RSS

Archives Mensuelles: février 2013

House – Review du 8×14

Image

Le 19/2/2013, l’épisode 8×14 « Love is Blind » alias « L’amour est aveugle » fut diffusé, il est grand temps que j’en parle. Ma review a pris du retard à cause de plusieurs occupations, sans parler de la saison 6 de House que je mélangeais avec la saison 2 afin de regarder un joli cocktail housien le soir. J’avoue que c’était très dur pour moi d’éviter tout le temps la fin de la saison 8…

En parlant de fin, on s’approche dangereusement de la fin de House avec ce 8×14 qui a cumulé mardi dernier environ 6.5 millions de téléspectateurs. Petite audience moins terrible que les audiences de la semaine qui l’avait précédée.

Cet épisode 8×14 est parmi mes favoris, je me suis éclaté à le regarder en VO, et quand je dis « éclaté » je veux dire « j’étais extrêmement intéressé ». Épisode intéressant et plaisant, ouvert et énigmatique à la fois. Je vous laisse lire ma review en vous remerciant d’avance pour votre lecture et pour vos commentaires…

I. L’amour de la vérité

J’ai décidé d’intituler cette partie ainsi (j’aurais pu l’intituler autrement !) puisqu’il s’agit de la team que je cible. Le cas est très intéressant dans cet épisode.

Le cas d’un patient aveugle atteint de plusieurs maladies suscite l’intérêt de l’équipe médicale. Tout le monde s’y intéresse,  en particulier à sa vie sentimentale et sociale.

Médicalement parlant, j’ai eu l’impression comme plusieurs fans que les scénaristes se sont éclaté comme jamais dans ce cas ! Allez, un aveugle qui risque la surdité, crache ses dents et du sang (ils aiment beaucoup le sang dans cette saison, les scénaristes xD tout le monde pratiquement a vomi du sang !!), a un caillot, sans parler des yeux en feux qui sortaient de leurs orbites et plusieurs autres symptômes pas jolis-jolis à voir ! Les scénaristes n’avaient en tout cas pas ménagé le pauvre…Sadiques, va !

Socialement, on met le doigt sur un truc important : la volonté des handicapés à devenir autonomes. Dans cet épisode, même souffrant de cécité, le patient mène une vie presque comme n’importe qui, menteur, drogué, il trompe sa petite amie Melissa avec une autre. Il est comme tout le monde^^. Ah oui, j’ai failli oublier de mentionner que sa demoiselle est super canon ! Non mais la seule faute de la pauvre c’est qu’elle coupait les ailes à son chéri (j’adore comment je parle des sentiments xD).

En fin du compte, on se demande si l’amour existe dans des pareils cas. Il y’a ceux qui appellent leur pitié de l’amour, d’autres qui manifestent de l’intérêt, ça c’est clair qu’on aborde le regard social envers ceux qui ont un handicap. En tout cas, c’est assez intéressant !

Oh-Oh, je sens qu’on attend le fait que je parle de la team. Bien sûr que je vais en parler ! Tout est lié au cas. Je vais citer l’exemple de Taub, alors là…c’est un vrai pro puisque tromper sa femme était son domaine ! Dès le début, Taub avait deviné que le patient trompait sa petite-amie et que la pause était le prétexte de chaque mec avant de se caser (ah ah Taub qui se reconnait dans le patient !). La pause ici provenait de la fille mais le résultat est le même !

Park, confirmera les dires de Taub le fin connaisseur, et étalera même sa propre expérience de fille larguée (elle se reconnait dans la petite amie).  Les témoignages intéressants de Taub et de Park démontrent qu’ils sont les plus touchés par l’histoire du gars aveugle et infidèle.

Adams, plus chiante que jamais dans cet épisode. Bon Dieu, ce qu’elle est insupportable, à prôner l’honnêteté et la droiture ! Si elle avait fermé le bec ça aurait été bénéfique pour tout le monde, surtout pour le patient aveugle à qui elle bandait les yeux (coucou qui c’est ?) qui l’avait trouvé chiante. C’est vrai qu’avec cet air agaçant de Mère Theresa, elle bat tous les records de stupidité. Avoir sa propre opinion c’est bon, mais de là en s’immisçant dans la vie personnelle d’autrui en lui disant ce qu’il devait faire…youpi ! C’est le personnage le plus détesté parmi tous les membres de la team de House, un personnage qui fait tâche et qui n’a pas apporté grand-chose à la série. Au moins, Park gère et ne fait pas la morale!

Loin de Taub, Adams et Park, Chase est le personnage le moins affecté, le plus objectif et le plus distant avec le patient. Lui au moins, s’est concentré le plus sur les symptômes.

Retour à Park, elle est déjà bizarre et on sent qu’un boulon manque dans sa cervelle de cinglée. Alors que dire si elle prend accidentellement du LSD ? Ça devrait être fun ! Les scénaristes se sont éclaté de ce côté-là aussi, le trip de Park était marrant et n’était pas si creux que ça puisqu’il a été amusant et sérieux à la fois, en contribuant d’une manière loufoque au diagnostique. On sent que Park avait des zones de clarté bien qu’elle soit droguée. Je me suis amusé à l’époque à capturer et à regarder son trip à plusieurs reprises…Le risque du métier pour la vérité ? En quelques sortes, oui.

Bref, ce patient reflète les expériences personnelles de l’équipe et ne laisse personne indifférent à son cas et à ses positions.

II. L’amour aveugle

Nous voilà arrivé à une partie assez intéressante. Je ne déconne pas si j’ai choisi le terme « amour » dans tous mes titres, c’est comme ça j’y peux rien lol. De toutes les façons, la capture postée en haut de cet article en dit long !

Bon, pour créer une sorte d’intro pour cette partie consacrée aux miroirs (il y’a beaucoup de miroirs dans House !) on peut faire une petite comparaison entre le patient et House. Les deux se ressemblent, ils sont handicapés différemment, chacun a une canne et ils ont peur de la solitude. Bien entendu, chacun essaye de contourner ses peurs différemment.

L’amour est la meilleure solution pour le patient pour éviter la solitude. Même s’il ne voue pas un amour passionnel pour Melissa mais plutôt un besoin de partager sa solitude, cette dernière était prête à l’accepter tel qu’il était. Cette situation peut nous rappeler celle de House et de Dominika.

Qu’est-ce l’amour dans ce cas ? Passion ? Besoin ? On peut dire que même dans le besoin l’amour se manifeste (si si, on parlera du besoin jusqu’à la fin de la série !).

Une autre idée me saute à la tête : le cas-miroir et Blythe et son mari. Il faudra d’abord expliquer un truc à ce propos : Blythe est le vrai prénom de la mère de House, et qu’on a changé en VF en « Marianne » !!!! Alors là, c’est le bouquet, non seulement la traduction est mauvaise mais en plus, on change les prénoms. Belle connerie ! Et si House s’appelait en fait « Maison », comme le traduit notre cher Google comme un con ? Et si Bell s’appelait « Belle » ? Ou Chase « Chaise » ????

Je n’ai pas fait un coup de gueule à ce propos l’année dernière car je n’avais rien écrit. Je trouve que c’est consternant de changer un prénom (c’est dur à prononcer Blythe ou quoi ?). Vive la VO franchement !

Je continue sur la musique de «Guns N’Roses» ma review, et retour au cas-miroir après un petit coup de gueule concernant la VF. On a Melissa qui aime Will (le patient) d’un amour fou, et qui l’accepte comme mari sourd et aveugle. On sait qu’au fond il ne l’aimait pas et qu’il aimait plutôt quelqu’un d’autre, mais il décida de l’accepter comme femme par peur de rester seul. Si on prend le cas de Blythe et de son amoureux, on remarque une certaine similitude.

Après avoir été mariée à un militaire environ 49 ans, on découvre qu’elle s’est mariée deux mois après la mort du père de House à un homme que House croyait être son père biologique. Se serait-elle mariée aussi vite par peur de la solitude ou bien car elle détestait au fond son mari ? Ou pour autre chose ? Tout ce qu’on sait, c’est que cette femme est aussi bizarre que son fils. 3 ans de mariage et House n’a rien remarqué ! Sa mère est forte, lol. Ce que j’ai surtout à souligner, c’est le comportement d’adolescents de Blythe et de son mari ! MDR

De toutes les façons, j’ai beaucoup apprécié le retour de la mère de House (ça sent la fin, après le retour de Dominika, c’est le retour de Blythe pour boucler aussi la boucle de la paternité et son personnage est très important car plusieurs attendaient des réponses !).

Je peux aller plus loin dans ce cas, je peux par exemple noter une certaine question concernant les composants de la base d’un couple solide. Est-ce le dévouement à l’autre ? Ou bien être fou amoureux de l’autre ? Ou alors le besoin réciproque l’un de l’autre ? (là je viens de penser au Hilson). C’est de cette force et de cette solidité qu’un couple dépend pour faire face aux obstacles de la vie et pour se renforcer. Melissa était dévouée à Will et on sentait à la fin que son amour envers lui n’a fait que se renforcer lorsque le patient fit face à un double handicap (cécité et surdité).

A ce propos, j’aimerais aborder la surdité qui nous rappelle étrangement le 1×21, lorsqu’un caillot avait provoqué une nécrose musculaire dans la jambe de House, qui ressemble au cas du caillot dans le cerveau du patient provoquant un problème de surdité : House était menacé d’être estropié, le patient était menacé de surdité à vie. La différence avec Stacy (parce qu’elle était en couple avec House dans le 1×21) c’est que Melissa laissa Will prendre sa décision.

Melissa acceptait le patient tel qu’il était, chose un peu différente avec Stacy dans la saison 1 (on sentait qu’elle ne faisait pas assez confiance à House) et son aventure avec lui dans la saison 2 ne dura pas car elle ne connaissait pas vraiment House après son opération ! Ou même Cuddy, elle qui se disait connaître et comprendre le drogué misanthrope, avait changé de cap dès sa foutue adoption dans le 5×11 en voulant un House tout gentil tout mou, dans la saison 6 ses caprices redoublèrent et avec la saison 7 elle se mit en couple avec lui, rejetant le vrai House jusqu’à ce qu’elle paie cher ses sottises.

Il y’a ce paradoxe entre cas et House que je trouve intéressant. Accepter autrui tel qu’il est dans cet épisode est tout simplement de l’amour…aveugle.

III. L’amour familial et l’acceptation

Terminus, tout le monde descend ! Voici donc la dernière partie consacrée totalement à la famille de House. Chic, on va parler encore de Blythe (apparue dans le 2×05, 5×04, 8×14 et le 8×22).

Comme je l’ai dit dans l’une des deux parties précédentes, cet épisode est celui de la parenté et de la paternité par excellence concernant House. Dans cet épisode, on voit à tel point House respecte et aime aveuglement sa mère (non je ne vise pas le complexe d’Œdipe ! lol). Comme l’a si bien dit Wilson, c’est d’elle seule que House se soucie vraiment. D’ailleurs sa tête était intéressante lorsque Wilson lui avait appris que sa mère était malade. Perplexe, House rendit visite à sa mère après une longue fuite !

Dans cet épisode, on apprend davantage sur la mère de House. Elle est aussi maligne et manipulatrice que son père (le grand-père de House). Là on comprend un peu d’où House tient ses plans machiavéliques et ses idées folles !

Après avoir manipulé facilement Wilson, Blythe réussit grâce à lui à attirer son fils pour lui annoncer qu’elle allait se marier avec Thomas Bell, le présumé père biologique de House ! On est loin du stéréotype de la mère malade qui veut revoir son fils une dernière fois  avant de mourir! On note hélas le manque d’émotion quand elle avoue à son fils qu’elle savait qu’il était en prison (aucune question sur son état !!!) comme la réaction de Dominika dans le 8×13. On dirait que la prison dans la saison 8 est le Club Med ! Point scénaristique négatif, enfin passons.

Thomas Bell est le père supposé que House montra du doigt lors des funérailles de son père adoptif dans le 5×04, seul Wilson l’avait vu. Aucun pauvre téléspectateur n’a réussi à le voir à l’époque car il n’était pas dans le champ visuel de la caméra. On a fait de sorte qu’il reste comme un secret inavouable !

Venons à ce fameux père mystérieux que House avait vu courir à poil dans la chambre d’hôtel. Pasteur inconnu, il était un ancien ami de la famille House (et sans doute un ancien amant de Blythe) mais tout s’arrêtait là. C’est là que Wilson décida de rapprocher House de sa famille et c’est grâce à lui que House apprend la vérité. J’aime beaucoup le Hilson, et faire cela pour son ami c’était vraiment chouette ! Grâce au plan de Wilson, toute la famille House était réunie lors d’un dîner familial.

Avant le plan de Wilson, House était ravi et heureux d’avoir une famille « merdique » comme il l’a dit, mais une famille. On découvre un House cherchant des réponses sur son passé et ses origines, mais également un House qui adore être entouré, un House ayant retrouvé enfin sa famille. D’ailleurs il confie à Wilson ceci « je ne serai plus un bâtard »  en parlant de son père biologique. La paternité est très importante pour lui.

On l’a remarqué, cette série de cailloux du Petit Poucet concernant la thématique de la paternité. Plusieurs épisodes contiennent cette thématique, et cet épisode est certainement l’un des plus importants puisque la paternité concerne House qui rencontre son prétendu père !

Dans cet épisode, le point culminant est certainement le dîner. Un charmant dîner familial ayant réuni House, ses parents, Dominika et Wilson. Ce dîner du 8×14 peut nous faire rappeler le fameux déjeuner familial des House dans le 2×05, où House tout seul, silencieux et gêné, déjeuna face à ses parents. Dans le 8×14, House était accompagné de sa femme et de son ami. On sent que Wilson fait partie de la famille ! Si dans le 2×05 le déjeuner s’est passé dans une ambiance plutôt glaciale, le 8×14 a battu le record des dîners hilarants tournés en mascarade.

Jouant cartes sur table, House, Dominika, Thomas et Blythe discutèrent d’une franchise et d’une honnêteté à mourir de rire. Le pauvre Wilson s’est trouvé mal à l’aise, à maudire certainement son plan, surtout que House baissa son pantalon pour montrer la fameuse tâche de naissance ! Quelle famille de tarés !

On peut noter deux petites apparitions  de Dominika dans cet épisode (jeux vidéo et dîner).  Sinon, les répercussions du fameux dîner furent nombreuses, à commencer par le face-à-face House et son prétendu père biologique. Une rencontre qui n’a pas laissé House de marbre, et ça se voit dans ses yeux qu’il espérait avoir un père. Au départ, si on se rappelle bien, Wilson avait dit à House que le mec ne pouvait pas être son père (la bataille avec Park) et c’était certainement le début d’un indice. Second indice fut le rejet de House par Bell « ce lunatique sociopathe est mon fils ? Impossible ! », on peut admirer comment Blythe défendait son fils bec et ongle, lol.

Le troisième indice était ce regard sombre de House quand son « père » était venu lui parler et on remarque comment House respectait son père adoptif (ce qui me rappelle le sabre dans le 8×08 !). Impossible que tout ça soit vrai. C’est d’ailleurs ce que va confirmer Wilson en faisant le test ADN pour son ami (j’ai beaucoup apprécié le geste de Wilson). Il faudra souligner le regard triste de House quand il sût la vérité : il était bien un bâtard…On sentait bien qu’il a voulu y croire malgré tout et qu’il ait enfin une réponse. En fait, il y’a eu une réponse qui posait plus des questions.

Côté acceptation, House avait accepté non seulement que son prétendu père ne l’était pas, mais il avait accepté la dure réalité : You can’t always get what you want. Il n’avait pas de père, et sa mère aux mœurs légères semblait être une sacrée garce ! Bref il acceptait sa mère telle quelle. House avait également accepté l’invitation forcée de Wilson car il n’avait pas le choix. Le « your mother is a slut » était la chute/réponse marrante à toutes les questions ! Ceci dit, House avait raison pour Wilson qui le ressemblait beaucoup, et c’est la deuxième fois qu’il pique une fourchette après le 8×05…

De même, Thomas accepte House comme il est vers la fin sous la pression de la mère de House qui l’avait poussé à s’excuser. Car en effet, cette dernière accepte son fils tel qu’il est, et en tant que mère fière de lui, elle l’a défendu bec et ongle lors du dîner familial comique.

Si ce n’est pas de l’amour familial tout ça !

Voilà donc ma 14ème review, vos commentaires sont les bienvenus !

Publicités
 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×13

Image

Ce mardi 19 Février 2013 fut diffusé le 8×13 « The man of the House » et ne comptez surtout pas sur moi pour écrire le titre en VF ! J’ai horreur de la VF et je le redis. Avec la VF on ne ressent plus aucune émotion !! Donc, pour le bien de l’espèce humaine, je rédige toujours mes reviews à partir de la VO et surtout pas la VF. Le titre en français est « la place de l’homme », il n’y a pas plus chiant qu’une soi-disant traduction ratée comme ses sœurs.

Le 8×13 avait cumulé 6.8 millions de téléspectateurs, enfin une hausse considérable par rapport aux audiences molles de la semaine dernière.

Je trouve qu’on juge trop vite la saison 8 surtout si on s’est borné à l’idée d’un House toujours malheureux (je suis Halone mais je suis partant pour un rayon de soleil). Beaucoup n’ont pas réalisé la véritable ampleur de la mort d’Amber dans la saison 4, ni réalisé les conséquences de l’hôpital psychiatrique Mayfield dans la saison 6, ni la mort de Kutner et la destruction fin saison 5, ni réalisé le raisonnement ascendant de House dans la saison 7 qui fut ébranlé, ni pris en compte le passage de House par la case « prison » dans la saison 8 et les répercussions sur lui. Rien n’a été pris en compte, car ces saisons ont été jugées d’avance que ce soit d’un angle « ship » (les ships c’est le truc le plus stupide pour juger toute une série) ou à cause de certains mauvais scénarios.

Perso, la saison 8 m’a vraiment réconcilié avec la série et j’ai pris du recul face à ce que j’ai dit avant (pas tout mais quand même !), car je ne regardais pas le fond des choses. Bref, retour au 8×13 « The man of the House », c’est drôle, le titre comporte « House »  clin d’œil au personnage éponyme. Le générique version Tear Drop de Massive Attack est toujours là, durant 30 secondes.

Ça sent la fin qui s’approche à grands pas et voici sans transition les parties du 8×13. Bonne lecture ! (Qui sait ? peut-être est-ce par rédemption que j’écris les reviews que j’aurais dû noter il y’a un an et demi !!).

I. L’âne et la carotte

Mais quel titre ! Qui va-t-on insulter ainsi ? La réponse est dans l’équipe de House avec laquelle j’ai décidé d’entamer ceci. Nous retrouvons Chase qui boite très peu par rapport au 8×12, le progrès est spectaculaire.

Depuis deux épisodes on ne parle que de Chase et après Chase quelqu’un d’autre…Vous ne remarquez pas que la deuxième partie de cette saison se différencie assez nettement de la première ? Avant le 8×11, nous avons la phase construction et reconquête. Après le 8×11, nous sommes passés à un autre niveau, et la deuxième et dernière partie est très intéressante car bâtie sur les bases de la première partie, donc on entre dans une nouvelle ère : celle de la quête et de l’introspection à volonté !

Retournons à l’âne et la carotte, on remarque que House met son équipe à l’épreuve en utilisant une méthode traditionnelle housienne qu’il a utilisé depuis toujours avec ses anciennes teams : manipuler les membres de son équipe et les remonter chacun contre l’autre pour un but précis.

House dévoile à sa team qu’il compte choisir l’un d’eux pour devenir chef d’équipe, après le vide qu’a laissé Foreman en devenant le doyen de PPTH. Le but était d’assister en spectateur amusé, à la compétition et les coups bas entre les membres de l’équipe car House savait d’avance que son plan marcherait et qu’ils feront n’importe quoi pour monter en grade.

Alors on peut se demander pourquoi cet intérêt soudain de renouveler cette expérience ? Que s’est-il passé pour que House pense de cette manière dans cet épisode en particulier ? Car il aurait pu planifier et appâter la team dans un épisode bien antérieur. Certes, vous allez me dire que c’est un coup monté auquel on s’est habitué au fil des saisons, mais appâter pour devenir chef d’équipe, ce n’est jamais arrivé. Auparavant, il y’avait un Foreman très ambitieux pour ce post, mais jamais dans un épisode on ne s’est pas battu pour un pari pareil puisqu’il n’a pas été abordé directement. (Me corriger si je me trompe !)

Il n’est pas anodin de remarquer la présence de ce pari sous une forme ludique dans cet épisode 8×13 qui suit le 8×12 et le 8×11. J’ai bien souligné auparavant qu’il y’aura des futures répercussions liées à l’agression de Chase.  Donc on a du sérieux dans le jeu.  Cela nous montre que House s’est vraiment mis en question…Mais on peut déduire autre chose de ce jeu où tous les coups étaient permis, c’est qui mérite d’être le digne successeur de House ?

Pour Chase, il faut savoir manipuler pour être chef d’équipe. L’ancienneté est également un second critère, et le dévouement total au travail. Chase montra qu’il est un sacré manipulateur puisqu’il avait éloigné les nouvelles et ne fut pas très gentleman envers elles en parlant à Foreman. C’est clair que Chase avait gobé tout en manipulant les nouvelles, un bon fiston de House quoi. On ne peut pas nier le fait que Chase connait les ficelles du métier housien, mais ce qui est très étonnant c’est de le voir, en tant que le plus ancien de tous, tomber dans le piège de cette manière et de jouer le jeu à fond. Soit il est trop ambitieux pour un titre dont il s’en foutait auparavant, soit il n’est ni malin, ni assez mature. Mais il adore jouer pour monter en grade ! Tout est bon pour ça.

Pour Adams également, tous les coups sont permis. Elle mit un décolleté plongeant durant les différentiels, utilisant son charme à son avantage comme arme pour déboussoler House ! Le coup du décolleté était vraiment hilarant, je ne l’ai pas vu venir !

Park était plus discrète mais ça se voit que ce n’est pas le grand amour entre elle et Adams quand il s’agit d’une promotion, mdr. Ses critiques acerbes envers Adams renforcent et accélèrent le rythme de la compétition. Elle essaya d’amadouer Chase par sa situation financière en lui brossant les poils dans le sens qu’il adore. Mais ses tentatives finissent toutes par un échec.

Pendant que ces trois-là se disputaient avec hargne pour un titre tendu comme une carotte, le seul sage parmi eux fut Taub qui refusa de jouer le jeu. C’est le plus malin d’ailleurs, et c’est le seul qui a tenu tête à House. Ce dernier, lui fit du chantage : « Si vous ne rentrez pas dans mon jeu, vous n’êtes plus un homme », mais est-ce que House pensait vraiment ce qu’il disait, en définissant ainsi le fait d’être homme, la masculinité ?

House aime au fond qu’on lui tient tête, car c’est cela qui avance des idées meilleures. Taub a été le plus malin de tous en ne participant pas à un jeu qu’il a jugé « stupide », pour lui, ses enfants l’ont rendu un homme. Taub a également « grandi », mûri, il a plus d’assurance et de responsabilité qu’auparavant. De quoi laisser House bouche bée ! En fin de compte, c’est Taub et House qui furent les spectateurs. Personne n’a gagné ni perdu. House les mis à l’épreuve encore une fois sur un ton cérémonial avec son fameux français à l’accent britannique « Je déclare ouvert… ». Ça nous rappelle House à la fin de la saison 7 parlant un français avec le même accent britannique « Désolé, je parle pas anglais ! » (J’ai trop la flemme de chercher l’épisode xD). D’après ce que je sais, Hugh Laurie avait admis qu’il parlait français un peu.

II. La cage dorée

Je passe de la team au cas ! Un titre pareil est bien évocateur dites-donc. On pense directement au mariage ! Ce n’est pas par hasard si j’ai choisi cette capture pour cet article, je n’ai pas hésité à la choisir et c’est vrai que c’est la première fois que je poste une capture pareille sur mon blog, lol.

Dans cette partie, je vais aborder le mariage, le cas en question et son reflet, à savoir le couple House et Dominika. Je ne vous ai pas encore parlé de cette dernière ? Désolé XD. Dominika est la femme de House, on la découvre dans le 7×17, prostituée ukrainienne sans visa, avec laquelle House s’est marié par vengeance de Cuddy. Elle était apparue dans un seul épisode dans la saison 7 et a disparu mystérieusement. Ce personnage inconnu, est pourtant malaimé de la part de plusieurs fans (la plupart sont Huddy/Hameron donc on comprend). Dans la saison 8, elle est de retour, enfin ! Il faut bien régler cette histoire, creuser ce personnage et apprendre à le connaître. Dominika apparait dans 5 épisodes de la saison 8 (remarquez la répétition du chiffre 5 ! je ne suis pas parano !!) c’est-à-dire bien plus que sa petite apparition dans la saison 7.

Voilà donc les petites infos (à part mes précisions à la fin concernant le 5) dont peut disposer chaque fan. Dominika est aussi inconnue pour House que pour les fans, c’est très bien de la faire revenir je trouve, afin de boucler la boucle et d’en finir avec, si on peut dire ça comme ça.

Qui dit cage dorée, dit mariage, dit engagement. House est un personnage qui a horreur de l’engagement tout comme le patient, même si ce dernier prétend le contraire. House découvre que le patient a deux personnalités, l’une est plutôt « efféminée », l’autre est plutôt forte et stricte sans pitié, froide. Ce cas est un vrai parallèle avec House, car House découvre sa moitié restée inconnue, et le patient découvre sa femme avec un nouveau regard, celui d’un macho. La femme du patient découvrit avec horreur la deuxième personnalité de son mari. Même si Dominika connait un peu House, son retour la laissera le découvrir plus profondément.

Dans cet effet miroir, House ironise en se moquant du patient en l’assimilant à Justin Bieber et à une femme. C’était très drôle ! On a l’impression en fait, concernant le cas, que la femme du patient joue le rôle du mari, c’est elle qui décide et prend des risques, contrairement au patient qui joue plutôt un rôle efféminé. Les rôles s’inversent !

Qu’en est-il de House et de Dominika ? À vrai dire, on a l’impression qu’on a deux House !! L’un est celui au masculin, le House macho qu’on connait, et on a Dominika qui s’est révélée un House au féminin. Un House à deux faces, lol. Avec son côté manipulateur, coquin, il y’a de quoi dire que Dominika est une sacrée âme-sœur de House !

Dans les deux cas, il faudra souligner l’importance d’une femme dans la vie de l’homme. Contrairement à la femme du patient qui le préfère efféminé, Dominika accepte House tel qu’il est, drogué, misanthrope, chiant, connard…Et contrairement au patient, House assume ce qu’il est. L’un veut changer, l’autre non.

Vers la fin, le patient choisit de ne pas prendre le traitement (la testostérone) à ses risques et périls. Même si ça paraît loufoque, on peut aussi se dire que ça peut être un clin d’œil à la décision de Wilson à la fin de la série…Vous allez me demander que vient faire Wilson ici et ma réponse sera tellement loufoque que je ne vais rien pouvoir expliquer !! Bref j’espère que ma comparaison bizarre tient la route, enfin pour ceux qui ont regardé la totalité de la saison 8.

On peut considérer le geste/la décision du patient comme un sacrifice pour son bien-être et celui de son entourage. Il préfère rester idiot et malade mais heureux !

Qui dit cage dorée, dit également alliances, si seulement j’avais le temps pour en parler bien comme il faut ! On découvre dans cet épisode que House avait gardé les alliances de son mariage avec Dominika et ne les a pas jeté : ce mariage signifiait quelque chose pour lui et les alliances ont une valeur symbolique celle du mariage et du partage. Donc de l’engagement…Chose qui est impossible même si House a apprécié Dominika. On peut prédire l’échec de ce mariage rien qu’à la forme ronde de l’alliance. Une forme circulaire indique toujours l’échec…On voit beaucoup cette forme circulaire scintillante dans les doigts, entre les mains, dans ma capture et le regard perdu de House en jouant avec. On sait qu’aucune relation avec les femmes n’a été réussie…House adore la liberté et surtout pas l’emprisonnement en s’engageant. On peut déceler le futur départ de Dominika dès cet épisode et la fin d’une liaison fragile. L’apparition d’un cercle nous laisse surtout perplexes : c’est un message discret ou un indice à propos de ce couple ? Ou est-ce un indicateur de quelque chose qui va se passer qui n’aura aucun lien avec ce couple et dont les conséquences seront plus néfastes ? Affaire à suivre…

III. Le jeu et le sérieux

Voici la dernière partie, ouf. J’adore ! Je continue sur la lancée des alliances et leurs sens pour commencer cette dernière partie. Les alliances indiquent également la complicité. Au début, on avait le sentiment de voir Dominika et House comme deux acolytes plus que deux mariés ! Les deux ne se connaissent pas et n’ont jamais couché ensemble (en étant mariés).

Je m’interromps ici, House est instable, sa dernière relation l’a fait entrer en prison. House n’est pas apte pour ces relations et encore pour l’engagement, pense t-on. Beaucoup n’avaient pas accepté Dominika, pourtant son personnage même passager, était intéressant.

Dominika est un personnage plutôt sexy, belle, jeune, intelligente, manipulatrice, bonne comédienne, survoltée, coquine, fraîche, accepte House tel qu’il est et n’intervient jamais dans son travail ou autre.

Elle est le besoin de House pour partager sa solitude, égayer son être comme un rayon musical intrépide qui défi l’épaisse obscurité morbide. De plus, de toutes les femmes que House avait connu, c’est elle qui se rapproche le plus de lui niveau caractère. Elle adore les paris et les jeux tout comme House. Dominika ne demande rien de House sauf son histoire de visa.

En tant qu’être humain, House apprécie sa présence à ses côtés. Il veut le minimum du bonheur en rentrant chez lui pour partager ses soucis et ses réflexions. Bref, il apprécie le changement et son regard enchanté en dit long dans le dernier plan de l’épisode, lorsqu’il rentre chez lui et trouve de la chaleur et de la musique dans son foyer vibrant de vie.

Dominika est du type « repas et jeux », insouciante, elle se rapproche du statut « copain » ou « camarade » au départ. Pour House, elle était sa « fausse femme » et d’une manière générale, les deux prenaient à la légère leur situation et se moquaient du mariage, le tout dans un tourbillon ludique qu’a entraîné Dominika. Mais par la suite, un lien se tissera entre les deux et ne durera pas avec le départ de Dominika devant un House bouleversé, mais je n’ai rien dit…hein !

Afin de faciliter les choses pour avoir ses papiers de citoyenneté, Dominika proposa son plan à House, qui consiste à contourner les règles et à tout frauder en falsifiant tout : photos, voyages, souvenirs, goûts, vêtements…Et ils furent coachés par tout le monde, surtout par Park et Wilson. Le plan machiavélique alla jusqu’au bout, jusqu’à ce que Wilson se fait passer pour un voisin de House. Mais House et Wilson se sont fait prendre malgré toutes les précautions ! C’était à mourir de rire, surtout l’accent qu’a pris Wilson ! (Il faudra regarder la VO pour me comprendre !)

Le « faux » couple House et Dominika se retrouve devant l’immigration qui menaça d’expulser Dominika et de renvoyer House à la prison. Les deux ont un autre point commun, c’est cette épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes. Menacés de rejet et de castration, House et Dominika sont des amoureux de liberté, même leur mariage était très libre !

Cette épreuve les a beaucoup rapproché, où, dans un cadre complètement ludique, House donna l’alliance à Dominika, observez avec quelle grâce il lui enfile la bague à son doigt! C’est presque…romantique. On dirait un nouveau mariage !

On apprécie ou on n’apprécie pas, ce n’est pas la petite maison dans la prairie ou les feux de l’amour ! C’est House, et même Halone on peut apprécier une présence féminine à la House, y’a pas pire que le Halone. House est un mec qui a besoin d’une femme « compatible ».

Toujours dans le jeu, Dominika versa ses larmes devant l’immigration, en demandant son expulsion et la liberté pour son mari qu’elle aimait. Libérés sous surveillance, le deux devaient vivre sous le même toit dans une cohabitation inhabituelle forcée. Il faudra rappeler que Wilson avait conseillé House en quelques sortes de laisser tomber Dominika afin de sauver sa peau de la prison. En gros, il lui demandait de faire un sacrifice. Mais grâce à Dominika, ils échappèrent belle.

Les regards et les petits sourires qu’échangèrent House et Dominika lorsqu’ils enfilèrent leurs alliances sont très révélateurs, un peu timides (moi devant l’ordi : trooooooop mignon !!!) enfin, c’est un peu déstabilisant^^.  Plus important encore, fut le « cet homme…mon mari…je l’aime » de la part de Dominika, un « je l’aime » à la fois ludique et sérieux. House demanda à Dominika si elle était sérieuse, mais elle éclata de rire « je serai idiote si je tombe amoureuse de toi ! ». Et pourtant, même son rire sonnait faux. Le jeu devient du sérieux, du réel. C’est profond, à ne pas négliger !

Mais le plus révélateur encore, c’est le fameux « Chérie, je suis rentré ! » à la fin, quand même, passer de « ma fausse femme » à « Chérie » ça fait quelque chose ! Cela ouvre sur des directions futures encore plus sérieuses et plus intéressantes. Ce qui est flagrant, c’est que le couple insolite House-Dominika a peur du sérieux.

House apprécie Dominika et adore s’amuser avec elle, passer le temps à planifier, à manipuler, à jouer. Elle est l’incarnation de la joie de vie dans sa vie terne et triste reflétée par son appartement sombre qu’il fuit de plus en plus. La solitude était devenue un lourd fardeau insupportable, et après l’âme-sœur de Chase du 8×12, nous voilà devant l’âme-sœur de House dans ce 8×13. Le problème, c’est que la cohabitation ne va pas durer, tout comme les autres relations. Ce qui va inciter House à en parler avec son ami Wilson, et il se rapprochera de lui comme du jamais vu dans la série à la suite d’un évènement futur terrible et bouleversant. (Indice : le 8×18)

La seule relation stable de House est celle avec Wilson, « l’amour de sa vie » comme l’a si bien décrit Hugh Laurie. Concernant Dominika, entre jeu et sérieux, on commence à la connaître dans la saison 8 et même à apprécier sa présence sympathique et joyeuse.

Voilà ma review du 8×13, un peu longue cette fois ! Je vous tire mon chapeau si vous avez tout lu et surtout, merci d’avance pour vos commentaires.

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×12

Image

Voici le moment solennel tant attendu, celui où mes doigts commencent à cavaler sur mon clavier sans s’arrêter, mais aussi le moment où je vous annonce qu’il ne reste de ce cher docteur House qu’un mois, vu que la série prendra fin sur TF1 un certain 19 Mars 2013. (Alors aux cœurs fragiles : préparez vos mouchoirs !).

Je compte commencer par l’épisode 8×12 « Chase » alias « Un sens à ma vie » diffusé le 12/2/2013, en prenant compte de la fin du 8×11, mais aussi des audiences françaises toujours en baisse (6.2 millions de téléspectateurs) c’est-à-dire la pire audience de la saison 8 jusqu’ici. D’ailleurs, cela me rappelle mes annonces des audiences des US qui se sont arrêtées à 5 millions de téléspectateurs, avant de rebondir lors du 8×22. Les français vont-ils réaliser des audiences pires que les américains ? Affaire à suivre…

L’épisode « Chase » a des points positifs et négatifs et ce 8×12 reste un épisode intéressant malgré tout. Mais je ne peux pas commencer l’analyse de « Chase » sans revenir au 8×11, et précisément le dernier plan où on voyait Chase en pleine rééducation, tandis que House s’en allait. Cette scène en dit beaucoup : on dirait que Chase est assimilé à un enfant qui apprend à marcher et donc il est entrain de grandir. Chase a grandi grâce à cette épreuve, il va de l’avant, contrairement à House qui va dans le sens opposé en sortant de la pièce. C’est un passage de relais silencieux et symbolique de House à son héritier. Les actes parlent plus que les paroles, House disparait, Chase apparait. Joli plan final du 8×11 qui veut dire beaucoup, et cela se confirmera au fil des épisodes.

Dans ce 8×12, on retrouve le générique des 30 secondes, épisode plein de questions et ponctué de passages humoristiques et facétieux. J’ai jugé bon de l’analyser en le divisant en 3 parties, bonne lecture !

I. Répercussions

Il est plutôt logique de commencer par les répercussions de ce qui s’est passé dans le 8×11, un tournant dans la vie de certains personnages et de Chase en particulier. Les conséquences sont dures et on s’y attendait ! Chase, House et le reste de l’équipe furent les plus touchés.

On apprend dès le départ que 3 semaines se sont écoulées depuis l’agression de Chase. Ce dernier, boiteux dans cet épisode (ça nous rappelle étrangement quelqu’un !), se hait. On a l’impression qu’il se déteste, il fut durement touché psychologiquement mais ne l’admet pas.

C’est un peu étrange de regarder cet épisode à travers les yeux de Chase. On a déjà regardé les épisodes 6×14 et 6×10 centrés sur Cuddy et sur Wilson. L’épisode 5×19 est un excellent épisode à partir duquel on a regardé le monde à travers les yeux du patient. Bref, ce 8×12 est sur la même lignée, sauf qu’il s’agit pour la première fois d’un des larbins de House.

Les répercussions sur Chase furent d’ordre physique, puisqu’il boite et utilise des béquilles pour se déplacer, mais surtout d’ordre psychologique. On le découvre malheureux, couchant avec une prostituée, par la suite il couche avec sa patiente, s’en foutant du règlement, il en veut à tout le monde et surtout à House. Alors sa colère s’abat sur les autres larbins en particulier sur les nouvelles, et indirectement, sur House.

Chase, boiteux, l’air sinistre, ressemble étrangement à House. Ce dernier ne voulait surtout pas que Chase finisse comme lui et le fit savoir implicitement. C’était très touchant de la part de House qui s’est fait beaucoup de soucis pour Chase.

House n’était pas le centre de l’épisode, mais on le voyait souvent. Chase ne pouvait pas s’empêcher de le rejeter et de l’admirer à la fois, tandis que House se souciait et se culpabilisait (on apprend qu’il avait appelé Chase 12 fois en 3 semaines), il est allé jusqu’à rendre visite à Chase. Rares sont les fois où il s’est rendu chez quelqu’un pour s’assurer ! Mais House n’était pas du genre bavard, comme l’avait dit Rebecca Adler dans le pilote 1×01, c’est ce qu’il fait qui est le plus important.

Le long de l’épisode, House n’hésitait pas une seconde pour aider Chase pour son cas, il lui donna le feu vert de pratiquer une opération sur une patiente avec laquelle il avait couché. House savait que Chase avait enfreint les règles et pourtant il l’aide en enfreignant lui aussi les règles. House était presque tout le temps à la disposition de Chase, il savait par quoi il passait car il l’avait déjà vécu et le but c’était de l’aider à dépasser ce mauvais cap après la tournure mortelle du 8×11. J’aime bien la relation entre les deux hommes basée sur beaucoup de respect mutuel, on dirait même que ce respect s’est renforcé.

House a été bouleversé par ce qui s’est passé et va jusqu’à entraîner Taub à se défendre contre les agressions avec plusieurs farces entre eux. Les cours de self-défense sont une forme de rédemption et d’excuse de la part de House envers Chase, et en même temps ça se voit qu’il s’est mis en question après l’agression de Chase.

Les tentatives de House n’ont en tout cas pas laissé Taub de marbre, qui demanda à Chase d’accepter les excuses de House ! Taub, la mascotte de House, nous a fait bien marrer dans cet épisode avec ses coups foireux avec House, nous plongeant dans un moment de rigolade, lol. Des ballons remplis de soda, agressions surprises, des balles de peinture qui nous rappellent étrangement les balles de peinture dans le fameux Swan Song entre Hugh Laurie et Robert Sean Leonard mdr. J’ai aimé le coup de Taub à House qui s’est fait avoir loool !

Bon, je dois dire que Taub la mascotte est également un message sérieux de la part de House envers Chase. House s’excuse sous le masque du rire.

Les répercussions sur Park étaient plus nettes bien qu’elle n’était pas dans la pièce lors de l’incident, elle ne cacha pas sa peur de tout. Sa réaction est vraiment directe et franche, on peut être touché même si on n’a pas assisté au drame et elle en est la preuve. Humainement parlant, sa réaction est la plus logique des réactions de ses partenaires !

Voyez Adams par exemple, même si elle a dit qu’elle voyait un psy, même si elle était attaquée avec Chase et blessée, on dirait un roc ! Non mais, elle conseille Chase, elle est indignée lorsqu’il avait transgressé les règles, et continue sa vie comme si rien ne s’est passé. Franchement, j’apprécie la réaction de Park qui avoue ses faiblesses et ses craintes, et je n’apprécie pas cette Wonder woman d’Adams.

On conclu cette partie par Foreman, alors là, il assure ! Compréhensif et patient, il était un excellent doyen qui garda la tête froide devant les bêtises de Chase. Il intervient au bon moment et écarta Chase du cas, loin de ses folies. Respect !

En général, les réactions variaient et celle que j’ai apprécié le plus était celle de House.

II. Un sens pour la vie

Comment commencer cette partie ? Je pense qu’il faudra parler d’un cas miroir, reflétant Chase. Dans l’épisode, la patiente était une charmante blonde sexy et…nonne. Vous allez me dire que les épisodes où on parlait de religion dans la série étaient toujours marrants, le hic ici c’est que c’est Chase qui est le noyau ou le centre, donc toutes les données changent. Comparez le 8×12 au 2×19 par exemple, on voit que tout est lié au centre ! Donc inutile de comparer l’incomparable.

On remarque dans cet épisode centré sur Chase que ce dernier s’est remis en question, a mis son propre travail en question, sa foi, ses croyances, l’existence, la définition de l’amour, et surtout le sens même de la vie.

Beaucoup de culpabilité, d’amour et une quête de soi distingués dans cet épisode. J’ai évoqué la quête car Chase est perdu, sans repères, vulnérable, il est en quête de soi et de la vérité. Face à lui, se trouve la patiente qui avoua la faiblesse de sa foi, et malgré tout, on sent qu’elle s’est attachée à Chase par un lien unique. Elle s’y cramponnait pour trouver sa voie, et Chase fit de même.

On aurait pu exploiter ce lien sans coucherie non mais sans blague, il faut toujours du sexe pour Hollywood. J’ai trouvé cela dommage, car ça aurait été plus profond sans les dragues.

Chase et la patiente incarnent chacun un symbole, vous avez deviné sans doute !  Nous avons l’amour de Dieu, la croyance, la foi et la non-matière, le tout symbolisé par la patiente (nonne), et l’amour de la science, de la médecine et du matériel symbolisé par Chase (docteur). Les deux personnages sont réunis dans l’amour.

Les deux cherchent un sens à leur vie. On découvre Chase, ayant perdu la foi en Dieu, il s’était orienté vers la médecine. Son personnage est plus complexe qu’il en a l’air, puisqu’on sent qu’il a la foi en Dieu et en même temps, essaye de trouver une explication scientifique à cela.

Il voyait la patiente comme le symbole de la foi qu’il avait rejetée, la foi en l’avenir, la foi en Dieu, la foi dans la science…Il essayait de trouver ses repères dans ce symbole, quoiqu’il se passe.

La patiente cherchait un sens à sa vie dans Chase, symbolisant pour elle le monde extérieur. Les deux se livrent à une introspection intime sur le sens de la vie.  Les deux vécurent une expérience traumatisante : l’un était poignardé par un scalpel (je le précise, car le scalpel c’est tout le symbole de la médecine !), l’autre perdit quelqu’un sur lequel elle devrait veiller. Chase se comporta comme si la médecine l’avait trahi, fut en colère contre House (ce dernier symbolise la science et la logique) car rien n’était logique à ce qui lui était arrivé, la science avait trahi sa confiance et a failli le tuer. La vie vaut-elle la peine d’être vécue ?

Face au désespoir de Chase on trouve le désespoir, la culpabilité et la rédemption de la nonne. Pour House, la réaction de la nonne est plus logique que celle de Chase qui se culpabilise ! « Tu as été poignardé, pourquoi tu te culpabilises ? » demanda House à Chase.

J’aime beaucoup ce lien presque paternel entre House et Chase. Personne ne pouvait comprendre Chase que Chase lui-même et House. Cet épisode est l’épisode de l’introspection de Chase par excellence, et d’une manière générale beaucoup n’ont pas apprécié cet épisode car ils n’avaient regardé que la surface. Dans l’introspection, la table n’est pas une table ! La saison 8 est la saison de l’introspection.

Avant même la fin de l’épisode, on remarque les divergences d’avis flagrantes entre Chase et la nonne, cette dernière décida de se cloîtrer après avoir entendu « l’appel de Dieu ». Rien qu’en défendant son avis en disant de son âme-sœur qu’elle hallucinait, que tout ce qu’elle croyait être un « appel de Dieu » n’était qu’un procédé chimique, Chase prouva ainsi qu’il avait trouvé sa voie.

Il ne voulait pas vivre « caché », et regardait l’amour sous un angle, loin de l’amour spirituel que la nonne vouait à Dieu. C’est lorsque la nonne a trouvé sa voie, un sens à sa vie que Chase trouva le sien. C’est en le trouvant qu’il pourra tourner la page, afin que sa plaie ne saigne plus après avoir trouvé une réponse pour ses questions.

Le fait que ce soit un épisode centré sur Chase empêcha le Hilson d’apparaître (dommage !), une petite apparition de Wilson pour aider Chase. Les prochains épisodes, jusqu’à la fin de notre chère série en VF, je vous garantie qu’il y’aura toujours du Hilson ! Enfin bref, passons à la dernière partie.

III. Un pas après l’autre

Cette partie est plus analytique concernant Chase. Bah quoi ? Tant que c’est un épisode centré sur Chase, on ajoutera quelque chose avant d’envoyer toute cette review sur le net ! lol.

J’ai choisi ce titre car après avoir touché le fond, on finit toujours par remonter à la surface. Chase trouva la réponse à « Qui suis-je ? ». En effet, Chase affirma son identité en revenant plus fort et plus expérimenté qu’avant. Sa décision finale de réintégrer l’équipe en est la preuve. Chase avait retrouvé sa voie.

C’est en retrouvant sa foi en la science qu’il avait retrouvé sa voie et ses repères. On remarque bien les regards qu’il échange avec House lorsqu’il était revenu auprès des autres larbins, le regard bref de House était comme « tu es le bienvenu ! ».

Chase s’ouvre aux autres en revenant dans l’équipe, et son retour à la fin de l’épisode est un aveu silencieux de la foi retrouvée, la foi en soi, la foi dans la vérité et la médecine. Le bonheur et la vérité se trouvent dans son amour de la science, aller de l’avant et ne jamais rester prisonnier de son passé, car c’est ce qui est arrivé à la patiente qui trouva un sens à son existence en se cachant.

La thématique de la liberté est assez flagrante lorsqu’on aborde le paradoxe Chase/nonne, l’un veut se libérer d’un évènement qui le torture, l’autre préfère la rédemption en préférant être « emprisonnée » à cause de sa culpabilité. C’est fou ce que la patiente me rappelle House qui avait accepté d’être emprisonné, sans avocat (regardez le 8×01 pour vous rafraichir la mémoire !) par culpabilité. House est quelque part impliqué avec la thématique castration/liberté, et il savait que Chase n’avait fait aucune erreur pour payer de sa liberté. Voilà pourquoi il trouva le raisonnement de la nonne plus logique que celui de Chase. Et en fait, House a des points communs que ce soit avec la nonne ou avec Chase, miroir à triple facette !

Grâce à son « père », Chase réussit à se relever, on sent à la fin qu’il est devenu le nouveau prof rien qu’en observant Chase venant aider/enseigner Park, il assure vraiment comme un bon pédagogue, on sent aussi qu’il est venu se racheter après avoir été très sévère avec elle alors qu’elle ne lui avait rien fait. Passer du statut « larbin » à celui du « prof » n’est pas rien, c’est un indice pour la suite car rien n’est anodin.

Le fait qu’il avait essayé de s’éloigner de House était une grave erreur (j’avoue qu’Adams était utile en lui tenant tête concernant cette erreur). Quand on pense à Foreman qui s’était éloigné de House (saison 4) et finit par devenir pire que House !

La science détermine sa vie (Chase), et il ne pourra plus s’en détacher. Plus tard, il sera l’incarnation même du sens de la science et de l’optimisme.

Si le 8×11 a fait grandir Chase, ce 8×12 l’a bien propulsé en avant. Chase a beaucoup évolué dans cette série, après avoir été un jemenfoutiste, un lèche-bottes, avec un comportement ado irresponsable, il devint dans « Chase » un homme indépendant affirmant son soi. Le 8×12 est une remontée à la surface, après avoir été à terre. Cet épisode trace un nouveau Chase qui, un pas après l’autre, confirme son importance future en héritant House dans un certain épisode que certains vont reconnaître…

Et oui, le petit a grandi.

Je m’arrête là, je vous souhaite une bonne soirée avec House sur TF1 (j’ai déjà revu le 8×13, 8×14, 8×15, et le 8×16 en VO) et surtout vos commentaires sont les bienvenus ! Merci de m’avoir lu !

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×11

Image

Mardi 12 Février 2013 fut diffusé l’épisode 8×11 « No body’s fault » alias « La faute de personne » sur TF1 qui a été suivi par 6,4 millions de téléspectateurs, c’est la pire audience de la saison. Un épisode qui se trouve juste à mi-saison, cet épisode 8×11 sonne la fin de la première partie de la saison 8, et le début de la deuxième et dernière partie de la saison 8. Comme nous l’avons remarqué, la première moitié de la saison c’est une reconstruction et une longue reconquête. Nous avons découvert les personnages mis en route. Beaucoup de fans se sont ennuyé « Je me suis ennuyé ! » concernant la première moitié de cette saison 8, pourtant c’est une partie très intéressante marquant les bases de l’environnement de House, qui détermine les personnages, une reconstruction de l’ancien avec du nouveau ce qui a donné un certain charme à cette saison.

Voilà, nous sommes en plein milieu avec ce 8×11, et c’est un épisode atypique à vrai dire. Jusqu’ici, c’est l’épisode le plus noir des 11 épisodes diffusés sur TF1. C’est un épisode très attachant et dévoilant plusieurs choses. Le générique ici est très court (5 secondes) et c’est le 5ème et dernier générique diffusé ainsi dans cette saison (remarquez encore la répétition du chiffre 5 !). J’adore l’image de fond qui nous montre la scène de crime, sur laquelle est écrit le titre de la série House M.D.

J’ai choisi d’analyser cet épisode en le divisant en 3 parties, bonne lecture !

I. Relation House-Chase

Inutile de faire un dessin pour dire que cet épisode est celui de Chase par excellence. D’ailleurs, je me demande pourquoi les scénaristes ont attribué le titre « Chase » au 8×12 et non le 8×11. Mais je ne vais pas m’y attarder car cet épisode met à nu la relation entre House et Chase.

Je me suis dit de commencer par ça dans ma review, car c’est très important de le noter dans cette saison, et parce que je connais les faits. Cet épisode fut l’épisode d’une erreur médicale sans précédent, mais qui a mis en lumière cette relation patron/employé.

Un incident qui devait arriver, a littéralement explosé ! Un patient enseignant la chimie, fit une crise de paranoïa en poignardant Chase et en blessant Adams au bras. Cette erreur médicale devait arriver d’une manière ou d’une autre, avec les méthodes suicidaires et folles de House. Notons que lors de l’épisode 2×08 « Erreur médicale » Chase était responsable de cette erreur, et House avec puisqu’il est chef du service. Comme quoi, il y’a une sorte de clin d’œil à cet épisode (que j’ai revu grâce à cette occasion !).

Chase est le plus ancien collaborateur et collègue de House parmi tous les autres larbins. Depuis 10 ans, il a tout appris à la House, il anticipe les faits, il prend des risques, désobéit aux ordres et il lit même dans les pensées de son patron. C’est le disciple de House par excellence, et c’est en appliquant un raisonnement housien qu’il a failli mourir.

Mais pourquoi Chase ? Le « fils prodigue » de House était pointé du doigt dès son retour lors du 8×05. Il était le plus expérimenté, le plus professionnel, et on sentait qu’il y’avait un profond respect mutuel entre lui et House. Ils étaient non seulement des collègues et des amis, mais ils avaient aussi une sorte de lien spécial presque paternel-filial entre père (House) et fils (Chase) en parallèle avec le lien prof (House) et élève (Chase). Un indice peut-être désignant Chase comme l’héritier ?

Ce n’est pas par hasard si on choisit Chase comme victime, car cette expérience quoiqu’horrible, va le mûrir davantage et va le propulser plus loin dans le monde de la science et de la médecine.

Le fait d’avoir effleuré la mort dans cet épisode avait un sens pour Chase et House. Ils regarderont la vie différemment et plus particulièrement, Chase.

Les farces et les coups foireux entre les deux hommes montrent une grande complicité. MDR le coup de la Vicondin ! J’étais plié de rire concernant la vengeance de Chase avec le gaz démasqué par House, et ce sont ces deux personnages qui seront les plus touchés par le drame. House tient à Chase plus qu’il ne pense, et on a remarqué sa culpabilité et sa perplexité face à ce qui est arrivé.

L’humour dans le 8×11 est presqu’imperceptible dans une atmosphère sinistre est glauque. La blague des cheveux roux peut nous mener à un indice, c’est le fait que le rouge dans cet épisode a un sens noir et obscur tout comme le rouge vif dans le 8×20. Derrière une couleur vive, on trouve le masque hideux de la mort.

House attire et foudroie son entourage en les rendant aussi misérables que lui, aussi seuls et sombres. Pas de chance ! Le pauvre Chase a eu un problème aux jambes, un reflet calamiteux de son patron boiteux.  Une chose est sûre : cette histoire aura des grandes répercussions sur leur relation, sur Chase, sur House et j’en passe. Je vais être plus précis dans les parties restantes de cette review.

II. Le reflet de House

Si j’ai parlé de Chase dans la première partie et sa relation avec son patron, cette 2ème partie sera consacrée au patient ou à l’agresseur si vous voulez. La relation entre House et le patient est spéciale. Le patient est un prof de chimie qui s’est mis en danger à cause de ses propres expériences, c’est vraiment un cas miroir de House qui s’est mis en danger en faillant perdre un collègue et sa liberté à peine obtenue.

Il faudra noter un détail technique : ce patient n’existe que grâce aux flash back de toute l’équipe. Chaque membre de l’équipe prenait le relais  pendant que la caméra tournait sur des rails contournant la table sous laquelle se cachait un acteur en attendant son tour. J’aime bien cette prouesse technique.

Retournons à cette histoire de reflet : le patient avait blessé Adams et avait poignardé Chase en plein cœur. Le patient a failli se tuer à cause de ses expériences qui avaient accéléré un cancer dont il était atteint et c’est à la fin que House lui sauvera la vie et ainsi, sauvera les meubles (sinon ce serait une deuxième erreur médicale et tout le monde meurt !). Juste une parenthèse, on a eu 2 épisodes très noirs et bien structurés dans ces 11 épisodes, et c’est le 8×07 et le 8×11 qui sont les épisodes les plus noirs et qui, comme par hasard, finissent par le même diagnostique : cancer. Il ne faut jamais croire aux coïncidences avec House ! Indice pour la suite, ça j’en suis sûr ! Le 8×02 reste mon préféré dans ces 11 épisodes, malgré tout…

On est d’accord sur la question du miroir House-patient. House a blessé beaucoup de monde, bousillé des vies au nom de la vérité pour satisfaire son égo, et n’oublions pas qu’il est autodestructeur. House peut être considéré comme un prof, on l’a vu à l’œuvre avec ses larbins et avec les étudiants en médecine notamment lors du fameux cours du 1×21. C’est un excellent prof.

Mais le patient reflète également quelqu’un qui n’était pas présent dans cet épisode, quelqu’un auquel House tient beaucoup, qui n’est autre que Wilson. A vrai dire, l’absence de Wilson dans cet épisode était un vrai trou noir, cela fait poser des questions car c’est bizarre, mais cela peut avoir des explications.

En fait, j’ai pensé à Wilson en prenant des notes. Wilson nous montrera son côté autodestructeur plus tard (ses petites tentatives dans les autres saisons ne sont rien à côté de ce que vous allez voir), nous assisterons aussi à un Wilson blessant House (si si ! et c’est pire qu’avec la lame d’un couteau !) et la maladie du patient de House ne peut pas passer sous silence non plus. A chacun son point de vue !

III. Culpabilité

La variation technique entre lumière et obscurité souligne la division de cet épisode entre passé et présent. Un présent truffé de culpabilité ne peut être que sombre. Le noir présent nous rappelle le 6×21 où House répondait aux questions de Nolan dans une ambiance à huis clos, terne, sombre, qui reflète celle du 8×11. Le noir peut symboliser aussi le crime et l’enquête policière ! C’est un épisode marquant où règne le noir policier lors du conseil qui a réuni tous les protagonistes sauf Wilson.

En général, l’obscurité est le reflet intérieur d’un House seul et mélancolique. On retrouve House dans un huis clos, face à Cofield l’ami de Foreman, essayant d’arracher des aveux de sa part, car c’est Cofield qui décide du sort de House comme il lui a dit. Ce duo a eu une approche différente de ce qui s’est passé. Cofield arrive très bien à cerner House, mais c’est l’arrivée de la femme du patient qui dévoilera sa couardise et son incapacité à aller jusqu’au bout de ses actes. Devant la couardise d’un « juge » qui avait menacé de couper les ailes de House ensuite change des propos, House était fou de colère. L’accusé House se concentrait sur les faits et le délire paranoïaque du patient.

House se comportait un peu à la Holmes, comme son passage à la scène du crime (ça fait bizarre sans Watson, hein !!) pour inspecter les lieux. Le souci du détail et l’opiniâtreté (qui nous rappellent son insistance et son entêtement dans le 8×07 ou le 4×15 !) de House pour poursuivre son enquête fut choquant pour autrui, y compris Cofield. La thématique de la liberté fut remise en question dans cet épisode, et c’est la deuxième fois que House se retrouve menacé d’emprisonnement. Et comme on dit, jamais deux sans trois ! Mais je n’ai rien dit, hein…

Ceci est un épisode de la culpabilité par excellence, alors qui est le véritable coupable ? On note le recours aux effets techniques tels que les flash back, le flou, les imaginations…C’est grâce à ces effets additionnés aux témoignages des membres de l’équipe, de House et de Foreman que le téléspectateur se trouve attiré par cette enquête énigmatique (on associe le noir aux énigmes aussi) qui constitue l’épisode comme un puzzle.

Pour la question de la culpabilité, tout le monde s’est culpabilisé et tout le monde a couvert et défendu House malgré ce qui s’est passé, y compris Chase. Taub et Adams furent ceux qui ont secouru Chase, avaient des avis différents. Pour Taub, c’est Chase le coupable puisqu’il n’avait pas fait attention en amenant un scalpel. Pour Adams, qui a été agressée avec Chase et blessée avec le scalpel, elle se considérait comme étant la fautive. Dans cet épisode, on voit bien qu’elle est choquée et émue. Adams est supportable dans cet épisode (enfin !) et a eu l’intelligence de sauver la vie de Chase. En effet, le drame auquel elle a assisté aurait pu finir en tragédie si elle n’était pas là.

On remarque que tout le monde se culpabilisait, et on se demande si House était conscient de ce qui était arrivé pour qu’il garde ainsi la tête froide en se concentrant sur le patient, en faisant le différentiel lors de l’opération de Chase. Il montrait son attachement et sa culpabilité en feignant l’indifférence, et pourtant c’est House qui a été le plus touché.

Le fait que Chase fut poignardé a tout chamboulé et a bouleversé tout le monde ainsi que le diagnostique du patient. Et après le verdict « c’est la faute de personne » on remarque que tout le monde était soulagé sauf House. Le regard sombre de ce dernier en dit long, lui le coupable innocenté, restait et se sentait coupable. Car même si House n’était pas là ou l’un de ses équipiers lui aurait désobéi, il est le chef du service de diagnostique et il est responsable de ce que ses larbins font, il est également responsable puisque Chase a utilisé une méthode housienne. House est le fautif au premier degré, et non personne !

D’ailleurs, il reconnaîtra sa faute en s’excusant auprès de Chase à sa manière silencieuse. J’aime les regards échangés sans un mot après « ils ont dit que c’est la faute de personne », ce sont deux complices qui se connaissent très bien.

Cet épisode ouvre la porte concernant des incidents de ce type qui arrivent, et soit on trouve un bouc émissaire pour la faute, soit on ne trouve aucun responsable de ce qui s’st passé. Chouette épisode en général marquant un grand tournant pour la série, pour House et pour Chase.

Merci de m’avoir lu et tous vos commentaires sont les bienvenus !

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×10

Image

C’est en écoutant Rocking music que j’ai décidé enfin d’entamer le 8×10 « Runaways » alias « La fugueuse ». Bon, j’ai un peu de retard pour cette review, peut-être un coup de mou, peut-être beaucoup d’épisodes de X-Files des premières saisons ou différents épisodes de House de toutes ses saisons, ou même des raisons perso qui m’ont éloigné de mes reviews. Ces derniers temps, j’étais très préoccupé et occupé, et je le suis toujours ! Bref, j’essaie de faire de mon mieux dans un laps de temps limité.

L’épisode 8×10 « Runaways » est un épisode qui avait talonné le 8×09 le mardi 5 Férier 2013, mais qui eut la plus petite audience ! En effet, si le 8×09 avait récolté l’audience de 7.2 millions de téléspectateurs, ce ne fut malheureusement pas le cas du 8×10 qui n’avait eu que 6.8 millions de fidèles. Pourtant, c’est un épisode intriguant, intéressant et on peut l’analyser sous différents angles. Pour ma part, je l’ai adoré mais j’ai préféré changer la forme ou le style de mon analyse qui sera en deux parties.

I. Histoire de liens…

Alors ça, on ne peut pas le nier ! Cet épisode en est truffé ! Et pour être plus clair, on peut distinguer deux sortes de liens. Le premier est le plus net, c’est le lien fondamental, médical c’est-à-dire le lien entre le patient et ses médecins.

Premier plan de l’épisode : House entrain d’examiner une jeune fille. Au fil de l’épisode, on découvre que l’histoire de cette fille mineure était plus intéressante que son cas médical lui-même pour House. C’était une fugueuse, une sdf, jeune, mineure, débrouillarde, responsable, mature pour son âge et tellement charismatique qu’elle suscita l’admiration de House. Elle vivait seule (Halooone !^^). Pour House, il la trouvait intéressante parce qu’elle avait osé faire ce qu’il n’a jamais fait. Elle incarnait une sorte de figure de liberté, cette liberté qu’il a eu beaucoup de peine à avoir, en ayant le bracelet électronique enlevé, en ayant subit la maltraitance de son père et la résignation de sa mère. On peut déduire grâce au cas de cette fille, qu’on s’approche dangereusement d’un certain épisode qui concerne le père de House, mais je ne vais pas m’y étaler.

House n’a fait qu’essayer de protéger sa patiente à sa manière. Pour la première fois dans la saison 8, il est subjectif dans son raisonnement. Le coup de la prostituée déguisée en assistante sociale était du pur House ! J’étais mort de rire. D’ailleurs, dès le début, House la protégeait en ne disant rien aux services sociaux et en mentant à Adams et à Wilson.

Pour House, les parents sont coupables et irresponsables, cette fille a raison de se libérer d’une mère qui ne changera pas. On peut s’en sortir et vivre tout seul, pas besoin de parents ! Encore un point sur lequel la fille était d’accord avec lui.

On aborde le thème de la liberté sous toutes ses formes : fugue, voyages, suppression du bracelet électronique…Admirez comment la fugue est contemplée par House et qui nous rappellera certainement une décision cruciale qu’il choisira plus tard dans la série. Votre mémoire a été rafraîchie ? Rien n’est dû au hasard. Le lien entre House et sa patiente est très spécial, chose qu’Adams partage aussi. Mais avant de passer au lien entre Adams et la patiente, on doit souligner le coup de pouce qui a « oxygéné » cet épisode, c’est le fait de la suppression du bracelet. Grâce à cela, on a assisté à House faisant des différents différentiels dans plusieurs endroits, pariant comme à son habitude !

Adams, de son côté, trouve que les parents sont nécessaires dans la vie. Le problème, c’est lorsqu’Adams est subjective, elle est pire que Foreman côté ennuyeux et chiant. Bon, elle m’a sérieusement gavé avec son « il lui faut une assistante sociale ! » comme si son cerveau s’était bloqué avec cette phrase. House avait son point de vue et il argumentait au moins ! Mais Adams nous gave avec son passé de fugueuse car elle avait trouvé ses parents chiants, vécu ailleurs et puis revenue au cocon familial comme si rien ne s’est passé…Au départ, Adams était du côté de la fille, mais avec sa surprotection elle est passé à l’autre côté, soutenant la mère, sans doute pour évacuer sa culpabilité envers ce qu’elle avait fait dans sa jeunesse.

Bref, les deux médecins (House et Adams) étaient les plus touchés par le cas. Leurs deux avis étaient différents et chacun d’eux défendait farouchement son point de vue mais les avis se rejoignent dans le but de protéger cette patiente  et d’assurer son bien-être. Fidèle à lui-même, House n’osera jamais dire ce qu’a dit Wilson à sa place, mais tout ce qu’il a fait confirme les dires de Wilson. Il admire et protège sa patiente.

A part le lien médical que je viens d’étaler, il y’a le lien familial. On n’est pas sorti de l’auberge ! Depuis des épisodes et la thématique parentale/familiale continue. Ainsi, on peut commencer par le lien maternel qui est présent avec le cas, une relation tendue entre une mère et sa fille où on peut noter de la haine et du rejet de la part de la fille envers une mère qui n’a jamais su l’être. Cette relation électrique est absente concernant le lien paternel où Taub essayait de trouver un lien avec ses filles (ça me rappelle Cuddy et ses pleurnicheries dans le 5×13) et c’est grâce à Wilson qu’il réussit.

Il y’a aussi le lien fraternel avec les deux frères des consult, les vomisseurs XD. On peut se dire « comme c’est touchant de les voir se rapprocher grâce à l’art » et plu symboliquement, grâce à la guerre. Beaucoup d’humour mais accompagné d’un sérieux refoulé  avec l’insistance sur cette consult, sur ces deux frères, sur ce vomi répétitif…S’ajout aux frères empoisonnés l’image de la patiente crachant du sang avec des douleurs à la poitrine. Je ne suis pas vous, mais quand j’additionne tous ces symptômes je trouve plusieurs résultats sous formes d’indices comme ce qui se passera dans le 8×19 et dans le 8×20, et au-delà de ces épisodes. Enfin, c’est juste un constat !

Dans cet épisode du 8×10, Chase et Park étaient les plus mis à l’écart du cas et de la vie de la patiente. Quand à Wilson, il était toujours là en tant que sage et conseiller non seulement de House mais des autres. C’est lui qui s’est soucié des liens avec les patients.

II. Les miroirs de soi

Passage sans transition à la deuxième et dernière partie de ma review. Comme vous l’avez constaté, le lien médical s’est octroyé la plus grande partie de tous les liens dans la première partie. Ce n’est pas par hasard, puisque tout l’épisode 8×10 est fondé dessus !

N’empêche qu’il faudra souligner le rôle des miroirs dans cet épisode, d’où cette deuxième partie. Le premier miroir est assez intéressant. Nous avons Foreman et son aventure avec Anita. Plusieurs avaient ras-le-bol de Foreman, pourtant il fallait regarder de près. Cette aventure qui a commencé depuis quelques épisodes, eu subitement un tournant. C’est après le chantage de House que Foreman s’est mis à craindre le scandale, mais c’est grâce à Taub et Chase qui supprimèrent les photos que Foreman fut soulagé. Anita, la femme mariée avec laquelle il avait cette aventure, lui balança une nouvelle comme une douche froide. Le mari était au courant de l’infidélité de sa femme, mais qui la laissa continuer son infidélité car il la trouvait plus heureuse. Foreman, d’abord soulagé d’un poids (mentir au mari), ne dit rien. Plus tard, et en abruti comme House, il refusa de continuer sa relation avec Anita. Une relation sans piquant et sans adrénaline maintenant que le mari était au courant. Vivre dans le mensonge est, pour Foreman, plus excitant et plus palpitant que vivre dans la franchise. Ce comportement de Foreman nous montre deux choses : d’abord qu’il déteste l’engagement (trop chiant) et surtout qu’il est comme House même dans le comportement avec les femmes !

Ce qui enfonce le clou du miroir Foreman-House c’est lorsque House dit à Foreman « Tu finiras seul ». Vous l’avez déjà entendu cette phrase auparavant dans le 5×19 ! Wilson l’avait dit à House, et maintenant c’est House qui la dit à Foreman. L’aventure de ce dernier nous indique qu’il finira comme House, côté solitude.

Cela reflète d’autres personnages masculins de la série. En fait, chacun d’eux a sa vie privée, mais aucun personnage masculin ne peut avoir une relation stable avec une femme. Ce n’est pas seulement le cas de Foreman, mais aussi celui de House, de Chase, de Taub et de Wilson. Tous se ressemblent, tous se reflètent chacun dans l’autre. C’est en rigolant que Chase et Taub dirent à Foreman que d’une manière générale, les mecs détestent l’engagement.

Autre miroir, celui du cas ou plutôt de la fugueuse miroir ! Ici, le cas est le reflet de la liberté, et c’est pour cela que House défend bec et ongle sa patiente car elle est libre et émancipée. House se compare un peu à elle, vu qu’il venait de sortir de prison et qu’on lui avait supprimé le dernier souvenir carcéral : à savoir le bracelet électronique. Sans bracelet, c’est un sentiment nouveau qu’a House, celui d’une liberté tant espérée. Il est content et le fait savoir !

House se reconnait dans la patiente qui a vécu une vie atroce dans sa famille, et prit parti avec elle. Lui, avait plutôt un problème avec son père. Elle, avec sa mère.

Cette dernière (la mère) peut aussi être le reflet de House. Toxicomanes tous les deux, irresponsables et brisés, ils ont désiré changer. Pour House, on ne peut pas changer ! Pourtant, il espère le contraire. Combien de fois il a essayé de changer, mais à chaque fois il rencontrait l’échec ? La mère n’a pas baissé les bras et essaya d’être à la hauteur pour une fois malgré les tentatives de House de prouver à Adams qu’elle avait tort. Serait-ce un message caché concernant House nous dévoilant que ce dernier assumera ses responsabilités un jour? Idée à creuser…

Malgré leur discordance et les paris, House se reconnaissait non seulement en sa patiente et sa mère, mais aussi en Adams qui avait fugué. Elle avait le choix de rester ou de partir, ce qui n’était pas le cas de la patiente qui n’avait pas le choix. House enviait ceux qui ont osé fuir, quoi que fussent leurs raisons de fugue.

Adams aussi se reconnaissait en la patiente et sa mère ! La patiente, parce qu’elle lui rappelle sa fugue lorsqu’elle était ado, et en ce qui concerne la mère, elle lui rappelle ses parents restés inquiets. C’est par culpabilité et pour se racheter qu’Adams eut un comportement presque maternel, très proche de la patiente, chose qui n’était pas du goût de House.

Autre miroir, c’est la mère et la fille. Selon les dires de la fille, elle était la mère, c‘était elle qui s’occupait de tout. Dans cet épisode, elle est malade et sa mère endossa le rôle de la mère tant rêvée. Les rôles s’inversent comme deux miroirs qui se reflètent l’un dans l’autre. Cette idée de miroir nous laisse perplexes en se repassant le 8×19 en tête. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai l’impression qu’il y’a une certaine liaison entre les faits…Peut-être suis-je parano !

Taub et la mère de la patiente ont tous les deux un point commun : avoir un problème avec son enfant. Taub avait un problème de lien paternel avec ses filles, et c’est grâce au conseil de Wilson qu’il avait résolu le problème avec les Taubettes en restant soi-même, et ça marche !

La mère de la patiente est tout le contraire de Taub, elle n’a aucun point commun avec sa fille qui la déteste. Il y’a eu une tentative de rapprochement, mais la fille ne voulait plus revivre son passé car elle partageait la vision de House : personne ne change !

En somme, Taub et la mère de la patiente sont deux parents qui ne sont pas parfaits, qui aiment leurs filles et pourtant le résultat est différent.

Cette thématique de la parenté assiste à l’ajout du sacrifice qu’ont vécu les personnages. Cette idée du sacrifice et de rédemption est le fil rouge de la saison 8. La patiente ne voulait plus revivre l’enfer avec sa mère car elle a déjà beaucoup sacrifié. Adams et House vivent en pleine rédemption, même si House a sacrifié et se sacrifiera encore. Tout le monde se reconnait dans tout le monde, et même les deux frères vomisseurs des consult ! L’un des deux s’est sacrifié pour se rapprocher de son frère en devenant un acteur progressiste portant un costume de l’époque. Ces frères par exemple peuvent refléter symboliquement House et Wilson. On peut se rappeler de House vivant dans le noir, souffrant, sacrifiant sa Vicodine dans le 8×19.

Bref, j’ai aimé cet épisode où régnait humour (la consult des deux frères surtout !) et sérieux (la fille et sa mère, sa maladie, les réactions de House et d’Adams). J’ai trouvé cependant Park un peu trop effacée dans cet épisode, sinon ça gère ! On creuse plus les personnages et on les identifie avec tous ces miroirs, ce qui est assez intéressant à ce stade de la saison 8.

Voilà, merci à tous de m’avoir lu ! Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×09

Image

Avec la soirée du 5 Février 2013, on s’approche très vite de la mi-saison 8 déjà ! C’est en loupant l’épisode 8×09 « Oubli de soi » en VF que je vais l’analyser selon mon point de vue. Plus tard, ce sera au tour du 8×10.

L’épisode 8×09 avait récolté une audience correcte de 7.2 millions de téléspectateurs. Petit leader certes, mais leader quand même !^^

Quand je vous dis que la VF est pathétique ! à part les erreurs commises de la traduction, est-ce que quelqu’un d’entre vous pourrait trouver une explication à l’étrange traduction du dernier mot du 8×09 ? Vous avez entendu House sur TF1 disant à Foreman après lui avoir renversé ses crayons : « c’est pas fait exprès ! », une magnifique phrase qui illustre la créativité des traducteurs. En version originale, House avait dit : « Oups ! », comme quoi il y’a des mots très durs à traduire !

Je n’avais pas hésité pour regarder les épisodes deux jours avant leur diffusion française, ayant la flemme d’écrire (doigts congelés !) j’étais même passé au visionnage des épisodes du 12 Février. Mea culpa, j’ai oublié de parler du 5ème générique ! Mais là ce sera trop spoilant, je vais donc parler du 8×09, visionné en VO.

Episode capital où il y’a un tournant important qui arrive dans cette saison 8. L’épisode 8×09 se divise en trois parties.

I. Crise identitaire

Qui suis-je ? Telle était la question posée par la plupart. Suis-je vraiment le contraire de ce que j’ai cru que j’étais ? Le cas présent dans cet épisode est le meilleur exemple !

En effet, le patient est atteint de la maladie d’Alzheimer, et souffre de symptômes inquiétants. On sent que l’Alzheimer était beaucoup plus mis en lumière que le cas, avec des effets techniques comme des flashs illustrant à peu près l’état du patient. Il faudra souligner à ce propos deux trucs assez intéressants liés à Alzheimer : d’un côté, on n’a jamais eu dans la série un patient atteint de cette maladie (me corriger si je me trompe) et d’un autre côté, l’Alzheimer sera évoqué dans un autre épisode (8×20) de cette même saison 8. Ne croyez surtout pas que ce n’est qu’une coïncidence ! Quand un mot se répète ça a un sens. L’oubli de soi. Le néant et l’anéantissement. Un trouble d’identité voire le rejet de soi. Il suffit de lier ce cas à des aspects du 8×20 pour comprendre la tragédie humaine.

Retour à nos moutons : dans le 8×09, nous avons un patient atteint d’Alzheimer (donc double tragédie à savoir que c’est une maladie incurable) qui souffre de crise identitaire. Il passe à l’état enragé en deux secondes, et redevient inoffensif rien qu’en écoutant sa femme.

 La souffrance de ce patient touche sa femme, qui a eu un œil au beurre noir de la part de son mari. La souffrance de cette femme touchera tout le monde et même son mari. Ce dernier, brésilien d’origine, était un entraineur de foot avant d’être atteint par Alzheimer, ce qui fait une double identité. A-t-il uniquement une double identité ?  Le trouble identitaire et les multi identités nous rappellent le 8×07 avec le cas de la gamine.  On a l’entraîneur sportif, on a le patient inoffensif, on a le patient enragé et on a surtout une sorte de « retour aux sources » le concernant, redevenir ce brésilien qu’elle avait connu. Il ne savait pas ce qu’il faisait endurer à sa femme et sa question à la fin résume tout.

Ce patient est un vrai cas miroir. Son impact fut très net sur Foreman, Chase et House d’une part, et sur la femme du patient d’une autre part. Ce qui est intéressant, c’est que tous les quatre avaient le mot « culpabilité » écrit en gros sur le front.  Abandon, infidélité, et j’en passe …C’est la rédemption pour tous. C’est aussi un effet miroir des consult, mais on y reviendra plus tard. C’est aussi le terrible miroir du suicide housien que ce dernier criera sur Taub (le 8×21 plus exactement), plus on creuse le patient, plus c’est sombre et on trouve des indices morbides guidant vers la fin.

Toujours dans cette thématique de la quête de soi, vers la fin, House traduit ce que le patient disait en portugais à sa femme, un vrai geste touchant, humain et altruiste envers quelqu’un qui avait perdu son passé et vit dans l’inexistence.

Face à ce cas très sombre, on avait assisté à la consultation de Wilson assez drôle. Face à un couple d’asexués vivant ensemble sans faire l’amour depuis 10 ans, Wilson en parla à House car il savait que House sera intrigué par cette romance chaste plus qu’autre chose et d’ailleurs cela a marché. Malin, ce Wilson ! Il voulait faire intervenir la logique de House et son analyse de ce couple afin de trouver une explication scientifique et raisonnable. House n’était pas naïf non plus et se rendit compte du plan de Wilson, en tout cas, encore une fois personne ne peut être à la hauteur de House et le connaître si bien que Wilson. Les deux acolytes et amis avaient résolu le cas ensemble.

Ce deuxième cas est un reflet du premier cas. Il s’agit ici aussi d’une crise identitaire, puisque le patient pensait qu’il était né ainsi, avec cette orientation sexuelle, la science intervient pour démontrer le contraire. Ce qui laisse Wilson s’auto-culpabiliser, en disant qu’à cause d’eux un couple était devenu malheureux. Pour House : la vérité est au dessus de tout mensonge ! J’ai adoré le Hilson qui finit en fumant des cigares, ils se contredisent mais ils sont satisfaits. Très belle amitié et quelle complicité !

II. Sacrifices

La notion du sacrifice est très importante dans cet épisode. Tout le monde s’est sacrifié, ou va se sacrifier. Ainsi, par exemple, nous retrouvons le sacrifice par amour dans les deux cas. Il y’a un parallèle entre le cas et la consult. Les femmes des maris malades portent un sacré fardeau. Le premier cas, celui du patient atteint d’Alzheimer, est très touchant. On trouve sa femme qui est restée avec lui des années à lui répéter ce qu’il allait faire ou bien où il allait. Elle le connait en étant malade plus que celui qu’elle avait connu, en bonne santé. La question de la fidélité se pose à ce propos, lorsque le « très bon ami » de la femme était apparu, une femme qui a trouvé son appui sur quelqu’un mais qui finit par tromper son mari. Pour House, l’infidélité n’est pas un crime. Et c’est là qu’Adams entre en action avec un triple zéro de ma part, en faisant la morale à House et en prônant la fidélité  comme base solide de toute relation. C’est clair, la miss ne regardait que son parcours personnel, et sans réfléchir, elle s’immisce dans les cas entrainant avec elle ses conseils à la Cameron. Enfin…Adams est bien pire que Cameron, car elle croit vraiment que le ciel est bleu et les oiseaux chantent ! D’ailleurs vous trouverez partout sur le net des critiques acerbes concernant Adams.

Les maladies incurables et longues, personne ne peut les supporter seul. On pourrait dire que le mensonge est vraiment la base de toute relation stable. La preuve : le deuxième cas des asexués vivant ensemble depuis une décennie sans faire l’amour ! Qui a fait le sacrifice ? La femme, par amour aussi ! Sacrifier dix ans de sa vie ainsi en se passant pour une asexuée juste pour vivre aux côtés de quelqu’un qui lui plait, ne peut-on pas déduire que c’est une preuve assez tangible ?

Autre type de sacrifice qu’on peut sentir c’est le sacrifice par amitié. Souvenez-vous de ce que House avait dit à propos de l’infidélité. Pourtant, House est l’ami le plus fidèle qu’on puisse imaginer ! Il est très fidèle à ses promesses et à ceux qui tiennent à lui). Je parle de ce couple d’amis qu’on appelle « Hilson » car le cas n°1 nous rappelle étrangement le couple House-Wilson et ce qu’il affrontera surtout dans le 8×19 (prendre des risques par amitié), le 8×21 (acceptance) ou même le 8×22 (l’épisode du Sacrifice par excellence !!). Si la maladie de l’oubli est rejetée dans le 8×09, elle apparaîtra comme une bénédiction dans un certain 8×20.

Le deuxième cas du couple des asexués confirme un peu ma vision paranoïaque avec la découverte de cette tumeur. Si on lie le terme « tumeur » au destin noir du cas n°1, on a « tragédie » comme résultat !

Troisième catégorie de sacrifices, il s’agit des sacrifices familiaux. Alors là, on apprend des trucs sur Chase qui avait sacrifié les années de son adolescence à jouer le rôle du père dans une famille complètement vouée à elle-même, avec un père irresponsable et une mère alcoolique. Mais la plus grande nouvelle c’est qu’on apprend que Chase avait une petite sœur de qui il s’était occupé, pour être haïs et rejeté par la suite. C’est là qu’on peut se dire qu’en fin de compte, on ne connait pas vraiment le personnage de Chase qui s’est révélé très discret. On voit que le cas l’a touché jusqu’à ce qu’il décide de briser la glace qui le sépare de sa sœur en lui passant un coup de fil. Cette culpabilité d’avoir abandonné un parent est partagée par Foreman, dont la mère était atteinte d’Alzheimer et fut décédée. Cette culpabilité poussa Foreman à s’impliquer dans ce cas.

III. Une nouvelle vision du monde

Je me suis dit que c’était le titre le plus adéquat après un changement. Cet épisode 8×09 marque un tournant important dans toute la saison 8. En effet, c’est là où House se débarrasse de son bracelet électronique et semble redevenir un homme libre. Le fait de la suppression totale d’un passé pesant qui lui enchaînait le pied symbolise la fin de l’ère « House enchaîné » et le début d’une nouvelle ère de liberté à laquelle House a toujours aspiré. Mais est-ce que c’est aussi facile de devenir quelqu’un de libre ou bien l’épée de Damoclès suspendue au-dessus de sa tête était devenue invisible et plus dangereuse ?  Ce qui est sûr, c’est que House aura une vision beaucoup plus différente du monde.

Cette libération est due grâce à Foreman. Ce dernier a eu aussi une nouvelle vision du monde, en affirmant son autorité en tant que doyen de PPTH. Il avait étudié le cas miroir qui l’avait touché et intéressé, prétextant le fait que Taub était absent et que House avait besoin d’un coup de main. Le long de l’épisode, on se rend compte que le ex-larbin de House était bien le boss. Sa démarche était housienne et foremanienne ! lol. Contre toute attente, c’était lui qui avait résolu le cas au lieu de House, rien qu’en observant une plante ! Trop fort notre Foreman !

J’ai adoré la manière dont était traitée la relation House-Foreman en parallèle avec la relation House-Wilson. Plus on avance dans la saison, plus la relation entre ces trois-là est très spéciale. Dans cet épisode, la relation House-Foreman arriva à supprimer les chaînes de House et à imposer le respect mutuel entre les deux.

Il en est de même avec Wilson qui changera d’avis en fumant un cigare avec son meilleur pote. Ces deux-là partagent la même vision et la même philosophie du monde malgré tout ce qui les différencie. Ils donnèrent une nouvelle vision du monde à un couple d’asexués qui est en réalité hétéro. La vérité n’est pas si mal en fin de compte ! Écœurante mais satisfaisante !

Pour le cas, j’ai déjà mentionné le fait que le patient avait parlé en portugais et perdit son anglais, et c’est grâce à la traduction de House qu’il y’a eu une réelle connexion mentale et psychique entre le couple. Et même si c’était illusoire et temporaire, même si son mari avait reprit l’anglais en ayant tout oublié, on sent que la femme n’a plus le même regard envers son mari. Ses yeux brillaient lorsque son mari a remué les quelques souvenirs qui lui restaient d’elle. La disparition du petit ami à la fin de l’épisode peut être le symbole de la fin d’une relation extraconjugale.

En général, le changement n’est pas si mal. Disons que la plupart l’a bien vécu.

Vers la fin, on pourra noter la répétition du chiffre 5 « 5 ans » car comme je l’ai précédemment expliqué, durant la saison 8 on note une répétition pas du tout innocente du chiffre 5 et pour ceux qui connaissent toute la saison, ils sauront de quoi je parle. En finissant l’épisode 8×09 avec ce chiffre-là, cela confirme que cet épisode est plus sombre et tragique qu’il en a l’air. Ça craint !

Chiffre maudit dans House M.D, mais un chiffre porte-bonheur chez nous, lol. Allez, merci de m’avoir lu et surtout vos commentaires sont les bienvenus.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

House – Review du 8×08

Image

Février arrive, et comme promis voici ma 8ème review de House. Le 29/1/2013 fut diffusé l’épisode 8×08 « Tous paranos » alias « Perils of paranoia », un épisode qui talonnait le 8×07, diffusé durant la même soirée sur TF1. La soirée de House eut 7.1 millions de téléspectateurs en moyenne qui avaient suivi les aventures du docteur grincheux dans sa dernière saison.

Encore une baisse considérable des audiences qui n’ont jamais remonté au niveau du 8×01 (8.3 millions de téléspectateurs) et on remarque que ces derniers désertent leurs canapés. Pourtant, les épisodes ne sont pas mauvais, bien au contraire ! Espérons que les audiences remontent un jour, même si House est leader !

Petite parenthèse pour des prétendants fans de la série : je crois qu’il faudra clarifier les choses, soit on est fan d’une certaine relation amoureuse, soit on est fan de la série. Il y’a beaucoup de différence entre les deux. Mais de là à venir me dire que le départ d’une actrice a fichu la série en l’air, là je dis stop à une pareille stupidité. Soit on regarde, soit on laisse autrui regarder. La série ne dépend pas d’une actrice, mais d’un grand acteur Hugh Laurie et son personnage House. Voilà…Juste je voulais dire cela à ceux qui pensent de cette manière, car à force de lire des commentaires fades et stériles durant deux ans, ça gonfle ! Et ça, c’est très chiant. C’était un petit mot et je ferme la parenthèse, retour à la review du 8×08.

J’ai trouvé le 8×08 intéressant et touchant. Moins sombre que le 8×07, il affiche cependant des indices et des thématiques sur lesquelles se base l’épisode. J’ai préféré l’analyser en trois parties.

I. Paranoïa

La paranoïa est le fil conducteur ici. A l’image du patient, tout le monde était parano ! La question à propos des armes chez soi est posée grâce à un cas médical. Les américains ont recours à l’armement pour se défendre, alors quoi de mieux que l’exemple d’un procureur malade limite parano ayant un arsenal chez lui ? La question de l’armement ressurgit depuis le suicide de Kutner dans la saison 5 (le 5×20 pour être précis). Avoir une arme chez soi procure t-elle un sentiment de sécurité ou bien du contraire ? Beaucoup de questions qu’on peut se poser, entre réalité et fiction.

Restons dans la fiction, c’est-à-dire dans l’épisode. Un procureur tombe malade mais tout le monde n’arrive pas à connaître quel est l’origine du mal et comment cela s’est produit. Adams et Park découvrent chez lui un arsenal caché derrière un passage secret. D’emblée, l’hypothèse de la paranoïa était là.

Le patient est un procureur, il envoie des types en prison. On voit ici que la thématique de la prison et de la justice est présente. Il est marrant de voir un ex-détenu comme House soigner  un procureur. Ce dernier a cette obsession maladive de garantir sa propre sécurité et celle de sa famille, derrière son masque d’aisance, de confiance en lui, et de force. Pourtant, on découvre une autre face du procureur : il vit dans la peur, n’a ni confiance en lui ni confiance en personne, et il est faible. Son cas est à mi-chemin entre un cas psychologique et un cas physique.

Mais l’important n’est pas vraiment son cas, mais l’intéressant c’est le fait qui il est. Un procureur qu’est-ce qu’il fait ? Il cherche la vérité et démaque les faits à la lumière du jour. Chose qui nous rappelle la méthode à la Holmes, mais à la House aussi. Le voilà notre miroir ! Notre Holmes moderne, ancien détenu, toujours égal à lui-même, est un obsédé voire un parano de la vérité qu’il cherche depuis toujours ! Ce procureur à succès est la voix même de la vérité qui ne doit jamais être étouffée.

Ce cas parano n’a pas laissé le monde de marbre, sauf Chase qui est le seul à avoir pris ses distances avec la paranoïa, le patient et les histoires de l’équipe. Tous paranos !

Nous avons Wilson, obsédé par le fait que son ami ait un flingue(son obsession nous rappelle celle de House dans le 8×07), Park la plus parano de tous, en voulant que tout le monde la respecte après qu’elle s’est sentie rejetée par ses collègues (et House a utilisé la manipulation comme le fait de jeter l’huile sur du feu), Foreman, devenu paranoïaque en voyant derrière chaque coup Taub, incitant les femmes à venir lui tenir compagnie. Bien entendu, nous avons aussi la paranoïa de la sécurité, la paranoïa de la quête de la vérité (House et le patient), mais aussi la paranoïa de la paranoïa ! Là tout le monde est atteint, lol.

La paranoïa est assez sympa je trouve, car on a vu les personnages dans tous leurs états bref c’était très marrant de les voir se torturer de questions devant chaque manipulation et chaque acte !

II. Le respect

La question du respect a été largement abordée dans cet épisode. Elle a concerné deux aspects du respect qu’on va aborder ! J’ai jugé utile d’en parler car le terme « respect » a été répété à plusieurs reprises, et parfois le silence et le regard à eux seuls suffisent …

On a le respect entre collègues, et c’est Park qui a ouvert le feu. C’est bien de revoir un tel personnage vraiment atypique retourner à l’action pour le découvrir encore plus. Park, se sentant rejetée de la part de ses collègues, demanda qu’on la respecte, elle dit à House qu’elle mérite du respect, mais House jeta de l’huile sur le feu en la manipulant afin de créer des conflits avec ses collègues. Pour House, le désaccord et le crêpage des chignons entraînent sûrement quelque chose du bénéfique. Nous avons toujours vu House s’amuser à tourmenter de la même façon ou pire ses autres équipes afin d’avoir des idées nouvelles, ce qui s’est produit.

Park se dépassa, grâce à House, et eut plusieurs idées intéressantes dans le diagnostique, ce qui a poussé House à ordonner Adams d’écouter Park. Cette dernière est celle qui avait pensé à la présence d’un passage secret rien qu’en regardant les dimensions des pièces de la maison du procureur. En fait, la question du respect entre collègues devait être abordée, comment s’imposer auprès des autres ? Que faire pour être respecté ? House donna à Park un coup de pouce housien pour se dépasser et se sentir utile.

Connaissant le caractère de cochon de son employée, House fut direct et franc envers Park : « les gens vous respectent, c’est juste qu’ils ne vous aiment pas. »  Tiens, ça me rappelle quelqu’un, ça ! La réaction de Park a crée en tout cas beaucoup de tension dans l’équipe, surtout entre elle et Adams. Ce qui est tout à fait normal surtout pour les deux nouvelles ! On voit quand même que la tension a engendré la créativité, donc tout est bénef.

A la fin, Park demanda à Chase de boire un verre avec elle, surtout que c’est lui qui est le plus distant avec elle. C’était assez sympa de voir fondre le froid entre les membres de l’équipe, grâce aux manipulations de House qui les avait dressé les uns contre les autres. On voit bien le résultat !

Mis à part le respect entre collègues, il y’a une autre forme de respect plus intime, plus personnelle pour House. Il s’agit du respect paternel. La thématique de la parenté nous laisse encore un caillou du petit poucet, ça mène où ? Je vous laisse réfléchir…

J’ai tellement aimé le respect paternel que j’ai décidé de m’y étaler un peu^^. En fait, la thématique de la paternité est ici sous-jacente. On découvre que le patient est un père mais on ne verra jamais ses enfants. Mais ce qui souligne cette thématique le plus est un jeu de gosses entre House et Wilson, où ce dernier insista sur le fait que House avait une arme chez lui, chose que House avait totalement nié. Après avoir fouillé chez House, Wilson découvre un revolver dans une boîte portant le nom de House. Pour lui, aucun doute ! C’est la preuve qu’il est plus intelligent que House. Ce dernier nia qu’il s’agissait d’un vrai revolver et qu’il n’était qu’un jouet, un accessoire de mise en scène. Et même si Wilson sembla convaincu, j’ai eu un doute.

Vers la fin de l’épisode, House rangea le faux revolver selon ses dires, dans une vieille boite en acier portant le nom de House. Et si House n’a pas paru sentimental concernant l’arme qu’il avait jetée dans la boîte, on peut cependant déceler une certaine émotion dans ses yeux en caressant de ses doigts la boîte. Ça se voit qu’elle compte beaucoup pour lui.

Le summum de son émotion était lorsqu’il avait sorti de l’armoire un sabre japonais sur lequel le nom et le prénom de son père « John House » étaient gravés. C’est fou ce qu’un sabre peut contenir des indices concernant la parenté. Vous vous rappelez certainement de ce qu’il avait dit dans le 8×14 (pour ceux qui ont regardé la saison 8) à propos de John House. Il ne l’aimait pas, mais il le respectait. Lorsqu’il avait perdu son père dans le 5×04, c’est les yeux larmoyants qu’il quitte son bureau à la fin. Son père comptait beaucoup pour lui et cache jalousement tout ce qu’il avait hérité de lui. (Dans le 8×08, c’est la deuxième fois qu’on fait allusion au père de House. La première fois était lors d’une discussion entre House et Wilson dans le 8×06).

D’ailleurs, le sabre japonais a une grande symbolique dans la culture japonaise. Il a été toujours considéré comme un signe de respect hérité précieusement du père au fils, d’une génération à une autre. Le sabre est japonais dans le 8×08, c’est lui le petit caillou parmi une série de cailloux menant à la thématique de la paternité parsemant des épisodes. La mention du Japon était évoquée dans le 5×04, quand House avait parlé de son père qui était à Okinawa lorsqu’il a été conçu.

Le sabre japonais présent dans le 8×08 n’est pas le même dans le 7×01, on ne distingue aucune gravure sur ce dernier contrairement à celui du 8×08. House ne sort ses sabres que très rarement et encore, il est très gauche en les maniant. Il garde farouchement le sabre de son père qu’il avait hérité. Je peux mentionner que lors du 6×18, House se baladait dans l’hôpital avec l’épée d’un chevalier. L’épée ou le sabre ont des valeurs morales pour House, respect, humilité, dignité, force et courage. Alors que dire du sabre d’un homme qu’il a toujours respecté ! Admirez juste le regard de House en contemplant le sabre.

Image

III. Par amitié

Il faudra mentionner le retour des consultations, chose assez logique après la fin du 8×07. On remarque que House est resté lui-même, il sélectionne ses patientes selon la taille de la poitrine. Dans une deuxième consultation, House soignait un voleur et le démasqua grâce à sa méthode déductive, mais je dirais aussi grâce aux infos qu’il a pu récolter lors de son séjour à la prison. Bref, le retour des consultations est en lui-même un point positif qui nous montre qu’à la fois, House n’a pas changé mais qu’il a aussi changé. Un point négatif ? C’est le fait que les effets en 3D n’ont pas été là lorsque House donnait ses explications, mais l’épisode reste cool. Beaucoup de rire, avec Taub, Foreman, Park et le Hilson. Et comme j’ai déjà parlé de Park, je vais parler de la relation d’amitié entre Taub et Foreman.

Ces deux-là étaient potes depuis bien longtemps ! Taub se souciait de Foreman en le voyant sans aucune relation ; d’une manière générale Foreman est le parallèle sinistre avec House, et il est comme lui. Malheureux, seul, aucune relation depuis Thirteen. A vrai dire, Foreman est chiant, BORING comme le dirait House ! Avec House, jamais de BORING, mais avec Foreman c’est la cata ! Taub joua le rôle du con fouineur qui envoie des femmes à Foreman, surtout qu’il est un « spécialiste ». Il lui envoya des infirmières, et finit par lui envoyer une femme mariée avec laquelle Foreman eu une liaison. Malgré la situation insolite et les conneries de Taub, ce dernier prouva qu’il est un vrai ami. Il se soucie de Foreman et a fait tous les mauvais coups par amitié, pour le bonheur de son ami.

D’un autre côté, les tensions entre les membres de l’équipe ont fini par les rapprocher. Le conflit a ramené la paix et c’est Park qui a fait le premier pas brisant le mur de glace entre elle et l’équipe, pour aller boire un verre avec Chase. Je l’ai déjà souligné, Chase était le plus distant avec elle. Je trouve que c’est le début d’une relation d’amitié entre une nouvelle recrue et un ancien membre. Cela peut être aussi un clin d’œil au 8×18, un vrai épisode de fous.

Autre relation amicale et pas n’importe laquelle, c’est celle de House et de son acolyte Wilson. C’est fou ce qu’on se marre avec ces deux-là ! Alors là, rien à dire les concernant ! Ils se connaissent parfaitement et sont hilarants, l’un piégeant l’autre comme des enfants : « Admet-le ! » (Clin d’œil encore au 5×04, comme par hasard).Wilson est celui qui sait ce qui peut se passer dans le cerveau de dingue de House et les petites séquences hilarantes en sont le témoin. Chacun d’eux anticipe la réaction de l’autre tellement ils sont fusionnels.

Wilson avait essayé de savoir si son ami cachait une arme, mais devant la négation de ce dernier, Wilson décida de trouver la réponse en fouinant. Je dirais plus par soucis et par curiosité que Wilson était entré à l’appartement de House. Le problème de Wilson, c’est que House avait toujours une longueur d’avance sur lui, rien à faire ! House le connaissait trop pour ne pas oublier de laisser un filet piège chez lui MDR. D’ailleurs le fait que Wilson se retrouve dans les filets de House, cela est assez symbolique : House a toujours une longueur d’avance sur Wilson et ce dernier se fait toujours avoir par lui. Ça se voit qu’ils apprécient chaque coup foireux, mais pour la première fois House ne partagea pas une chose qu’il respecte et qu’il chérisse avec son ami. Il garda le secret pour lui concernant l’arme, et je l’ai vraiment trouvé touchant lorsqu’il sortit le sabre de son père.

Ça va…il a partagé son secret avec nous les téléspectateurs ! C’était un épisode sympa ! J’ai adoré les moments Hilson et les coups de Taub, le mytho par excellence ! La paranoïa était intéressante. Bref, un épisode hilarant avec des thèmes abordés, moins sombre et moins lourd que le 8×07. Les deux épisodes sont biens.

Merci de m’avoir lu et tous vos commentaires sont les bienvenus.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,