RSS

Archives de Tag: bilan

CSI – Bref, j’ai regardé la saison 15…

CSI S15

La saison 15 en 15 lettres ? Gig Harbor killer !

C’est parti pour la review des reviews de cette saison passionnante, marquée par l’apparition d’un tueur en série « Gig Harbor killer » ainsi que deux jumeaux maléfiques aussi sadiques l’un que l’autre qui auront la même identité, le même penchant et 4 épisodes sur 18 qui animeront une saison très sombre.

Bref, j’ai regardé la saison 15…je tiens d’abord à féliciter les acteurs et les scénaristes car ils arrivent à bluffer et à susciter l’admiration après le passage de tant d’années. La saison 15 est caractérisée par l’apparition d’un psychopathe qui en veut à Russell et à Finn, en plus elle est caractérisée aussi par le geste de CBS qui tenta d’arrêter la série en la changeant de case horaire faisant chuter les audiences d’une manière spectaculaire. Jamais la série n’a atteint des audiences aussi basses (un seul épisode regardé par 10 millions de téléspectateurs car il a eu la diffusion mardi) 17 épisodes étaient sous la barre des 10 millions de téléspectateurs.  La crise identitaire est l’un des piliers de cette saison !

Bien que tous les signes scénaristiques montrent qu’il y aura une saison 16 qui sera la dernière de la série, la clé de la diffusion reste entre les mains de CBS. Contrairement à 2014, on n’a eu aucune nouvelle sur un éventuel renouvellement de la série pour une nouvelle saison, ce qui pose beaucoup de questions. Le moins qu’on puisse espérer, c’est que la série ne soit pas arrêtée brutalement car ce serait dommage de ne pas bien bâcler et rendre hommage à cette série de fous.

La saison 15 est caractérisée aussi par le départ de l’acteur George Eads (Nick Stokes) de la série définitivement. En effet, ce dernier l’a annoncé depuis 2014, juste après le départ (ou l’expulsion) de Paul Guilfoyle (Jim Brass) pour des raisons financières.

Reste maintenant à imaginer, s’il y aurait une 16ème saison, comment les scénaristes et toute l’équipe technique vont rendre un sacré hommage à la série. Vivement que CBS accepte de donner une chance à CSI sinon le final de la saison 15 ne pourra même pas rivaliser avec celui d’Urgences (bien travaillé) ou celui de CSI : Miami (vite bâclé mais acceptable), car il est manquant.

La saison 15 est une saison courte, elle se place derrière la saison 8 côté nombre d’épisodes. Selon moi, elle est encore mieux que la saison 14 (trop centrée sur les relations pères-filles). Je vais vous faire part d’une sorte de bilan général de cette saison 15, à la manière de celui de la saison 13. J’aimerais clarifier avant de commencer quelque chose à propos des deux uniques reviews faites concernant le premier épisode d’un côté, et le double final d’un autre. C’était par pur hasard si j’ai écrit deux reviews à propos d’une saison centrée sur la dualité !

Trêve d’introduction, passons aux 18 épisodes de la saison 15 !

15×01 : The CSI effect : le premier épisode de la saison qui commence très fort et en plus, le premier des 4 épisodes centrés sur le Gig Harbor killer. Magnifique épisode où une affaire de Seattle rattrape Russell et Finn, 5 ans plus tard. On retrouve une scène de crime gore faite de tissu humain, on assiste au phénomène « Gémeaux » avec l’apparition d’un jumeau Paul Winthrop, qui fera le nécessaire pour défendre son jumeau condamné à mort, Jared Briscoe. Winthrop est un riche homme d’affaire à la tête d’un empire financier à San Diego, en Californie. Comme par hasard, les 3 états cités dans le début de la saison seront cités au final. Finn se retrouvera piégée dans sa propre voiture, piégée par des explosifs. 9 personnages apparaîtront à la fin dont 5 enquêtaient sur l’affaire en cours et le 5ème sera Nick. Excellent épisode où le défi est doublement lancé aux CSI ! Les scènes de crimes préparées est une première dans la série. La fin est magnifique avec cette musique de fond diabolique avec le Yin et le Yang…mais le même sourire psychopathe n’envisage rien de bon !  10/10.

15×02 : Buzz kill : deux morts et 3 enlèvements dont une mère avec ses deux enfants. L’épisode est bon car la fin est inimaginable : la mère est le cerveau de l’opération, et la prof tuée n’était que la victime. Les deux morts ont été manipulés par elle pour arriver à voler l’argent de son mari. Parallèlement, Finn enquêtait sur le début du Gig Harbor killer en voyageant à Seattle.

15×03 : Bad blood : encore un très bon épisode centré cette fois sur Sara et Greg qui furent placés en quarantaine après qu’ils aient découvert une scène de crime sanglante et montrant tous les signes d’un virus mortel. Bref, on note 4 victimes : 2 morts et 2 en quarantaine. Le virus a été utilisé par un avocat bolivien pour venger sa famille morte il y a 9 ans. Cet épisode est intéressant sur le plan technique car le décor change, ainsi que sur le plan émotionnel : cette fois les CSI sont les victimes et feront partager leurs sentiments avec ou sans paroles.

15×04 : The book of shadows : une combustion spontanée et l’empoisonnement au cyanure d’un prof de chimie dans un lycée, voilà encore un début à la CSI. Le prof s’avère être un sorcier, pour être plus fou, il est l’un des 4 sorciers. Un deuxième mort, un jeune footballeur  suspecté de viol, était mystérieusement mort. La fin est triste : on découvre qu’une sorcière (qui est prof de SVT) avait tué le jeune homme pour un rituel satanique afin de pouvoir guérir son enfant.

Résultat : deux victimes se serrent les coudes, la fille violée et le garçon atteint d’une maladie incurable dans un monde de fous.

15×05 : Girls gone wilder : à l’image du 14×10, on retrouve Morgan, Sara et Finn dans une conférence loin du labo. A chaque fois que les 3 filles vont quelques parts, elles rencontrent des problèmes et je n’avais pas tort ! une fusillade, 12 morts et plusieurs blessés par deux tueurs : un père vengeant sa famille massacrée et un criminaliste qui, croyant qu’il était innocent, se venge lui aussi de la police qui l’a emprisonné. Très bon épisode avec ce changement de décor et les aventures des filles ! les garçons se sont contentés d’analyser un tonneau plein de décomposition…

Notes : mes deux moments préférés dans cet épisode sont le moment Tendresse entre Hodges qui réconfortait Morgan (super moment pour les fans de ce couple) et la criminaliste dansant avec des mecs torses nus dans la conférence, avec le « Oh my god ! » d’une Sara hallucinée. J’ai eu un fou rire !

15×06 : The twins paradox : superbe épisode qui rivalise avec le 15×01 avec un cross-over avec CSI : Cyber, c’est le deuxième épisode de la saga de Gig Harbor killer. On progresse dans le profilage des deux jumeaux et on parvient même à remonter la piste de la mère biologique inconnue de Briscoe. De fil en aiguille, on tombe sur la tombe C13 de Winthrop, mort-né et enterré dans un couvent à Seattle. En exhumant le cadavre de l’enfant, on découvre qu’il y avait juste une poupée et que quelqu’un de San Diego était déjà venu à la quête de son frère. Finalement, Russell dut faire appel à l’aide d’Avery Ryan, l’agent-Cyber qui lui est déjà venu en aide lors du 14×21.

Ryan conseille Russell de faire de Maya, sa fille, un appât pour Winthrop. Ce dernier est pour elle le dominant des jumeaux, et Briscoe n’est que le soumis. Aucun des deux ne peut se passer l’un de l’autre, c’est le duo parfait pour Cyber et pour les profilers. J’ai trouvé ce cross-over très sympa et l’orientation de la saga des gémeaux vers le profilage est très intéressante !

15×07 : Road to recovery : la mort par suffocation ou par noyade ? telle fut la question à répondre concernant la mort d’une jeune riche qui fut tuée et transportée dans 3 scènes de crime différents. Dans cet épisode, on se concentre sur l’étrange manière de combattre une addiction et j’avais deviné juste pour le coupable qui n’était que le père de deux enfants. Bon épisode sans plus.

15×08 : Rubbery homicide : épisode très original avec le meurtre d’un homme qui était déguisé en femme, une vraie poupée en caoutchouc recouverte de vrai sang ! la poupée était la « sosie » dune top-modèle des années 80 qui était tellement haïe par sa fille que cette dernière s’en ait pris à la poupée. Bref, on nage dans ce délire de la dualité qui caractérise la saison 15 et la crise identitaire depuis le 15×01 : « qui suis-je ? ». Même Greg s’est posé la question !

15×09 : Let’s make a deal : très bon épisode sur tous les niveaux. Le meurtre d’un détenu poussera la police à suspecter plusieurs détenus jusqu’à ce que les preuves désignent un seul qui s’est avéré la vraie victime dans l’histoire, victime du système judiciaire, victime des voisins, et victime à l’âge de 9 ans par un pédophile. 20 ans plus tard, il se venge. Cette affaire toucha Nick beaucoup qui ne voulait rien dire à Russell tout en dévoilant son passé sombre. La thématique de dualité n’a pas été oubliée puisque c’est Nick qui se reconnait dans la victime devenue tueur. Trop fort le jeu de George Eads ! Magnifique épisode touchant.

15×10 : Dead rails : que pensez-vous du film Kill Bill ? Dans cet épisode, il y a un point de ressemblance : l’enterrement dans le désert et l’extraction de la tombe. La victime meurt deux fois : la première lorsqu’on l’a enterré, la deuxième lorsqu’une voiture le renversa (le même tueur). Du billard, une référence au film de tarés « Des serpents dans l’avion », encore du billard, encore un autre cadavre et Morgan mise en avant parce qu’elle est experte en billard. La fin est sympa avec le jeu de Hodges vs Morgan, on se demande qui a gagné !

15×11 : Angle of attack : la mort bizarre d’un homme à cause d’un missile humain. Deux morts d’un coup et une histoire folle à lier de base jump. Mais un 3ème mort par empoisonnement s’ajoute à la liste ce qui poussa les CSI à se concentrer d’avantage sur le base jump et d’attraper le tueur qui avait eu une relation amoureuse avec l’homme-missile avant que ce dernier ne le quitte par peur de sa femme. Notre tueur piqua une crise de rage et tua son amant, le jeta par le 30ème étage et tenta de faire porter le chapeau à la femme. Un épisode qui marque une 4ème victime qui n’est autre que la femme qui se retrouva seule…Un épisode bien gore !

15×12 : Dead woods : c’est la coutume d’avoir dans le titre « Dead » dans la saison 15 ! le meurtre par accident d’un SDF plonge une fille de 15 ans (on est gâté côté chiffre fétiche) dans le passé, une fille de 5 ans assistant au meurtre de sa famille et le suicide de son père. Bref une vieille affaire de Sara qui remonte en surface. Avec la réouverture de l’enquête, on découvrit que les parents et leur fille de 9 ans ont été tués par deux chasseurs, par chance, la petite de 5 ans a survécu et a reconnu le chasseur qui a eu des remords. Sara se reconnaissait un peu dans la fille puisqu’elle avait assisté au meurtre de son père par sa mère. Jolie scène finale avec la photo de Sara avec son père !

15×13 : The greater good : et voici le 3ème épisode de la saga Gig Harbor killer ! dans cet épisode, Russell va appliquer les conseils d’Avery Ryan (épisode 6) en appâtant Briscoe avec sa fille Maya. Cette dernière fut enlevée par Briscoe après que Shaw, le complice de Winthrop, ait écouté les appels téléphoniques de Russell à Maya. Cette dernière a laissé comme le Petit Poucet, des traces derrière elle. On est loin de la Maya du 13×01 qui a eu une crise des nerfs, place à une autre Maya surentraînée par son père à une histoire liée à son passé. Après l’enlèvement de sa petite-fille dans le final de la saison 12 et le début de la saison 13, voici donc la fille de Russell qui fut enlevée par le complice de Winthrop, Shaw, car il voulait libérer sa fille. L’échange fut sanglant, Briscoe meurt étranglé par Shaw alors que Winthrop qui a reçu 2 balles de la part de Shaw et des coups de harpon de la part de Maya, survécu et s’échappe (il a 9 vies ou quoi ?).  Superbe épisode avec beaucoup de rebondissements, tout le monde craint la réaction de Winthrop. Dans ce premier épisode de l’affrontement, c’est la police qui l’emporte…pour l’instant. 1-0

15×14 : Merchants of menace : deux collectionneurs de reliques des meurtriers sont assassinés avec un couteau en os humain. Affaire sordide où on voit même un garçon portant un t-shirt avec le visage de Haskell dessus ! Pour pouvoir piéger le suspect, Nick s’est fait passer pour un collectionneur d’objets liés à des meurtres spécifiques, il emporta une maquette du tueur aux maquettes, un clin d’œil scénaristique à un tueur en série qui sera l’emblème de la saison 7 même ! Bref, le tueur s’est avéré un collectionneur prenant un tueur en série mort il y a 20 ans comme idole !

J’ai trouvé cet épisode génial avec les clins d’œil à Haskell (saisons 9, 10, 11) et le tueur aux maquettes (saison 7 et un peu le début de la saison 8) sans parler de l’originalité de l’arme du crime. Le scénario aurait pu être mieux avec de pareilles collections ! Très bon épisode sombre. Chapeau !

15×15 : Hero to zero : un super-héros sauve un SDF d’un gang et se retrouve mort, à chaque fois les scénaristes pondent des idées aussi folles les unes que les autres. Ils ne doivent pas s’ennuyer !

Il y aura deux morts dans cet épisode, tout ça parce qu’un beau-père a marchandé la vie de son beau-fils car il ne supportait plus son monde fictif. Bref, un bon épisode sans plus, j’aurais bien aimé m’attendre à mieux que ça provenant d’un double 15 !

15×16 : The last ride : voici l’épisode qui précède le double final de la saison 15, une femme argentée retrouvée morte. La peinture qui la couvrait était celle d’une vieille voiture où il y a eu le massacre d’un couple. Pourtant, on découvre que le meurtrier est le même qui a tué la femme argentée, car la voiture avait une preuve qui pouvait l’incriminer. Mis à part les excellents scénarios des crimes, on n’a toujours rien de neuf à propos de Winthrop, le jumeau sociopathe qui a survécu  dans le 15×13.

15×17 : Under my skin : la disparition des filles d’un directeur de labo de San Diego, l’aînée de 17 ans retrouvée morte ainsi que le petit-ami de la cadette disparue, toute l’enquête conduit à un psychopathe qui a vu en la petite blonde la réincarnation de la fille dont il est fou amoureux. L’enquête est dirigée par Nick qui était le plus mis en avant, c’était l’épisode qu’il fallait pour rendre hommage à ce personnage qui va quitter CSI. Il est l’ami de Nolan, le père des deux filles. Nolan décida de démissionner pour s’occuper de sa fille en proposant à Nick de prendre sa place à la tête du labo de San Diego. Episode passionnant et très symbolique pour Nick dont on voit les prémices de son futur départ…

15×18 : The end game : l’épisode final est vraiment le meilleur épisode de la saison 15 avec comme on dit, le bouquet final du 4ème et dernier épisode de la saga Gig Harbor killer. On remarque que la tête du CSI : Las Vegas c’est-à-dire le trio Russell-Finlay-Stokes était en ligne de mire scénaristique depuis le début. Quelque chose allait leur arriver mais quoi ? Finn reçut une menace de mort sans parler des coups de fil de la part de Winthrop. Russell était concerné puisqu’il se sentait visé depuis l’affaire à Seattle. Nick déclarait qu’il allait quitter CSI vers San Diego, la ville natale de Winthrop. Dans cet épisode final où Winthrop se vengeait de Finn (et indirectement de Russell) 4 morts dont 2 jumelles, Shaw (l’amant de Finn et l’ex-complice de Winthrop) et Collin Winthrop, le père ont été tous harponnés et fusillés. Et dans cet épisode où tout s’accélère à une vitesse folle, le père biologique s’était avéré un proxénète dénommé Larson (voir saisons 12 et 13) et la mère biologique des jumeaux était la fille de Larson, en gros on découvre que les jumeaux psychopathes étaient le fruit d’un inceste. Winthrop tendit un piège à Finn et la harponna en la laissant dans le coma. Il a été blessé après qu’il a failli tuer Russell dans la chambre maudite, au milieu de sa scène de crime.

L’affaire s’achève là pour le moment, il n y a ni gagnant, ni perdant. Pour la première fois, un final s’achève à égalité entre le criminel et la police scientifique. Dans ce chaos, Nick hésita de partir mais Russell le convainc. Nick part la tête haute après un très bel hommage aux anciens, laissant derrière lui un tableau de scores très symbolique : c’est Nick qui sort en gagnant du labo.

Les flashbacks sont superbes avec ce vibrant hommage à 15 saisons de folie. Grissom, Catherine et toute la bande étaient là. J’ai toujours trouvé que l’ère Grissom était la meilleure de toutes. J’ai écrit dans la review du final quelque chose à propos des chiffres et des flashbacks que vous pouvez lire.

En tout cas, le départ de Nick était bien préparé par les scénaristes cette année. Pas comme le départ précipité de Brass (l’acteur Guilfoyle n’a été prévenu que dans la dernière semaine je crois !!) qui manquait d’hommage et de logique pour un personnage mythique comme Brass.

Globalement, ce final sauve la saison (très bonne saison 15 mais le meilleur était dans la fin) qui était une saison supérieure à la saison 14 côté drames, tragédies, départ calculé, évènements bien ficelés, et l’histoire de Gig Harbor killer qui donna un côté dynamique à une saison relativement courte par rapport à bien d’autres saisons. Quel final à couper le souffle !

On retient beaucoup de chiffres marquants aussi : 2 (la dualité, la symbolique des jumeaux), 3 (chiffre noir), 4 (chiffre noir lié aux exploits des jumeaux, pas étonnant qu’on ait choisi 4 épisodes seulement pour la saga), 5 (chiffre négatif, lié à l’affaire, à Russell, mais aussi à Nick qui est le cinquième et dernier membre de l’équipe du pilote à partir : Grissom, Catherine, Holly, Nick et Warrick), 6 (chiffre assez connu pour ses malédictions), 9 (chiffre noir lié aux 9 premières victimes de Gig Harbor killer mais qui peut aussi être un clin d’œil au départ de Grissom à la saison 9 et son ère), 12 (chiffre noir lié mais on peut le lier au départ de Catherine à la saison 12), 13 (y a pas photo je crois : chiffre de mort, il y a eu au total 13 victimes), 15 et 16 (trop de clins d’œil à ces saisons et l’annonce de la mort future de CSI d’une manière loufoque),  17 (peut-être lié à la carrière de Nick) et enfin le chiffre 18 (qu’on peut lier à la date de naissance des jumeaux : 18/6/78 ou devrais-je dire 15/15 ! donc choisir 18 épisodes comme nombre n’était pas anodin).

Voilà une sacrée saison 15 bien sanglante et gore, qui mélange passé, présent et futur, le tout mené par une finesse scénaristique bien maligne. D’ici là, j’espère entendre de bonnes nouvelles de la part de CBS car le scénario prévoit une 16ème et dernière saison du bébé de Zuiker. D’ici là aussi, j’attends avec impatience CSI : Cyber, la nouvelle série dérivée de CSI, une série très sombre et qui commencera dans quelques jours en Mars. La saison 15 de CSI  a été bien traitée, envoyez-nous la 16ème CBS !

Merci de votre lecture. A très bientôt avec CSI : Cyber !

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Fort Boyard: Bilan général de la 25ème saison

BILAN25FORTfb2014ValentinBrSg9_KIgAAHyyK

L’heure est grave : c’est le moment de dresser mon bilan général à propos de cette 25ème saison de Fort Boyard qui s’est terminée le 30/8/2014 avec 2.7 millions de téléspectateurs. Je vais évoquer rapidement les points positifs et les points négatifs de cette saison de tarés !

Points positifs :

– J’ai adoré le numéro spécial 25 ans de Fort Boyard, magnifique !

–  Super, des nouvelles épreuves !

– Le décor est plutôt sympa (Casino, on customise le tapis roulant etc)

– L’événement qui a fait parler de lui : le retour de la vigie !

– On a des petites scénettes entre les personnages du Fort en particulier Passe-Murailles et Père Fouras.

– J’aime beaucoup les petites intros de certains personnages (Blanche, Vincent C, Willy…)

– L’humour et la bonne ambiance plébiscités !

– Le retour en force de la Bibliothèque cette année ! elle a fait souffrir tellement de candidats dans les geôles.

– C’est intéressant de voir l’épreuve de l’égout devenir une épreuve à prisonnier, plus de rats !!

– J’adore le Restaurant, j’espère que la dégustation sera dans chaque épreuve…Non je déconne !

– Willy toujours aussi fou et le nouveau magicien qui a l’air bizarre…

– C’est marrant je trouve de dévoiler le secret de certains petits tours de magie ..

– Trop classe la salle des illusions avec Luciole, même la clef comporte les mêmes couleurs !

– Le Rouleau et le Vélo sont les nouvelles épreuves à indices qui sont les plus hilarantes je trouve.

– J’adore la double lutte, toujours un régal !

– Blanche est trop belle…Ok je sors du contexte !

– On a eu certaines surprises très sympas avec Valérie Damidot, Tex ou l’équipe de la veille.

Points négatifs :

– Le premier qui me vient en tête est l’absence de La Boule pour la première fois de l’émission, en raison de problèmes de santé. Il nous manque beaucoup et on lui souhaite tous un rapide rétablissement.

– Le conseil du Fort : je ne le reconnais plus, une calamité. Espace restreint+Mister Boo qui joue+quasi-absence des Maîtres du jeu (c’est leur nom d’origine, je ne le changerai jamais)+un père Fouras qui déstabilise les candidats+3 épreuves à jouer seulement+la méthode dont on gagne / perd un duel n’est pas juste.

J’espère revoir un jour  6 candidats jouer dans le conseil même si c’est impossible : on ne voit qu’un seul Maître du jeu !

–  La blancheur de la salle du jugement, je trouve la couleur violente et je n’arrive toujours pas à m’y habituer, même après le passage de 4 saisons !

– Je trouve la caserne (alias le tapis roulant) trop rouge, on peut utiliser du rouge mais pas jusqu’à l’excès.

– La caserne (alias le tapis roulant) n’est plus une épreuve rigolote, en plus on n’envoie plus que des belles filles là-bas pour des raisons…évidentes Xd

– Le retour de la vigie est certes cool mais je ne la reconnais plus car casser et refaire la vigie pour y installer l’ambiance de Poudlard c’est sans moi ! On ne connait pas tous  Harry Potter, en plus la vigie sans le père Fouras c’est bof. On veut des énigmes et non de la magie x)

– Quel est le rôle EXACT de Mister Boo ? Coton-tige, lutte, double-lutte, geôlier et en plus il joue dans le conseil. Merci de m’éclaircir !

– Trop de complications dans les épreuves et on l’a vu déjà dans les saisons précédentes ainsi que dans cette saison : trouver le code après un grand effort, pour que l’équipe ait accès à l’indice, ça si le cadenas s’ouvre…

– Auparavant, j’adorais la cellule qui rétrécit, là je n’en peux plus vraiment. Trop compliquée, il s’agit de dévisser des boulons cachés par des serpents, chaque dévissage entraîne la libération d’une partie du code. Il faut faire ça concentré en 2 minutes (ou moins !) c’est mission impossible déjà, et c’est une perte d’un indice et du temps. Il y’a 10 ans, on pouvait ouvrir un coffre avec des clefs suspendues au plafond, là c’est autre chose. Voilà un petit coup de gueule qui se perdra dans l’écho comme d’habitude.

– Je ne trouve pas la Ketchuperie intéressante, c’est bien de rigoler mais il n’y a eu qu’une seule fois où on a remporté une clef !

– Le casting est moins bon que l’année précédente même si j’ai adoré la participation de certains !

– Vincent C est un nouveau magicien, mais j’aurais préféré voir également l’ancien car ses tours étaient étonnants !!

– J’aurais préféré revoir certaines anciennes épreuves comme le précipice extérieur ou le mur glissant, inutile de tout customiser les gars !

Bilan animation :

Olivier Minne a brillamment présenté le Fort comme d’habitude, et fêter 25 ans de l’existence de Fort Boyard n’est pas rien ! A la saison prochaine j’espère.

Bilan final :

Malgré toutes mes critiques, j’espère qu’un jour on corrigera certaines erreurs, chaque émission a de bons et de mauvais côtés. Bonne saison 25 sinon !

Le fait que Fort Boyard ait résisté face à une concurrence redoutable de TF1 (Money Drop, Hommage spécial à Grégory Lemarchal, The voice kids…) en dit long sur la fidélité des fans à leur programme préféré qui est un programme familial et estival. C’est un bon programme qui a survécu pendant 25 ans à la concurrence, et je pense sincèrement que la concurrence de cet été fut la plus redoutable.

Le point d’orgue de la 25ème saison était l’équipe de la veille qui était vraiment la meilleure équipe côté ambiance de fous et côté jeu ! la récolte n’était pas le record de l’émission mais la somme était correcte pour finir avec le sourire.

Le plus dur s’est passé sur internet où les au revoir à Fort Boyard furent plus difficiles ! et dans quelques heures, ce sera un au revoir à Pyramide qui a mis le feu cet été sur France 2 ! J’espère sincèrement revoir très bientôt ce jeu car il mérite sa place sur France 2, contrairement à Face à la bande, la daube de l’été 2014. J’espère que France 2 ne gâchera pas Pyramide au profit d’autres jeux ne méritant pas une case horaire sur la chaîne et ce serait ridicule si on ne s’intéresse pas à Pyramide !

Bon, espérons revoir Pyramide très bientôt comme Fort Boyard !

A l’année prochaine Fort Boyard ! à très bientôt Pyramide ! Chapeau à tous !

Bref…j’ai regardé la saison 25 de Fort Boyard et la nouvelle version de Pyramide. Demain, rentrée de plusieurs programmes à commencer par TPMP !

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

CSI: Bref, j’ai regardé la saison 13 des Experts…

Bref, j’ai  regardé la saison 13 des experts. C’est une première pour moi d’écrire un bilan à propos d’une des saisons de CSI, une série mondialement connue ! En tout cas, l’idée du bilan me trottait en tête depuis quelques jours, surtout depuis que j’ai terminé la saison 13 et que j’ai commencé la saison 14. C’est parti pour un week-end complètement CSI !

Pour la plupart de ceux qui vont lire cela, il s’avère que TF1 n’a toujours pas diffusé cette saison (et je me demande bien quand lorsque je me rappelle des retards avec House !). TF1 restera toujours en retard..Il faudra avoir regardé au moins la fin de la saison 12 pour pouvoir comprendre le premier épisode de la saison 13.

Il s’agit à mon avis d’une saison 13 fort sympathique, touchante, belle, où il y’a eu plusieurs tournants pour plusieurs personnages. J’ai adoré la regarder et avaler ses épisodes ! J’espère que vous aurez le même plaisir…

La saison 13 se différencie des autres saisons de CSI, car c’est une saison centrée sur la vie personnelle et intime des personnages, on a eu des épisodes centrés sur un personnage ou sur une relation. Après une agréable saison 12, les scénaristes nous ont encore surpris par ce nouveau cocktail inhabituel des personnages mis en avant. Cela dit, on n’avait pas abandonné les enquêtes, je ne peux absolument pas comparer CSI à ce qui s’est passé dans House où les histoires perso avaient pris le dessus. Dans CSI, on s’est intéressé aux vies privées des personnages, sans lâcher les enquêtes.

Dans la saison 13, nous avons eu affaire à un retour de Warrick Brown, décédé depuis des années, reste à savoir de quelle manière il était de retour. On a eu des clins d’œil au passé tout en avançant vers le futur. La saison 13 comporte des zones d’ombres, elle porte très bien son chiffre, lol. On l’avait commencé par une disparition dans la nuit et on la finit par une disparition dans la nuit…

L’étude microscopique des personnages était très intéressante dans une saison qui commence brutalement par une sacrée deuxième partie suite au final de la saison 12 (12×22). On avait assisté à la création des nouveaux ships, chose qui n’échappa pas aux fans de la série dont beaucoup d’entre eux avaient apprécié cette tournure, d’autres fans restèrent mitigés face au tournant de la saison 13 et les avis divergent d’un côté, et convergent de l’autre. On aime CSI à sa façon et puis c’est tout…

Personnellement, je me suis orienté vers les ships, car je voulais un peu de changement après les années de House. Je n’ai jamais shippé dans House, je shippe Booth et Brennan dans Bones (félicitations pour le mariage lol). C’est assez amusant de shipper et de ne pas savoir où ça va mener, c’est amusant et intriguant. Je ne suis pas encore fan de CSI, mais j’apprécie beaucoup cette série. La saison 13 était passionnante pour moi !

Voici quelques notes à propos de quelques épisodes assez intéressants :

– 13×01 : Niveau intensité dramatique et émotions, nous sommes bien servis ! Mc Keen, l’assassin de Warrick Brown, fit kidnapper Katie la nièce de D.B Russell. Il donna l’ordre de tirer sur Ecklie, qu’on avait laissé dans l’ambulance dans le 12×22. Kruncho, le coéquipier de Moreno, tenta d’attirer pendant ce moment Finn dans un piège, mais elle n’était pas dupe. Russell était dans tous ses états, du jamais vu dans la saison 12 où on avait l’habitude de le voir plus apaisé et souriant. Cet épisode est une perle, il faut vraiment le regarder !! Nick, saoul, se contenta d’ignorer les coups de fils de Sara en buvant des bouteilles de bière et en cherchant la bagarre après sa démission. Brass, quant à lui, faillit étrangler Mc Keen. Encore plus, Morgan embrassa soudainement Hodges, ceci est le premier arc crée dans la série.

Nick descend un suspect, ça m’a rappelé Pulp Fiction. Russell retrouva sa nièce, mais il fut durement touché et les conséquences seront plus nettes sur sa famille. Un épisode extra vraiment, Mc Keen était un salopard de première…Bref tout le monde a eu son compte dans cet épisode. Très belle prestation de tous les acteurs en particulier Ted Danson et du guest Connor O’Farrell.

– 13×02 : Cet épisode comporte les conséquences du 13×01 sur Russell d’abord, dont la famille secouée préféra rentrer à Seattle. Ecklie se remet déjà de ses blessures, quant à Hodges il était très embarrassé et bafouait devant Morgan en parlant d’Ecklie, or on sait bien qu’il n’était pas impassible devant le baiser de Morgan dans le 13×01. La situation était devenue comique devant un Greg ne comprenant pas ce qui arrivait à Hodges. Enquête : meurtres dans un restaurant où les policiers avaient l’habitude de s’y rendre. Bizarrement, au lieu de suspecter le propriétaire qui était le seul survivant caché dans son frigo ; on s’est acharné sur cette pourriture de Basderic, Sara la première. L’épisode est superbe en général, mais moins bon que le 13×01 où il y’avait tellement d’intensité !

– 13×03 : J’adore cet épisode si bouleversant. Centré sur la victime muette vivante, cet épisode mis en avant Morgan qui s’est vite attachée à elle. En fait, je dirais plus un cas miroir : Morgan s’est vue dans l’image de cette jeune fille abandonnée, réduite au silence. Morgan ira jusqu’à parler d’elle-même et de ce qu’elle pensait de Hodges. Facile de parler avec des inconnus tant qu’ils sont muets ! La quête du père les liait, mais ce fut un choc pour Morgan de découvrir que le père de la victime était son propre tortionnaire. On parle de prison, d’esclavage sexuel…Un clin d’œil au final de la saison 13 peut-être et au début de la saison 14 ? Episode intéressant et émouvant, il faut vraiment le regarder.

– 13×05 : Ce qui m’a intéressé c’était le duo Morgan-Hodges et non Nick et le chien. Ne supportant plus la gêne qui subsiste entre lui et Morgan, Hodges voulut parler du baiser du 13×01, mais Morgan refusa. Finn observa l’embarras entre les deux et eut un sourire coquin. Elle alla droit au but en interrogeant Morgan si cette dernière couchait avec Hodges…LOL Finn !! Elle sera la seule à qui Morgan se confiera concernant ce qui s’est passé entre elle et Hodges. J’aime beaucoup la manière dont cette relation bizarre a été traitée par les scénaristes. J’aime aussi Finn, depuis sa première apparition dans l’équipe en 2012. C’est un personnage plutôt cool.

 13×06 : Un épisode centré sur le fils de Russell et par conséquent, Russell qui avait suspecté son fils. L’enquête était intéressante, le coup du vieux ballon du basket je ne m’y attendais pas ! Un très bon épisode où vie professionnelle se mélange malgré tout avec la vie personnelle de D.B Russell.

– 13×07 : On a le passé qui revient en force : un cadavre d’un révérend retrouvé sur la tombe de Warrick Brown. Tina, l’ex-femme de Warrick, claqua sa porte au nez de Nick qui venait de revoir le fils de Warrick, Elie. Sara et Nick furent les plus mis en avant, ce qui est tout à fait normal quand on sait qu’ils ont côtoyé énormément Warrick. L’histoire de la famille de Warrick Brown permit à tous les nouveaux de le connaître mieux, mais elle permit le rapprochement entre Tina, Elie, Nick et Sara. Cela a permis aussi au téléspectateur de voir Elie plus grand. Ce fut un superbe clin d’œil au passé (Warrick) et à l’avenir qu’Elie représente. J’ai trouvé cet épisode tout simplement génial.

– 13×12 : Le tennis, ça fait mal ! L’enquête était passionnante, avec le passé qui jaillit, et une joueuse de tennis qui finit par tuer son adversaire et surtout sa rivale par un coup de raquette.  C’est fou ce que cette enquête reflète le triangle amoureux Hodges-Morgan-Elisabetta. Cette dernière fit sa première entrée fracassante avec une scène de ménage avec Hodges en différentes langues ! La situation était vraiment comique. La robe moulante rouge et sexy d’Elisabetta pouvait être le symbole de plusieurs choses, au départ j’ai pensé au duel amour/mort car le rouge pouvait les symboliser, mais par la suite j’ai pensé à l’échec. L’échec n’a aucune couleur, peut-être que la couleur de la robe d’Elisabetta était prémonitoire. J’ai beaucoup adoré cet épisode que je classe sur le podium de mes épisodes préférés de cette saison 13. Chapeau à Catrinel, chapeau aux scénaristes !

Morgan ne put cacher sa jalousie vis-à-vis d’Elisabetta, la bombe atomique italienne qui avait tout pour plaire. Morgan tenta de dissuader Hodges, mais il le prit très mal et parut extrêmement sérieux pour un futur projet de mariage. On a l’impression que Hodges essaye de se convaincre lui-même avant de convaincre autrui. Vers la fin de l’épisode, Morgan se déclara forfait en tentant de se convaincre que Hodges était son ami. Elle l’aida avec le service d’immigration, chose qui avait touché Hodges et remercie Morgan avec une grande étreinte. Deux arcs sont nés : le premier était lors du 13×01 et qui dure toujours Hodges-Morgan ou Horgan si vous le shippez ! le deuxième est le triangle amoureux Hodges-Morgan-Elisabetta qui parut dans ce 13×12. Hodges se retrouva dans une situation pareille que celle d’une balle de tennis, qui aura Hodges en fin de compte ? Ou bien laquelle de ces deux belles femmes lui plait plus que l’autre ? Episode admirable pour les fans  et les non-fans !

– 13×13 : Après le bisou d’Elisabetta à couper le souffle dans le 13×12, c’est parti pour une nouvelle histoire avec le vin et l’arrivée soudaine de Mac Taylor, froidement accueilli par Hodges mdr. Et comme je m’en foutais complètement de Taylor et de ses problèmes, je me suis concentré sur l’enquête du Château Rattel, une enquête qui nous montre le véritable assassin dès le début, hésitant. Mais avant d’arriver au véritable meurtrier, on soupçonna un français à qui la marque du vin français appartenait. Le dialogue entre lui et Brass était marrant à propos de l’honneur. C’était agréable de voir Hodges et Morgan en plein pique-nique complètement détendus. Un pique-nique avec un Château Rattel au menu, ce n’est pas n’importe quel pique-nique ! On croyait voir deux amoureux en plein travail coupés du monde extérieur. Episode sympa mais je n’ai pas aimé le côté cross-over avec CSI :Manhattan. La suite de l’épisode se trouve dans une série que je déteste.

– 13×14 : Je me concentre sur la relation Hodges-Morgan toujours superbement traitée. Ainsi, on assiste à l’apparition d’Ecklie qui était furax après Hodges. Ecklie attendait Hodges dans son lieu de travail, et tenta de faire comprendre à Hodges que tout était sérieux et qu’il fallait prendre conscience de ses actes (l’engagement précipité, la barrière de la langue…). Ecklie essaie de protéger sa fille et le fit entendre pour qu’il prenne conscience de la responsabilité qu’il avait concernant Morgan qui ne refusera rien au monde pour Hodges. On a eu une scène avec le duo Hodges-Morgan en pleine alchimie. Par rapport au 13×01, leurs rapports étaient devenus plus profonds, plus alchimiques. Hodges fut extrêmement tendre et gentil avec Morgan souriante, mais le sourire de Hodges était faux puisqu’il se dissipa dès que Morgan quitta la pièce, comme s’il s’en voulait.

– 13×16 : Episode insolite ; arme de crime insolite et l’univers est magie et poker ! L’enquête était très intéressante. Ecklie devint sheriff, Morgan abat pour la première fois quelqu’un : la meurtrière !

 13×17 : épisode centré sur l’assistant du Doc, David Philips. J’ai beaucoup adoré la morte qui parle à David, un véritable dialogue hilarant entre lui et son subconscient. Retour dans le passé 15 ans en arrière…Une vieille bombe, un cadavre qui parle, des bulles ensanglantées, le lycée cauchemardesque et la naissance du petit Joshua Philips. C’est David qui trouvera la solution grâce aux remarques pertinentes de Hodges et du Doc. L’exclamation de Hodges à l’hôpital concernant la chance est à analyser. C’était super chou de voir le Doc portant Joshua. Cet épisode n’était pas mal de tout, on apprend un peu sur David. J’ai aimé la relation de David avec Hodges et le Doc.

– 13×19 : Très bel épisode. La grand-mère meurtrière, résultat : une fillette orpheline. Dans cette tragédie, D.B Russell s’est impliqué personnellement sans doute parce que la fillette lui rappelait sa nièce. J’ai adoré comment les scénaristes ont traité la relation entre Russell et la fillette, c’est vraiment super. En parallèle avec cette enquête, Morgan retrouva le badge d’une femme que Hodges reconnut aussitôt, dans une voiture brûlée renfermant un cadavre calciné. On assiste à deux enquêtes différentes dont l’une était hilarante. J’ai aimé le fait que la femme décrit sa relation avec l’homme brûlé comme la relation Hodges-Morgan. C’était hilarant de comparer le chien à Ecklie lol.

– 13×20 : Elisabetta de retour ! elle s’est amélioré en langue, et reproche à Hodges d’être distant. J’ai bien aimé le fait qu’on apprend plus sur Elisabetta, et qu’on apprend plus sur Hodges qui finit par avouer sa peur. Quand on avoue nos faiblesses, on appelle ça du courage. J’ai beaucoup apprécié Morgan dans le rôle du conseiller conjugal, lol. L’enquête était très touchante, une femme malade seule face à la mort et qui avait tout perdu..Mais dont le courage se lisait dans ses yeux, respect ! Sara se voyait dans cette femme, côté solitude. Je crois que la malade lui avait apporté un peu du courage. J’aime beaucoup cet épisode, Elisabetta est une chic fille. Le cas est de tonnerre !

– 13×21 : les fantômes du passé…Un épisode très noir et chargé en meurtres, centré sur Greg. Le médaillon était une idée géniale ! J’ai été mort de rire devant les scènes Hodges-Henry en plein noir, un tandem de choc ! Cet épisode était prémonitoire et symbolique.

– 13×22 : ah ah, le final ! nous voilà enfin arrivés au dernier épisode qui n’est que la première partie d’un double épisode très intéressant. Il y’a des meurtres touchant des prostituées, et c’est en tombant sur une liste du tueur que la police se rend compte qu’Ellie Brass faisait partie de la liste. Brass passa le reste de l’épisode à se mortifier avec son ex-femme. Le tueur laissait des signatures multiples et bizarres derrière lui, incluant des cercles. D.B Russell était le premier à se rendre compte de l’omniprésence des cercles après une remarque pertinente de la part d’un journaliste. Une clef USB arrive à Brass et c’est D.B qui regarda son contenu avec les parents  d’Ellie, horrifiés devant leur fille criant ses péchés et on entend des gifles. Cet épisode est très symbolique et dans lequel l’équipe n’arrive à aucune issue. Morgan « se sacrifie » (mais pourquoi ?) en se passant pour une prostituée, mais elle disparut. L’épisode est très bon pour un season finale, laissant tout le monde inquiet quant au sort de Morgan et d’Ellie, kidnappées toutes les deux. Chapeau aux acteurs et aux scénaristes ! Je n’ai pas pu patienter et je suis passé directement à la saison 14 pour regarder la deuxième partie.

En somme, c’est une superbe saison 13, à voir et à revoir !

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Mon bilan général de House MD

Page blanche, 9 Juin 2012. Depuis quelques semaines, ce fut la diffusion de la fin de House MD, après 8 saisons de folie, de rebondissement et de fascination pour les fans qui ont suivi House jusqu’au bout, le regardant s’éloigner avec Wilson, comme un grand au revoir qui leur était adressé.

Alors, comment décrire tout ce dont on a vu, interprété et ressenti devant une fiction pareille ? Comment pouvoir résumer tant de sensations, de suspense, tant d’évènements qui se sont déroulé dans cette série médicale ? Très difficile pour moi, je ne sais même pas par où commencer.

Peut-être commencerai-je par ma propre addiction à cette série et mon côté obsessionnel pour les interprétations, les symboles et les énigmes. A vrai dire, lorsque j’avais découvert par accident House MD dans ses débuts, j’ai éprouvé de la fascination et de la peur en même temps. D’abord, le personnage de House était intéressant, et peut-être qu’il m’a intrigué plus que les cas qu’il essayait de résoudre, ça c’était la fascination. Mais j’avais aussi peur car c’était une série médicale, et je redoutais de la voir finir comme Urgences, un soap exécrable long et fade (je suis un fan d’Urgences pour information et je l’ai regardé jusqu’au bout !).

Passons, il m’a fallu du temps pour me convaincre de regarder House MD car je ne connaissais pas la série, et là, pouf ! Je n’arrêtais pas de regarder la série. J’adore « Tear drop » de Massive Attack, le générique officiel de House.

Maintenant, c’est parti. Je regarde la série d’un certain côté, elle est en deux partiesLa première partie s’affiche dans les 4 premières saisons, pour la deuxième partie il s’agit bien évidemment des 4 dernières saisons.

La première partie prône le délire de House, son indifférence, sa dépendance de la Vicodin et d’autres substances. L’humour noir est marquant, autodestruction, la solitude est là et la tristesse est là. Dans les études de la psychanalyse, on révèle que les personnes qui rient et sourient souvent sont des personnes extrêmement tristes. Les regards de House reflètent pourtant une grande tristesse après une blague foireuse ou la résolution d’une énigme. Beaucoup s’intéressent à cette première partie de la série et il y’a malheureusement plusieurs qui se sont borné à ces 4 saisons, pour une histoire ridicule de ship (pardon les shippeurs, je donne un avis mais je ne juge personne), ou pour que le House rigole toujours derrière un voile de mélancolie, ou parce qu’on s’en fout de l’histoire de House et que les cas sont les plus intéressants. Je trouve que c’est dommage de limiter l’histoire d’un personnage à seulement 4 saisons. Dommage pour ceux qui n’ont pas voulu connaître House davantage…

Bref, je n’aime pas dire dans mon bilan que j’ai aimé telle ou telle saison, ou détesté une autre. De toutes les façons, un fan aime sa série même s’il déteste certaines saisons ou épisodes. Une série a toujours des hauts et des bas, et je pense que c’est quand même bien de voir des avis différents, ce qui montre que chaque fan s’attache à House MD à sa propre manière.

Retour à la première partie, remplie de sens, de cohérence, de messages dissimulés, des patients racontant à chacun leur histoire, leur peine, leur joie. House n’est pas aussi insensible qu’on le croit : il est extrêmement sensible et ne veut pas que les patients le rendent partial, car il met la raison au-dessus de tout. Attachant, sensible, pensif, rêveur et intelligent, il a ses fantasmes, ses ambitions et ses démons comme chaque être humain. Un être asocial comme lui qui adore le contact humain, être entouré, avoir le besoin d’un ami auquel il lui confesse ses craintes et tout ce qu’il ressentait ou pensait. Un seul ami était depuis toujours au service de House, et à vrai dire, être ami avec quelqu’un comme House relève de l’exploit, au début cette relation m’intéressait en même temps qu’elle se joint à la détresse de House, et au fil du temps il m’était impossible d’imaginer l’un sans l’autre.

Depuis le début, nous avons un fil conducteur : l’amitié entre House et Wilson, chose sur laquelle je me suis toujours focalisé avec le Halone et les énigmes. La série était une énigme, tout était une énigme, ce qui m’a facilité plus le fait d’interpréter toujours les signes. Dans mon bilan, je vais me concentrer sur le fameux fil conducteur alias « Hilson » sans oublier le Halone.

Durant les 4 premières saisons, l’amitié entre House et Wilson n’a cessé de grandir. En fait, plus il y’avait des obstacles, plus leur amitié se renforçait. Fiasco total avec les femmes du côté de Wilson, il était à plusieurs reprises chez House, tout comme House qui venait chez lui. Ils se partagent presque tout, chacun connaît l’autre ainsi que ses défauts et pourtant ils s’apprécient, se respectent profondément. L’alchimie entre ces deux-là est flagrante, si flagrante qu’un simple échange de regards suffit comme un dialogue silencieux.

Wilson était dès le départ l’amila cannela consciencele conseillerle protecteurl’acolytela victime, mais en même temps le grand amour réel dans la vie de House. Ce dernier ne pouvait jamais se passer de Wilson, et Wilson avait également besoin de House et de son aide. Les fans ne pouvaient pas imaginer ce duo séparé, ce sera une cassure dans chacune de leur vie, à moins que ce soit pire !

Pourquoi je ne parle que du Hilson dans le bilan ? Bah c’est mon bilan xD, sérieux si j’ai toujours un bilan à faire je mets directement le Hilson. C’est un couple très intéressant…Et la plupart des grands évènements qui se sont passé dans la série les concernent, comment se ficher de ça ?

Nous avons vu dans la première saison, la première épreuve pour l’amitié House-Wilson, il s’agit de Vogler, hostile aux méthodes peu orthodoxes de House, a décidé de renvoyer ce dernier. Wilson s’y opposa et mit sa carrière en jeu pour House (Cuddy a mit fin à tout cela).

Avec Tritter, c’était bien pire dans la 3ème saison. Il harcelait tout l’entourage de House, le guidant vers un procès à cause de son addiction à la Vicodin, en essayant de le sauver et de le protéger, on l’a mit dans la désintoxication pour gagner le procès, l’amitié House-Wilson était soumise à des rudes épreuves comme l’état du manque de House qui l’a laissé se défouler comme jamais sur son ami, mais il s’excusa plus tard auprès de lui. L’amitié compte pour House quand il a regardé Wilson sérieusement avant de dire : « je ne m’en fiche pas ».

Dans le 3×10, à la fin, House a eu une overdose de médoc bien qu’il ait promis à Wilson qu’il allait rentrer sagement, ce fut une trahison qui a changé le cours des choses.

Dans la 4ème saison, là on peut dire que ce fut le bouquet pour un obstacle de taille devant leur amitié qui fut soumise à une très rude épreuve : la mort d’Amber. La fin de la saison 4 est, pour moi, la fissure entre les deux parties de la série, la mort change tout, et cette fin si affreuse a complètement changé le cours des choses, a complètement remis en question l’amitié entre House et Wilson, cette fin avait des conséquences terribles sur tous les protagonistes, elle a fait éloigner surtout Wilson de House et elle a rapproché évidement, d’autres personnages.

Dans la saison 4, on a assisté à un vent du changement, une nouvelle équipe sélectionnée selon des étapes et des manières peu orthodoxes. Ce fut la saison la plus courte de House MD et surtout celle qui comporte le plus d’évènements possibles, ceci n’est qu’un constat.

Fin de la première partie : les 4 premières saisons et début de la deuxième partie : les 4 dernières saisons.

Combien de spéculations on a eu avant de passer à la 5ème saison ! Les scénarios les plus improbables, les fanfic à flot, des fans en état d’effervescence et d’impatience. L’ambiance était moins calme que maintenant, les fans déchaînés étaient hystériques (surtout les Huddy). Les ships toujours en guerre, les lecteurs lisent des pages et des pages de folie. On a tous été fou à force d’attendre, de spéculer et de spoiler !

Poursuivons notre fil conducteur. La saison 5 commença par évoquer la mort, la détresse et la fin d’une amitié d’une longue durée. En gros, ça a commencé par le Halone, tristesse, mélancolie noire, et un enterrement d’une amitié. Ce fut la première conséquence dure depuis la mort d’Amber, on apprend par la suite que Wilson voulait se détacher de House et s’éloigner de lui pour « faire attention à lui-même ». Une décision déclenchée par la mort d’Amber, mais certainement refoulée depuis longtemps avant de sortir le jour J. House resta seul, sans aucun ami, laissant Wilson s’éloigner avec son carton…

STOOOOP ! Je fais un zoom sur ces deux-là lorsque Wilson annonça qu’il s’éloignera. Si vous avez l’épisode 5×01, regardez bien leurs échanges de regards. Ils se regardent plus qu’autre chose, le dialogue n’a aucun rapport avec ce qu’ils pensaient. Foreman a essayé de s’éloigner de House mais a découvert que c’était trop tard. Que dire de Wilson ? Il s’est trop attaché à House plus que n’importe qui, alors s’éloigner, je savais déjà dès le début que Watson et Holmes resteront toujours ensemble.

D’ailleurs, regardez aussi le 5×02, House se rendait chez Wilson sous le prétexte d’un cas, mais ça se voyait qu’il avait besoin de lui, et non d’un « ami » de substitution aussi fade que Lucas. Encore, ils s’échangent les regards et même le masque du dialogue finit par tomber quand House demanda à Wilson comment il allait.

L’épisode 5×04 était un épisode centré sur leur amitié plus que la mort du père de House. C’était surtout l’épisode où ce duo raconte leur histoire, c’était l’épisode de la réconciliation. (À la manière de Wilson) xD très touchant épisode !

Et bien, vu qu’on parle de l’amitié, parlons aussi du baiser qui a fait des Huddy des shippeurs complètement fous ! Qui ne se rappelle pas le kiss Huddy du 5×06 ? lol. Non-shippeur, mais j’ai trouvé cela fantastique. Je suis pour l’évolution du personnage, mais j’ai aussi posé une limite.

Et c’est parti, on tourne autour du pot toute une saison jusqu’à la folie, tout en passant par la tragique mort de Kutner. (J’ai adoré Holmes et Watson sur les lieux du crime !) House, toujours affecté par la mort de son père, fut pire avec celle de Kutner, et finit avec des belles hallucinations d’Amber et de Kutner qui l’ont guidé vers l’option de l’hôpital psychiatrique. Cuddy assiste avec la fille adoptive au mariage de Cameron et de Chase, et ce fut le véritable et seul ami (Wilson) qui s’occupa de House en pleine détresse.

La saison 5 était la saison la plus noire de toutes les saisons, perte des êtres chers, hallucinations, perdre la tête, perdre une amitié mais la reconquérir. Cette amitié sera plus renforcée encore dans la saison 6 où House et Wilson vivent pratiquement comme un vieux couple sous le même toit. Dans l’amitié sincère il y’a de l’amour, alors on voit dans la saison 6 par exemple les deux amis très complices, chacun prend soin de l’autre à sa manière.

Dans le 6×10 intitulé « Wilson » House refusa la proposition de Wilson d’assister à l’opération car il avait peur de le perdre et de se retrouver seul. Le reste du dialogue ce sont les regards qui s’en sont chargé !! Pour la suite, c’était touchant de la part de House d’avoir assisté, le regard de Wilson en dit long.

Même si j’ai beaucoup critiqué les dernières saisons, mais j’avoue aussi qu’elles m’ont intéressé car je voulais voir House sous un nouveau jour, je redis qu’une série a toujours des hauts et des bas. Résultat ? C’était plus intense, plus fort et plus net. A chaque fois je voulais savoir s’il y’avait du neuf, du surprenant. Mon domaine est plus dans l’interprétation, donc je préfère décortiquer « les symboles à 2 sous » puisque j’adore les scénarios merdiques, tient.

La saison 6 finit sur une note extrêmement intense, où le Halone, le sombre se mélange avec le Huddy qui a surgit juste à la fin. En fait, je m’en foutais de qui House allait embrasser. L’important était la structure de l’épisode, le scénariocouleurs dominantes, les symboles, la patiente, la jambe, la mort et les conséquences qui auraient pu entraîner House à un acte plus grave si Cuddy n’était pas intervenue. Une fin touchante pour un épisode intense, admirablement filmé de l’intérieur avec Hannah. Une fin qui met aussi fin au jeu du chat et de la sourie, qui ont tourné autour du pot durant 2 saisons (super le gâchis de la pellicule !).

La saison 7 commence logiquement par le Huddy, le 7×01 n’était pas si mal que ça puisqu’il annonçait déjà la fin de ce ship. Et comme toujours, le Hilson était là même avec Cuddy XD. J’ai adoré l’intrusion ratée de Wilson dans l’appart de House, car il se souciait de son pote.

Fin du Huddy par Cuddy qui laisse un House abattu comme chien blessé, purée en tant que Halone j’étais content de la fin de cette relation à scénarios pourris qui a alourdit une saison déjà pauvre côté scénario, j’étais aussi tristounet pour ce que le personnage de House endurait. Comme je l’ai déjà dit, bon débarras de Cuddy MD ! Surtout avec le joli 7×23 qui a tout balayé sur son passage, et de Wilson qui se souciait de son ami seul, blessé et humilié ! (j’ai adoré la fin du Huddy sur une comédie musicale originale, chapeau aux acteurs, le design était intéressant !=7×15)

Cette partie (les 4 dernières saisons) se concentre sur les relations entre les personnages, contrairement à la première qui se concentrait sur les cas. Néanmoins la deuxième partie que je suis entrain de décrire est assez intéressante, franchement rester sans changement ça aurait été la routine à mort. Il fallait que House évolue car c’est une série à propos de lui, de sa vie, et le masque de l’ironie et de l’humour qu’il utilisait comme carapace finissait bien par tomber.

Pour notre fil conducteur Hilson dans la saison 7, on a vu Wilson rejeté par son ex-femme Samantha, mais il ne fut pas rejeté par House. En fait, l’amitié House-Wilson fut mise encore à l’épreuve lors de la fin de la saison 7 où House, en détruisant la baraque de Cuddy, finit par blesser son ami au bras.

Dans la huitième et dernière saison, bien que marié avec Dominikale véritable couple de la saison 8 fut le Hilson. J’ai adoré le début, la réconciliation avec Wilson, House qui met fin à son mariage, et l’amitié House-Wilson s’est consolidé davantage dans cette ultime saison. A chaque épisode, c’était de plus en plus intense entre eux. En s’approchant de la fin de la série et de la 8ème saison, on apprend que Wilson a un grave cancer. Cette épreuve, quoi que très dure, les a rapproché plus que jamais. Leur complicité était forte et cela se voit dans le 8×19 « The C Word » ou leur sensibilité et leurs émotions qui se reflètent dans les 4 derniers épisodes, en particulier le 8×21 « Holding On » où la peur de la mort a été explicitée et le besoin de l’autre aussi. L’arc dramatique Hilson se croise avec un autre arc dramatique qui est le Halone où House s’est vraiment remis en question.

Le fil conducteur nous mène vers la fin où on continue de saluer deux motards qui s’éloignent au coucher du soleil, on continue d’écrire des lignes car on est des fans, on continue de créer car on ne peut pas se détacher les yeux d’une série culte qu’on a eu la chance de suivre de très près, car ce sont les fans qui feront survivre House, et qui continueront de guetter une route vers l’optimisme, vers l’amitiél’amour, la remise en question de soi-même, la franchise et surtout, une route vers la vérité qu’on ne trouvera que dans nous-mêmes.

Ce fut mon bilan de la série House MD, j’aurais pu l’écrire différemment mais quoi qu’on fasse, il est impossible de résumer 8 ans dans une page. Et quoi qu’on fasse pour chercher une autre série, on redemande encore et toujours House. Je ne sais pas combien de lignes j’ai écrit là mais je suis mort ! Merci à vous d’avoir eu le courage de tout lire ! Bravo aux acteurs et merci à tous de nous avoir diverti avec cette série hors-pair. J’ai adoré la version moderne de Sherlock Holmes dans la peau d’un docteur, et c’est toujours bon de créer du neuf avec de l’ancien, afin que ça donne un goût spécial. Chapeau à toute l’équipe de la série, acteurs, producteurs & créateur!

soleil444

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,