RSS

House – Review du 8×15

02 Mar

Image

C’est avec des yeux clos que j’entame ma 15ème review de House. Hyper fatigué aujourd’hui, je n’ai pas trouvé une minute pour moi ! Je n’ai cependant pas oublié le docteur boiteux à mon arrivée, et j’ai enchainé avec 4 épisodes de la saison 7 pour déstresser (c’était la première saison sur laquelle je suis tombé en plus). Pas évident d’écrire une review les yeux clos, je tâcherai de faire le minimum de fautes linguistiques.

Sur le rythme effréné de Bu Gece, je commence cette review en notant que l’épisode 8×15 « Blowing the whistle » alias « Pour l’honneur » a été diffusé sur TF1 le 26/2/2013 totalisant une audience de 6.3 millions de téléspectateurs.

Souvenirs souvenirs ! Quand je me rappelle avoir regardé cet épisode pour la première fois l’année dernière,  je l’avais directement classé dans une de mes catégories…En le revoyant en VO (je précise que je regarde en VO et non en VF la plupart des épisodes de cette saison !) j’étais convaincu que je ne me suis pas trompé la première fois, même si je n’ai jamais posté un seul commentaire.

Bref, voici ma modeste analyse de cet épisode. Merci d’avance pour  la lecture et pour vos commentaires !

I. Dénoncer ou ne pas dénoncer…

…Telle est la question ! Cette partie porte plus sur la team de House que sur le patient. Le long de l’épisode, toute l’équipe avait l’esprit occupé par une idée autre que d’assister aux différentiels ! Alors, le patron présente tous les symptômes inquiétants d’une maladie au foie. Absent, faible réaction, absence de toute obsession pour le cas, perd un jeu face à Taub, sans parler qu’il soit piégé facilement par Taub afin d’analyser son urine pour en avoir le cœur net.

Pour ma part, même si je trouvais ça assez sympa, ça m’a déçu quand même ! Je n’ai pas cru à la maladie de House dès le départ comme la plupart des fans. D’ailleurs, je pense que les scénaristes auraient dû nous pondre une idée nouvelle, je ne sais pas, House malade pour de vrai par exemple ! Là c’est du déjà vu, comme je l’ai pensé jusqu’à l’obsession : du remplissage ou du réchauffé !

En effet, si on se rappelle par exemple du fameux 3×15, House y avait simulé être atteint d’un cancer. Tout ça par ennui, parce qu’il trouvait les gens chiants et parce qu’il voulait sentir des sensations nouvelles plus fortes que ce que les drogues et les médocs apportaient.

Alors quelle est la différence entre le 3×15 et le 8×15 ? Dans le 8×15, la simulation a un autre objectif : traitement du patient par une simulation de maladie, ce qui est une autre épreuve pour l’équipe qui s’ajoute à 3 autres épreuves. Diagnostiquer la vraie maladie au lieu de traiter les symptômes cachés ou pas, hésiter entre dénoncer ou couvrir House et défendre son point de vue médical avant tout.

Mais c’est surtout avec sa similitude du déjà vu que House testait son équipe pour le dénoncer, alors qui osera le faire ? Les réactions des membres de l’équipe qui se sont fait avoir diffèrent, mais chacun d’eux respectait profondément House.

Commençons par celle qui avait allumé la torche ! Adams, la Wonder woman  de l’équipe et qui devrait se mettre en couple avec Foreman tellement ils sont chiants ! Sauf qu’Adams était chiante ET idiote. Celle-là s’est fait avoir comme une gourde et au lieu de marcher dans le plan de House, elle a couru ! Croyant que House était malade parce qu’il avait feint de ne pas faire des remarques sur son comportement quand il lui avait volé ses pilules, ou sur ses vêtements qu’elle portait deux jours de suite ! Ah oui, House et les téléspectateurs sont malades rien qu’en te voyant ! Adams avait piqué le mug de House pour l’analyser comme une grande (c’est sûr que House t’a laissé le voler pour mieux tomber dans le panneau !), ça sent quand même un commencement d’apprentissage (le vol du mug).

La contagion fut rapide lorsqu’elle en parla aux membres de l’équipe. Taub, qui n’a rien vu venir ce qui m’a étonné après son exploit dans le 8×13, se lança la tête la première dans le diagnostique de l’état de House, sans aller aussi loin qu’Adams, en apparence ! Taub était l’auteur du coup des toilettes hors-service afin de piéger House et récupérer son urine. Il s’est fait avoir comme un bleu, le Taub !

Park ne monta aucun coup, mais elle se souciait de House et ses remarques alimentaient surtout Taub et Adams. On peut croire que Park est celle qui restée le plus en retrait, mais non ! Celui qui détient le titre du retrait est Chase. Dans cet épisode, il incarne la sagesse, il se rendit compte de la supercherie de House  le premier et au début, il n’avait pas cru House (puisqu’il connaissait très bien les tours de son boss), pensant à un coup monté ce qui était le cas. Plus tard, son avis passa du statut jemenfoutiste à celui du scientifique qui se fie aveuglement aux résultats et non aux spéculations. Sans se poser des questions, et à la suite des analyses pratiquées, il retombe en beauté dans le même piège par lequel il était passé 5 ans auparavant.

Toute l’équipe lança un débat : dénoncer House auprès de Foreman ou pas ?

House, tu es vraiment fort…MDR

La contagion se propagea à Wilson, qui, malgré le fait qu’il connaissait House mieux que n’importe qui, tomba facilement dans le piège et ne dénonça jamais son pote.

Mais en fin du compte, il y’avait un qui avait dénoncé House. Accusant Wilson de trahison, ce dernier lui répondit innocemment qu’il ne lui avait rien fait. C’est en mettant la pression sur son équipe que Taub, Adams et Chase s’auto-accusèrent d’avoir dénoncé House, Park resta silencieuse car elle avait peur pour son travail. Grâce à sa fine déduction, House conclut que le rat était Chase, car il n’avait aucune raison de le dire à Foreman. Adams  avait avoué pour protéger Taub, ce dernier mentit aussi pour protéger le patient.

Ce tour joué par House concernant la trahison/dénonciation est lié parallèlement au cas autour duquel les avis divergent. Park trouvait que c’était une trahison, je n’étais pas du tout d’accord ! Le militaire a fait ce qui lui semblait juste. En parlant de militaire, je vais passer à la deuxième partie.

II. L’honneur

Et voici la partie consacrée au patient ! Et sur le rythme infernal de Timeless, j’ai carrément la tête ailleurs ! C’est super dur d’écrire sans penser une seule seconde au final de House qui commencera mardi prochain.

Le patient est un cas miroir de House, ce qui est démontré par non seulement certains de ses symptômes, mais par sa manière de réfléchir et d’agir. Ce n’est pas par hasard si les scénaristes avaient choisi un militaire comme patient, puisqu’il nous fait penser au père de House qui était un militaire, non ?

L’obsession du patient avec l’illusion de l’héroïsme de son père est irritable, n’empêche qu’il peut rappeler House en quelques sortes avec son obsession de résoudre les énigmes médicales et de tout savoir sur tout le monde. Encore mieux, les caillots qui se sont formé dans la jambe du patient rappellent le caillot qui s’est formé dans la jambe de House, qui fut un tournant dans sa vie.

Il faudra admettre qu’il y’a quelques points de convergence et de similitude entre les deux. Mais ce que le patient est chiant ! Il est complètement bouché et ne veut rien entendre, vivant dans son petit monde chimérique. Il y’a un détail bizarre : comment, chers scénaristes, un gosse de 10 ans est « trop jeune » pour voir ce que son cher papa en est capable ? (le chiffre 10 se répète encore !) Si on commence à développer sa mémoire dès l’âge de 4 ans, que dire de 10 ans ? C’est un détail qui ne collait pas du tout à l’histoire.

Persuadé que son père est mort en « héros » (mdr les américains et leurs foutues guerres), le militaire se cramponne à cette idée fixe n’écoutant même pas son frère. Faire honneur à son paternel en faisant la guerre comme s’il tentait de nouer un lien avec lui, en préférant dénoncer son pays au profit de « l’ennemi » car il croyait faire ce qui était juste, bref tout ce qu’il faisait le rejetait sur son père.

Un autre point commun avec House : prendre le risque de risquer sa liberté. Le militaire était détenu pour avoir trahi son pays et n’avait pas tenté de s’échapper ou de suicider. Chose qui peut nous rappeler House qui avait risqué sa liberté en défonçant la baraque de Cuddy dans le 7×23 et ne tenta pas de s’échapper surtout qu’il n’avait accepté aucun avocat pour le défendre ! (le 8×01 si vous avez raté cette info). House a failli retourner en prison mais son ami Wilson avait sauvé la mise (le 8×07) auprès de Foreman. House grommela : « c’est un idiot » à propos du patient comme s’il se traitait ainsi à voix haute. Lol.

On aborde plus les valeurs éthiques que le cas lui-même dans cet épisode. Par exemple, qu’est-ce qui peut expliquer l’acte de trahison du patient ? House trouva une explication rationnelle et médicale à cela : à cause de sa maladie, le patient était psychologiquement atteint en postant la vidéo ce qui pose des questions à propos de son état mental.

Le patient trouvait qu’il faisait honneur à son père en faisant ce qui lui semblait juste, et  c’est là que les questions se posent : mais qu’est-ce que l’honneur ? La vérité ? Tuer ? Violer ? Fierté ? Égoïsme ? Mort ? S’en foutre ? Quelle est la véritable définition du mot « honneur » selon le code social ?

House s’en fout des codes sociaux, et encore plus de l’honneur, enfin c’est ce qu’il feint ! Je le trouve très sarcastique envers le patient en parlant de son père, « mon père » disait House de son père adoptif, ça se voit qu’il le considérait toujours comme son vrai père après le 8×14. Il évoque la thématique de la paternité  ainsi et la définition de l’honneur chez John House (interrompre quelqu’un qui lit n’est pas honorable). Le message ici est chacun dans cette société peut modeler à son gré la définition de l’honneur.

Quelle est la définition qu’on peut deviner de l’honneur selon House ? En fait, ce sont les actes qui comptent, par exemple tenir une promesse. Le patient a-t-il respecté le serment qu’il avait prêté pour son pays ? Absolument pas. House est quelqu’un de hautement moral, ne pas tenir une promesse est un acte de lâcheté pour lui, même si c’est Park qui avait dit cela. Elle dit tout haut ce que les autres pensent tout bas, en particulier House.

House est quelqu’un qui tient ses promesses, malgré tous ses défauts. Il suffit de se rappeler sa promesse envers le père de Chase (1×13) ou sa promesse envers son ami Wilson (8×19).

Bref, cet épisode pose des questions à propos de la traitrise et la vérité : quelles sont les frontières qui les séparent ? Où s’arrête l’un et où commence l’autre ?

On l’a compris, House se fiche de l’honneur, mais ceci dit, on dirait que « son fils » Chase lui a fait honneur en étant à la hauteur ! Si on se rappelle bien du dialogue final entre House et Chase qui était intéressant, on remarque de plus en plus cet affichage du lien père/fils plus que celui du prof/disciple, avec la fameuse réplique de Chase qui confirme cela : « Vous voulez vous assurer que quelqu’un sera là quand ça arrivera » concernant la perte de l’intelligence de House. De toutes les façons, Chase assure ! C’est le « rat », le plus manipulateur de toute l’équipe. Il avait dénoncé House auprès de Foreman car House voulait qu’il le fasse et ainsi voir si son héritier est à la hauteur.

Chase savait que toute cette manipulation traditionnelle de House visait à vérifier si l’un des larbins, et en particulier lui, arriverait à la hauteur. Dénoncer pour vérifier, très intéressant. Cela montre que le lien ombilical House-Chase est mis en lumière, et que c’est devenu une évidence !

Il y’a un autre lien plus important auquel j’ai laissé la dernière partie…

III. Dévouement

On peut dire, arrivé à ce stade, que les frères militaires reflètent quelques parts deux « frères », deux amis auxquels j’ai préféré en parler dans cette troisième partie. Comment peuvent-ils se ressembler ? La surprotection par exemple !

Pour protéger son jeune frère d’un choc, d’un traumatisme lorsqu’il était jeune et fragile, le grand frère avait opté pour le mensonge à propos de la véritable cause de la mort du père. Résultat : le jeune finit par faire une bêtise et un déshonneur non seulement pour son pays, mais surtout pour sa famille et son grand frère en tête.

Wilson surprotège House par amitié et ne trahit pas sa confiance. House l’admire et le respecte pour tant de dévouement même s’il ne le montre pas, ou presque…

House dira à Wilson une réplique assez touchante : « Je ne peux pas me débarrasser de toi ». Avis aux fous de ce couple : Hilsoooooooon ! Je les adore ces deux-là.  L’amitié est également quelque chose qui compte beaucoup au patient, puisqu’il avait le choix entre l’amitié ou la trahison de son pays. Son choix était vite fait et il paya le prix!

J’aime bien comment ils ont introduit l’importance de l’amitié pour House et pour Wilson grâce à ce cas. Si l’honneur relève de l’ordre de l’éthique, l’amitié est également basée sur l’éthique.

J’aime beaucoup les scènes Hilson car elles sont les seules qui m’ont fait sourire, et elles sont parties à partir de deux consultations hilarantes de House (le patient drogué et le « chanteur » bourré !). Ceci dit, on a aussi une consultation marrante de Wilson (on remarque que depuis quelques temps, on assiste aux consultations de House ET de Wilson, intéressant non ?). Dérangé par Adams, Wilson essaya de la calmer en lui disant que ce n’était rien, mais aussitôt partie, Wilson sauta d’horreur ! Le pauvre s’est beaucoup soucié et inquiété à propos de la santé de son ami. A la découverte du pot-aux-roses, Wilson ne pouvait pas s’empêcher de dire un truc familier du genre : « you’re an ass ! » j’adore cette réplique qui me rappelle certains épisodes au début de la saison 8 dans lesquels elle s’est beaucoup manifestée.

Le frère mourant avec son frère assis à son chevet veillant sur lui est une image qui ne passe pas inaperçue, en nous rappelant une autre image dans le futur, celle miroitée dans le 8×19 avec Wilson et House où ce dernier prenait soin de son « frère » mourant ! Le 8×15 comporte plus de choses à analyser qu’à regarder. Le coup du frère malade était ici un véritable indice.

Bref, on commence doucement à se re-concentrer  sur le Hilson à partir de ce 8×15, une concentration qui sera de plus en plus forte pour une amitié forte entre les deux hommes, au fil des prochains épisodes. On peut se dire que quelques parts, House testait cette amitié et son ami avec son plan. J’ai adoré comment l’amitié et la fraternité se rejoignent pour n’en faire qu’un.

Après les histoires de la team, de Dominika, des parents de House, on revient petit à petit à l’essence même de la saison 8 fondée sur l’amitié, la fidélité et la complicité entre les deux hommes qui forment le pilier de la saison par excellence, et de la série en général.

Une amitié mise en lumière dès le 8×02 (surtout) et qui devient de plus en plus attachante lors des épisodes qui vont se succéder. Les deux amis sont tellement dévoués l’un à l’autre, dévoués à leur amitié.

Avec ce 8×15, malgré un cas plutôt moyen et une impression du déjà vu, c’est surtout le Hilson qui sauve les meubles ! En général, c’est un épisode assez sympa qui comporte des indices, j’adore les indices !^^. Toutes les thématiques principales y sont présentes, ce n’est pas un hasard !

C’est avec des yeux clos que je vous remercie d’avance pour vos commentaires. Voilà, c’était ma 15ème review…Je file bouffer ! Chapeau si vous avez tout lu !

Advertisements
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :