RSS

Un oeil sur Fort Boyard…

17 Déc

Après deux décennies de visionnage de Fort Boyard (21 ans sur 23 ans du jeu, pas mal !), je me suis dit qu’il fallait faire une petite critique personnelle de ce fameux jeu, surtout qu’on aura le 22 décembre 2012 l’avant-dernière émission spéciale Noël (émission n°10) qui sera diffusée un samedi soir, et non France 2 s’est rendue compte de son erreur fatale de la diffusion de l’émission 9 spéciale Halloween un mercredi soir, sachant qu’il y’a eu ce soir là un match sur France 3 et Esprits Criminels sur TF1, chose qui a écrasé cette émission 9 déjà vide et sans intérêt.

Enfin bref, ne précipitons pas les choses et revenons en arrière : au début des années 90 ! Quand on découvre Fort Boyard pour la première fois sans même pouvoir suivre les candidats dans leurs dialogues c’était difficile pour un gamin qui venait d’apprendre comment lire un mini paragraphe dans une langue étrangère. En un temps record, j’ai pu apprendre plus et c’était devenu plus simple de regarder Fort Boyard. Très vite, j’étais devenu un fan qui ne rate jamais antenne 2/France 2, pour suivre les aventures des candidats dans le Fort.

Au début, le Fort avait des anonymes comme candidats, mais aussi des célébrités. Patrice Laffont, le maître du Fort et l’animateur, était extrêmement professionnel. Il y’a eu plusieurs co-animatrices, comme Marie Talon (La toute première année du Fort), Cendrine Dominguez (la plupart de l’époque Laffont, ainsi que les trois années de Jean-Pierre Castaldi).

Il y’avait les personnages de la Boule, Passe-partout, Passe-temps, la bohémienne, le pirate, la lutteuse dans la boue, père fouras, Félindra et d’autres…

Coté décor, les portes étaient grises et se ressemblaient de manière à ce que les candidats ne reconnaissent pas la cellule de laquelle ils venaient de sortir et ils continuent la course sans fin, derrière Passe-partout. J’aime bien, cela garde l’effet surprise surtout s’il n’ya aucune indication à propos de l’épreuve qui attend le candidat derrière la porte !

Derrière les portes des cellules, nous avons un décor intérieur presqu’invisible, assez simple. Pas de couleurs dans le fort (et c’était rare s’il y’en avait à cette époque) ! Il fallait au candidat juste se jeter dans le jeu sans trop de contemplation (sauf pour la cellule du tapi roulant : insolite !).

Le décor de la vigie était fait avec assez de goût, c’était à la fois simple et qui allait comme un gant avec le personnage du père fouras et de ses nombreuses énigmes. Ah, la vigie…je l’adore trop ! J’attendais toujours le moment de l’énigme car je savais que j’allais regarder l’architecture et le décor de la vigie et aussi pour les petites saynètes humoristiques entre le père fouras et Patrice.

Les geôles du Fort étaient intéressantes, et on changeait beaucoup d’endroit pour les geôles et la manière dont seront traités les prisonniers. Point positif.

Les épreuves se divisaient en deux parties : la première était la « moisson » des clefs qui devaient être 7 sinon adieu trésor ! la deuxième était la « moisson » des indices pour déchiffrer le code dans la salle des trésors ! Entre les deux parties géantes, nous avons une petite partie sombre qui s’incruste : les défis face aux maîtres des jeux (plus tard ils seront « les maîtres des ténèbres » mais bon, on n’en est pas encore arrivé !). Ces défis permettent aux candidats de gagner du temps supplémentaire dans la salle des trésors. Le maître du Fort (Patrice) arbitrait le jeu, et c’était lui qui versait 25 secondes dans la colonne du temps, pour commencer le jeu.

La salle des maîtres des jeux était immense et impressionnante avec sa décoration. La décoration intérieure de cette salle reste ma préférée : nous avons ombre et lumière, des flambeaux partout, du feu décorant l’entrée de la salle, plusieurs maîtres des jeux et puis aucun candidat ne savait ce que se passait derrière le mur ! Effet surprise garanti pour chaque candidat qui se glissait dans la trappe !

J’aimais beaucoup les épreuves aériennes, le saut en élastique ou le saut intérieur, on adore sauter dans le Fort. De nos jours, on s’éloigne de plus en plus des sauts…

Le générique du début était le meilleur avec des scènes des candidats en plein large vers le Fort, avec les scorpions, les araignées et les serpents en bonus ! D’ailleurs plusieurs fans ont déclaré qu’ils préféraient ce vieux générique au nouveau générique en 3D. Le générique des années 2000 ressemble plus à un jeu vidéo pour des mômes qu’à la présentation d’un vieux fort regorgeant d’aventures. Dieu merci, ils ont gardé le vieux générique de la fin.

Franchement, un générique c’est une entrée en matière et c’est très important ! Ça me révolte de voir un jeu vidéo en 3D qui présente le jeu  et ainsi symbolise une solution de facilité et une vacuité de l’esprit.

Je vous ai parlé beaucoup du Fort, de l’ancien Fort Boyard que j’ai connu. A l’époque, le jeu était très apprécié par les grands et par les petits et surtout, faisait rêver. Fort Boyard avait cependant, une baisse d’audience depuis le milieu des années 90. Il y’avait trop de répétition, on voulait en tant que téléspectateur un peu du neuf dans les épreuves. Il y’avait un décor super pauvre, et c’était dommage. Voilà les deux plus grands points négatifs à mes yeux de l’ancien Fort Boyard, même si je peux ajouter un autre point négatif : Dominguez était vraiment insupportable.

Sinon, le reste reflétait le Fort et on ne peut pas imaginer qu’on puisse tout changer. En 1999, Patrice Laffont tirait sa révérence du jeu, je ne pouvais pas concevoir le jeu sans lui. Il avait donné beaucoup au Fort et aux fans durant ses 10 ans de maître du Fort. Ce furent 10 ans où ont défilé des personnalités folles dingues, peureuses, fonceuses, humoristiques. L’équipe de Jean-Luc Reichmann en est le témoin !

Bref, voilà une page qui se tourne. Les trois années qui suivent étaient marquées par la présence de Dominguez, comme co-animatrice du nouveau maître du Fort : Jean-Pierre Castaldi.

La période Castaldi était un mélange d’humour et de folie. Castaldi se la pétait et j’étais mort de rire. Côté nouveautés, il y’ avait Lumineuse et la machine infernale. Ce sont les nouveautés qui m’ont marqué le plus dans la période Castaldi. Il avait gardé le Fort tel qu’il était, même décor extérieur et intérieur. Ce qui est sûr, même si Castaldi a beaucoup donné durant ces trois années, j’étais resté en retrait car je préférais Laffont et j’avais aimé qu’il ne quitte pas le Fort.

Le point positif de Castaldi était qu’il n’avait rien changé au Fort !

2003 arrive et encore un changement de maître du Fort cette fois brutal, et on passe entre les mains d’Olivier Minne. Quelle sacrée surprise ! J’étais ravi, Minne avait du potentiel et je l’ai déjà regardé à l’œuvre dans d’autres jeux. Dans la même année, il y’avait un début de changement timide.

Les années passent, Minne est un très bon animateur sous-exploité par France 2 qui ne lui a donné que le Fort comme jeu. Pourtant, Minne est fort en théâtre, en littérature et je crois qu’il dépasse même la sagesse de Laffont. Ces deux-là s’entendent à merveille et Laffont ne le cache pas, toujours direct. On peut même noter une certaine relation « filiale » qui dépasse même les murs du Fort. Ils ont le même goût pour le théâtre, pour les jeux, et ils ont une certaine vision des choses qu’ils partagent. Minne a toujours été considéré par les fans et par d’autres comme « celui qui porte le flambeau » après Laffont. Car la période Castaldi est transitoire entre les deux.

Le retour d’Olivier Minne avec Fort Boyard était surprenant surtout parce qu’à mon avis, je l’ai trouvé plus musclé que jamais et il s’est coupé les cheveux ! LOL

Il y’a eu plusieurs changement dans la décennie Minne (et oui, même nombre d’années que Laffont). L’animateur, plus jeune que ses prédécesseurs et plein de ressources, a essayé de garder l’âme du Fort en le changeant, il y’a eu plusieurs nouveautés comme M. Chan par exemple avec son casse-tête chinois, boxer sur un tapis roulant, le manolier, la cloche…(là je parle des épreuves d’avant 2010)

Bien entendu, je n’ai pas aimé à l’époque certains changements qui ont duré des années dont un que je n’ai jamais apprécié : c’était le fait de rendre la quête des 7 clefs dérisoire, en arrivant devant la salle des trésors, les candidats découvrent 3 niveaux coloriés sur la porte. S’ils n’ont que 5 clefs, la porte ne s’ouvrira qu’au niveau de 5 clefs, à moins qu’ils ne sacrifient un indice pour un niveau de 6 clefs ou deux indices pour atteindre le niveau de 7 clefs. J’ai trouvé cette méthode complètement inutile et compliquée. Dommage que les 7 clefs ne furent pas obligatoires comme dans les périodes Laffont/Castaldi.

Le vieux jeu s’essoufflait. Les audiences variaient entre moyennes et presque moyennes, instables. Après la saison de 2009, la production nous a surpris avec une horreur lors de l’année 2010. On n’a pas reconnu le jeu, c’était devenu une pâle copie de Koh-Lanta sauf qu’il manquait le riz ! Grosse chute d’audience. Vous voulez connaitre les audiences de 2010 ? Cela tournait autour d’un million de téléspectateurs qui assistaient à des épreuves sportives, sans humour, sans saynètes. Ce qui distingue 2010 c’est également la présence d’Olivier Minne seul, sans co-animatrice (les fans parlent de lui et d’Anne-Gaëlle Riccio comme s’ils étaient amants. Les feux de l’amour et les soaps à l’eau de rose sont dehors !). 2010 était le retour aux anonymes. Et même si j’ai eu du plaisir à regarder 2010, je dirais que cette année-là ne reflète pas l’âme du Fort. Olivier Minne dira plus tard, que « c’est une année à jeter dans les oubliettes ». Patrice Laffont suit, visiblement, son ex-émission de très près et il critiqua directement la méthode 2010.

Et non, tout le monde n’a pas apprécié cette horrible année. Olivier Minne confie même qu’il ne savait pas si il y’aura ou pas une saison 2011, car tout dépendait des audiences. Et les audiences de 2010 étaient vraiment atroces !

En 2011, surprise des fans ! Tout a commencé avec l’apparition d’Olivier Minne sur les réseaux sociaux tels que Twitter et Facebook. C’était intéressant car dialoguer avec l’animateur de l’émission c’était nouveau. En fait, on franchit la barrière séparant l’animateur du téléspectateur et Minne était un sympathique animateur, intelligent et curieux. La diffusion en été de la saison 2011 fut inédite, avec plusieurs nouveautés.

Côté décor, le thème du cirque fut choisi pour le fort. C’était très dur pour certains récalcitrants comme moi, et cela ravissait plusieurs. Tant mieux. Certaines portes étaient coloriées, portant des indices (la bouée pour l’épreuve du tapi roulant, le dessin d’une araignée, d’un point d’interrogation…). Là je parle du décor extérieur, il y’avait certaines cellules dont les portes ont été modifiées.  On s’en fout, ils ont bien bossé à vrai dire pour des cellules comme celles de la cabine abandonnée, l’égout, le pied marin, et celle du cylindre où on voit les filles se glisser dessus pour un gros plan sur les seins ! Ils ont couvert le sol par du pop-corn et ont habillé la cellule avec un habillage-sucette ! J’ai trouvé cela bof-bof, jeter de la nourriture par terre comme s’il n’y a pas de famine dans le monde (le pop-corn ça se mange !). Depuis l’habillage du cylindre par exemple, il ne tourne plus aussi vite qu’auparavant.

On découvre en 2011 des nouveaux personnages comme Luciole, complètement nue avec une perruque et de la peinture qui la couvre de la tête jusqu’aux pieds. Luciole est la guide de certaines épreuves jouées dans la nouvelle cellule Hi-Tech. Il fallait d’ailleurs oser pour créer une cellule pareille, qui n’a aucun lien avec le fort. Mais cette cellule n’est pas dans ma liste des cellules préférées.

Il y’a l’apparition d’un autre nouveau personnage : Blanche la juge, si on est prisonnier par exemple, il ne reste que l’espoir de gagner une épreuve dans un univers blanc pareil. Si on n’a pas les 7 clefs au complet, il faut se sacrifier pour que les autres aient la clef.

Les 7 clefs redeviennent obligatoires dans la saison 2011 et c’est très important. Autre changement : le père fouras était devenu le maître du Fort et c’était assez rigolo de voir Olivier Minne qui se la pétait en courant avec les candidats. Toujours animateur en solo, j’ai trouvé que l’idée était géniale !

Des épreuves nouvelles en 2011 étaient apparues : la cellule Hi-Tech, la cabine abandonnée, le brancard, l’égout etc. Je n’ai pas aimé le fait que le père fouras quitte sa vigie. Dommage de fermer la vigie mais d’après certains articles, elle a été fermée pour des travaux.

On a modifié beaucoup de choses, mais même si cela apporte un vent de fraicheur, la répétition des nouvelles épreuves et la forte concentration sur elles, cela a fait grogner certains téléspectateurs.

A l’époque, je trouvais que le Fort a subit beaucoup de changement, beaucoup de déco qui pourrait enlever l’effet surprise avec l’habillage des portes et les indices qui se trouvaient dessus.

L’année 2011 a rapporté une belle audience et cela a reboosté tout le monde pour faire une saison 2012.

Avec l’année 2012, on découvre une saison plus longue que les autres : 11 épisodes dont 8 estivaux, et 3 éditions spéciales nocturnes.

Faire le tournage de 11 épisodes ou émissions en l’espace de 5 jours, chapeau !

Pour la saison 2012 qui n’est toujours pas achevée (on la finira avec deux éditions spéciales Noël), je dirais que je l’ai aussi bien apprécié que critiqué. La production a décidé de continuer sur les pas de 2011 avec plus de profondeur, plus de changements, si bien qu’il ne reste que peu de portes grises (couleur ancienne).

Riches en déco, les cellules donnent plus de sens au jeu. On a assisté au retour de certaines anciennes épreuves sous un nouvel habit et un nouveau nom, comme l’atteste l’exemple de l’épreuve « De la terre à la lune ». Très beau décor pour cette épreuve !

Blanche, la juge, a changé. On a une nouvelle fille qui joue Blanche, cette fois…en soutien-gorge ! Je préfère largement le manteau de l’autre Blanche que le soutif de celle-ci. Raison ? il n’y a pas que des grands qui regardent Fort Boyard, mais aussi des petits ! J’étais déjà contre la femme nue dans je ne sais plus Castaldi/Laffont, alors que dire de Luciole ou de Blanche !

Il y’a des nouvelles épreuves 2012 comme la chambre froide ou la tyrolienne inversée ou autres…

Pour les 8 émissions estivales, c’était pas mal même si c’était au-dessous de la moyenne de l’audimat de 2011. Il restait 3 émissions spéciales nocturnes tournées en été et diffusées en hiver.

L’édition spéciale « Halloween » (9ème émission) n’était pas du tout de mon goût. Déjà, je trouve que Halloween c’est américain et ça n’a aucun sens. Autre chose, c’était un truc pour marrer les gosses !

Et le pire dans tout cela, c’était le décor. Quelle horreur ! des citrouilles en plastique partout, des masques médiocres pour les personnages, deux squelettes par ci, une sorcière par là, une marmite en plastique. Non seulement l’idée était conne, mais le thème était pire. Il fallait bien des filles pour crier, donc l’équipe des Miss France était là, accompagnée de Christophe Beaugrand. Cette même équipe a participé en 2011 et il y’a eu des buzz sur internet car ce fut une sacrée équipe qui hurlait beaucoup. Quoi de mieux que des miss pour crier un Halloween ?

Comme je l’ai déjà mentionné dans mon introduction, France 2 a fait la bêtise de diffuser ce numéro spécial un mercredi, croyant pouvoir défier un match de foot super important sur France 3 et la série phénoménale « Esprits Criminels » sur TF1. Résultat : un gros bide.

2 millions de téléspectateurs seulement avaient suivi France 2. Beaucoup de fans bornés m’avaient critiqué car je critiquais sans cesse Fort Boyard, le décor, le thème, etc. Le problème avec ce type de fans, c’est qu’ils ne voient pas en toi un fan ayant un autre point de vue, mais ils te croient leur ennemi juré ! J’ai halluciné en lisant certaines réactions. Oui, je n’ai jamais caché le fait que je préfère la période des années 90 à celle de maintenant. Je suis un fan qui regarde toujours ce jeu avec un point de vue critique.

Les fans ont reproché la baisse flagrante de l’audience de Fort Boyard aux gens qui « ne pensent qu’à leurs séries préférées au lieu de les regarder sur replay, ou le foot. » Mais bien sûr, c’est leur faute, ces ingrats qui ont préféré regarder des séries ou le foot. Ce n’est en tout cas pas la faute à la chaîne qui a diffusé Fort Boyard un mercredi soir au lieu d’un samedi !

A qui la faute ? La chaîne ? La prod ? Les gens qui ont préféré déserter la 2 pour leurs séries ?

Olivier Minne ne prit pas une minne scandalisée lol, et il trouva que l’audimat était bien vu ce que les autres chaînes diffusaient. Voilà la voix de la sagesse, les fans sont trop agressifs et à fleur de peau si on critique.

Lors de ma dernière critique sur un site qui à propos de Fort Boyard, j’ai demandé si le jeu dont je suis fan est vraiment pour les grands et les petits, vu tout ce qu’on a vu.

Un fan borné et très fâché me répondit que Fort Boyard est pour les enfants. Bah…dommage. En voilà un petit con qui n’a pas su défendre le jeu qu’il regarde. D’ailleurs peut-on considérer cette réponse provenant de la part d’un vrai fan ? Quand je me rappelle qu’Olivier a bien dit que le Fort n’est pas pour les enfants, en répondant à une conasse de journaliste !

Publicités
 

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :