’étaient pas insensibles face à ce cas-miroir de leurs échecs dans le passé.

Chase par exemple, est bloqué à cause de ses relations multiples, pour lui il est impossible de concevoir une relation stable avec quelqu’un. Il a couché avec une patiente dans le 8×12 sans se soucier du règlement. Il n’a pas envie d’une relation sérieuse et durable, ce qui prouve qu’il n’est pas prêt d’avancer.

Pour Adams, c’est différent. Elle est la plus touchée par l’histoire du patient que le cas lui-même (de toutes les façons, les histoires et les symboles sont plus importants que les cas médicaux dans la saison 8 !) Chaque cas raconte une histoire, et cette fois, il s’agissait de la sienne, en quelques sortes. On sent qu’elle est la plus concernée. Enfin un peu de lumière sur ce personnage invisible de la team !

Adams s’occupe bien de la poupée comme si c’était un être vivant, elle n’avait pas joué avec sa poupée dans son enfance, il fallait un rattrapage à ce personnage inutile. Elle lui fait des points de suture et un pansement, sans parler des jolis vêtements dont aurait besoin un autre patient vivant. On se demande franchement où elle a oublié son cerveau si elle en a un. Allez, on joue avec la poupée en la mettant sur une chaise roulante ! Les vrais patients qui auraient besoin de cette fichue chaise, on s’en fout…ils sont tellement chiants ! Je me suis demandé si on prenait les téléspectateurs pour des cons avec ce coup-là, quand on pense au racisme dans le monde et voir un bout de plastique traité comme un être humain ça donne envie de vomir.

Retour à cette chère Adams, qui s’investit émotionnellement dans le cas qui la touche de près, bizarrement plus que Taub et Chase qui ont connu comme elle, l’expérience du mariage. Peut-être croyait-elle que l’ex-petite amie du patient l’avait trompé ? L’infidélité est mise sur le tapis, ici.

Sans qu’Adams le sache, elle se rapprocha du patient et même trop. Adams parla de son passé, de l’infidélité de son mari, hisse le voile de la morale. D’ailleurs elle peut rappeler Cameron avec ce côté-là, compatissant, moralisateur et émotionnel.

Dans ce 8×17, Adams est moins chiante, mais elle reste chiante tout de même ! On découvre également qu’elle est accro aux œuvres de charité.

Bref, on découvre que la poupée d’amour de Chase était ses conquêtes féminines et ses coucheries, celle d’Adams était ses actes de charité à cause de son blocage sur les relations amoureuses.

Adams n’est pas prête à s’engager, encore traumatisée par son divorce, mais quand elle décida d’avancer en parlant avec Chase, ce dernier la largua contre toute attente.

Le blocage était moins visible avec Taub, qui essaya d’avoir une aventure avec une femme qui fut attirée par Sophia, mais en revoyant Taub elle remarqua que c’était Sophie ! Les filles de Taub étaient un obstacle pour les fantasmes de leur père qui vit son coup foirer à cause d’elles ! Bon ou mauvais point ? A voir ! En tout cas, l’aventure de Taub était hilarante et nous montrait qu’il n’a jamais changé, lol. Il trouva que le véritable prix d’une poupée était de 5000$ (encore cette répétition du chiffre 5 !) et c’est grâce à la curiosité hilarante de Taub qu’on découvrira l’histoire de la poupée…

Reste Park, celle qui est la seule à ne pas avoir connu l’expérience du mariage, et celle qui paraît la plus coincée pour accepter une invitation d’une répétition musicale avec un groupe. Le mauvais caractère de Park était fatal pour ses relations et son attitude était plutôt craintive et hilarante. A la fin, Park suivit le conseil de Taub et joua à la guitare, très douée d’ailleurs ! Elle seule avait avancé en quelques sortes, en acceptant enfin l’invitation après une longue hésitation nous dévoilant son manque de confiance en elle. Très jolie voix de Charlyne Yi qui brise tous les complexes de Chi Park, sa jalousie de la beauté d’Adams, ses cheveux, ses paroles absurdes parfois…

Park s’est mise en question concernant son comportement, et n’avait besoin que du coup de pouce d’un expert en la matière, à savoir Taub !

Bref, si tout finit en musique, il y’a une profonde tristesse à noter quand même, celle de ne pas pouvoir avancer à cause de certains obstacles, comme les enfants de Taub, ou le fait qu’Adams et Chase restent bloqués avec leur passé. Le mariage et les infidélités coûtent cher.

II. Les poupées

N’avez-vous pas remarqué que lorsqu’on se concentre sur le patient, on a plus de symboles ? Très intéressant le fait que ce soit intéressant. (Plus de 30° aujourd’hui, je porte des vêtements lourds comme si j’habite en Sibérie…C’était un HS) Retour au patient de cet épisode !

Nous avons un patient nommé Henry, âgé de 35 ans, qui a du mal à se remettre d’une rupture amoureuse. Ici, on est allé à l’extrême scénaristique, un patient frisant la folie et la schizophrénie qui vit avec une poupée, qui lui parle, qui couche avec et avec laquelle il maintient un lien stable. Il avait dépensé 7000$ pour l’avoir et l’appelle « Amy » comme n’importe quel être humain.

Cette situation peut être hilarante en apparence pour ceux qui n’ont pas vécu son cauchemar, mais quand on y pense plus profondément, le sujet traité est grave. Il y’a des ruptures amoureuses qui traumatisent les uns plus que les autres, certains ne peuvent plus avoir un lien stable avec autrui (perte de confiance en soi et en l’autre), d’autres passent à la loi de la jungle aveuglés par la colère du désespoir, d’autres en deviennent malades et d’autres se renferment à la société.

Henry est un patient-miroir, il est renfermé sur lui-même et rejette ceux qui l’approchent, comme la voisine Molly qui en pinçait pour lui avant de découvrir son histoire de poupée. Sa prétendue fiancée était un bout de plastique ! On peut en rire, ou bien contempler avec tristesse.

Par contre, Henry tombe amoureux toujours des personnes qui ne l’aiment pas, comme la véritable Amy, ou Adams ! Pas de chance…Il devrait créer une poupée « Adams » pour fantasmer dessus, au moins on saura à quoi elle a servi.

Plus sérieusement, le cas est flippant et intéressant. Frappé par des symptômes aussi graves les uns que les autres, Henry n’a pas été ménagé par les scénaristes : larmes de sang, suffocation, problème hépatique, fièvre…. Quand à Amy, rassurons-nous : elle n’avait qu’une bulle d’air ! (elle est super canon néanmoins, cette poupée) lol.

Parmi les symptômes du patient que j’ai cité, j’ai occulté exprès un symptôme clef. En effet, il y’a un symptôme très intéressant à analyser ! C’était une hallucination du patient concernant sa poupée Amy. Avant toute chose, un détail m’a sauté aux yeux, je ne sais pas pour vous, mais la poupée avait une vague ressemblance avec Adams et avec Dominika. D’ailleurs c’est assez intéressant, cette lettre « A » avec laquelle commence « Amy » et « Adams » comme par hasard…

Retour à l’hallu, la poupée était devenue vivante, elle parlait et symbolisait tous les fantasmes sexuels du patient…à première vue. Continuons : elle était couchée sur le patient, et venait à peine de l’embrasser qu’un évènement inattendu se produit, mais passons…

Cette scène est exactement celle du 8×18, où Dominika était couchée sur House à moitié vêtue, quand le téléphone sonna. Bien sûr qu’on peut dire de l’hallucination détaillée qu’elle est un indice pur et dur de ce que se passera entre House et Dominika : l’un des deux sera blessé par l’autre.

Le sang d’Amy n’est qu’une métaphore de la blessure morale que subira Dominika, et les hurlements d’Henry n’étaient qu’un indice visuel et auditif des sentiments éprouvés par House.

Cette hallu est capitale, car elle souligne déjà la fin de la relation House-Dominika. Mieux encore, quand j’ai comparé Dominika à Amy, je n’avais pas tort de penser que chacune ressemblait à l’autre, chacune n’embêtait pas son conjoint et l’attendait à la maison chaque soir. En plus, Dominika est en quelques sortes séquestrée par House, comme Amy la poupée d’Henry.

Il faudra aussi souligner le fait qu’il y’a des points de comparaison entre House et le patient. D’abord, on retrouve cette insistance sur la lettre « H » [House-Henry] comme l’épisode précédent [House-Hatcher]. Chacun des deux personnages a des problèmes de communication et de relations et chacun a eu des séquelles à cause de cela : House passa par la prison à cause d’une rupture amoureuse, Henry s’emprisonne et se contenta de fantasmer sur un morceau de plastique. Henry, tout comme House, rejette les relations avec les autres et surtout blessa Molly sa voisine. Cette dernière est en quelques parts le reflet de quelqu’un d’autre qui sera blessé : Dominika.

Cette poupée, comme vous l’avez constaté, n’en était pas une, car avec cette 2ème partie de la saison 8 tout est plus symbolique que jamais ! Tenez, même le chiffre 8 se répète avec l’âge du patient (3+5) et dans des pareilles conditions, le chiffre 8 est plus un chiffre d’échec qu’autre chose. (C’est aussi un joli clin d’œil à la saison 8 qui est la dernière !).

Dans la forme du rejet, on trouve Adams rejetant Henry qui rejeta Molly. Parallèlement, la prostituée rejeta House qui rejeta Dominika.

Quelle prostituée ? Attends…Quel rejet ? Il faut passer à la 3ème partie !

III. Le fil d’Ariane

Cette partie concerne House et Dominika. Et dès le début de l’épisode, on a eu le droit à un défilé de prostituées pour choisir laquelle d’elles pourrait tout faire ! Ça a apporté une grande touche de légèreté et d’humour à l’épisode.

Cependant, la call-girl parfaite de Houe n’était pas parmi les 4 prostituées qu’il avait invitées tout en faisant le différentiel en bon vieux excentrique ! Il rejeta 4 prostituées et courut derrière la 5ème qui le rejetait sans cesse !

Tiens, 5 prostituées, encore cette répétitions incessante du chiffre 5 ! Il reste 5 épisodes avant la fin !

Je tiens à dire que même si les apparitions Hilson étaient un peu rares par rapport au 8×16 par exemple, elles étaient sympathiques et marrantes. Wilson avait bien visé en parlant de Dominika. Il est vrai qu’elle inclut tout ce que House attendait des prostituées : l’amour de la musique, la complicité, le jeu, l’intelligence, la beauté, la jeunesse…Le plus fou, c’est que House ne s’en est pas rendu compte tellement il vivait dans sa bulle, un fossé le séparant de Dominika avec cette crainte infernale des sentiments auxquels il n’était pas si indifférent que ça.

On peut expliquer l’image de House rejetant les 4 prostituées, alors que la 5ème le rejette. Dans le 8×18, et après son rejet de Dominika, ce sera au tour de cette dernière de le rejeter. Ses 4 apparitions pleines de rejets seront suivies d’une 5ème apparition différente (8×22) où tout sera étalé.

Dans ce 8×17, la 5ème prostituée a rejeté/largué House. Afin de tout connaître sur son prétendu mari, House le poursuivit, l’oreillette prête, comme un jeu d’espionnage. Avec son acolyte et bras droit Dominika, il n’hésita pas à utiliser sa femme comme appât sexuel pour le mari de sa meilleure call-girl (House est vraiment ultra-possessif !), et avec une franchise hilarante Dominika ira droit au but « et si on couchait ensemble ? » et le mari «oui ! bien sûr ! » lol, un vrai cadeau du ciel, comment refuser une aussi charmante compagnie ? En plus Dominika se la pète ! MDR. Et puisqu’on nageait dans le comique, le mari s’est révélé le frère de la prostituée qui s’est enfin expliquée avec House : elle le trouvait attiré par Dominika, et vice-versa. J’ai beaucoup aimé la relation entre House et Dominika que je trouve personnellement plus réaliste que les autres ships. Une relation housienne !

Le regard de lynx de la prostituée ne portait l’ombre d’un doute. Ces deux-là avaient quelque chose en commun, discrète, et elle se sentait étrangère voire rejetée malgré l’objection de House qui trouvait que son mariage n’était qu’un faux, or House n’admettait toujours pas qu’il avait dépassé le cap du jeu vers le sérieux. Le fil d’Ariane conduit directement vers Dominika.

Le regard échangé entre House et Dominika en disait long. Chacun appréciait l’autre, mais le regard sombre de House était plus révélateur : ça sent la fin de cette relation, surtout que c’est lui qui en a pris la décision en jetant à la poubelle la lettre de l’immigration, sachant que la vérité éclatera un jour ou l’autre, reste à savoir quand et comment !

House n’a pas changé en gardant Dominika prisonnière chez lui. En lui cachant la vérité, c’était sa manière de s’attacher à quelqu’un mais il était résigné à s’auto-condamner à rester malheureux et seul, et qu’aucune relation avec les femmes ne marchera de toutes les façons.

Bref, une fin noire sur une belle mélodie, ce qui n’annonce rien de bon pour la relation de House et Dominika. Mais, si on va plus loin dans l’interprétation de ce côté noir (et vu qu’on parle de relations ici), on peut dire que sa relation avec tout le monde se détériorera d’une certaine manière, surtout avec son ami Wilson. Pour ceux qui m’ont compris, je vise loin, très loin…le 8×21 !

Voilà donc ma review du 8×17 qui a failli ne jamais voir le jour. J’espère continuer le mieux possible les 5 prochaines reviews puisqu’elles seront à propos du grand final. Vous l’avez compris, ma prochaine review sera à propos du 8×18, le premier épisode du grand final. Merci de m’avoir lu et merci pour vos messages de soutien. Vos commentaires à propos de ce dernier épisode avant la finale sont les bienvenus !

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×14

Image

Le 19/2/2013, l’épisode 8×14 « Love is Blind » alias « L’amour est aveugle » fut diffusé, il est grand temps que j’en parle. Ma review a pris du retard à cause de plusieurs occupations, sans parler de la saison 6 de House que je mélangeais avec la saison 2 afin de regarder un joli cocktail housien le soir. J’avoue que c’était très dur pour moi d’éviter tout le temps la fin de la saison 8…

En parlant de fin, on s’approche dangereusement de la fin de House avec ce 8×14 qui a cumulé mardi dernier environ 6.5 millions de téléspectateurs. Petite audience moins terrible que les audiences de la semaine qui l’avait précédée.

Cet épisode 8×14 est parmi mes favoris, je me suis éclaté à le regarder en VO, et quand je dis « éclaté » je veux dire « j’étais extrêmement intéressé ». Épisode intéressant et plaisant, ouvert et énigmatique à la fois. Je vous laisse lire ma review en vous remerciant d’avance pour votre lecture et pour vos commentaires…

I. L’amour de la vérité

J’ai décidé d’intituler cette partie ainsi (j’aurais pu l’intituler autrement !) puisqu’il s’agit de la team que je cible. Le cas est très intéressant dans cet épisode.

Le cas d’un patient aveugle atteint de plusieurs maladies suscite l’intérêt de l’équipe médicale. Tout le monde s’y intéresse,  en particulier à sa vie sentimentale et sociale.

Médicalement parlant, j’ai eu l’impression comme plusieurs fans que les scénaristes se sont éclaté comme jamais dans ce cas ! Allez, un aveugle qui risque la surdité, crache ses dents et du sang (ils aiment beaucoup le sang dans cette saison, les scénaristes xD tout le monde pratiquement a vomi du sang !!), a un caillot, sans parler des yeux en feux qui sortaient de leurs orbites et plusieurs autres symptômes pas jolis-jolis à voir ! Les scénaristes n’avaient en tout cas pas ménagé le pauvre…Sadiques, va !

Socialement, on met le doigt sur un truc important : la volonté des handicapés à devenir autonomes. Dans cet épisode, même souffrant de cécité, le patient mène une vie presque comme n’importe qui, menteur, drogué, il trompe sa petite amie Melissa avec une autre. Il est comme tout le monde^^. Ah oui, j’ai failli oublier de mentionner que sa demoiselle est super canon ! Non mais la seule faute de la pauvre c’est qu’elle coupait les ailes à son chéri (j’adore comment je parle des sentiments xD).

En fin du compte, on se demande si l’amour existe dans des pareils cas. Il y’a ceux qui appellent leur pitié de l’amour, d’autres qui manifestent de l’intérêt, ça c’est clair qu’on aborde le regard social envers ceux qui ont un handicap. En tout cas, c’est assez intéressant !

Oh-Oh, je sens qu’on attend le fait que je parle de la team. Bien sûr que je vais en parler ! Tout est lié au cas. Je vais citer l’exemple de Taub, alors là…c’est un vrai pro puisque tromper sa femme était son domaine ! Dès le début, Taub avait deviné que le patient trompait sa petite-amie et que la pause était le prétexte de chaque mec avant de se caser (ah ah Taub qui se reconnait dans le patient !). La pause ici provenait de la fille mais le résultat est le même !

Park, confirmera les dires de Taub le fin connaisseur, et étalera même sa propre expérience de fille larguée (elle se reconnait dans la petite amie).  Les témoignages intéressants de Taub et de Park démontrent qu’ils sont les plus touchés par l’histoire du gars aveugle et infidèle.

Adams, plus chiante que jamais dans cet épisode. Bon Dieu, ce qu’elle est insupportable, à prôner l’honnêteté et la droiture ! Si elle avait fermé le bec ça aurait été bénéfique pour tout le monde, surtout pour le patient aveugle à qui elle bandait les yeux (coucou qui c’est ?) qui l’avait trouvé chiante. C’est vrai qu’avec cet air agaçant de Mère Theresa, elle bat tous les records de stupidité. Avoir sa propre opinion c’est bon, mais de là en s’immisçant dans la vie personnelle d’autrui en lui disant ce qu’il devait faire…youpi ! C’est le personnage le plus détesté parmi tous les membres de la team de House, un personnage qui fait tâche et qui n’a pas apporté grand-chose à la série. Au moins, Park gère et ne fait pas la morale!

Loin de Taub, Adams et Park, Chase est le personnage le moins affecté, le plus objectif et le plus distant avec le patient. Lui au moins, s’est concentré le plus sur les symptômes.

Retour à Park, elle est déjà bizarre et on sent qu’un boulon manque dans sa cervelle de cinglée. Alors que dire si elle prend accidentellement du LSD ? Ça devrait être fun ! Les scénaristes se sont éclaté de ce côté-là aussi, le trip de Park était marrant et n’était pas si creux que ça puisqu’il a été amusant et sérieux à la fois, en contribuant d’une manière loufoque au diagnostique. On sent que Park avait des zones de clarté bien qu’elle soit droguée. Je me suis amusé à l’époque à capturer et à regarder son trip à plusieurs reprises…Le risque du métier pour la vérité ? En quelques sortes, oui.

Bref, ce patient reflète les expériences personnelles de l’équipe et ne laisse personne indifférent à son cas et à ses positions.

II. L’amour aveugle

Nous voilà arrivé à une partie assez intéressante. Je ne déconne pas si j’ai choisi le terme « amour » dans tous mes titres, c’est comme ça j’y peux rien lol. De toutes les façons, la capture postée en haut de cet article en dit long !

Bon, pour créer une sorte d’intro pour cette partie consacrée aux miroirs (il y’a beaucoup de miroirs dans House !) on peut faire une petite comparaison entre le patient et House. Les deux se ressemblent, ils sont handicapés différemment, chacun a une canne et ils ont peur de la solitude. Bien entendu, chacun essaye de contourner ses peurs différemment.

L’amour est la meilleure solution pour le patient pour éviter la solitude. Même s’il ne voue pas un amour passionnel pour Melissa mais plutôt un besoin de partager sa solitude, cette dernière était prête à l’accepter tel qu’il était. Cette situation peut nous rappeler celle de House et de Dominika.

Qu’est-ce l’amour dans ce cas ? Passion ? Besoin ? On peut dire que même dans le besoin l’amour se manifeste (si si, on parlera du besoin jusqu’à la fin de la série !).

Une autre idée me saute à la tête : le cas-miroir et Blythe et son mari. Il faudra d’abord expliquer un truc à ce propos : Blythe est le vrai prénom de la mère de House, et qu’on a changé en VF en « Marianne » !!!! Alors là, c’est le bouquet, non seulement la traduction est mauvaise mais en plus, on change les prénoms. Belle connerie ! Et si House s’appelait en fait « Maison », comme le traduit notre cher Google comme un con ? Et si Bell s’appelait « Belle » ? Ou Chase « Chaise » ????

Je n’ai pas fait un coup de gueule à ce propos l’année dernière car je n’avais rien écrit. Je trouve que c’est consternant de changer un prénom (c’est dur à prononcer Blythe ou quoi ?). Vive la VO franchement !

Je continue sur la musique de «Guns N’Roses» ma review, et retour au cas-miroir après un petit coup de gueule concernant la VF. On a Melissa qui aime Will (le patient) d’un amour fou, et qui l’accepte comme mari sourd et aveugle. On sait qu’au fond il ne l’aimait pas et qu’il aimait plutôt quelqu’un d’autre, mais il décida de l’accepter comme femme par peur de rester seul. Si on prend le cas de Blythe et de son amoureux, on remarque une certaine similitude.

Après avoir été mariée à un militaire environ 49 ans, on découvre qu’elle s’est mariée deux mois après la mort du père de House à un homme que House croyait être son père biologique. Se serait-elle mariée aussi vite par peur de la solitude ou bien car elle détestait au fond son mari ? Ou pour autre chose ? Tout ce qu’on sait, c’est que cette femme est aussi bizarre que son fils. 3 ans de mariage et House n’a rien remarqué ! Sa mère est forte, lol. Ce que j’ai surtout à souligner, c’est le comportement d’adolescents de Blythe et de son mari ! MDR

De toutes les façons, j’ai beaucoup apprécié le retour de la mère de House (ça sent la fin, après le retour de Dominika, c’est le retour de Blythe pour boucler aussi la boucle de la paternité et son personnage est très important car plusieurs attendaient des réponses !).

Je peux aller plus loin dans ce cas, je peux par exemple noter une certaine question concernant les composants de la base d’un couple solide. Est-ce le dévouement à l’autre ? Ou bien être fou amoureux de l’autre ? Ou alors le besoin réciproque l’un de l’autre ? (là je viens de penser au Hilson). C’est de cette force et de cette solidité qu’un couple dépend pour faire face aux obstacles de la vie et pour se renforcer. Melissa était dévouée à Will et on sentait à la fin que son amour envers lui n’a fait que se renforcer lorsque le patient fit face à un double handicap (cécité et surdité).

A ce propos, j’aimerais aborder la surdité qui nous rappelle étrangement le 1×21, lorsqu’un caillot avait provoqué une nécrose musculaire dans la jambe de House, qui ressemble au cas du caillot dans le cerveau du patient provoquant un problème de surdité : House était menacé d’être estropié, le patient était menacé de surdité à vie. La différence avec Stacy (parce qu’elle était en couple avec House dans le 1×21) c’est que Melissa laissa Will prendre sa décision.

Melissa acceptait le patient tel qu’il était, chose un peu différente avec Stacy dans la saison 1 (on sentait qu’elle ne faisait pas assez confiance à House) et son aventure avec lui dans la saison 2 ne dura pas car elle ne connaissait pas vraiment House après son opération ! Ou même Cuddy, elle qui se disait connaître et comprendre le drogué misanthrope, avait changé de cap dès sa foutue adoption dans le 5×11 en voulant un House tout gentil tout mou, dans la saison 6 ses caprices redoublèrent et avec la saison 7 elle se mit en couple avec lui, rejetant le vrai House jusqu’à ce qu’elle paie cher ses sottises.

Il y’a ce paradoxe entre cas et House que je trouve intéressant. Accepter autrui tel qu’il est dans cet épisode est tout simplement de l’amour…aveugle.

III. L’amour familial et l’acceptation

Terminus, tout le monde descend ! Voici donc la dernière partie consacrée totalement à la famille de House. Chic, on va parler encore de Blythe (apparue dans le 2×05, 5×04, 8×14 et le 8×22).

Comme je l’ai dit dans l’une des deux parties précédentes, cet épisode est celui de la parenté et de la paternité par excellence concernant House. Dans cet épisode, on voit à tel point House respecte et aime aveuglement sa mère (non je ne vise pas le complexe d’Œdipe ! lol). Comme l’a si bien dit Wilson, c’est d’elle seule que House se soucie vraiment. D’ailleurs sa tête était intéressante lorsque Wilson lui avait appris que sa mère était malade. Perplexe, House rendit visite à sa mère après une longue fuite !

Dans cet épisode, on apprend davantage sur la mère de House. Elle est aussi maligne et manipulatrice que son père (le grand-père de House). Là on comprend un peu d’où House tient ses plans machiavéliques et ses idées folles !

Après avoir manipulé facilement Wilson, Blythe réussit grâce à lui à attirer son fils pour lui annoncer qu’elle allait se marier avec Thomas Bell, le présumé père biologique de House ! On est loin du stéréotype de la mère malade qui veut revoir son fils une dernière fois  avant de mourir! On note hélas le manque d’émotion quand elle avoue à son fils qu’elle savait qu’il était en prison (aucune question sur son état !!!) comme la réaction de Dominika dans le 8×13. On dirait que la prison dans la saison 8 est le Club Med ! Point scénaristique négatif, enfin passons.

Thomas Bell est le père supposé que House montra du doigt lors des funérailles de son père adoptif dans le 5×04, seul Wilson l’avait vu. Aucun pauvre téléspectateur n’a réussi à le voir à l’époque car il n’était pas dans le champ visuel de la caméra. On a fait de sorte qu’il reste comme un secret inavouable !

Venons à ce fameux père mystérieux que House avait vu courir à poil dans la chambre d’hôtel. Pasteur inconnu, il était un ancien ami de la famille House (et sans doute un ancien amant de Blythe) mais tout s’arrêtait là. C’est là que Wilson décida de rapprocher House de sa famille et c’est grâce à lui que House apprend la vérité. J’aime beaucoup le Hilson, et faire cela pour son ami c’était vraiment chouette ! Grâce au plan de Wilson, toute la famille House était réunie lors d’un dîner familial.

Avant le plan de Wilson, House était ravi et heureux d’avoir une famille « merdique » comme il l’a dit, mais une famille. On découvre un House cherchant des réponses sur son passé et ses origines, mais également un House qui adore être entouré, un House ayant retrouvé enfin sa famille. D’ailleurs il confie à Wilson ceci « je ne serai plus un bâtard »  en parlant de son père biologique. La paternité est très importante pour lui.

On l’a remarqué, cette série de cailloux du Petit Poucet concernant la thématique de la paternité. Plusieurs épisodes contiennent cette thématique, et cet épisode est certainement l’un des plus importants puisque la paternité concerne House qui rencontre son prétendu père !

Dans cet épisode, le point culminant est certainement le dîner. Un charmant dîner familial ayant réuni House, ses parents, Dominika et Wilson. Ce dîner du 8×14 peut nous faire rappeler le fameux déjeuner familial des House dans le 2×05, où House tout seul, silencieux et gêné, déjeuna face à ses parents. Dans le 8×14, House était accompagné de sa femme et de son ami. On sent que Wilson fait partie de la famille ! Si dans le 2×05 le déjeuner s’est passé dans une ambiance plutôt glaciale, le 8×14 a battu le record des dîners hilarants tournés en mascarade.

Jouant cartes sur table, House, Dominika, Thomas et Blythe discutèrent d’une franchise et d’une honnêteté à mourir de rire. Le pauvre Wilson s’est trouvé mal à l’aise, à maudire certainement son plan, surtout que House baissa son pantalon pour montrer la fameuse tâche de naissance ! Quelle famille de tarés !

On peut noter deux petites apparitions  de Dominika dans cet épisode (jeux vidéo et dîner).  Sinon, les répercussions du fameux dîner furent nombreuses, à commencer par le face-à-face House et son prétendu père biologique. Une rencontre qui n’a pas laissé House de marbre, et ça se voit dans ses yeux qu’il espérait avoir un père. Au départ, si on se rappelle bien, Wilson avait dit à House que le mec ne pouvait pas être son père (la bataille avec Park) et c’était certainement le début d’un indice. Second indice fut le rejet de House par Bell « ce lunatique sociopathe est mon fils ? Impossible ! », on peut admirer comment Blythe défendait son fils bec et ongle, lol.

Le troisième indice était ce regard sombre de House quand son « père » était venu lui parler et on remarque comment House respectait son père adoptif (ce qui me rappelle le sabre dans le 8×08 !). Impossible que tout ça soit vrai. C’est d’ailleurs ce que va confirmer Wilson en faisant le test ADN pour son ami (j’ai beaucoup apprécié le geste de Wilson). Il faudra souligner le regard triste de House quand il sût la vérité : il était bien un bâtard…On sentait bien qu’il a voulu y croire malgré tout et qu’il ait enfin une réponse. En fait, il y’a eu une réponse qui posait plus des questions.

Côté acceptation, House avait accepté non seulement que son prétendu père ne l’était pas, mais il avait accepté la dure réalité : You can’t always get what you want. Il n’avait pas de père, et sa mère aux mœurs légères semblait être une sacrée garce ! Bref il acceptait sa mère telle quelle. House avait également accepté l’invitation forcée de Wilson car il n’avait pas le choix. Le « your mother is a slut » était la chute/réponse marrante à toutes les questions ! Ceci dit, House avait raison pour Wilson qui le ressemblait beaucoup, et c’est la deuxième fois qu’il pique une fourchette après le 8×05…

De même, Thomas accepte House comme il est vers la fin sous la pression de la mère de House qui l’avait poussé à s’excuser. Car en effet, cette dernière accepte son fils tel qu’il est, et en tant que mère fière de lui, elle l’a défendu bec et ongle lors du dîner familial comique.

Si ce n’est pas de l’amour familial tout ça !

Voilà donc ma 14ème review, vos commentaires sont les bienvenus !

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×13

Image

Ce mardi 19 Février 2013 fut diffusé le 8×13 « The man of the House » et ne comptez surtout pas sur moi pour écrire le titre en VF ! J’ai horreur de la VF et je le redis. Avec la VF on ne ressent plus aucune émotion !! Donc, pour le bien de l’espèce humaine, je rédige toujours mes reviews à partir de la VO et surtout pas la VF. Le titre en français est « la place de l’homme », il n’y a pas plus chiant qu’une soi-disant traduction ratée comme ses sœurs.

Le 8×13 avait cumulé 6.8 millions de téléspectateurs, enfin une hausse considérable par rapport aux audiences molles de la semaine dernière.

Je trouve qu’on juge trop vite la saison 8 surtout si on s’est borné à l’idée d’un House toujours malheureux (je suis Halone mais je suis partant pour un rayon de soleil). Beaucoup n’ont pas réalisé la véritable ampleur de la mort d’Amber dans la saison 4, ni réalisé les conséquences de l’hôpital psychiatrique Mayfield dans la saison 6, ni la mort de Kutner et la destruction fin saison 5, ni réalisé le raisonnement ascendant de House dans la saison 7 qui fut ébranlé, ni pris en compte le passage de House par la case « prison » dans la saison 8 et les répercussions sur lui. Rien n’a été pris en compte, car ces saisons ont été jugées d’avance que ce soit d’un angle « ship » (les ships c’est le truc le plus stupide pour juger toute une série) ou à cause de certains mauvais scénarios.

Perso, la saison 8 m’a vraiment réconcilié avec la série et j’ai pris du recul face à ce que j’ai dit avant (pas tout mais quand même !), car je ne regardais pas le fond des choses. Bref, retour au 8×13 « The man of the House », c’est drôle, le titre comporte « House »  clin d’œil au personnage éponyme. Le générique version Tear Drop de Massive Attack est toujours là, durant 30 secondes.

Ça sent la fin qui s’approche à grands pas et voici sans transition les parties du 8×13. Bonne lecture ! (Qui sait ? peut-être est-ce par rédemption que j’écris les reviews que j’aurais dû noter il y’a un an et demi !!).

I. L’âne et la carotte

Mais quel titre ! Qui va-t-on insulter ainsi ? La réponse est dans l’équipe de House avec laquelle j’ai décidé d’entamer ceci. Nous retrouvons Chase qui boite très peu par rapport au 8×12, le progrès est spectaculaire.

Depuis deux épisodes on ne parle que de Chase et après Chase quelqu’un d’autre…Vous ne remarquez pas que la deuxième partie de cette saison se différencie assez nettement de la première ? Avant le 8×11, nous avons la phase construction et reconquête. Après le 8×11, nous sommes passés à un autre niveau, et la deuxième et dernière partie est très intéressante car bâtie sur les bases de la première partie, donc on entre dans une nouvelle ère : celle de la quête et de l’introspection à volonté !

Retournons à l’âne et la carotte, on remarque que House met son équipe à l’épreuve en utilisant une méthode traditionnelle housienne qu’il a utilisé depuis toujours avec ses anciennes teams : manipuler les membres de son équipe et les remonter chacun contre l’autre pour un but précis.

House dévoile à sa team qu’il compte choisir l’un d’eux pour devenir chef d’équipe, après le vide qu’a laissé Foreman en devenant le doyen de PPTH. Le but était d’assister en spectateur amusé, à la compétition et les coups bas entre les membres de l’équipe car House savait d’avance que son plan marcherait et qu’ils feront n’importe quoi pour monter en grade.

Alors on peut se demander pourquoi cet intérêt soudain de renouveler cette expérience ? Que s’est-il passé pour que House pense de cette manière dans cet épisode en particulier ? Car il aurait pu planifier et appâter la team dans un épisode bien antérieur. Certes, vous allez me dire que c’est un coup monté auquel on s’est habitué au fil des saisons, mais appâter pour devenir chef d’équipe, ce n’est jamais arrivé. Auparavant, il y’avait un Foreman très ambitieux pour ce post, mais jamais dans un épisode on ne s’est pas battu pour un pari pareil puisqu’il n’a pas été abordé directement. (Me corriger si je me trompe !)

Il n’est pas anodin de remarquer la présence de ce pari sous une forme ludique dans cet épisode 8×13 qui suit le 8×12 et le 8×11. J’ai bien souligné auparavant qu’il y’aura des futures répercussions liées à l’agression de Chase.  Donc on a du sérieux dans le jeu.  Cela nous montre que House s’est vraiment mis en question…Mais on peut déduire autre chose de ce jeu où tous les coups étaient permis, c’est qui mérite d’être le digne successeur de House ?

Pour Chase, il faut savoir manipuler pour être chef d’équipe. L’ancienneté est également un second critère, et le dévouement total au travail. Chase montra qu’il est un sacré manipulateur puisqu’il avait éloigné les nouvelles et ne fut pas très gentleman envers elles en parlant à Foreman. C’est clair que Chase avait gobé tout en manipulant les nouvelles, un bon fiston de House quoi. On ne peut pas nier le fait que Chase connait les ficelles du métier housien, mais ce qui est très étonnant c’est de le voir, en tant que le plus ancien de tous, tomber dans le piège de cette manière et de jouer le jeu à fond. Soit il est trop ambitieux pour un titre dont il s’en foutait auparavant, soit il n’est ni malin, ni assez mature. Mais il adore jouer pour monter en grade ! Tout est bon pour ça.

Pour Adams également, tous les coups sont permis. Elle mit un décolleté plongeant durant les différentiels, utilisant son charme à son avantage comme arme pour déboussoler House ! Le coup du décolleté était vraiment hilarant, je ne l’ai pas vu venir !

Park était plus discrète mais ça se voit que ce n’est pas le grand amour entre elle et Adams quand il s’agit d’une promotion, mdr. Ses critiques acerbes envers Adams renforcent et accélèrent le rythme de la compétition. Elle essaya d’amadouer Chase par sa situation financière en lui brossant les poils dans le sens qu’il adore. Mais ses tentatives finissent toutes par un échec.

Pendant que ces trois-là se disputaient avec hargne pour un titre tendu comme une carotte, le seul sage parmi eux fut Taub qui refusa de jouer le jeu. C’est le plus malin d’ailleurs, et c’est le seul qui a tenu tête à House. Ce dernier, lui fit du chantage : « Si vous ne rentrez pas dans mon jeu, vous n’êtes plus un homme », mais est-ce que House pensait vraiment ce qu’il disait, en définissant ainsi le fait d’être homme, la masculinité ?

House aime au fond qu’on lui tient tête, car c’est cela qui avance des idées meilleures. Taub a été le plus malin de tous en ne participant pas à un jeu qu’il a jugé « stupide », pour lui, ses enfants l’ont rendu un homme. Taub a également « grandi », mûri, il a plus d’assurance et de responsabilité qu’auparavant. De quoi laisser House bouche bée ! En fin de compte, c’est Taub et House qui furent les spectateurs. Personne n’a gagné ni perdu. House les mis à l’épreuve encore une fois sur un ton cérémonial avec son fameux français à l’accent britannique « Je déclare ouvert… ». Ça nous rappelle House à la fin de la saison 7 parlant un français avec le même accent britannique « Désolé, je parle pas anglais ! » (J’ai trop la flemme de chercher l’épisode xD). D’après ce que je sais, Hugh Laurie avait admis qu’il parlait français un peu.

II. La cage dorée

Je passe de la team au cas ! Un titre pareil est bien évocateur dites-donc. On pense directement au mariage ! Ce n’est pas par hasard si j’ai choisi cette capture pour cet article, je n’ai pas hésité à la choisir et c’est vrai que c’est la première fois que je poste une capture pareille sur mon blog, lol.

Dans cette partie, je vais aborder le mariage, le cas en question et son reflet, à savoir le couple House et Dominika. Je ne vous ai pas encore parlé de cette dernière ? Désolé XD. Dominika est la femme de House, on la découvre dans le 7×17, prostituée ukrainienne sans visa, avec laquelle House s’est marié par vengeance de Cuddy. Elle était apparue dans un seul épisode dans la saison 7 et a disparu mystérieusement. Ce personnage inconnu, est pourtant malaimé de la part de plusieurs fans (la plupart sont Huddy/Hameron donc on comprend). Dans la saison 8, elle est de retour, enfin ! Il faut bien régler cette histoire, creuser ce personnage et apprendre à le connaître. Dominika apparait dans 5 épisodes de la saison 8 (remarquez la répétition du chiffre 5 ! je ne suis pas parano !!) c’est-à-dire bien plus que sa petite apparition dans la saison 7.

Voilà donc les petites infos (à part mes précisions à la fin concernant le 5) dont peut disposer chaque fan. Dominika est aussi inconnue pour House que pour les fans, c’est très bien de la faire revenir je trouve, afin de boucler la boucle et d’en finir avec, si on peut dire ça comme ça.

Qui dit cage dorée, dit mariage, dit engagement. House est un personnage qui a horreur de l’engagement tout comme le patient, même si ce dernier prétend le contraire. House découvre que le patient a deux personnalités, l’une est plutôt « efféminée », l’autre est plutôt forte et stricte sans pitié, froide. Ce cas est un vrai parallèle avec House, car House découvre sa moitié restée inconnue, et le patient découvre sa femme avec un nouveau regard, celui d’un macho. La femme du patient découvrit avec horreur la deuxième personnalité de son mari. Même si Dominika connait un peu House, son retour la laissera le découvrir plus profondément.

Dans cet effet miroir, House ironise en se moquant du patient en l’assimilant à Justin Bieber et à une femme. C’était très drôle ! On a l’impression en fait, concernant le cas, que la femme du patient joue le rôle du mari, c’est elle qui décide et prend des risques, contrairement au patient qui joue plutôt un rôle efféminé. Les rôles s’inversent !

Qu’en est-il de House et de Dominika ? À vrai dire, on a l’impression qu’on a deux House !! L’un est celui au masculin, le House macho qu’on connait, et on a Dominika qui s’est révélée un House au féminin. Un House à deux faces, lol. Avec son côté manipulateur, coquin, il y’a de quoi dire que Dominika est une sacrée âme-sœur de House !

Dans les deux cas, il faudra souligner l’importance d’une femme dans la vie de l’homme. Contrairement à la femme du patient qui le préfère efféminé, Dominika accepte House tel qu’il est, drogué, misanthrope, chiant, connard…Et contrairement au patient, House assume ce qu’il est. L’un veut changer, l’autre non.

Vers la fin, le patient choisit de ne pas prendre le traitement (la testostérone) à ses risques et périls. Même si ça paraît loufoque, on peut aussi se dire que ça peut être un clin d’œil à la décision de Wilson à la fin de la série…Vous allez me demander que vient faire Wilson ici et ma réponse sera tellement loufoque que je ne vais rien pouvoir expliquer !! Bref j’espère que ma comparaison bizarre tient la route, enfin pour ceux qui ont regardé la totalité de la saison 8.

On peut considérer le geste/la décision du patient comme un sacrifice pour son bien-être et celui de son entourage. Il préfère rester idiot et malade mais heureux !

Qui dit cage dorée, dit également alliances, si seulement j’avais le temps pour en parler bien comme il faut ! On découvre dans cet épisode que House avait gardé les alliances de son mariage avec Dominika et ne les a pas jeté : ce mariage signifiait quelque chose pour lui et les alliances ont une valeur symbolique celle du mariage et du partage. Donc de l’engagement…Chose qui est impossible même si House a apprécié Dominika. On peut prédire l’échec de ce mariage rien qu’à la forme ronde de l’alliance. Une forme circulaire indique toujours l’échec…On voit beaucoup cette forme circulaire scintillante dans les doigts, entre les mains, dans ma capture et le regard perdu de House en jouant avec. On sait qu’aucune relation avec les femmes n’a été réussie…House adore la liberté et surtout pas l’emprisonnement en s’engageant. On peut déceler le futur départ de Dominika dès cet épisode et la fin d’une liaison fragile. L’apparition d’un cercle nous laisse surtout perplexes : c’est un message discret ou un indice à propos de ce couple ? Ou est-ce un indicateur de quelque chose qui va se passer qui n’aura aucun lien avec ce couple et dont les conséquences seront plus néfastes ? Affaire à suivre…

III. Le jeu et le sérieux

Voici la dernière partie, ouf. J’adore ! Je continue sur la lancée des alliances et leurs sens pour commencer cette dernière partie. Les alliances indiquent également la complicité. Au début, on avait le sentiment de voir Dominika et House comme deux acolytes plus que deux mariés ! Les deux ne se connaissent pas et n’ont jamais couché ensemble (en étant mariés).

Je m’interromps ici, House est instable, sa dernière relation l’a fait entrer en prison. House n’est pas apte pour ces relations et encore pour l’engagement, pense t-on. Beaucoup n’avaient pas accepté Dominika, pourtant son personnage même passager, était intéressant.

Dominika est un personnage plutôt sexy, belle, jeune, intelligente, manipulatrice, bonne comédienne, survoltée, coquine, fraîche, accepte House tel qu’il est et n’intervient jamais dans son travail ou autre.

Elle est le besoin de House pour partager sa solitude, égayer son être comme un rayon musical intrépide qui défi l’épaisse obscurité morbide. De plus, de toutes les femmes que House avait connu, c’est elle qui se rapproche le plus de lui niveau caractère. Elle adore les paris et les jeux tout comme House. Dominika ne demande rien de House sauf son histoire de visa.

En tant qu’être humain, House apprécie sa présence à ses côtés. Il veut le minimum du bonheur en rentrant chez lui pour partager ses soucis et ses réflexions. Bref, il apprécie le changement et son regard enchanté en dit long dans le dernier plan de l’épisode, lorsqu’il rentre chez lui et trouve de la chaleur et de la musique dans son foyer vibrant de vie.

Dominika est du type « repas et jeux », insouciante, elle se rapproche du statut « copain » ou « camarade » au départ. Pour House, elle était sa « fausse femme » et d’une manière générale, les deux prenaient à la légère leur situation et se moquaient du mariage, le tout dans un tourbillon ludique qu’a entraîné Dominika. Mais par la suite, un lien se tissera entre les deux et ne durera pas avec le départ de Dominika devant un House bouleversé, mais je n’ai rien dit…hein !

Afin de faciliter les choses pour avoir ses papiers de citoyenneté, Dominika proposa son plan à House, qui consiste à contourner les règles et à tout frauder en falsifiant tout : photos, voyages, souvenirs, goûts, vêtements…Et ils furent coachés par tout le monde, surtout par Park et Wilson. Le plan machiavélique alla jusqu’au bout, jusqu’à ce que Wilson se fait passer pour un voisin de House. Mais House et Wilson se sont fait prendre malgré toutes les précautions ! C’était à mourir de rire, surtout l’accent qu’a pris Wilson ! (Il faudra regarder la VO pour me comprendre !)

Le « faux » couple House et Dominika se retrouve devant l’immigration qui menaça d’expulser Dominika et de renvoyer House à la prison. Les deux ont un autre point commun, c’est cette épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes. Menacés de rejet et de castration, House et Dominika sont des amoureux de liberté, même leur mariage était très libre !

Cette épreuve les a beaucoup rapproché, où, dans un cadre complètement ludique, House donna l’alliance à Dominika, observez avec quelle grâce il lui enfile la bague à son doigt! C’est presque…romantique. On dirait un nouveau mariage !

On apprécie ou on n’apprécie pas, ce n’est pas la petite maison dans la prairie ou les feux de l’amour ! C’est House, et même Halone on peut apprécier une présence féminine à la House, y’a pas pire que le Halone. House est un mec qui a besoin d’une femme « compatible ».

Toujours dans le jeu, Dominika versa ses larmes devant l’immigration, en demandant son expulsion et la liberté pour son mari qu’elle aimait. Libérés sous surveillance, le deux devaient vivre sous le même toit dans une cohabitation inhabituelle forcée. Il faudra rappeler que Wilson avait conseillé House en quelques sortes de laisser tomber Dominika afin de sauver sa peau de la prison. En gros, il lui demandait de faire un sacrifice. Mais grâce à Dominika, ils échappèrent belle.

Les regards et les petits sourires qu’échangèrent House et Dominika lorsqu’ils enfilèrent leurs alliances sont très révélateurs, un peu timides (moi devant l’ordi : trooooooop mignon !!!) enfin, c’est un peu déstabilisant^^.  Plus important encore, fut le « cet homme…mon mari…je l’aime » de la part de Dominika, un « je l’aime » à la fois ludique et sérieux. House demanda à Dominika si elle était sérieuse, mais elle éclata de rire « je serai idiote si je tombe amoureuse de toi ! ». Et pourtant, même son rire sonnait faux. Le jeu devient du sérieux, du réel. C’est profond, à ne pas négliger !

Mais le plus révélateur encore, c’est le fameux « Chérie, je suis rentré ! » à la fin, quand même, passer de « ma fausse femme » à « Chérie » ça fait quelque chose ! Cela ouvre sur des directions futures encore plus sérieuses et plus intéressantes. Ce qui est flagrant, c’est que le couple insolite House-Dominika a peur du sérieux.

House apprécie Dominika et adore s’amuser avec elle, passer le temps à planifier, à manipuler, à jouer. Elle est l’incarnation de la joie de vie dans sa vie terne et triste reflétée par son appartement sombre qu’il fuit de plus en plus. La solitude était devenue un lourd fardeau insupportable, et après l’âme-sœur de Chase du 8×12, nous voilà devant l’âme-sœur de House dans ce 8×13. Le problème, c’est que la cohabitation ne va pas durer, tout comme les autres relations. Ce qui va inciter House à en parler avec son ami Wilson, et il se rapprochera de lui comme du jamais vu dans la série à la suite d’un évènement futur terrible et bouleversant. (Indice : le 8×18)

La seule relation stable de House est celle avec Wilson, « l’amour de sa vie » comme l’a si bien décrit Hugh Laurie. Concernant Dominika, entre jeu et sérieux, on commence à la connaître dans la saison 8 et même à apprécier sa présence sympathique et joyeuse.

Voilà ma review du 8×13, un peu longue cette fois ! Je vous tire mon chapeau si vous avez tout lu et surtout, merci d’avance pour vos commentaires.

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Mon bilan général de House MD

Page blanche, 9 Juin 2012. Depuis quelques semaines, ce fut la diffusion de la fin de House MD, après 8 saisons de folie, de rebondissement et de fascination pour les fans qui ont suivi House jusqu’au bout, le regardant s’éloigner avec Wilson, comme un grand au revoir qui leur était adressé.

Alors, comment décrire tout ce dont on a vu, interprété et ressenti devant une fiction pareille ? Comment pouvoir résumer tant de sensations, de suspense, tant d’évènements qui se sont déroulé dans cette série médicale ? Très difficile pour moi, je ne sais même pas par où commencer.

Peut-être commencerai-je par ma propre addiction à cette série et mon côté obsessionnel pour les interprétations, les symboles et les énigmes. A vrai dire, lorsque j’avais découvert par accident House MD dans ses débuts, j’ai éprouvé de la fascination et de la peur en même temps. D’abord, le personnage de House était intéressant, et peut-être qu’il m’a intrigué plus que les cas qu’il essayait de résoudre, ça c’était la fascination. Mais j’avais aussi peur car c’était une série médicale, et je redoutais de la voir finir comme Urgences, un soap exécrable long et fade (je suis un fan d’Urgences pour information et je l’ai regardé jusqu’au bout !).

Passons, il m’a fallu du temps pour me convaincre de regarder House MD car je ne connaissais pas la série, et là, pouf ! Je n’arrêtais pas de regarder la série. J’adore « Tear drop » de Massive Attack, le générique officiel de House.

Maintenant, c’est parti. Je regarde la série d’un certain côté, elle est en deux partiesLa première partie s’affiche dans les 4 premières saisons, pour la deuxième partie il s’agit bien évidemment des 4 dernières saisons.

La première partie prône le délire de House, son indifférence, sa dépendance de la Vicodin et d’autres substances. L’humour noir est marquant, autodestruction, la solitude est là et la tristesse est là. Dans les études de la psychanalyse, on révèle que les personnes qui rient et sourient souvent sont des personnes extrêmement tristes. Les regards de House reflètent pourtant une grande tristesse après une blague foireuse ou la résolution d’une énigme. Beaucoup s’intéressent à cette première partie de la série et il y’a malheureusement plusieurs qui se sont borné à ces 4 saisons, pour une histoire ridicule de ship (pardon les shippeurs, je donne un avis mais je ne juge personne), ou pour que le House rigole toujours derrière un voile de mélancolie, ou parce qu’on s’en fout de l’histoire de House et que les cas sont les plus intéressants. Je trouve que c’est dommage de limiter l’histoire d’un personnage à seulement 4 saisons. Dommage pour ceux qui n’ont pas voulu connaître House davantage…

Bref, je n’aime pas dire dans mon bilan que j’ai aimé telle ou telle saison, ou détesté une autre. De toutes les façons, un fan aime sa série même s’il déteste certaines saisons ou épisodes. Une série a toujours des hauts et des bas, et je pense que c’est quand même bien de voir des avis différents, ce qui montre que chaque fan s’attache à House MD à sa propre manière.

Retour à la première partie, remplie de sens, de cohérence, de messages dissimulés, des patients racontant à chacun leur histoire, leur peine, leur joie. House n’est pas aussi insensible qu’on le croit : il est extrêmement sensible et ne veut pas que les patients le rendent partial, car il met la raison au-dessus de tout. Attachant, sensible, pensif, rêveur et intelligent, il a ses fantasmes, ses ambitions et ses démons comme chaque être humain. Un être asocial comme lui qui adore le contact humain, être entouré, avoir le besoin d’un ami auquel il lui confesse ses craintes et tout ce qu’il ressentait ou pensait. Un seul ami était depuis toujours au service de House, et à vrai dire, être ami avec quelqu’un comme House relève de l’exploit, au début cette relation m’intéressait en même temps qu’elle se joint à la détresse de House, et au fil du temps il m’était impossible d’imaginer l’un sans l’autre.

Depuis le début, nous avons un fil conducteur : l’amitié entre House et Wilson, chose sur laquelle je me suis toujours focalisé avec le Halone et les énigmes. La série était une énigme, tout était une énigme, ce qui m’a facilité plus le fait d’interpréter toujours les signes. Dans mon bilan, je vais me concentrer sur le fameux fil conducteur alias « Hilson » sans oublier le Halone.

Durant les 4 premières saisons, l’amitié entre House et Wilson n’a cessé de grandir. En fait, plus il y’avait des obstacles, plus leur amitié se renforçait. Fiasco total avec les femmes du côté de Wilson, il était à plusieurs reprises chez House, tout comme House qui venait chez lui. Ils se partagent presque tout, chacun connaît l’autre ainsi que ses défauts et pourtant ils s’apprécient, se respectent profondément. L’alchimie entre ces deux-là est flagrante, si flagrante qu’un simple échange de regards suffit comme un dialogue silencieux.

Wilson était dès le départ l’amila cannela consciencele conseillerle protecteurl’acolytela victime, mais en même temps le grand amour réel dans la vie de House. Ce dernier ne pouvait jamais se passer de Wilson, et Wilson avait également besoin de House et de son aide. Les fans ne pouvaient pas imaginer ce duo séparé, ce sera une cassure dans chacune de leur vie, à moins que ce soit pire !

Pourquoi je ne parle que du Hilson dans le bilan ? Bah c’est mon bilan xD, sérieux si j’ai toujours un bilan à faire je mets directement le Hilson. C’est un couple très intéressant…Et la plupart des grands évènements qui se sont passé dans la série les concernent, comment se ficher de ça ?

Nous avons vu dans la première saison, la première épreuve pour l’amitié House-Wilson, il s’agit de Vogler, hostile aux méthodes peu orthodoxes de House, a décidé de renvoyer ce dernier. Wilson s’y opposa et mit sa carrière en jeu pour House (Cuddy a mit fin à tout cela).

Avec Tritter, c’était bien pire dans la 3ème saison. Il harcelait tout l’entourage de House, le guidant vers un procès à cause de son addiction à la Vicodin, en essayant de le sauver et de le protéger, on l’a mit dans la désintoxication pour gagner le procès, l’amitié House-Wilson était soumise à des rudes épreuves comme l’état du manque de House qui l’a laissé se défouler comme jamais sur son ami, mais il s’excusa plus tard auprès de lui. L’amitié compte pour House quand il a regardé Wilson sérieusement avant de dire : « je ne m’en fiche pas ».

Dans le 3×10, à la fin, House a eu une overdose de médoc bien qu’il ait promis à Wilson qu’il allait rentrer sagement, ce fut une trahison qui a changé le cours des choses.

Dans la 4ème saison, là on peut dire que ce fut le bouquet pour un obstacle de taille devant leur amitié qui fut soumise à une très rude épreuve : la mort d’Amber. La fin de la saison 4 est, pour moi, la fissure entre les deux parties de la série, la mort change tout, et cette fin si affreuse a complètement changé le cours des choses, a complètement remis en question l’amitié entre House et Wilson, cette fin avait des conséquences terribles sur tous les protagonistes, elle a fait éloigner surtout Wilson de House et elle a rapproché évidement, d’autres personnages.

Dans la saison 4, on a assisté à un vent du changement, une nouvelle équipe sélectionnée selon des étapes et des manières peu orthodoxes. Ce fut la saison la plus courte de House MD et surtout celle qui comporte le plus d’évènements possibles, ceci n’est qu’un constat.

Fin de la première partie : les 4 premières saisons et début de la deuxième partie : les 4 dernières saisons.

Combien de spéculations on a eu avant de passer à la 5ème saison ! Les scénarios les plus improbables, les fanfic à flot, des fans en état d’effervescence et d’impatience. L’ambiance était moins calme que maintenant, les fans déchaînés étaient hystériques (surtout les Huddy). Les ships toujours en guerre, les lecteurs lisent des pages et des pages de folie. On a tous été fou à force d’attendre, de spéculer et de spoiler !

Poursuivons notre fil conducteur. La saison 5 commença par évoquer la mort, la détresse et la fin d’une amitié d’une longue durée. En gros, ça a commencé par le Halone, tristesse, mélancolie noire, et un enterrement d’une amitié. Ce fut la première conséquence dure depuis la mort d’Amber, on apprend par la suite que Wilson voulait se détacher de House et s’éloigner de lui pour « faire attention à lui-même ». Une décision déclenchée par la mort d’Amber, mais certainement refoulée depuis longtemps avant de sortir le jour J. House resta seul, sans aucun ami, laissant Wilson s’éloigner avec son carton…

STOOOOP ! Je fais un zoom sur ces deux-là lorsque Wilson annonça qu’il s’éloignera. Si vous avez l’épisode 5×01, regardez bien leurs échanges de regards. Ils se regardent plus qu’autre chose, le dialogue n’a aucun rapport avec ce qu’ils pensaient. Foreman a essayé de s’éloigner de House mais a découvert que c’était trop tard. Que dire de Wilson ? Il s’est trop attaché à House plus que n’importe qui, alors s’éloigner, je savais déjà dès le début que Watson et Holmes resteront toujours ensemble.

D’ailleurs, regardez aussi le 5×02, House se rendait chez Wilson sous le prétexte d’un cas, mais ça se voyait qu’il avait besoin de lui, et non d’un « ami » de substitution aussi fade que Lucas. Encore, ils s’échangent les regards et même le masque du dialogue finit par tomber quand House demanda à Wilson comment il allait.

L’épisode 5×04 était un épisode centré sur leur amitié plus que la mort du père de House. C’était surtout l’épisode où ce duo raconte leur histoire, c’était l’épisode de la réconciliation. (À la manière de Wilson) xD très touchant épisode !

Et bien, vu qu’on parle de l’amitié, parlons aussi du baiser qui a fait des Huddy des shippeurs complètement fous ! Qui ne se rappelle pas le kiss Huddy du 5×06 ? lol. Non-shippeur, mais j’ai trouvé cela fantastique. Je suis pour l’évolution du personnage, mais j’ai aussi posé une limite.

Et c’est parti, on tourne autour du pot toute une saison jusqu’à la folie, tout en passant par la tragique mort de Kutner. (J’ai adoré Holmes et Watson sur les lieux du crime !) House, toujours affecté par la mort de son père, fut pire avec celle de Kutner, et finit avec des belles hallucinations d’Amber et de Kutner qui l’ont guidé vers l’option de l’hôpital psychiatrique. Cuddy assiste avec la fille adoptive au mariage de Cameron et de Chase, et ce fut le véritable et seul ami (Wilson) qui s’occupa de House en pleine détresse.

La saison 5 était la saison la plus noire de toutes les saisons, perte des êtres chers, hallucinations, perdre la tête, perdre une amitié mais la reconquérir. Cette amitié sera plus renforcée encore dans la saison 6 où House et Wilson vivent pratiquement comme un vieux couple sous le même toit. Dans l’amitié sincère il y’a de l’amour, alors on voit dans la saison 6 par exemple les deux amis très complices, chacun prend soin de l’autre à sa manière.

Dans le 6×10 intitulé « Wilson » House refusa la proposition de Wilson d’assister à l’opération car il avait peur de le perdre et de se retrouver seul. Le reste du dialogue ce sont les regards qui s’en sont chargé !! Pour la suite, c’était touchant de la part de House d’avoir assisté, le regard de Wilson en dit long.

Même si j’ai beaucoup critiqué les dernières saisons, mais j’avoue aussi qu’elles m’ont intéressé car je voulais voir House sous un nouveau jour, je redis qu’une série a toujours des hauts et des bas. Résultat ? C’était plus intense, plus fort et plus net. A chaque fois je voulais savoir s’il y’avait du neuf, du surprenant. Mon domaine est plus dans l’interprétation, donc je préfère décortiquer « les symboles à 2 sous » puisque j’adore les scénarios merdiques, tient.

La saison 6 finit sur une note extrêmement intense, où le Halone, le sombre se mélange avec le Huddy qui a surgit juste à la fin. En fait, je m’en foutais de qui House allait embrasser. L’important était la structure de l’épisode, le scénariocouleurs dominantes, les symboles, la patiente, la jambe, la mort et les conséquences qui auraient pu entraîner House à un acte plus grave si Cuddy n’était pas intervenue. Une fin touchante pour un épisode intense, admirablement filmé de l’intérieur avec Hannah. Une fin qui met aussi fin au jeu du chat et de la sourie, qui ont tourné autour du pot durant 2 saisons (super le gâchis de la pellicule !).

La saison 7 commence logiquement par le Huddy, le 7×01 n’était pas si mal que ça puisqu’il annonçait déjà la fin de ce ship. Et comme toujours, le Hilson était là même avec Cuddy XD. J’ai adoré l’intrusion ratée de Wilson dans l’appart de House, car il se souciait de son pote.

Fin du Huddy par Cuddy qui laisse un House abattu comme chien blessé, purée en tant que Halone j’étais content de la fin de cette relation à scénarios pourris qui a alourdit une saison déjà pauvre côté scénario, j’étais aussi tristounet pour ce que le personnage de House endurait. Comme je l’ai déjà dit, bon débarras de Cuddy MD ! Surtout avec le joli 7×23 qui a tout balayé sur son passage, et de Wilson qui se souciait de son ami seul, blessé et humilié ! (j’ai adoré la fin du Huddy sur une comédie musicale originale, chapeau aux acteurs, le design était intéressant !=7×15)

Cette partie (les 4 dernières saisons) se concentre sur les relations entre les personnages, contrairement à la première qui se concentrait sur les cas. Néanmoins la deuxième partie que je suis entrain de décrire est assez intéressante, franchement rester sans changement ça aurait été la routine à mort. Il fallait que House évolue car c’est une série à propos de lui, de sa vie, et le masque de l’ironie et de l’humour qu’il utilisait comme carapace finissait bien par tomber.

Pour notre fil conducteur Hilson dans la saison 7, on a vu Wilson rejeté par son ex-femme Samantha, mais il ne fut pas rejeté par House. En fait, l’amitié House-Wilson fut mise encore à l’épreuve lors de la fin de la saison 7 où House, en détruisant la baraque de Cuddy, finit par blesser son ami au bras.

Dans la huitième et dernière saison, bien que marié avec Dominikale véritable couple de la saison 8 fut le Hilson. J’ai adoré le début, la réconciliation avec Wilson, House qui met fin à son mariage, et l’amitié House-Wilson s’est consolidé davantage dans cette ultime saison. A chaque épisode, c’était de plus en plus intense entre eux. En s’approchant de la fin de la série et de la 8ème saison, on apprend que Wilson a un grave cancer. Cette épreuve, quoi que très dure, les a rapproché plus que jamais. Leur complicité était forte et cela se voit dans le 8×19 « The C Word » ou leur sensibilité et leurs émotions qui se reflètent dans les 4 derniers épisodes, en particulier le 8×21 « Holding On » où la peur de la mort a été explicitée et le besoin de l’autre aussi. L’arc dramatique Hilson se croise avec un autre arc dramatique qui est le Halone où House s’est vraiment remis en question.

Le fil conducteur nous mène vers la fin où on continue de saluer deux motards qui s’éloignent au coucher du soleil, on continue d’écrire des lignes car on est des fans, on continue de créer car on ne peut pas se détacher les yeux d’une série culte qu’on a eu la chance de suivre de très près, car ce sont les fans qui feront survivre House, et qui continueront de guetter une route vers l’optimisme, vers l’amitiél’amour, la remise en question de soi-même, la franchise et surtout, une route vers la vérité qu’on ne trouvera que dans nous-mêmes.

Ce fut mon bilan de la série House MD, j’aurais pu l’écrire différemment mais quoi qu’on fasse, il est impossible de résumer 8 ans dans une page. Et quoi qu’on fasse pour chercher une autre série, on redemande encore et toujours House. Je ne sais pas combien de lignes j’ai écrit là mais je suis mort ! Merci à vous d’avoir eu le courage de tout lire ! Bravo aux acteurs et merci à tous de nous avoir diverti avec cette série hors-pair. J’ai adoré la version moderne de Sherlock Holmes dans la peau d’un docteur, et c’est toujours bon de créer du neuf avec de l’ancien, afin que ça donne un goût spécial. Chapeau à toute l’équipe de la série, acteurs, producteurs & créateur!

soleil444

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,