RSS

Archives de Catégorie: Séries religieuses

Le Prophète Mohammad- le film tant attendu!

 

Tout d’abord je tiens à parler de ce film historico-religieux, non seulement car je suis musulman, mais c’est vraiment, un vrai art iranien du haut niveau! Que ce soit niveau musique, chansons, paysages (le film a été tourné dans 2 pays), décors superbes sans parler des effets spéciaux. Moi j’ai la chair de poule et la larme à l’œil alors que je regarde juste des promos. Je ne sais pas quelle serait ma réaction devant le film entier!

D’abord, certains musulmans devraient cesser de dire que c’est un péché car on ne voit l’acteur que de dos avec des plans sur les mains. Tant qu’on ne voit pas le visage je ne vois pas en quoi c’est un tabou!

J’espère qu’un jour je pourrai voir ce film…Car il y a beaucoup de musulmans très curieux de le découvrir et surtout impatients! Bref, MERCI Iran! un magnifique film qui a eu un énorme budget et merci à Majid Majidi. Hâte de le voir, ce film!!

Je vous présente la fiche de ce film:

Trailer: 

Titre: Mohammad rasoul Allah محمد رسول‌الله (Mohammad: le Messager de Dieu/Muhammad: The Messenger of God)

Créateur et directeur: Majid Majidi.

Ecrit par: Majid Majidi et Kambuzia Partovi.

Pays: République Islamique d’Iran.

Type du film: un film religieux.

Langue: le farsi avec des sous-titres selon les pays où le film est diffusé.

Effets spéciaux par: Vittorio Storaro

Durée de la création du film: 7 ans.

Durée tournage: 3 ans.

Lieux du tournage: en 2 pays: l’Afrique du Sud et l’Iran.

Lieux de diffusion: Iran, Irak, Canada, Pologne, Russie, Turquie et la liste est longue.

Lieu du tournage iranien: c’est dans une ville cinématographique près de la ville de Qom où se sont passés la plupart des événements. On a même bâti des répliques exactes de la Mecque et de la Médine de l’époque.

Synopsis: Ce film se concentre sur l’enfance d’un garçon nommé Mohammad, dès sa naissance jusqu’à l’âge de 12 ans. Tout se passe au 6e siècle après J-C.

Sources: le Coran et tous les témoignages de ceux qui ont pu côtoyer le Messager à l’époque.

Acteurs: la liste est longue mais je vais citer quelques-uns: Ali Reza Shoja-NuriMahdi PakdelSareh Bayat

Sortie: 2014.

Diffusion: à partir de 2015.

Photos et vidéos sur instagram: https://www.instagram.com/muhammadmovie/

Musique du film: Ya Mohammad par A.R. Rahman.

Toutes les musiques du fond (en jaune) :

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Arrêt sur image

ScreenShot2737

Hier, furent les funérailles du défunt producteur et créateur iranien Farajullah Salahshoor qui a succombé à 64 ans à un cancer des poumons l’après-midi du Vendredi 26/2/2016. Le défunt a crée plusieurs séries dont « Youssef Esseddik » (Le prophète Joseph ou Joseph le véridique), une série qui marqua l’apogée de sa carrière avec sa diffusion en 2008.

Rappelons qu’à ce propos, c’est deux voix qu’on entend dans le générique de Youssef Esseddik après d’autres voix qui avaient récité quelques versets: la première c’est celle du défunt Salahshoor en train de lire quelques versets de la sourate de Youssef, la seconde voix est celle de Karim Mansouri en train de lire la même sourate. Il suffit d’écouter cet extrait du générique dès la 26ème seconde:

Ses amis, sa famille, ceux qui l’ont connu, techniciens, acteurs, producteurs, fans ou pas, furent présents lors des funérailles. Des hommages lui ont été rendus, et seront rendus sur internet, en Iran et aux médias.

Paix à son âme. Chapeau, l’artiste!

 
 

Étiquettes : , , , , , , ,

Regard sur la série du prophète Youssef

Voulant changer du mode désespérément ennuyeux des séries américaines (vu que ce blog est surtout réservé aux séries de tout type) qui tournent autour du FBI (les supermans modernes lol) et des hôpitaux (ou plutôt médecins & infirmières), j’ai évité une saturation en prenant un chemin autre que je prenais pour regarder les séries « habituelles ». Laissant de côté ces types de séries, je me suis donc orienté vers un autre type de séries très délaissé, celui des séries religieuses.

Pour regarder une série religieuse, il faut déjà être convaincu de vouloir le faire, car les séries qui rencontrent le plus d’échec sont les séries religieuses, à cause des scénarios peu convaincants (ou pourris), à cause du décor minimaliste ou quasi-inexistant ou surchargé, à cause du choix des acteurs ou de leur jeu ou d’un regard scénaristique hautain et indifférent sur les religions. Le sujet est très sensible voire tabou, qu’il faut traiter patiemment, respectueusement et à la loupe. Généralement, ce n’est ni la tasse de thé d’Hollywood ni la tasse de thé de l’Occident. Des séries comme ça, il faut avoir beaucoup de temps pour les traiter, ce qui peut s’étendre sur des années. Le tournage de la série du prophète Youssef dura 3 ans et demi! Or, la machine hollywoodienne d’une série comme CSI qui pond 3 épisodes par semaine par exemple, n’accepte pas ce type de séries lentes, longues à analyser et à produire (le temps c’est de l’argent).

Il y a des jours, je suis tombé sur une série iranienne en version arabe et produite en 2008, une série d’un succès mondial (plus de 100 pays l’avaient commandée), une série que j’ai déjà regardée à 3 reprises auparavant et à chaque fois, malgré moi, les larmes me trahissaient.

J’ai attendu la fin des 45 épisodes pour que je me décide, enfin, à écrire quelque chose à propos de la série Youssef Esseddik (Joseph le véridique). Magnifique perle à propos du prophète Youssef. Une série hypnotique, car si on la commence, on ne peut plus en détacher les yeux jusqu’à la fin !

Cette série est inspirée du Coran à 90%, mais également de la Torah et bien d’autres sources historiques. J’ai même relu le Coran – Sourate Youssef – et le respect de la série envers les versets est tout simplement étonnant. J’avoue qu’en lisant le Coran en ancien arabe, ce n’est pas facile et il m’a fallu sortir les yeux de leurs orbites avec toutes ces calligraphies.

Autre chose qui a fait le succès de la série du prophète Youssef : les acteurs ont été finement sélectionnés et leur jeu était extraordinaire. Les scénarios bien ficelés, les détails, la vie dans Canaan et dans l’Egypte ancienne, le décor incroyablement détaillé du mode de vie à l’époque, des pyramides, de l’accoutrement, des hiéroglyphes, les effets spéciaux très peu utilisés et leur beauté artistique…

L’un des Oulémas était passionné par l’histoire de Youssef et mit la première pierre de l’édifice en y ajoutant ses études. Ce qui a fait le succès de la série du prophète Youssef fut la passion des détails, de l’histoire, mais également celle des acteurs iraniens qui ont interprété habilement leurs rôles et les voix de la version arabe furent incroyables. Les acteurs sont la plupart de nouveaux acteurs qui n’ont jamais joué au cinéma, autre point positif pour le succès de la série.

J’irais jusqu’à dire que cette série est la première sur le podium. Loin derrière elle, se classent les autres séries. On n’est jamais las quand on la regarde, en plus bien que chaque épisode soit très long, (durée entre 45 et 51 minutes) on ne sent pas le temps passer, contrairement à d’autres séries.

Acteurs ayant interprété le rôle du prophète Youssef:

-Mostafa Zamani (Youssef adulte)

-Hussein Jaafari (Youssef enfant)

Réalisateur et créateur:

-Farajullah Salahshour

L’histoire en elle-même était touchante en la lisant dans le Coran, alors que dire  si on la regarde au petit écran ? la mort de Rachel m’a ému aux larmes, je me suis retenu difficilement lorsque j’ai revu les retrouvailles de Youssef avec Ben Yamin (Benjamin) son petit frère après environ 40 ans de séparation. Mais la scène qui m’a le plus touché fut celle du dernier épisode, quand Youssef retrouva enfin son père Yaacoub (Jacob). Un moment de joie, de tendresse, de douceur, d’amour paternel, de passion, un moment dans lequel fut l’explosion de toutes les émotions, un moment indescriptible et qui ne me laissa pas indifférent. Près de moi, grand-mère pleurait, ma sœur ne retenait plus ses larmes alors que le reste de la famille avait les yeux humides et le souffle coupé. On a eu l’impression de vraiment vivre la scène incroyablement jouée par les deux acteurs. Impossible de regarder une pareille série sans s’émouvoir ou sans kleenex !

La musique de fond est à tomber, dans chaque épisode c’est du grand art, du grand respect pour un grand prophète tellement humain et débordant d’amour.

Bravo aussi pour les génériques choisis, en particulier pour celui du début qui commence par un verset de Sourate Youssef, avec la magnifique voix off du récitateur (moqret) iranien Karim Mansouri qui lit le verset coranique au début du générique. Aucune série religieuse n’a eu autant d’originalité tout en respectant les livres saints. La série iranienne Sainte Marie (Mariem al-moqaddasa) eut également un très gros potentiel mais fut détrônée par la série du prophète Youssef (Youssef Esseddik). J’attends avec impatience un certain film religieux dont je connais déjà le synopsis et le nouveau prophète choisi, après le succès du prophète Youssef !

Entre autre, et parmi plusieurs choses à retenir, je vais en citer deux très marquantes et qui sont répétées à plusieurs reprises dans la série Youssef Esseddik :

-Le rappel du sacrifice d’Ismaël par son père Abraham, cette notion du sacrifice revient très souvent dans la série pour lier Youssef à Ben Yamin.

-Le rappel des prophètes Yaacoub et Youssef que le dernier prophète aura comme nom Ahmed (le deuxième prénom de Mohammed, le prophète des musulmans).

J’aimerais ajouter une remarque, c’est ce qu’a dit le prophète Youssef à Dieu à la fin de la série, très beau ce qu’il a dit. Même sentiment en relisant la Sourate…

Les séries et les films qui ont de magnifiques qualités scénaristiques, j’adore !

La morale de cette histoire vraie est que Dieu tout-puissant, le miséricordieux, est bel et bien le seul Dieu à vénérer. La Beauté, la Tendresse, la Tolérance, l’Unique, la Vérité et la Miséricorde c’est lui.

Voici donc en bas quelques 78 captures de la série, toutes en vrac, beaucoup de moments intenses décrits avec soin, chapeau bas aux réalisateurs et à toute l’équipe technique ainsi qu’aux acteurs aussi principaux que secondaires. Très belle série !

Note perso : merci à la chaîne Al-kawthar et à toute chaîne qui a diffusé cette série attachante.

Note perso 2 : ma chaa’Allah…je ne peux qu’admirer, pour une fois je n’ai rien à dire. J’espère vraiment que cette série a une version française (ou des sous-titres en français) car je vous conseille vivement de la découvrir et de la regarder. C’est plutôt plus en tant que critique de séries que croyant, que je vous le conseille ! Magnifique œuvre d’art.

Edit: La série existe sur Youtube en VASTFR, voir ce lien.

Les 3 premières photos du prophète Youssef dans différents âges (5, 11 et environ 47 ans).

Y1

Y2

Y3

La mort de Rachel et la tristesse de son fils Youssef et du prophète Yaacoub, son mari.

Y4

Y5

Achtar…Achtar…Achtar !

Y6

Au milieu, en blanc, le prophète Youssef avec son frère Ben Yamin, à sa droite.

Y7

De dos, Ben Yamin face à son père Yaacoub, avant le grand départ.

Y8

Vendu comme esclave à Potiphar, le petit Youssef découvre le palais de ce dernier.

Y9

Y10

Se rendant compte de son erreur, le marchand Malek voulut récupérer Youssef. Ce dernier lui avoua qu’il était prophète et les deux découvrirent qu’ils étaient cousins de branches. L’un était lié à celle d’Isaac, l’autre à celle d’Ismaël, fils d’Abraham.

Y11

Y12

A la découverte des travaux dans le palais de Potiphar.

Y13

Y14

Y15

Paysages différents de l’Egypte.

Y16

Y17

Y18

Y19

Y20

Les habitants, les prêtres et les esclaves du palais de Potiphar.

Y21

Y22

Y23

Y24

Y25

Y26

La maltraitance, l’histoire du puits et la rencontre avec le marchand Malek.

Y27

Y28

Y29

Y30

Y31

L’histoire de Zoulaykha, la vieille aveugle qui retrouvera sa vue et sa jeunesse grâce à Youssef et à Dieu, en défi au Temple d’Amon, dans une atmosphère très spirituelle. Beaucoup d’émotion aussi.

Y32

Y33

Y34

Y35
Y36

Y37

Y38

A Canaan, vie de nomade et Yaacoub entouré par ses petits-enfants, leur parlant d’un prophète qui s’appellera Ahmed (Mohammed) qui sera le dernier prophète.

Y39

Y40

Les 10 frères mangent en tant qu’invités chez le vice-roi d’Egypte qui n’était autre que leur frère qu’ils ont jeté dans le puits et qu’ils n’ont pas reconnu.

Y41

Ben Yamin reconnut enfin son frère Youssef. Des retrouvailles de ouf !

Y42

Y43

Y44

Y45

Y46

Y47

Y48

Yaacoub avec une poignée de grain. Derrière lui, son plus jeune fils, Ben Yamin.

Y49

Le retour des fils de Yaacoub d’Egypte à Canaan où l’accueil fut chaleureux.

Y50

Y51

Y52

Photos diverses – la femme de Youssef, ce dernier au temple…

Y53

Y54

Y55

Y56

Y57

Y58

Y59

Y60

Y61

Y62

Le fameux rêve du jeune Youssef…

Y63

L’annonce et les retrouvailles entre le prophète Youssef et son père Yaacoub après une longue séparation d’environ 40 ans !!! Séquence émotion intense. Ma préférée.

Y64

Y65

Y66

Y67

Y68

Y69

Y70

Y71

Y72

Y73

Y74

Y75

Y76

Y77

Y78

 
5 Commentaires

Publié par le février 17, 2015 dans Général, Ma catégorie, Séries religieuses

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,